English   Español   Français  

 

 

 

 

 

(03/12) Fêtes/commémoratifs/Temps de:


Saint François Xavier

Francisco de Jassu y Xavier (1506-1552) était le premier jésuite missionnaire et le prototype qui a inspiré à beaucoup d’hommes d’entrer dans la Compagnie de Jésus et d’aller évangéliser des nations lointaines. François Xavier appartenait au groupe des 7 fondateurs des jésuites. Il a été envoyé en Indes avant même l’approbation définitive de la Compagnie par l’Eglise.
 
François Xavier est né dans le petit château familial en Navarre, dans le Nord de l’Espagne. Il y a reçu sa première éducation. En septembre 1525 il est allé à Paris pour y faire des études universitaires au Collège Sainte Barbe, où il eut comme compagnon de chambre Pierre Favre, originaire de Savoie en France. Quatre années plus tard tout a changé quand un étudiant plus âgé vint s’ajouter, Ignace de Loyola (Inigo Lopez de Loyola), un courtisan basque malchanceux qui s’adonnait à la prière. Ignace de Loyola gagna rapidement Pierre Favre à l’idée de se faire prêtre pour sauver des âmes, mais François Xavier continua plutôt à aspirer à une carrière mondaine, et ne s’intéressait nullement à devenir prêtre. Il obtint sa licence au printemps 1530 et commença à enseigner Aristote au collège de Dormans-Beauvais, mais il continua à vivre avec Favre et Loyola. Quand Pierre Favre alla rendre visite à sa famille en 1533, Ignace perça finalement les défenses de François Xavier, qui accueillit la grâce que Dieu lui offrait. Quatre autres étudiants devinrent aussi des amis grâce à leurs entretiens avec Ignace, qui était devenu le guide spirituel de tout le groupe et leur communiqua son désir de se rendre en Terre Sainte. François Xavier rejoignit ses amis le 15 août 1534, quand ils prononcèrent, dans la chapelle de Saint-Denis à Montmartre, des vœux privés de pauvreté, de chasteté et de se rendre en Terre Sainte, pour convertir des infidèles.
 
François Xavier et Ignace de Loyola commencèrent leurs études de théologie en 1534. Deux années plus tard tout le groupe se mit en route pour Venise, à l’exception d’Ignace de Loyola, qui était retourné en Espagne auparavant. Venise était le point de départ des navires se rendant en Terre Sainte. Les compagnons attendirent pendant 2 mois un navire qui irait en Terre Sainte, tout en travaillant dans les hôpitaux. Après ils se rendirent à Rome pour demander au Pape l’autorisation d’aller en Terre Sainte et de faire ordonner ceux parmi eux qui n’étaient pas encore prêtres. Ignace de Loyola, François Xavier et 4 autres ont été ordonnés le 24 juin 1537 par le légat pontifical dans la chapelle privée du Pape. Ils retournèrent à Venise pour continuer à attendre un navire, mais à cause de la guerre imminente entre Venise et la Turquie aucun navire n’entreprit ce voyage pendant toute une année, ce qui était extraordinaire. Les compagnons décidèrent alors qu’Ignace irait à Rome pour placer le groupe à la disposition du Pape. Entretemps ils iraient dans différents centres universitaires pour prêcher. François Xavier et Bobadilla se rendirent à Bologne.
 
François Xavier alla à Rome en avril 1538 et se mit à prêcher dans l’église française de Saint-Louis. Il participa aussi aux fameuses délibérations pendant le carême de 1539 pendant lesquelles les compagnons tombèrent d’accord de former un nouvel ordre religieux. Avant que le Pape Paul III n’accorde son approbation à leur plan, il demanda à Ignace d’accepter la demande du roi Jean III du Portugal d’envoyer deux compagnons à la nouvelle colonie des Indes. Ignace choisit Simon Rodriguez et Nicolas Bobadilla, mais ce dernier tomba malade et devint incapable d’y aller. François Xavier était le seul des compagnons qui n’avait pas encore de destination, Ignace lui demanda donc d’y aller, malgré que François Xavier fût son ami intime et que son départ signifierait qu’ils ne se reverraient jamais.
 
