English   Español   Français  

Brief news

 


Looking back at the just concluded Tempo Forte - Fr. George Pattery, SJ
(11-Sep-2017)

The inscrutable and untranslatable Roman Curial expression - Tempo forte - of Father General's enlarged council, happened again in the mild warm weather of September. It has infused fresh air into us all.
‘Imaginative leadership and strategic thinking' sum up the spirit of the proceedings. ‘Imagination' is a key word for Ignatius; probably in our usual dichotomous way of thinking, we forget to apply imagination to governance; similarly, Ignatius was strategic in his ways, including that of the Spiritual Exercises - strategy of initiating a process of transformation that is unending; a strategy of initiating a team that would share a universal vision. Strategic thinking introduces more than logical arguments.
In the Tempo forte, we discussed ways and means of initiating processes to involve the Society in apostolic planning and in reorganizing the central governance - both of them mandated by GC 36. While accessing models available around us, we searched for refreshing ways through ‘spiritual conversations' engaging both heart and mind to listen to our interior movements and to share views and perspectives.
It appears to me, that different dimensions of reconciliation are emerging. Reconciliation that remains the over-arching thrust of our mission aligning life-mission (a hyphenated expression favoured by Father General). In a world where a ‘normalization of hatred ideology' and a polarization in the name of religion, is prevalent, reconciliation is being retrieved even by civil society (including the world of art) as a viable response - revisiting the experiment of the ‘half-naked fakir' (Mahatma Gandhi)! ‘Servants of Reconciliation and Justice' is a challenge and an opportunity for us to mend our binary ways.
The urgency and freshness of our ways is promising. The six Conferences in the Society are moving, probably at six different ‘paces', underlining the variety and the richness of plurality of the creative Spirit - that is the conclusion, we, the six presidents arrived at, at the end of a separate meeting of the conference presidents.


Secretariat for Ecumenism and Interreligious Relations meets
(11-Sep-2017)

The Secretariat for Ecumenism and Interreligious Relations had its first meeting with Fr General Sosa from 28-31 August at the General Curia in Rome. Seven of Fr General's advisors for relations with other religious traditions took part in the meeting: Milan Žust (Orthodoxy), who also serves as coordinator for the group, Markus Schmidt (Protestantism), Marc Rastoin (Judaism), Gregory Sharkey (Buddhism), Heru Prakosa (Islam), Felipe Aguilar (Indigenous American Religion), and Mpay Kemboly (Indigenous African Religion). The secretariat's work is aided by the Counsellor for Discernment and Apostolic Planning, Fr John Dardis.
The group marked the recent passing of Fr Noel Sheth, a renowned scholar of eastern religions who had been a member of the secretariat since it was established by Fr Adolfo Nicolas. In his place Greg Sharkey presented the reports on Hinduism. John Mundu (Indigenous Indian Religion) was unable to attend this year's meeting, but forwarded reports for the group to discuss.
In addition to giving annual reports on dialogue activities, the advisors considered the issue of religious fundamentalism in their respective traditions, its root causes, and our response to it as Christians and Jesuits. This year, for the first time, General Counsellors were welcomed to the working sessions, which added great depth to the discussions.


Coming Together in the Power of the Spirit - Fr. Antonio Moreno, SJ
(29-Aug-2017)

Statement of the Philippine Province Jesuits on Fighting the Evil of Illegal Drugs (August 24, 2017)

It is with deep concern for the welfare of our nation that the Philippine Province of the Society of Jesus joins His Eminence Luis Antonio Cardinal Tagle in appealing to the "consciences of those manufacturing and selling illegal drugs to stop this activity" and "to the consciences of those who kill even the helpless, especially those who cover their faces with bonnets, to stop wasting human lives."

We agree that the menace of illegal drugs is real and destructive. The imperative to defeat this evil does not belong to the President alone, the Philippine National Police, and the instrumentalities of human government. It belongs to us all. The evil that attacks the human with the power of the demonic, should unite us, not divide us. Battling this enemy, we learn how ineffectual, how flawed, our weapons are. Instead of turning our weapons on one another, we must unite, coordinate, and allow good to ally with good; we must fight this enemy together. Truly, the menace of drugs is not just a political or criminal issue. It is evil that attacks our humanity, turns human beings into zombies, policemen into murderers, criminals into lords, and the poor into the victims of their own security forces. The heartless killing of Kian de los Santos proves this. We cannot fight evil with guns and bullets alone. This evil we must fight with insight, cooperation, cunning, the enlightened use of political and economic power, self-sacrifice, prayer and God's grace.

It is in this spirit that we welcome the call of Cardinal Tagle and the Archdiocese of Manila to a multi-sectoral dialogue. We need to come together to understand the situation in depth. We need to understand why the soul of the war on drugs is a human soul, and why the enemy of this war is not human rights, but lack of commitment to human rights. We need to understand why we cannot fight for human beings by denying them their rights. In a society where the human has so lightly lost his soul to corruption, hedonism, and disrespect for the human person, we need to understand how the poor are illegal drugs' worst victims, addicted, trafficked, then shot by the guns drug money buys. We need to understand how denying the international drug cartels their markets does not mean killing the poor who are their victims, but reforming the structure which keep the poor poor. We need to understand that building the drug-free, smart, socially-just religiously diverse society envisioned by the Duterte administration needs patient multi-sectoral collaboration of good people collaborating with good people. We cannot build the Philippine nation on the cadavers of the Filipino people.

In this spirit of dialogue, where it is clear that the rule of law and the respect for human rights thwart evil, the recommendations of our Ateneo de Manila Human Rights Center pertinent to extrajudicial killings and Operation Tokhang Reloaded might be seriously considered.[1]

Truly, we must conquer evil with good. Though we wish to be in solidarity with all victims of injustice, we must move beyond expressions of outrage to constructive action. Teach the youth, wealthy or poor, in our families, schools and our communities, about the evil of illegal drugs; engage them so they are helped to overcome bad habits and engage in good. Join groups that are involved in rehabilitation; many of these are diocesan or parish based; many of them are Civil Society Organizations. Capacitate ourselves to get involved. Join groups that partner with government to strengthen our security forces' commitment to rights-based policing. Involve ourselves in research that studies the drug trade in the Philippines. Work together with the Church, government and CSOs to truly defeat the drug menace in the Philippines. Use privileged power and information to win this war.
Where the fullness of life that the Lord came to bring us (Jn 10:10) is not to be undermined by the evil of drugs, we must be "as wise as serpents and as gentle as doves." (Mt. 10:16). Some demons can be expelled "only by prayer and fasting" (Mt. 17:21). But prayer and fasting should also lead us to come together in the power of the Spirit to overcome this evil.

ANTONIO F. MORENO, S.J.
Provincial

From: Ateneo Human Rights Center (AHRC), Summary & Extrajudicial Killings in the Philippines, 2017

• To enact a law clearly defining "extrajudicial killings" in line with internationally recognized standards.

• To conduct an impartial investigation and prosecute all cases of extrajudicial or summary killings. This entails proper documentation of each alleged violation, including the preservation of the evidence gathered.

• To ensure the protection of witnesses to alleged enforced disappearances and extrajudicial killings and their immediate families.

• To ensure that police officers engaged in anti-drug operations are aware that killing perpetrated by them where suspects resist arrest does not enjoy the presumption of regularity, and as such, they must prove the legality of such killings.

In relation to the implementation of the Double Barrel Project:

• To ensure that it is not contrary to the Philippine Constitution and other relevant domestic and international laws...

• To guarantee the right of every Filipino to access information, official records, public records, and other documents and papers pertaining to official acts.

• To ensure transparency in processes involved in the Collection and Validation of Information Stage where the identity and criminal activities of suspected illegal drug personalities are documented and verified by police officers.

• To ensure the credibility of intelligence information used as basis for the confrontation of subjects in the House-to-House Visitation Stage.

• To ensure access to the effective remedies, such as the writs of amparo, habeas corpus, or habeas data, which protect the rights to life, liberty, and property of the people. This includes according priority to cases that seek the issuance of these writs.

• To revitalize the efforts in increasing knowledge and awareness of human rights among the Armed Forces and the Philippine National Police.

• To extend an invitation to the special Rapporteur on extrajudicial, summary or arbitrary executions to conduct a fact-finding mission on the alleged extrajudicial and summary killings.

 


16th Sunday of Ordinary Time
(24-Jul-2017)

