The Jesuit Curia in Rome

Welcome

English   Español   Français   Italiano  

 

PREVIOUS POSTS:


 
Walking with prisoners... walking with the Lord. Two sample stories
(Jul-2017) 
 
Learning in and building up the social sector
(Jun-2017) 
 
Homeless people evicted from Miyashita Park in Shibuya Ward, Tokyo (Japan)
(May-2017) 
 
In love with a displaced God
(Apr-2017) 
 
Shareholder advocacy or co-optation
(Mar-2017) 
 
The Expanding Horizons of Justice
(Feb-2017) 
 
The Joy of Service
(Jan-2017) 
 
Prayer from Jacques Couture SJ (GLC) (1929-1995)
(Dec-2016) 
 
"Only as a Jesuit... "
(Nov-2016) 
 
Young people excluded from society are worthy of love and have a future
(Oct-2016) 
 
Simplicity - Sustainability - Sharing
(Sep-2016) 
 
The Social Apostolate is Like a Home to Me
(Jul-2016) 
 
Non-traditional exports
(Jun-2016) 
 
From the social indigenous apostolate to the intellectual apostolate
(May-2016) 
 
The Jesuit community in Scampia
(Apr-2016) 
 
Living and engaging in the public sphere
(Mar-2016) 
 
Life is a walk, a walk with joy!
(Feb-2016) 
 
Building just relations in Cambodia
(Jan-2016) 
 
Glimpses of Eden
(Dec-2015) 
 
Meeting of the Social Apostolate in Korea and Japan
(Nov-2015) 
 

 

Blog


   
Peter Daniel SJ, Province jésuite d’Andhra en Inde

Ceci est l'histoire du village d'Agnipuri (un village de feu). Au moment de ma nomination en tant que prêtre de la paroisse de Darsi, dans l'État d'Andhra Pradesh, j'ai très vite entendu parler d'un village voisin appelé Erraobanapalli et qui a plus de 100 ans. Dans ce village, on retrouve un groupe de 65 fermiers de caste, divisé en deux groupes politiques et qui avaient l'habitude de gagner à tous coups les élections municipales (panchayat). De l'autre côté du village vivaient 250 familles dalits qui servaient les fermiers et qui eux aussi étaient divisés en deux groupes qui ne se côtoyaient jamais. La plupart des Dalits étaient chrétiens ou catholiques, bien que quelques familles dalits de confession musulmane ou hindoue les aient rejoints au cours des années. Tous les Dalits étaient des journaliers sans terre. L'école primaire gouvernementale était située du côté du village habité par les familles de haute caste et ainsi les enfants dalits n'avaient aucun accès à l'éducation. La population de la partie dalit du village était complètement analphabète.

Lorsque j'ai commencé à visiter le village et que je me suis rendu compte de la situation, j'ai rencontré les dalits, d'abord les deux groupes séparément et éventuellement tous ensemble. Cela a pris 4 ans, mais lorsque le temps des élections municipales est venue, les Dalits étaient prêts à voter pour leur ‘indépendance'. Ils choisirent un seul candidat et en dépit de la peur de s'élever contre la caste haute des fermiers, ils gagnèrent leurs élections. Dès que les fermiers connurent les résultats des élections ceux-ci brûlèrent les maisons dalits.

Les Dalits sans abri, hommes, femmes et enfants, s'enfuirent dans la forêt avec comme seuls biens les vêtements qu'ils portaient sur le dos. Quand je fus mis au courant de la situation, j'ai immédiatement organisé de leur faire porter de la nourriture. Le matin suivant, nous avons marché ensemble vers Darsi, au bureau du gouverneur de notre comté. Nous nous sommes assis devant son bureau pendant sept jours jusqu'à ce que le sous-collecteur vienne nous rencontrer. Il accepta de construire un autre village où le gouvernement s'engagerait à construire la route, un emplacement pour l'eau potable, les installations pour l'électricité ainsi qu'une nouvelle école. Comme le gouvernement ne s'était engagé qu'à reconstruire le nombre exact de maisons détruites et que chacune d'entre elles étaient habité par trois familles, j'ai pris un arrangement avec un bienfaiteur privé en Autriche pour qu'il finance les autres maisons et ce afin que chaque famille puisse jouir de son propre espace. Avec l'aide de la Province jésuite, la communauté a construit des huttes temporaires sur le terrain choisi à 5 kilomètres du village original. Ensemble, nous avons bâti 250 maisons.

Nous avons nommé le village Agnipuri (un village de feu) et béni la nouvelle colonie en juillet 1996. Cette journée fut également la journée de réconciliation avec les fermiers de la caste haute qui vinrent à l'inauguration du village et firent la paix avec les Dalits. Toute cette expérience m'a fait sentir un peu comme Moïse menant son peuple hors d'Égypte vers la terre promise. Chacun de nous a eu un rôle à jouer dans cet exode moderne et nous avons tous fait l'expérience de Dieu qui marchait à nos côtés.