François Xavier et Simon Rodriguez quittèrent Rome en mars 1540 et arrivèrent à Lisbonne à la fin juin. La flotte était déjà partie, si bien qu’ils durent rester à Lisbonne jusqu’au printemps suivant. Ils se mirent à prêcher et visiter les prisonniers. Le roi était tellement heureux de leur travail qu’il demanda qu’un des deux puisse rester et fonder une école; Simon Rodriguez fut choisi, laissant François Xavier partir seul, comme le premier missionnaire jésuite. Quand il monta à bord du ‘Santiago’, un messager du roi lui remit une lettre par laquelle le Pape le nommait Nonce Apostolique, ce qui signifiait qu’il avait autorité sur tous les prêtres portugais de Goa. Le navire mit les voiles le 7 avril 1541, le jour du 35ème anniversaire de François Xavier.
 
Le voyage jusqu’à Goa dura 13 mois, y compris une longue escale au Mozambique, attendant des vents favorables. Dés son arrivée, l’Espagnol énergique se mit à prêcher aux Portugais, à visiter les prisons et soigner les lépreux. Il s’efforça aussi d’apprendre le Tamil, mais il dut employer des interprètes pour sa première mission chez les Paravas, des pêcheurs de perles qui vivaient sur la côte sud-est des Indes, au-dessus du cap Comorin. Ils s’étaient convertis à la religion chrétienne, mais étaient restés sans pasteurs; François Xavier les instruisit à nouveau dans la foi, baptisa ceux qui étaient prêts et prépara des catéchistes qui resteraient avec eux tandis qu’il allait d’un village à l’autre. Vers la fin de 1544 il atteignit la côte ouest des Indes à Travancore. En novembre et décembre de cette même année il aurait baptisé 10.000 personnes. Il alla ensuite vers le Nord au Cochin, il navigua ensuite jusqu’à la ville portugaise de Malacca en Malaisie, d’où il se rendit vers son objectif, les Moluques ou Iles des Epices, où il débarqua le 14 février 1546. Il visita les villages chrétiens et baptisa plus de 1.000 personnes à Seran, toute proche. Ensuite il fit un voyage de reconnaissance aux iles de Ternate et Moro, connues pour leurs chasseurs de têtes. Il retourna à Malacca en juillet 1547 et obtint que 2 jésuites le remplacent.
 
Quand François Xavier revint à Malacca, il entendit parler d’un noble japonais du nom d’Anjiro, qui désirait devenir chrétien. Cette révélation d’une nation d’une culture avancée, qui n’avait pas encore entendu parler du Christ captiva l’imagination du Jésuite espagnol. Avant de faire quoique ce soit pour le Japon, il devait retourner à Goa pour accomplir ses responsabilités comme supérieur de la mission et nommer les jésuites nouvellement arrivés à leurs fonctions. Il n’a pas réussi à mettre les voiles pour le Japon avec Anjiro et plusieurs jésuites jusqu’en avril 1549. Le groupe retourna à Malacca assez facilement, mais ne put trouver un capitaine prêt à se risquer dans des eaux inconnues. En conséquence François Xavier loua un pirate pour les y amener. Ils partirent le 24 juin 1549 et arrivèrent le 15 août à Kagoshima dans le sud du Japon, la ville natale d’Anjiro.
 
Au début la mission se déroula sans problème. Le prince local donna la permission aux étrangers de prêcher le christianisme, mais lui-même ne se convertit pas. François Xavier décida que pour convertir le Japon il fallait commencer par l’Empereur, mais personne n’acceptait de lui dire comment aller à la Cité Impériale Miyako (aujourd’hui Tokyo). Ils restèrent une année à Kagoshima, mais ne convertirent qu’une centaine de personnes. Les jésuites partirent donc pour Hirado, un port utilisé par les portugais sur la côte supérieure de Kyushu. Une autre centaine de personnes devinrent chrétiens, mais François Xavier continuait à désirer voir l’Empereur, il partit donc pour Yamaguchi, la deuxième ville du pays. Il prêcha dans les rues, et eut une entrevue vraiment malheureuse avec le daimyo, il quitta donc cette cité en décembre 1550 pour se rendre à Sakai.
 