When we look at our world today, sometimes we can't help asking why God seems to allow evil in the world. When we learn about all so much bad news-wars, violence, poverty, injustice, corruption-we can sometimes get the impression that in the battle between good and evil, evil seems to be winning. Even when we look at our families, our neighborhoods or our work environments, we can sometimes find ourselves overwhelmed by seemingly insoluble evils: misunderstandings, divisions, addictions, and so forth.
In our Gospel today, our Lord tells three parables that provide a glimpse of an answer to these questions. First, Jesus tells the parable of the weeds and the wheat. A farmer plants good seed in his field, but his enemy secretly plants harmful weeds. When the workers ask the master of the field whether they should root out the weeds, the master surprisingly says no. The weeds-in Greek, zizania-look too much like the wheat and they are so intertwined that the master fears that his laborers will pull out the good wheat as well. The master counsels patience: the time will come when it will be easier to distinguish between the good wheat and the harmful weeds, and then the bad plants can be uprooted.
This is a first response the Lord gives to the problem of evil in our world. Sometimes good and evil are so deeply intertwined that it needs time and patience to discern which is which. We only need to look at our own hearts to know that this is true. It is often said that our strengths are also our weaknesses; our lights are also our shadows. A man can be passionately concerned about his family: that love can be a strength when it motivates him to work hard to provide for his children; but it can also be a source of evil when he focuses only on his family, forgets the wider community, or even engages in corruption to benefit his family alone. A leader can be really committed to excellence, which is surely a good thing. But this same commitment can make him or her impatient or lacking in compassion for those who are weaker or less capable. I am sure that you can think of many more examples of this intertwining of weeds and wheat, of good and evil in our hearts.
Our first reading tells us that this patience of God towards the mixture of good and evil in our hearts is because of his mercy and kindness, his desire to give us time to change, to grow. "With much lenience you govern us," we read in the Book of Wisdom; "you gave your children good ground for hope that you would permit repentance for their sins."
The next two parables of Jesus offer a second response to the question of the apparent strength of evil in the world. Jesus compares the Kingdom of God to a tiny mustard seed, so small and insignificant at the start. However, when planted it becomes the "largest of plants," providing shelter for the birds of the air. Similarly, the Kingdom of God, Jesus says, is like yeast that is mixed in with flour. The yeast is not only a small amount, it actually disappears, so one can't see it. Nevertheless, because of this seemingly invisible yeast, the whole batch of dough rises.
In other words, Jesus is inviting us to a deep faith that leads to hope. Even though the forces of good and of love might seem to be weaker, smaller, or even invisible compared to the forces of evil and hate in the world, Jesus is reminding us that God is still in control of this world. God, with his loving purposes, is working quietly, secretly, but powerfully and invincibly, like the tiny mustard seed or the hidden yeast.
A wise Jesuit spiritual director once said that the most powerful weapon of the devil is not pride or greed or lust, but discouragement. I think there is much spiritual wisdom in that. Often, what prevents us from doing good is discouragement. We feel there are too many weeds in our hearts or our lives. We lose heart seeing how powerful the forces of evil are. We feel too weak, too few, too insignificant.
Our readings today invite us to not be overwhelmed by discouragement but to continue loving and serving with hope and joy, because God remains the Lord of history. He will separate the weeds and the wheat; he will make the mustard seed and the yeast of the Kingdom grow. Our part is to share in some small way in God's great work of bringing healing, hope, and joy to our world.
St. Ignatius, the patron of your parish, once wrote to a woman who was overcome by feelings of discouragement about herself and her weakness. St. Ignatius wrote: "When the enemy of human nature . . . wants to deprive you of the strength the Lord gives you, and to make you weak and fearful . . . then we must raise ourselves up in true faith and hope in the Lord." (Letter to Teresa Rejadell, 1536). In another letter, St. Ignatius ends with a beautiful prayer to our Lady, asking that she might intercede for us with her Son, so that "our weak and sad spirits may be transformed and become strong and joyful in his praise." (Letter to Ines Pascual, 1524)
Today, then, let us pray for one another, that the Lord may touch whatever discouragement there is in our hearts with his hope. There is so much to do for the Lord, for his people, especially for the poor and suffering of this world. We may be small like mustard seeds or seemingly invisible like the yeast, but we can be the Lord's instruments, and let him work through us, even in our weakness and littleness. We pray with St. Ignatius to our Lady, so that through her prayers, the Lord might transform "our weak and sad spirits" so that we become "strong and joyful" in his praise and service!
Singapore, St. Ignatius Parish Church, 22 July 2017


We are united in our desire to promote peace and reconciliation, says Fr Sosa after first dialogue with Buddhists
(20-Jul-2017)

Landing in Siem Seap on the second leg of his first trip to Asia Pacific, Fr General Arturo Sosa quickly found himself in completely different setting. From Indonesia, a predominantly Muslim country with about 350 Jesuits and many institutions and collaborators, he was now in a largely Buddhist country, with a small cohort of 26 Jesuits working with a modest number of collaborators.
It was his first time in a Buddhist country, and to visit Jesuits and partners in mission working together in such a context, he shared in his homily on July 15 in the chapel of the Metta Karuna Reflection Centre in Siem Reap where stayed for most of his visit.
He pointed out that the readings of the day were reminiscent of General Congregation 36, saying "In a world of so much violence, divisions and intolerance, we are called to build bridges, to create a ‘culture of hospitality' and welcome. In a world where there is so much ‘fear and anger,' and where ‘hope is threatened,' we are called to bring the hope of the risen Lord in all our apostolates and ministries."
Later that morning, Fr In-don Oh SJ, Superior of the Jesuits in Cambodia, presented the history of the Jesuit mission in the country, from its beginnings in the refugee camps of Thai-Cambodia border in the early 1980s to its present commitments in social service, education, ecology, interreligious dialogue and pastoral work. Msgr Enrique Figaredo SJ, the Apostolic Prefect of Battambang, introduced Fr General to the creative ministries of the Prefecture.
In his talk after the presentations, Fr Sosa underscored the importance of collaboration and reminded them that they are, themselves, collaborators too. "We like to talk about Jesuit mission with our collaborators. But, we have to remember that our mission is not our own, but Christ's mission, and we Jesuits are also collaborators in that mission," he said.
In the afternoon, Fr General met with a group of Buddhist monks to learn about Buddhism and Buddhist work on peace and reconciliation in Asia including the story of the Buddhist peace walk, begun by the great Buddhist sage Maha Ghosananda during the bloody days of the civil war in Cambodia.
The 80 Jesuits, collaborators and volunteers gathered were touched by the simplicity, depth and spiritual wisdom shared by Buddhist monk Ven Sovechea and peace activist Bob Mat. Fr Sosa found it "deeply consoling to see how we are united in our desire to promote peace and reconciliation in our world". He added, "It is also consoling to see how we share a belief that the path to peace begins from within, from the deep transformation of the inner person, from growing in detachment and in loving kindness".
The interreligious dialogue ended fittingly with the blessing of the wheels of reconciliation located along a pond in the Metta Karuna grounds that was hollowed by a cluster bomb. The monks chanted blessings for peace and reconciliation, and the Christian beatitudes were proclaimed in the Khmer language.
Afterwards, JCAP Coordinator for Dialogue with Buddhism Fr In-gun Kang took Fr General to the 1,000 year old Wat Svayromeath, the oldest temple in Siem Reap. It was Fr Sosa's first visit to a Buddhist temple and the Chief monk Ven Vuthi introduced Fr General to 80 novice monks - children and teenagers studying in the monastic school - who impressed him with their concentration during meditation. In a gesture that surprised Fr Kang, Ven Vuthi invited him and Fr Sosa to sit among the young monks.
"It is very unusual to sit in that way in the Theravada tradition; even the king has to respect monks by sitting in a separate seat. I think Ven Vuthi respected us as equal religious friends who deserve to sit together in the temple," said Fr Kang.
On July 16, Fr General Sosa flew to Phnom Penh where he visited the Tuol Sleng Genocide Memorial Museum built to remember the tens of thousands who were tortured and killed after the Khmer Rouge took power in 1975. The visit prompted Fr Sosa to recall the tragic events of his own country, Venezuela, during the dictatorship. He said that this kind of history is tragic and terrible but something that people have to remember. After his tour, Fr Sosa met with Bishop Olivier Schmitthaeusler, Apostolic Vicar of Phnom Penh.
The following day, Fr General visited Banteay Prieb, the Jesuit vocational training centre for survivors of landmines and polio and people with learning disabilities that had been the foundation of Jesuit involvement in Cambodia. Fr Sosa was also shown the room where Richie Fernando, a Filipino Regent, was killed in October 1996 while attempting to calm a problem student who had threatened the school with a grenade. Fr Sosa, moved by the martyrdom of Richie, offered a short and silent prayer in front of Richie's memorial and blessed the people gathered around.
Fr Oh, who accompanied Fr Sosa from Siem Reap to Phnom Penh and then to Singapore, said that Fr Sosa's visit had been a source of inspiration for the Jesuits and collaborators in the Cambodia mission. "Many expressed their gratitude and joy for being graced with his loving presence, simplicity, joyful laughter and accessible nature."


Six Jesuits ordained priests in Indonesia
(19-Jul-2017)

The Society of Jesus welcomed six new priests from the Indonesia Province with the ordination of Fathers Antonius Dhimas Hardjuna SJ, Ferdinandus Tuhu Jati Setya Adi SJ, Gerardus Hadian Panamokta SJ, Stephanus Advent Novianto SJ, Thomas Septi Widhiyudana SJ and Thomas Surya Awangga Budiono SJ.
They were ordained by the Archbishop of Semarang, Msgr Robertus Rubiyatmoko, on July 13 in the Church of St Anthony of Padua in Yogyakarta. Emeritus Archbishop of Jakarta Julius Cardinal Darmaatmadja SJ and Fr Arturo Sosa, Superior General of the Society of Jesus, concelebrated the Ordination Mass as did Indonesia Provincial Fr Sunu Hardiyanta SJ and St Ignatius College Rector Fr Andreas Sugijopranoto SJ.
During his homily, Bishop Rubiyatmoko highlighted the many firsts in the occasion. It was his first presbyteral ordination since his appointment as Bishop. It was the first time for Fr General Sosa to concelebrate an ordination Mass in Indonesia, and the first ordination Mass in the local church to have a children's choir. All six ordinands were also from different dioceses.
Speaking at the end of the Mass, Fr General, who was in Indonesia for his first official trip to the Jesuit Conference of Asia Pacific, told the new priests, "Do not be afraid to sail into the deep and be fishers of people". The ordinands had chosen as their ordination theme, "Because of His Grace and Love, I Cast the Net", inspired by the vocation of St Peter.
All six men had studied in minor seminaries prior to entering the Society, with most of them attending the Jesuit-run St Peter Canisius Minor Seminary. All but one, Fr Novianto, studied Theology at Sanata Dharma University, the Jesuit university in Yogyakarta. He did his Theology in the Loyola School of Theology in Manila.
Four of them - Fr Hardjuna, Fr Setya, Fr Budiono and Fr Widhiyudana - have been assigned as associate pastors in different parishes in the Archdiocese of Semarang. Fr Hardjuna will go to St Anne Parish in Duren Sawit, Fr Setya to St Servas Parish in Kampung Sawah, Fr Budiono to St Joseph Parish in Ambarawa and Fr Widhiyudana to St Isidore Parish in Sukorejo.
Fr Novianto will serve as associate pastor of the Immaculate Heart of the Virgin Mary Parish in Tangerang in the Archdiocese of Jakarta, while Fr Panamokta has been assigned to St Aloysius Gonzaga High School in Jakarta.
The new priests led their first mass with the community members of St Ignatius College the day after their ordination.
Source: http://sjapc.net


Dialogue with Buddhists
(17-Jul-2017)

Thank you very much for your time and the wisdom you shared today. I have learned many things from you, and you have given me many things to think about and to pray about.
It is deeply consoling to see how we are united in our desire to promote peace and reconciliation in our world. It is also consoling to see how we share a belief that the path to peace begins from within, from the deep transformation of the inner person, from growing in detachment and in loving kindness.
I am grateful for what my brother Jesuits do to promote dialogue with Buddhism here in Cambodia, whether on the level of scholarly exchange, of prayer together, or on the level of shared life and common action serving the poor. Thank you for the meaningful and inspiring witness of how you live our Jesuit mission of reconciliation.
Among the many things I have learned from Pope Francis, one is his insistence on the importance of creating a culture of encounter. He uses this phrase all the time. He believes that, in our divided world, where some want to build walls, what we need to do is to promote encounter, without fear and with respect, people meeting people, listening deeply and respectfully to one another, building relationships and friendships.
Thank you for this event of encounter this afternoon, which has enriched me, and which I hope will bear fruit in service.
July 15, 2017


A new way of seeing
(17-Jul-2017)

I am very happy to be with you this morning, to celebrate the Eucharist with you. This is my first time to visit a Buddhist country, and to visit Jesuits and partners in mission working together in such a context. So I am looking forward to learning from you and seeing things in a new way from my short visit.
Seeing things is a new way, according to today's readings, leads as to reconciliation and hope. In our first reading, the brothers of Joseph are very afraid after the death of their father Jacob. They fear that their brother Joseph will take revenge on them. In a way, their fear has a basis. They treated Joseph very badly, and caused him terrible suffering when they sold him into slavery because of their hatred and jealousy.
But what we see in today's reading is a very touching story of reconciliation that takes place because of a new way of seeing. Joseph does not deny his suffering or the injustice that happened to him. But through his suffering, he has learned to see things differently. He was able to see God's plan, God making good come out of evil in his life. So he tells his brothers, "Do not be afraid. . . .The evil you planned to do me has by God's design been turned to good." Joseph's words "touched the hearts" of his brothers and made possible a new beginning for them.
In our Gospel, Jesus also helps his disciples to see things in a new way. As he sends out his apostles on mission, they were afraid, knowing that conflicts and hostility awaited them. So he encourages them three times not to be afraid! And he does this by pointing out something that they must have seen everyday, but perhaps did not really notice or see in a deep way. "Can you not buy two sparrows for a penny? And yet not one falls to the ground without your Father knowing," Jesus reminds them. "So there is no need to be afraid; you are worth more than hundreds of sparrows!"
God seems to be reminding us that relationships can be healed and fears can be overcome when we learn to see in a new way, a way rooted in faith, that is able to see God working in our world, tenderly, lovingly, with a plan to save and to make good come out of evil. It may be good to ask ourselves: what relationships in my life, in our communities, in our world need healing? What fears and anxieties trouble me, or burden those around me? How might I be invited to see in a new way, from the viewpoint of faith?
Our readings remind us too of GC 36 , which speaks of our mission today as a mission of reconciliation and hope. In a world of so much violence, divisions and intolerance, we are called to build bridges, to create a "culture of hospitality" and welcome. In a world where there is so much "fear and anger," and where "hope is threatened," we are called to bring the hope of the risen Lord in all our apostolates and ministries. I know that you here in Cambodia have been deeply committed to bringing reconciliation and hope, especially to the poor, since the beginning of this mission. The Word of God today reminds us that this mission of reconciliation and hope involves helping people see themselves, those who have hurt them, those who are different from them, in a new way. It means seeing God working in the midst of broken relationships and difficult situations, and working with him to bring about a more joyful human family.
Perhaps then we can pray for something that seems very simple, in our Eucharist this morning. When Pope Francis met us during GC 36, he surprised us all by telling us that we have to improve in asking God persistently for consolation, so that we too can share that consolation with others. Consolation, which is not just feeling good, but, as St. Ignatius reminds us, is an increase of faith, hope and love in us, allows us to see the world in a different way, because we see our gracious God acting in it and inviting us to join him. May the Lord fill each one of us with consolation, so that we can more joyfully promote reconciliation and inspire hope in our world.
Siem Reap, Cambodia Homily, 15 July 2017


Fr General Arturo Sosa highlights community and collaboration in visit to Indonesia
(15-Jul-2017)

Fr Arturo Sosa SJ kicked off his first official trip to Asia Pacific as Superior General of the Society of Jesus with a visit to the world's most populous Muslim nation - Indonesia. Fr Sosa, who spent most of his three-day visit from July 11 to 13 in Yogyakarta, stressed that he was there "to learn and not to teach".
At a gathering with some 300 Jesuits of the Indonesian Province on July 12 at the Driyarkara Auditorium of Sanata Dharma University, Fr Sosa learned the context and challenges they face in Indonesia. Among these challenges are addressing the country's poverty, environmental degradation and radicalism.
He told the Province to take courage and affirmed their efforts in collaboration. "We have to grow in awareness that we are collaborators in God's mission, and God is active," he said. "What seems impossible is possible because God's actions will lead us in His direction. So don't be afraid."
He also underscored community life as an essential dimension of the Jesuit mission. "Only if we have good community life can we be good messengers. Discernment is very important. It links with life and mission. The mission is the main concern, the organisation will follow," he said.
After the gathering, the Superior General held a closed door meeting with Jesuit scholastics and novices before celebrating a cultural Mass with the the Jesuits, lay collaborators and Sanata Dharma community. Concelebrating with him were Jesuit jubilarians celebrating 25, 40, 50, 60 and 70 years in the Society and in the priesthood.
In his homily, Fr General highlighted the diversity of the twelve men Jesus chose to share his mission, relating it to the congregation. "We too are so diverse ... We have Christians and some who belong to other faith traditions. But we are united by our commitment to the mission of Christ."
However, diversity is also a challenge, he said, because many people are afraid of those who are different from them and it is this fear that builds walls and often results in violence. "Community and collaboration are very important invitations to all of us today, precisely because we live in a world of so much division, polarisation and fear of diversity."
Fr General also met with some leading Muslim scholars. He opened the conversation by speaking of his desire to learn about the context of Indonesia, sharing how his country, Venezuela, is also a pluralistic society in terms of its ethnic and historical background.
Two Muslim professors of Sanata Dharma University shared that in their decades of teaching at the Jesuit university, they have found respect, inclusion and a shared mission. Dr Suhadi from Gajah Mada University related how the concept of a Pesantren, the Islamic boarding school, is similar to that of the seminary. Fr Sosa responded by echoing Pope Francis' words at the Conference for Peace in Cairo last April that "Religion is not a problem but part of the solution".
"If people can see us [Muslims and Christians] working together in the service of the human family, especially the poor, then they might see what is deepest in our hearts and what binds us together: our faith in a merciful God who wants, not violence and hatred, but love and peace in our world," he said.
In the evening, Fr Sosa gave a striking message to some 800 Jesuits and collaborators during a cultural programme celebrating collaboration. Collaboration, he told them, is rooted in the Trinitarian God who, looking down on the world, decides to collaborate to save humanity. He then led the group in praying an especially composed prayer for collaboration, in Bahasa Indonesia and English.
On July 13, Fr Sosa met with Archbishop of Semarang Msgr Robertus Rubiyatmoko and assured him of the Jesuits' support for the Church in Indonesia, especially in the work for the poor and marginalised. He then presented the Archbishop with an image of Maria de la Strada taken from one of the altars in the Church of Gesu in Rome.
Before concluding his trip in the country, the Superior General concelebrated the Ordination Mass of six Indonesian Jesuits. Speaking at the end of the Mass, he repeated to the newly ordained priests what he had told the Jesuits at their gathering the day before: "Do not be afraid. We need courageous people in the Society and in the Indonesian Church".
The whirlwind visit was a time of grace for the Jesuits in Indonesia, who took his words to them to heart in their discussion of the implications of his message to their life and mission. As Indonesian Provincial Fr Petrus Sunu Hardiyanta said, "We are really grateful that Indonesia Province had the opportunity to be visited by Fr General. The generosity of Jesuit missionaries in the past has generated generous Jesuits, generous colleaagues and alumni of our schools, colleges and University, who are now working not only in Indonesia but also in Thailand, Myanmar and Cambodia. Fr General has invited us to deeper collaboration, community life and communal discernment in order to serve the mission better."
Source: http://sjapc.net


Dialogue avec des laïcs catholiques membres de la Société publique
(14-Jul-2017)

J’exprime ma reconnaissance à la Province jésuite d’Indonésie qui a organisé ce dialogue avec vous, les laïcs catholiques qui avez reçu ce que le pape François a appelé « le virus » de la formation ignatienne et qui, jouez à présent un rôle important dans la société indonésienne. Saint Ignace avait l’habitude de se nommer lui-même « le pèlerin », quelqu’un qui recherche activement la volonté de Dieu. J’aimerais employer ce mot pour moi-même et pour nous tous aussi. Je viens ici en tant que pèlerin parmi mes compagnons-pèlerins et non comme un expert ayant toutes les réponses. J’ai reçu une liste de questions possibles que vous apportez dans ce dialogue, mais j’ai aussi une liste de questions que je désire vous poser ! J’ai l’espoir qu’à travers notre bref échange, nous pouvons nous aider les uns les autres à voir plus clairement ce que Dieu peut nous appeler à être et à faire dans notre monde qui a tant de beauté et d’espoir, mais qui porte aussi tant de souffrance et de désespoir.
Le but de ces brèves remarques est donc de proposer quelques pensées qui peuvent initier ou stimuler notre dialogue. Ce que j’aimerais faire c’est de partager quelques perspectives de la récente 36e Congrégation générale qui a eu lieu à Rome l’année dernière, et pendant laquelle nous avons réfléchi sur les inquiétudes dans l’Eglise et dans le monde et discerné notre réponse en tant que Compagnie.
Mon partage comporte trois parties. D’abord, j’identifierai quelques problèmes mondiaux qui nous défient et demandent une réponse. En second lieu, j’aimerais dire un mot sur la réponse de la Compagnie résumée dans le mot « réconciliation ». Troisièmement, je terminerai avec quelques éléments qui rendront possible un renouveau dans nos apostolats et nos ministères. Espérons que cette présentation vous permette d’avoir une meilleure compréhension des inquiétudes de la Compagnie de Jésus aujourd’hui et à commencer notre conversation.