Leur chance revint et ils trouvèrent un seigneur disposé à les amener à la Cité Impériale. François Xavier et le frère Joao Fernandez furent engagés comme des domestiques et arrivèrent en janvier 1551, les premiers missionnaires catholiques à voir la plus grande et la plus belle cité d’Asie. Pendant 11 jours ils essayèrent en vain d’obtenir une audience avec l’Empereur, ils retournèrent donc à Hirado. Ils retournèrent avec l’information que le seigneur le plus puissant du Japon n’était pas l’Empereur, mais le daimyo de Yamaguchi, qu’ils n’avaient pas réussi à convaincre à leur première rencontre. François Xavier décida donc d’essayer encore une fois, se présentant non comme un européen pauvrement habillé, mais comme une personne digne de l’attention du daimyo.
 
Les 2 jésuites louèrent des chevaux et une litière et s’habillèrent de robes de soies brillamment colorées. Quand ils arrivèrent en cortège solennel à Yamaguchi, ils furent reçus par le daimyo, sans le moindre soupçon qu’ils étaient les mêmes que les barbares que le daimyo avait renvoyés quelques mois seulement auparavant. François Xavier offrit au daimyo des cadeaux de grande valeur, des horloges, des boites à musique, des miroirs, des cristaux, des étoffes et du vin, en signe d’amitié. Il présenta aussi ses lettres de créance : des lettres du roi Jean III du Portugal et du Pape Paul III. Le daimyo accorda aux jésuites la permission de prêcher la religion chrétienne dans l’empire, et accorda à ses sujets la liberté de devenir chrétiens, s’ils le désiraient. Il donna aussi aux jésuites une résidence dans la cité, où un grand nombre de gens leurs rendirent visite. En 6 mois ils firent 500 convertis.
 
François Xavier estima le temps venu de pousser plus loin. Il désigna donc le P. Cosmas de Torres pour le remplacer à Yamaguchi, afin qu’il puisse retourner aux Indes. François Xavier partit en septembre 1551 et trouva un navire qui allait à Malacca. Il espérait retourner au Japon l’année suivante. Le navire fut pris dans un typhon qui le dévia de 1.000 miles. Le 17 décembre il entra dans la baie de Canton et amarra près de l’ile de Sancian. Comme François désirait se rendre en Chine, il sentit ce pays l’appeler. Les 2 jésuites réussirent à embarquer dans un navire qui allait à Singapore, qu’ils atteignirent à la fin du mois. Là François trouva une lettre de St Ignace le nommant Provincial des «Indes et des pays au-delà».
 
Il revint aux Indes en janvier 1552 et trouva une autre lettre lui enjoignant de rentrer à Rome pour faire rapport sur la mission, et décida que cette visite pouvait attendre jusqu’à ce qu’il ait été en Chine. En avril 1552 il quitta les Indes et entra dans la baie de Canton en septembre. Il débarqua sur l’ile de Sancian, qui était en même temps une cachette pour les fraudeurs chinois et une base pour les commerçants portugais. Aucun des fraudeurs ne voulait conduire le missionnaire jésuite en Chine; un seul accepta, reçut l’argent de François Xavier et disparut. Le 21 novembre il attrapa la fièvre et devint incapable de sortir de sa hutte de feuilles sur la côte de l’ile Sept jours après il sombra dans le coma, mais le 1er décembre il reprit conscience et se mit à prier quand il était conscient. Il mourut le matin du 3 décembre et fut enterré sur l’ile, mais, plus tard son corps a été emmené à Malacca, et ensuite à Goa où il a été enterré dans l’église de ‘Buon Jesus’. Il a été canonisé en 1622, et proclamé Patron de la Propagation de la Foi en 1910, et en 1927 Patron de Missions.
 

Initialement regroupé et édité par: Tom Rochford, SJ
Traducteur: Guy Verhaegen


 
La liste intégral des Saints et Bienheureux jésuites