I. La situation du monde
Nous avons débuté la Congrégation en réfléchissant sur un document intitulé De Statu Societatis qui avait été préparé par un comité spécial, qui incluait un de vos remarquables intellectuels indonésiens, le Père Herry Priyono. Ce document soulignait quelques ombres et lumières dans notre monde d’aujourd’hui, des zones d’inquiétude sérieuse pour toute l’humanité, pour l’Eglise et pour la Compagne de Jésus. Permettez que je fasse état de six zones d’inquiétude mondiale reliées entre elles :
• D’abord des changements démographiques sans précédent. Des millions de gens sont devenus des migrants et des réfugiés, qui fuient les conflits, la pauvreté, les désastres naturels, et sont à la recherche d’une vie meilleure. Certaines sociétés ont été accueillantes, mais d’autres ont réagi avec crainte et colère, en cherchant à construire des murs et à renforcer les barrières.
• Deuxièmement, une inégalité croissante. Tandis que le système économique mondial a créé une énorme richesse et a permis à certains pays de tirer de la pauvreté de larges segments de leur population, dans le même temps l’inégalité s’accroît d’une manière stupéfiante. L’abîme entre riches et pauvres a augmenté, et certains groupes de la population, tels que les indigènes, sont devenus encore plus marginalisés.
• Troisièmement, accroissement de la polarisation et des conflits. La guerre, les conflits, les actes de violence, l’intolérance et la terreur sont en augmentation. Alors que les véritables causes de cette polarisation sont la pauvreté, la crainte, l’ignorance et le désespoir, il est triste de voir que l’on justifie beaucoup la violence en utilisant le nom de Dieu. L’emploi de la religion et de Dieu pour justifier la haine et la violence est l’un des grands signes négatifs de notre temps.
• Quatrièmement, la crise écologique qui affecte ce que le Pape François a nommé notre « maison commune ». Ainsi que le Pape François l’a souligné dans Laudato Si’, la manière dominante dont les êtres humains produisent et consomment et la propagation d’une culture du gaspillage ont gravement endommagé l’environnement et menacent la continuité de notre planète pour les générations futures.
• Cinquièmement, l’ « écosystème numérique qui se développe ». Internet et les moyens de communication sociaux ont changé la manière dont les êtres humains pensent, réagissent, communiquent et interagissent. Ce n’est pas seulement une question de technologie, mais un monde nouveau dans lequel les gens vivent. C’est le commencement d’un vaste changement culturel qui progresse à une vitesse inimaginable, en affectant les relations intergénérationnelles et personnelles, et en défiant les valeurs culturelles traditionnelles. Cet écosystème numérique a rendu possible la propagation de l’information et la mondialisation de la solidarité ; mais il a aussi donné lieu à des divisions plus grandes, à la propagation d’une haine virale et de fausses nouvelles.
• Sixièmement, l’affaiblissement de la politique comme moyen de rechercher un bien commun. En beaucoup de lieux dans le monde, un vaste désenchantement s’est répandu sur la manière dont la politique a été menée par les politiciens et les partis politiques. On est profondément mécontent des dirigeants politiques et méfiant à leur égard, car beaucoup d’attentes ne sont pas remplies et des problèmes ne sont pas résolus. Ce mécontentement a permis à certains dirigeants populistes de prendre le pouvoir en exploitant la peur et la colère des gens et avec des promesses séduisantes de changement mais non réalistes.

II. La mission de Dieu, notre mission
La plupart des êtres humains inquiets sont prêts à demander : Que devons-nous faire, face à ces énormes défis ?
Pour les croyants, néanmoins, la première question à poser est : que fait Dieu, comment agit Dieu dans ce monde ? Saint Ignace nous rappelle que Dieu travaille avec amour dans le monde ; et le cœur de la spiritualité ignatienne est le discernement, en cherchant à voir comment Dieu travaille dans le monde et comment il nous appelle en tant qu’individus ou groupes à partager son travail.
En réfléchissant à ce monde à la lumière de la Parole de Dieu et de notre expérience, la 36e CG a repris connaissance de ce que saint Paul a écrit à ce sujet dans la Deuxième Lettre aux Corinthiens : Dieu « réconcilie le monde avec lui-même dans le Christ » (2 Cor 5,19). Ainsi, la 36e CG a senti fortement « l’appel à partager l’œuvre de réconciliation de Dieu dans notre monde désuni » (36e CG, D. 1, n°21). Elle a reconnu que cette œuvre de réconciliation a trois dimensions : la réconciliation avec Dieu ; la réconciliation les uns avec les autres ; et la réconciliation avec la création. C’est ainsi que la Compagnie de Jésus voit aujourd’hui sa mission, son appel par le Seigneur.
Nous n’aurons pas le temps de voir en profondeur ces trois dimensions, mais permettez-moi de dire un mot sur chacune des ces dimensions de la mission.
•D’abord, réconciliation avec Dieu. Je cite certaines des paroles frappantes du discours que le Pape François a donné en Égypte, en avril dernier, quand il a participé à la Conférence de la paix organisée par la Grand Iman du Caire. Le Pape François a dit alors : « La religion n’est pas un problème mais une partie de la solution ; contre la tentation de s’installer dans une vie banale et sans inspiration, où tout commence et finit ici-bas, la religion nous rappelle le besoin d’élever nos cœurs vers le Très Haut afin d’apprendre comment bâtir la cité de l’homme. »
« La religion n’est pas un problème mais une partie de la solution. » Un monde de plus en plus sécularisé considère, par exemple, que la religion est le problème, la cause de la violence. Ainsi, une partie de notre mission doit être de témoigner que la religion, ou mieux, la foi est une « partie de la solution ». La religion, la religion vraie nous aide à rendre le monde plus humain et non pas moins humain. Je pense que c’est la raison pour laquelle le Pape François est si efficace comme dirigeant religieux : il est avant tout un témoin. Il est tout à fait conséquent ; il montre de façon convaincante combien la foi en Christ rend une personne joyeuse, compassionnée, libre. Nous jésuites nous savons que nous avons à beaucoup nous convertir si nous voulons être de meilleurs témoins. Nos paroles sont souvent meilleures que nos vies.
Mon prédécesseur, le Père Nicolas, qui a vécu pendant 40 ans en Asie, a toujours souligné l’importance du témoignage en Asie, du témoignage qui est plus puissant que les paroles. Mais le témoignage, s’il est réel, doit venir de l’intérieur, d’une relation authentique et profonde avec Dieu. Ainsi la 36e CG souligne que la Compagnie doit continuer à promouvoir la spiritualité ignatienne et tous les ministères qui aident les gens à connaître, aimer le Dieu vivant et à se confier à lui.
Ce centrage sur le renouveau de la spiritualité ignatienne est un appel que nous sentons pour nous-mêmes comme jésuites. La 36e CG appelle la Compagnie à un « profond renouveau spirituel ». Mais nous sommes aussi convaincus que la spiritualité ignatienne est un don à toute l’Eglise, spécialement pour ceux qui sont activement engagés dans le service comme vous. Un des signes d’espoir que je vois est que de nombreux laïcs sont formés en profondeur comme guides spirituels et directeurs de conscience en beaucoup d’endroits du monde, y compris l’Asie, la Chine, les Philippines, Hong-Kong, le Vietnam, par exemple. Je suis très heureux de voir que des programmes pour le leadership ignatien pour jésuites et laïcs sont développés et organisés en Asie, Europe, aux Etats-Unis et en Amérique latine.
• Deuxièmement, la réconciliation au sein de l’humanité. La 36e CG a souligné trois formes de souffrance et d’aliénation qui requièrent de la Compagnie de Jésus une attention spéciale : à savoir, en premier, les personnes déplacées, c’est-à-dire les migrants et les réfugiés ; en second, les gens marginalisés qui souffrent le plus de l’inégalité croissante dans le monde, tels que les peuples indigènes ; en troisième lieu, la violence et l’intolérance justifiées par des « convictions religieuses déformées ».
Il y a beaucoup à dire, mais je voudrais simplement souligner ici deux points de la 36e CG. D’abord, la 36e CG demande que la « Compagnie encourage partout une culture plus généreuse de l’hospitalité ». L’hospitalité est une des vertus les plus importantes et les plus négligées de notre monde. Ce n’est pas simplement une affaire d’élégance sociale ou de politesse, une manière d’accueillir des invités. C’est la vertu qui me permet d’entendre la revendication morale de tout être humain à mon endroit, sans tenir compte de sa race, de son sexe, de sa classe ou de sa religion, simplement parce que l’autre personne est un être humain, créé à l’image de Dieu. C’est la vertu qui permet aux gens de voir les personnes différentes non comme des menaces ou des ennemis à craindre, mais comme des êtres humains semblables qu’il faut accueillir. Il n’est pas facile de promouvoir cette manière de voir, car beaucoup d’éléments dans notre culture d’aujourd’hui, que ce soit les dirigeants politiques ou soi-disant religieux, ou les média, encouragent la crainte, la suspicion et l’exclusion au lieu de l’hospitalité.
En second, la 36e CG souligne aussi l’importance de l’éducation pour former des hommes et des femmes engagés à promouvoir la réconciliation et capables de le faire. L’éducation dans des structures officielles et privées est le plus grand engagement apostolique de la Compagnie de Jésus et le champ d’une vaste collaboration avec tant d’autres.
J’aimerais seulement mentionner l’exemple du Jesuit Refugee Service, qui s’est récemment davantage engagé dans l’éducation pour les réfugiés aux niveaux primaire, secondaire et supérieur. Il y a des millions d’enfants mêlés aujourd’hui aux réfugiés et la longueur moyenne du temps de déplacement, y compris le séjour dans les camps de réfugiés, est de 17 ans. Sans éducation, ces enfants réfugiés n’ont pas de futur. De plus, l’ancien directeur international du JRS a toujours montré que sans éducation, les camps de réfugiés ne deviennent que des terrains de croissance pour l’extrémisme. En même temps, ces enfants ne seront pas des réfugiés ou des personnes déplacées pour le reste de leur vie. Ils ont besoin qu’on les aide à ne pas dilapider ce moment de leur vie où l’on peut les former pour un futur meilleur.
• Troisièmement, la réconciliation avec la création. La 36e CG soutient sans réserve l’analyse du Pape François dans Laudato Si’, qui dit que la crise environnementale dans notre monde est due à la profonde crise sociale : la manière dont nos systèmes économiques actuels produisent, consomment et mettent au rebut. Ainsi, la 36e CG demande à la Société de contribuer à promouvoir un type de développement plus durable.
Comme vous le savez, les discussions dans ce domaine des modèles du développement économique sont très intenses. Beaucoup d’intellectuels, d’universitaires et de politiciens ne sont pas d’accord avec la conception qu’a le Pape François sur la connexion entre la crise économique, sociale et environnementale. Beaucoup d’entre eux sont sceptiques sur la possibilité d’un autre modèle économique et ils nient que la connexion entre l’économie et la justice soit la base fondamentale d’une société démocratique. Nous ne partageons pas leur avis. Nous croyons que ce qui semble impossible est possible. Nous savons qu’un autre monde est possible, et nous faisons de notre mieux pour contribuer à ce qu’il advienne. Pour vous donner seulement un exemple : récemment un petit groupe de jésuites internationaux et de dirigeants laïcs de nos centres sociaux et universités a soulevé l’attention avec une analyse importante du modèle économique du monde présent qui a été publiée dans Promotio Iustitiae.
outefois, j’aimerais simplement souligner que la 36e CG n’appelle pas seulement à ces grandes solutions mondiales pour la crise économique du monde. Elle préconise deux démarches très pratiques et plus difficiles à certains égards. Premièrement, « changer nos modes de vie personnels et de communauté ». C’est un grand défi. Deuxièmement, « célébrer la création, savoir remercier ». Je me souviens d’un jésuite sensé, très engagé dans l’écologie, qui insistait en disant que nous devons commencer par remercier pour la création, car nous ne protègerons pas ce que nous n’aimons pas, et nous ne pouvons aimer notre maison commune que si nous savons célébrer et remercier pour elle.

III. Vers un renouveau de notre service
J’ai décrit certains problèmes mondiaux qui nous concernent, et j’ai aussi expliqué l’articulation de notre mission d’aujourd’hui comme une mission qui promeut la réconciliation avec Dieu, la réconciliation au sein de l’humanité et la réconciliation avec la création. Permettez que je termine en identifiant certains éléments concrets qui devraient caractériser notre service ou apostolat si nous voulons être des serviteurs plus efficaces de la mission de réconciliation du Christ. La 36e CG destine ces éléments aux jésuites et aux œuvres jésuites (cf. Déc. 1, n° 31-38) ; mais je pense que vous pouvez penser qu’ils vous sont aussi applicables ; aussi proposerai-je quelques questions permettant à chacun d’entre vous de réfléchir.
• D’abord, « tous nos ministères devraient chercher à bâtir des ponts, à renforcer la paix. » Chacun peut se demander : dans mon service, est-ce que je construis des ponts, est-ce que j’encourage la compréhension mutuelle, le pardon, la communion ou bien est-ce que je polarise et divise davantage ?
• Deuxièmement, la profondeur. C’était un terme favori de notre ancien Père Général. Par ce mot, il signifiait la profondeur spirituelle, un profond enracinement en Dieu, mais aussi de la profondeur intellectuelle, parce que les problèmes complexes de notre temps nécessitent de la profondeur dans la réflexion et la compréhension de ce qui mènera à des solutions vraies, plus durables. Quelle portion de mon service consacré-je à ma foi, à ma relation avec le Seigneur ? Ce que je fais est-il marqué par une étude, une réflexion, une analyse sérieuse ?
• Troisièmement, la collaboration. La mission de Jésus Christ n’appartient pas à la Compagnie de Jésus, mais à tous ceux qui se sentent attirés par cette mission, y compris ceux qui ne connaissent pas Jésus mais embrassent ses valeurs. Les défis sont si grands que le temps des « combattants isolés » est révolu ; nous ne pouvons répondre aux grands défis que si nous voulons travailler ensemble. Nous sommes invités à devenir une minima Compañia en collaboration, centrés sur la collaboration avec d’autres dans la mission du Christ. Est-ce que je fais vraiment appel à la collaboration ? Dans quelle mesure est-ce que je facilite le service en commun et jusqu’à quel point y fais-je parfois obstacle ?
• Quatrièmement, mettre en œuvre les processus. Une fois de plus, la 36e CG a emprunté cette idée au Pape François, lui qui nous a dit avec insistance que nous ne devrions pas tant nous soucier « de l’occupation des espaces, que de la mise en œuvre des processus ». En d’autres termes, nous ne mesurons pas notre efficacité par la taille de nos bâtiments ou le nombre de nos étudiants, mais en demandant : parmi les gens que nous aidons et dans les œuvres que nous faisons, les personnes et les sociétés vivent-ils des processus de changement et de transformation ?
• Enfin, l'espoir. « Plus que jamais nous avons besoin d’apporter un message d’espoir », a dit la 36e CG avec insistance, « un espoir qui est né de la consolation de la rencontre avec le Seigneur ressuscité ». Il y a tant de désespoir et de désolation dans notre monde. Les espoirs que le monde consumériste donne aux jeunes ? un nouveau téléphone cellulaire, un nouveau gadget? sont trop minuscules pour le cœur des êtres humains. Beaucoup de personnes embrassent les mouvements extrémistes précisément parce que ces mouvements relient les individus à un but, à un rêve, à une histoire plus larges qui sont dignes du sacrifice de leur vie. Qu’en est-il de nous ? Où trouvé-je de l’espoir dans ma vie ou mon travail ? Que faisons-nous pour faire grandir l’espoir parmi ceux que je sers ?
Je m’arrêterai ici, mais j’espère que ces pensées peuvent stimuler notre conversation. J’ai aussi des questions, mais nous commencerons par vos questions. Je profite de cette occasion pour vous remercier de votre soutien à l’égard de la Compagnie de Jésus. Je vous demande aussi de continuer à prier pour nous, à dialoguer avec nous, à nous corriger quand c’est nécessaire, de sorte qu’ensemble nous puissions servir la mission de réconciliation de Dieu dans notre monde.

Jakarta, Indonésie, 13 juillet 2017

 


Nous savons que nous vivons dans un monde dans lequel beaucoup redoutent la diversité
(13-Jul-2017)

Dans notre évangile d’aujourd’hui, nous entendons l’histoire du Seigneur qui choisit les douze apôtres et leur confie une mission. Jésus appelle à lui douze de ses disciples et leur donne le pouvoir de partager sa mission, la mission de libérer ceux que « les esprits mauvais » rendent captifs, et de guérir « tout mal et toute maladie ». Mais ce qui me frappe le plus aujourd’hui, c’est la diversité des hommes qu’il a choisis pour partager sa mission. Ils étaient très différents les uns des autres.
Par exemple, nous savons que Pierre est un homme spontané, impulsif qui parle avant de penser, comme lorsqu’il a demandé à Jésus de marcher sur les eaux ou quand il a dit qu’il ne renierait jamais Jésus. D’un autre côté, nous avons Thomas qui semblait être à l’opposé, si prudent qu’il ne pouvait pas croire que Jésus était ressuscité jusqu’à ce qu’il en eut la preuve. Nous avons les frères Jacques et Jean que Jésus a surnommés « les Fils du Tonnerre », Boanerges, peut-être parce qu’ils étaient si bruyants et si colériques qu’ils voulaient que le feu s’abatte sur un village samaritain qui n’acceptait pas la présence de Jésus. D’autre part, il y a Jacques fils d’Alphée qui doit avoir été si tranquille que les évangiles ne rapportent pas une seule parole de lui. Leurs vues politiques doivent aussi avoir été différentes. Dans le groupe, il y avait « Matthieu le percepteur d’impôts », qui a dû être une sorte de collaborateur des occupants romains. Mais il y avait aussi « Simon le Cananéen » que l’on identifie à Simon le Zélote, qui a pu avoir une relation avec le mouvement juif pour l’indépendance.
Avec toute leur diversité, Jésus les a envoyés en tant que groupe, comme un corps apostolique, et non pas seulement comme des individus. Matthieu dit, « Jésus envoya ces douze. » Le nom « les douze » est devenu un groupe reconnaissable dans la communauté de Jésus.
Cet évangile est comme un miroir pour nous qui sommes ici rassemblés aujourd’hui. Nous aussi nous sommes si différents. Il y a des jésuites de différents pays, tels que l’Indonésie, l’Allemagne, Myanmar, la Thaïlande - et un jésuite du Venezuela ! Nous avons des fidèles laïcs, religieux et prêtres ; nous avons des chrétiens et certains qui appartiennent à d’autres traditions de foi. Mais nous sommes unis dans notre engagement dans la mission du Christ : libérer ceux qui sont réduits en esclavage, guérir ceux qui souffrent et proclamer la proximité du Royaume de Dieu.
La diversité est un don, mais c’est aussi un défi. Nous savons que nous vivons dans un monde dans lequel beaucoup ont peur de la diversité, dans lequel on a peur de ceux qui sont différents, une peur qui construit des murs et aboutit souvent tristement à la violence. En Indonésie vous connaissez trop bien cette triste réalité. Nos dernières Congrégations Générales ont insisté sur la communauté en tant que mission et collaboration parmi les jésuites et leurs partenaires dans la mission. Ces deux mots, communauté et collaboration sont, je crois, des invitations très importantes pour nous tous aujourd’hui, précisément parce que nous vivons dans un monde où il y a tant de division, de polarisation et de peur de la diversité.
Comment pouvons-nous croître dans notre vie de communauté comme mission et en collaboration missionnaire ?
Il y a 478 ans, à Rome, dix hommes de milieux et de personnalités très différents se sont réunis pour discerner ensemble si Dieu les appelait à rester unis comme groupe. Certains de leurs pays étaient en guerre entre eux. Certains venaient de familles nobles, d’autres étaient d’origine paysanne. Mais, après un temps consacré à la prière, à la réflexion et au partage, ces premiers compagnons d’Ignace ont discerné que la volonté de Dieu était qu’ils restent ensemble.
Il serait bon de se souvenir de ce qu’ils ont rapporté dans le document célèbre, la Délibération des Premiers Pères : « Puisqu’il est apparu convenable à notre très miséricordieux et affectueux Seigneur de nous rassembler et de nous lier les uns aux autres – nous qui sommes si fragiles et qui proviennent de milieux nationaux et culturels si divers – nous ne devons pas séparer ce que Dieu a uni et lié ensemble. Plutôt, chaque jour qui passe nous devrions confirmer et renforcer le lien d’union, en formant nous-mêmes un seul corps. Pour chacun, la connaissance et le souci des autres devraient les conduire à une moisson plus abondante des âmes ; car le pouvoir spirituel aussi bien que naturel est intensifié et renforcé lorsqu’il est uni dans une entreprise difficile commune bien plus que lorsqu’il demeure fragmenté en beaucoup de parts. »
Il serait bon de se souvenir de ce qu’ils ont rapporté dans le document célèbre, la Délibération des Premiers Pères : « Puisqu’il est apparu convenable à notre très miséricordieux et affectueux Seigneur de nous rassembler et de nous lier les uns aux autres – nous qui sommes si fragiles et qui proviennent de milieux nationaux et culturels si divers – nous ne devons pas séparer ce que Dieu a uni et lié ensemble. Plutôt, chaque jour qui passe nous devrions confirmer et renforcer le lien d’union, en formant nous-mêmes un seul corps. Pour chacun, la connaissance et le souci des autres devraient les conduire à une moisson plus abondante des âmes ; car le pouvoir spirituel aussi bien que naturel est intensifié et renforcé lorsqu’il est uni dans une entreprise difficile commune bien plus que lorsqu’il demeure fragmenté en beaucoup de parts. »
Est-ce que je crois réellement, profondément que les frères avec lesquels je vis, qui sont si différents, si uniques, me sont unis par l’appel du Seigneur ? Est-ce que je crois vraiment que ceux avec lesquels je contribue à différents apostolats sont avec moi parce que le Seigneur les a aussi appelés ? Comment essayai-je concrètement, « à chaque jour qui passe », de renforcer le lien d’union ? Quelles attitudes en moi ou quelles actions ou paroles de moi créent une distance ou une division, au lieu de l’union, et comment le Seigneur peut-il m’appeler à changer ?
En second lieu, les premiers pères ont écrit que « chacun devrait connaître les autres et se soucier d’eux. » Trop souvent, nous entendons les jésuites dire que leur communauté est comme un pensionnat ou un hôtel. Nous avons des relations agréables mais superficielles entre nous. Nous entendons quelquefois quelque chose de semblable dans nos ministères, parmi les jésuites et nos partenaires dans la mission. C’est pourquoi la 36e CG insiste tant sur la création d’espace dans les communautés « en vue de la rencontre et du partage », pour « une conversation spirituelle » (36e CG, D. 1, n°10 et 12). La 36e CG nous rappelle que « cette disposition à veiller à l’Esprit dans nos relations doit inclure ceux avec lesquels nous travaillons » (n° 14).
Quelquefois, nous jésuites, avons peur des espaces vides. Quand il y a un espace vide, nous le remplissons immédiatement avec un travail ou des distractions. La 36e CG nous invite clairement à créer un espace, à « faire de la place », de sorte que nous puissions nous connaître les uns les autres et nous soucier les uns des autres plus profondément. Comment pouvons-nous y parvenir plus concrètement dans nos communautés et nos ministères ? Rappelez-vous que cette connaissance et ce souci plus profonds entre nous vise au bien de la mission : comme l’ont dit les premiers compagnons, cela conduit à « une moisson des âmes plus abondante. »
En nous réunissant ce matin, nous prions le Seigneur d’apporter la paix et la compréhension à notre monde divisé et désuni. Et nous prions pour que, comme les douze, comme les premiers compagnons, nous puissions être de meilleurs instruments de cette paix du Seigneur, en donnant un témoignage plus crédible en menant une vie de communauté plus généreuse et plus joyeuse qui soit mission et collaboration dans la mission.


« La religion n'est pas un problème, mais une partie de la solution » P. Arturo Sosa, S.J.
(13-Jul-2017)

Dialogue avec des dirigeants musulmans,
Je vous remercie pour le temps et la sagesse que vous avez partagés cet après-midi. J’ai appris beaucoup et vous m’avez donné beaucoup à réfléchir et de quoi prier.
Pour conclure, je désire partager un passage du discours du pape François au Caire, à la Conférence de la Paix organisée par l’iman du Caire. Ces paroles m’ont beaucoup frappé. Le Pape François a dit : « La religion n’est pas un problème mais une partie de la solution : contre la tentation de se fixer dans une vie banale et sans inspiration où tout commence et finit ici- bas ; la religion nous rappelle la nécessité d’élever nos cœurs vers le Très Haut afin d’apprendre comment bâtir la cité de l’homme. »
« La religion n’est pas un problème mais une partie de la solution. » Je pense que nous ne pouvons que convaincre les gens de cela et œuvrer ensemble contre l’extrémisme, si nous montrons que la foi en Dieu nous conduit à bâtir la cité de l’homme, à rendre l’histoire plus humaine. C’est pourquoi le dialogue d’une action commune, dans l’éducation et le développement social, ainsi que nous en avons discuté aujourd’hui, est un pas positif en avant. Si les gens peuvent nous voir travailler ensemble au service de la famille humaine, spécialement les pauvres, alors ils pourront voir ce qui est le plus profond dans nos cœurs et ce qui nous mie ensemble : notre foi dans un Dieu miséricordieux qui désire dans notre monde non pas la violence et la haine, mais l’amour et la paix.
Merci à vous. Que Dieu nous bénisse tous ainsi que tous ceux qui travaillent à la paix au nom de Dieu.
Yogyakarta, 12 juillet 2017


Le P. Général Arturo Sosa fait sa première visite au JCAP
(12-Jul-2017)

Le Supérieur Général de la Compagnie de Jésus, le p. Arturo Sosa, est arrivé le 11 juillet à Yogyakarta, en Indonésie, pour sa première visite a la Conférence des jésuites d'Asie
Pacifique (JCAP). Pour en savoir davantage (en anglais)...


Le Centre Xavier de Recherche historique (XCHR) inaugure Etudes jésuites en Asie du Sud
(10-Jul-2017)

Etudes jésuites en Asie du Sud : Rapport sur la Rencontre de GOA

Le Centre Xavier de Recherche historique (XCHR) a inauguré son programme d’Etudes jésuites en Asie du Sud avec une Rencontre intitulée Pour une Histoire des Jésuites en Asie du sud : période d’après la restauration. La Rencontre a été officiellement ouverte, le 29 juin, par le provincial de Goa, le Père Rosario Rocha, S.J., en présence d’environ 30 jésuites et participants laïcs des quatre zones administratives de l’Asie du Sud (Nord, Sud, Ouest et Centre). Les exposés et les discussions de la Rencontre ont mis en lumière la richesse et la complexité de l’histoire jésuite en Asie du Sud.
Les 16 exposés officiels écrits, qui couvrent l’espace géographique du Népal au Kerala, ont mis en valeur l’importance de l’engagement jésuite en Asie du Sud. Les exposés traitaient de sujets tels que les sources archivistiques jésuites en Inde et à Rome ; la pénétration de l’Adivasi en Inde du centre, du sud et de l’ouest ; les recherches en sciences botanique et physique ; l’éducation, l’art et l’architecture ; les activités missionnaires et les relations interreligieuses et au sein d’une même foi, etc. Les discussions informelles, les partages de groupe, et les rencontres de campus en tête-à-tête débouchant sur des échanges intellectuels stimulants et de possibles perspectives de collaboration. Les participants ont eu le plaisir de découvrir (quelques-uns pour la première fois) l’héritage multiculturel jésuite à travers l’Asie du Sud. Les textes écrits seront ensuite édités et publiés en 2018.
XCHR s’est révélé être un lieu approprié pour cette Rencontre. Les bâtiments bien conçus au cœur d’un campus vert, propre et tranquille ont procuré l’atmosphère qui convenait pour des échanges intellectuels et sociaux. Notre institution sœur à la porte à côté, le Centre de langues Konknni, a rempli le rôle d’un endroit excellent pour l’hospitalité et les échanges sociaux. Une représentation culturelle de chants et de danses par les villageois voisins de Socorro ont diverti le public entier de la Rencontre. Enfin, en marchant sur les traces de François Xavier, la Rencontre a terminé en beauté avec une célébration eucharistique au mausolée du Saint, dans la Basilique du « Bom Jesus », dans le Vieux Goa historique.
Le programme nouvellement inauguré d’Etudes jésuites de l’Asie du Sud se propose de développer ses activités par des séminaires, des études, de la recherche, des conférences, des publications, etc. Le but principal des Etudes jésuites est d’encourager la recherche et la publication d’articles scientifiques pour une plus large circulation aux dimensions du monde. Si vous ou d’autres personnes que vous connaissez êtes intéressés par le projet des Etudes jésuites, ayez la bonté de prendre contact avec nous à :
Jesuit.studies@xchr.in ou xchr.studies@gmail.com
Savio Abreu SJ, Rinald D'Souza SJ, Anthony da Silva SJ
Organisateurs, Etudes jésuites en Asie du Sud

 


Meeting of jesuit editors
(27-Jun-2017)

It is difficult to date the creation of the network of european jesuit cultural reviews. However, one can say for certainty that it existed 40 years ago, long before internet was widespread. The directors of these reviews meet once a year in order to discuss their mission and identity, share ideas and articles, exchange information on the progress and difficulties encountered working on their reviews, as well as the current political and religious news in their respective countries.
For the fourth time since 1982, the meeting this year was organised by choisir of Switzerland, from the 25th to 28th of May, at the domain of Notre-Dame de la Route in Fribourg.
Present this year were the jesuit or lay-person leaders of Civiltà Cattolica (Roma), Obnovlejni Zivot (Zagreb), Horizontes (Athenes), Etudes (Paris), Streven (Antwerp), À Sziv (Budapest), Signum (Stockholm), Thinking Faith (London) ... and of course choisir (Geneva). They were joined during one evening, by the provincial of Switzerland, Christian Rütishauser.
These reviews represent for our Order precious instruments of intellectual apostolate. Their aim remains the same: integrate faith in the local culture, and intervene discerningly in the societal debate. The means used to undertake this mission do not cease to change, for, similar to other written media, the jesuit reviews face difficulties in terms of circulation. Thus a greater internet presence is sought along with the organisation of multiple events (conferences, book editing, etc.).
These moments of exchange allow the guests to discover, and for some rediscover the social, political and cultural landscape of the host country. The relations between the Christian faiths in Switzerland are well advanced, helped by the presence in Geneva of the headquarters of the World Council of Churches (WCC). Jean-Blaise Fellay, former editor-in-chief of choisir recalls having brought his colleagues to the Mur des Réformateurs in 1982. In this year of the 500th anniversary of the Reformation, the subject is once again relevant. Reverend Martin Robra of the WCC, expert on ecological and ethical questions, discussed the relations between the Catholic Church and the WCC during his talk with the guests. He described the key dimensions of the ecumenical and inter-religious dialogue, based on recent events: the Pope's presence at the commemoration of the 500th anniversary of the Reformation in Lund in 2016, the World Mission Conference to take place in 2018 in Tanzania, the World Day of Prayer for the Care of Creation, the call for an inter-religious meeting in Cairo from the Grand Imam of Al Azhar, Sheikh Ahmed al-Tayeb. "These four events represent unity, the mission, justice, peace and inter-religious dialogue" stated Reverend Robra.
These four days spent together also included joint celebrations of the eucharist and recreational activities such as the visit to the College of Saint-Michael in Fribourg, site of the tomb of Saint Peter Canisius sj.
Lucienne Bittar, rédactrice en chef de choisir


Father General holds extended council meeting
(13-Jun-2017)

Father General's Enlarged Council consisting of all the Assistants, six Presidents of the Conferences, four Secretaries (Secondary Education, Higher Education, Social Justice, Collaboration) met in Rome for an eight day retreat together and a Tempo forte (intense time of reflection on the life and mission of the Society). The retreat was held outside Rome about 80 km away at Torricella; Ignatian in approach and content, Father Paolo Alonso, SJ, from Spain led us through the retreat. It was a precious quiet time with the Lord and with one another; building ourselves up in the Spirit to function as a Council body.

This in fact is a follow up of GC36, especially of Decree 2, on Governance - a new way of looking at governance in the Society. This enlarged council is ‘the central government of the SJ' as Father General shared in his briefing.

The focus of the council meeting during the tempo forte week was a review of the apostolic preferences as mandated by GC36. The process adopted was in keeping with ‘discernment in common' in the spirit of GC36. After spending time in prayer over the proposed theme, we gathered in smaller groups to share our interior movements, to recognize the movement of the Spirit in the group and in the light of which to discuss various aspects of the issue. It taught us to arrive at a process that could be followed in discerning the apostolic preferences for the Society. Father General will now proceed, to take the matter forward, as he thinks best after listening to the council.

The presidents spent another day evaluating the entire process and also sharing on the Conferences and their responses to GC36.

A new connectivity is emerging between the Central administration and the Conferences, facilitating mutual communications. Father General has hereby invited us to view the Society and its mission as the responsibility of all the Conferences, Provinces/Regions, and has initiated a process that is oriented towards such a goal. The fundamental tool towards such a process is ‘Discernment in Common' - a means to integrate life, mission, community and governance. Let us join in this process by learning ‘discernment in common' as the best means to build up the Society as ‘fervour' as Nadal said.

This note is dispatched from Manresa where I am lecturing to the seventh group of Ignatian Immersion Course. Keep us in your prayer.

George Pattery, SJ


International Commission on the Apostolate of Jesuit Education
(13-Jun-2017)

The International Commission on the Apostolate of Jesuit Education (ICAJE) met in Rome from May 24 to 27. The annual meeting is an opportunity for the six regional delegates, the Secretary for Education and the assistants to the Secretariat to come together, share the state of Jesuit Education in the world, the projects of the secretariat and discuss initiatives that can support the construction of the Jesuit School network.

Important topics for this meeting were: (1) The upcoming International Congress of Jesuit Education Delegates (JESEDU-Rio2017), October 2017 and the results of the virtual version held in March 2017. We see JESEDU as an opportunity that will allow us to work on a global agenda to strengthen the international network of Jesuit Schools. The commission worked in the approach to the ideas for a global agenda (2) Educate Magis: the commission had the opportunity to discuss the current development of this project aimed to connect schools and allow for global collaboration at the service of the mission. (3) The commission had the opportunity to reflect around the decrees of the GC36 and the related documents (homilies, letters) . (4) The commission discussed the education delegate role description at the provincial level and began a process to agree on some common basic ground for the job. We also discussed the associated/partnered/endorsed/companion schools as they are classified in each region. (5) The commission met F. General and discussed with him some of the most pressing challenges of Jesuit Education in the regions and worldwide. (6) The Secretary for Education presented the report on Jesuit Education today, the internal and external challenges and the current projects developed by the Secretariat.

Members:
Jose Mesa, SJ - Chair, Secretariat for Secondary and Pre-secondary Education
Rafael Galaz - Assistant to the Secretariat for Secondary and Pre-Secondary Education - Special
William Muller, SJ - Delegate for North America, Director of the JSN
Brian Flannery -Delegate for Europe
Sunny Jacob, SJ - Delegate for South Asia, Secretary for JEA
Hugo Alexis Morales, SJ - Delegate for Latin America, President of FLACSI
Johnny Go, SJ - Delegate for Asia Pacific, Secretary for Secondary Education JCAP
Joe Arimoso, SJ - Delegate for Africa, President of JESAMED


Restauration du Journal de Saint Ignace
(08-May-2017)

La copie originale du Journal Spirituel de Saint Ignace de Loyola a été restaurée. Le travail soigné a été mené par une équipe conduite par la Dr Melania Zanetti de l'Université catholique du Sacré Cœur. En 2016, la même équipe a terminé le processus de restauration du manuscrit original des Exercices Spirituels de St Ignace. La Dr Zanetti a présenté le journal restauré au Père Général Arturo Sosa, le samedi 22 avril. 


Le Père Général rencontre des collaborateurs et la famille ignatienne
(05-May-2017)

Le 2 mai, le Père Général a rencontré des collaborateurs jésuites et la famille ignatienne (CLC, Apostolat de la Prière et Mouvement eucharistique des Jeunes), ainsi que les fidèles de l’église locale en l’église Saint Pierre Claver de Bukavu. La Compagnie s’efforcera de répondre de la meilleure manière possible, dit-il. La meilleure réponse, pour le Père Général, doit faire partie du ministère de réconciliation auquel la CG36 nous invite. Après une courte séance de photos avec les fidèles, le Père Général a visité les activités de la paroisse, y compris le dispensaire St Pierre Claver.


Visite du Père Général à la Région du Rwanda-Burundi
(05-May-2017)

Le 28 avril, le Père Général a visité l’Ecole Primaire Saint Ignace et le Collège Saint Ignace à Kigali, Rwanda. Dans son allocution aux élèves, le Révérend Père Arturo Sosa a fait l’éloge du personnel et des élèves pour le travail qu’ils font et a encouragé les jésuites dans leur confiance et leur engagement. Il signala qu’il est aussi diplômé d’un lycée jésuite qui avait commencé tout petit, mais qui, avec le temps, peu à peu, est devenu un grand lycée. Il a dit au personnel administratif de l’école qu’ils ne sont pas seuls. Dieu est avec eux et la Compagnie de Jésus est aussi avec eux. Il les encouragea à conserver l’esprit du magis ; un esprit qui rappelle à chacun qu’il peut faire plus et mieux et il ajouta : « Le magis vous pousse à être davantage au service des autres, du continent africain, et de la société humaine entière. »


Portail web des études sur la Compagnie
(22-Mar-2017)

L'Institute for Advanced Jesuit Studies de Boston College travaille sur un portail web visant à offrir une information et une orientation sur les nombreux documents primaires et travaux d'érudition dans le domaine des études sur la Compagnie. Le portail donnera accès en ligne, gratuitement, à une collection organisée, unifiée et totalement interrogeable de matériaux provenant de différents sites web et tous liés à l'histoire, à la spiritualité, à l'éducation et à l'approche pédagogique de la Compagnie de Jésus. Le Directeur de l'Institut, le P. Casey Beaumier (WIS), a présenté le projet à Rome, à la Curie jésuite, le 21 mars. Il a expliqué que le portail, qui sera actif le 2 mai 2017, offrira, entre autres, l'accès aux documents essentiels, aux symposiums internationaux d'études jésuites, à la Jesuit Historiography Online, aux sources jésuites, à la Bibliothèque en ligne de l'Institut, à la Bibliographie jésuite online de Boston College et au répertoire Jesuitica.


Stirring the Waters – Making the Impossible Possible (Voices of Faith 2017)
(08-Mar-2017)

I would like to thank Voices of Faith and the Jesuit Refugee Service for inviting me to celebrate International Women's Day with you and all of those gathered here today.
I take this opportunity to show my gratitude to the women who will be speaking today, women making a difference in their families and communities, especially in the most remote corners of the world. These are difficult times in our world, and we need to stand and work together as women and men of faith.
As you know, the global theme for this year's celebration of International Women's Day is Be Bold for Change. Here in Vatican City, physically at the center of the church, Voices of Faith and JRS seek to be Making the Impossible Possible. Especially here in Rome, that is a bold change! I would like to reflect on what making the impossible possible means to me as the leader of the Society of Jesus, as a citizen of the world, and as a member of the Catholic Church. We need to have the faith that gives the audacity to seek the impossible, as nothing is impossible for God. The faith of Mary that opened her heart as a woman to the possibility of something new: to become the Mother of God's son.

JRS: Resilience
As you may be aware, I come from Latin America, a continent with millions of displaced people. With almost 7 million, Colombia has the largest number of internally displaced people in the world, and a disproportionate number of them are women and children. I served at the border between Colombia and my native Venezuela for 10 years. I have seen first-hand the suffering of those forced to abandon everything to save their lives.
In Colombia, for example, women and girls are among the most vulnerable due to widespread violence caused by decades of conflict. They are exposed to armed recruitment and are likely to fall victim to one form of exploitation or another, ranging from modern day slavery, to survival sex and human trafficking. Many of them flee to neighboring countries in search of safety, and often find themselves on their own in efforts to sustain their families.
I have also witnessed women's resilience. Despite this traumatic reality, women often find their way to not just surviving, but also overcoming all the difficulties of exile and forced migration. Resilience is what enables us to move forward and think of the future. Resilience is essential for making the impossible possible. Let me offer an example.
At the Venezuelan-Colombian border, the Jesuit Refugee Service has been present for more than ten years. During this time, JRS has brought refugee women from Colombia together by using their artistic expression as a starting point for rediscovering resilience.
While expressing themselves creatively through art, women also share their experiences and create a network of support to improve their psychosocial well-being. This healing environment is a place for listening and coming together-in other words, resilience. Resilience empowers women and ultimately results in hope and the possibility of reconciliation with the past, with those who have harmed them, and with those where they now live. Reconciliation requires courage, and too often, even in 2017, women's courage, women's resilience, is unrecognized and undervalued.
By building human connections resilience reknits the communal fabric. Some may say such resilience is impossible to discover: JRS and Voices of Faith say otherwise.

The World: Collaboration
As a member of the human community, each of us is likely appalled at the situation of our world. Human displacement has hit an all-time high, representing incredible human suffering around the world. Ongoing conflicts are at the root of most of this forced exile.There are more than 65 million forcibly displaced among us: one in every 113 people globally is now an asylum-seeker, an internally displaced person, or a refugee.
We have to think about the ways that we, as the human community can respond. I cannot put enough emphasis on this need for collaboration between women and men. I believe that only together we can achieve what today seems impossible: a humanity reconciled in justice, living in peace in a common house well kept, where there is room for everyone because we recognize that we are sisters and brothers, son and daughters of the same God who is Mother and Father of us all.
We need to collaborate, support and learn from one another. It already seems impossible to imagine peace in places like Central African Republic, or South Sudan, or Colombia. Can we have the audacity to dream that women and men working together will bring peace to these countries? I think these impossibilities can come closer to reality if women play a greater role in the conversation.
I am not surprised that Angela Merkel has been the most courageous and visionary leader in Europe during this time of phenomenal forced migration. She had the compassion to look at those who were in need, and the vison to see that they would make a contribution to Germany and Europe.
Another extraordinary leader is Ellen Johnson Sirleaf, the President of Liberia. Through her single-minded dedication and vision, she has brought peace and reconciliation to her war-torn country in a way that most men thought would be impossible.
At the same time, the widespread reality is that women are not paid for the work they do, or are paid less than men for the same work. In the West, women earn on average 70 cents for each dollar or Euro a man earns. The gap grows larger in developing areas of the world
Many of us are looking at the world through the prism of xenophobia and narrowmindedness these days, a prism which seems to feed on discord and marginalization. In the Jesuit magazine America, political commentator Cokie Roberts, the daughter of two former members of the US Congress, puts the reality succinctly: "...Congress needs more women. Then maybe, just maybe, Washington would work again."
We can listen carefully to the experience of women in the public sphere, hear how they work together, and be inspired by their courage. These are stories of doing the impossible.

The Catholic Church: inclusion
The role of women in the church can be, and has been, described in many ways: keepers of the faith, the backbone of the Church, the image of Mary alive among us. We Jesuits are deeply aware of the roles that women play in our ministries: lay and religious women serve as presidents and headmistresses, retreat center directors, teachers, and every possible role one can think of. As you probably know, the Spiritual Exercises, the foundation of Jesuit spirituality, were first developed by St. Ignatius of Loyola before the Jesuits were founded. Our spirituality is open to all, women and men that want to become women and men with others and for others.
In the broader church, there are contrary currents about the role of women at this time. As stated by Pope Francis, women play a fundamental role in passing on the faith and are a daily source of strength in a society that carries this faith forward and renews it. Church teaching certainly promotes the role of the women within the family, but it also stresses the need for their contribution in the Church and in public life. It draws upon the text of Genesis, which speaks of men and women created in the image of God and the prophetic praxis of Jesus in his relationship with women.
Pope Francis has been quite outspoken about women in making decisions and holding responsibilities in the church. He has also created a "Study Commission on the Women's Diaconate" to explore the history and role of women in this church structure.
But if we are honest, we acknowledge that the fullness of women's participation in the church has not yet arrived. That inclusion, which would bring the gifts of resilience and collaboration even more deeply into the church, remains stymied on many fronts. One aspect has been mentioned by the Pope: we have to work harder to develop a profound theology of women. I would add that an ecclesiology...the study of the church...that includes women is equally needed if women's roles are to be included as they should.
Indeed, the inclusion of women in the Church is a creative way to promote the necessary changes in it. A theology and an ecclesiology of women should change the image, the concept and the structures of the Church. Should push the Church to become the People of God, as was proclaimed by the Second Vatican Council. Women's creativity can open new ways of being a Christian community of disciples, men and women together, witnesses and preachers of the Good. News.
But perhaps more importantly, the inclusion of women will also be an outcome of the key concerns of the Pope. By bringing Vatican II to life and incorporating the poor into our church, Francis is giving women's voices more opportunity to speak and be counted. No one is more resilient that women building and supporting the church in the poorest parts of our world.
In his efforts against clericalism and the elitism and sexism that come with it, the Pope seeks to open our future to voices outside of the Vatican, to bring the experience of the world into forming that future. The opposite of clericalism is collaboration, working together as baptized daughters and sons of God.
These efforts have begun the process of deeper inclusion of women into the core of the Church. As challenging as the refugee crisis or other world issues are, to some of us, this might be truly, the impossible.
St. Francis of Assisi himself said: "Start by doing what is necessary, then what is possible, and suddenly you are doing the impossible." In that spirit, we are here today to listen to Voices of Faith, to hear stories of resilience, collaboration and inclusion. We have more than started. We will not stop.
Thank you very much.
Arturo Sosa, S.I.
March 8, 2017


Le Père General encourage le travail en réseau dans l’enseignement supérieur jésuite
(20-Feb-2017)

Le Père General Arturo Sosa a exhorté les jésuites œuvrant dans le domaine de l'enseignement supérieur à recourir au travail en réseau, afin de devenir plus efficace dans leurs ministères. S'adressant aux membres de la Faculté de Théologie de Vidyajyoti à Delhi le 18 février, le Père General a affirmé : « la 36ème Congrégation Générale invite ardemment les jésuites à la collaboration et au travail en réseau comme une manière de procéder pour être efficace dans notre mission aujourd'hui ». Il a indiqué que les jésuites

s'occupent de plus de 200 facultés de philosophie et de théologie, ainsi que d'autres institutions d'éducation supérieure à travers le monde. « Prenant sérieusement l'invitation de la Congrégation Générale », a-t-il dit, « je voudrais insister pour que vous effectuiez un travail en réseau avec toutes les autres institutions de l'enseignement supérieur en Asie du sud. Ce serait la meilleure manière d‘améliorer la collaboration parmi les institutions jésuites ». Lire davantage (en anglais)...


Love the Stranger - Statement of California and Oregon Provincials on Immigration
(03-Feb-2017)

February 1, 2017

Dear Brothers and Friends,

We write to express our dismay at how the national conversation about immigration has taken a sharp and harshly xenophobic turn under the new administration. There is no doubt that the most recent executive order flatly contradicts a fundamental obligation of our Judeo-Christian tradition: "love the stranger, for you were once strangers in Egypt (Dt. 10, 19)" and "I was a stranger and you made we welcome (Mt. 25, 37)". Pope Francis has also been clear: we are called "see a ray of hope...in the eyes and hearts of refugees and those who have been forcibly displaced," and to serve immigrants and refugees however we can. By contrast, the President's Executive Order callously sends large numbers even of women and children back to the horrors of war, starvation, massive repression and even death.

We recently returned from the 36th General Congregation, which declared, "in the face of attitudes hostile to displaced persons [including refugees and migrants] our faith invites the Society of Jesus to promote everywhere a more generous culture of hospitality." As members of a global religious order that works to form men and women of conscience and compassion, we unequivocally denounce the Trump Administration's Executive Order as an affront to our mission, an assault on American and Christian values, and a repudiation of our humanity. No area of the country has benefited more from the contributions of immigrants than the West. We raise our individual and collective voices against the harsh and inhumane policies of the current administration, which thinks nothing of building a wall and slamming the door in faces of the world's most vulnerable people.

In these challenging days, we renew our commitment to be bridge-builders between people of differing political views while also standing firmly for the values of the Gospel and of our Catholic Social Teachings.

Prayerfully yours in Christ,

Scott Santarosa, S.J. (Provincial, Oregon Province)
Michael Weiler, S.J. (Provincial, California Province)


Message du P. Général pour la Journée mondiale des réfugiés 2017
(14-Jan-2017)

Rome

Tout d'abord, je tiens à vous dire combien je suis content et ému de partager avec vous ces moments d'échange, de réflexion et de prière.

Ce moment est un signe important des efforts de la Compagnie de Jésus pour, avec ses quelques forces, accompagner les réfugiés dans leurs angoisses et leurs espérances, ici en Italie et partout dans le monde. Comme vous le savez, je viens d'Amérique Latine, un continent qui compte des millions de réfugiés et migrants pour les mêmes raisons que nous venons d'entendre dans les émouvants témoignages d'Asiz, Dhurata, Mortezza, Mirvat et Edelawit.

J'ai vécu de près des situations similaires à la frontière entre la Colombie et le Venezuela où j'ai vécu pendant dix ans avant d'être appelé à Rome. J'ai connu des familles entières contraintes à tout quitter pour sauver leur vie, menacée par la violence injuste qui s'est emparée de nos sociétés. J'ai connu des enfants-soldats, des jeunes enrôlés de force pour participer à des guerres bien loin de leurs désirs, de leurs pensées et de leurs rêves. J'ai connu aussi des familles très généreuses, tant de familles, qui ont accueilli fraternellement des personnes à la recherche d'une nouvelle vie. J'ai connu des écoles, des enseignants, des communautés chrétiennes disposées à donner un coup de main aux migrants, à leur arrivée. Tout comme j'ai vu les difficultés de l'Etat à reconnaître le drame humain des réfugiés et offrir des opportunités de travail et de développement personnel. J'ai connu de près les abus physiques commis par les forces de police et les trafiquants, et la souffrance humaine.

C'est pourquoi, je partage de tout cœur les efforts d'accompagnement entrepris auprès de ces jeunes réfugiés, et j'encourage toutes les actions visant à garantir la protection de ces enfants et adolescents, à protéger leur vie et leurs espérances, et celle des enfants enrôlés de force par les trafiquants pour les convertir en baby-passeurs.

Il est nécessaire de promouvoir un mouvement de citoyens qui fasse pression sur les Etats et les gouvernements d'Europe et d'ailleurs, pour créer des couloirs d'accueil sûrs et légaux pour les enfants et les adolescents forcés à quitter leurs maisons, leurs pays et, très souvent aussi leurs familles pour se construire un avenir ailleurs. L'absence de ce type de circuit ajoute de nouveaux dangers au parcours des migrants et augmente le sentiment d'injustice chez ceux qui ont dû fuir leur patrie. L'absence d'une protection adéquate, d'un accès aux visas humanitaires et de politiques d'intégration sociale efficaces alimente un des plus grands fléaux de notre époque: le trafic d'êtres humain. Comme nous l'avons entendu dans les témoignages.

Le développement politique de l'Europe a créé une multitude d'institutions publiques pour protéger les droits des personnes, en particulier ceux des enfants et des jeunes. Le nombre accru des flux migratoires est un défi pour ces institutions qui doivent pouvoir garantir protection et sécurité à toutes les personnes qui, chaque jour, viennent frapper aux portes des pays européens et doivent être intégrées et non exclues. Les citoyens d'Europe, enfants d'une culture qui revendique les droits de l'homme en signe de progrès humain et social, sont invités par les migrants à approfondir leur conscience, humaine et politique, pour exiger des gouvernements et des Etats la création d'un système d'accueil organisé, avec des structures adéquates et correctement réparties sur le territoire, qui puissent garantir aux migrants un accueil humain, commençant par accorder à chacun une attention personnelle, spécialement auprès des plus jeunes.

Créer des conditions d'accueil humaines pour les personnes qui arrivent, leur donner la possibilité de se refaire une vie, et aux jeunes de pouvoir rêver à un avenir et de pouvoir le réaliser, avec des efforts également de leur part, devrait être motif d'orgueil pour l'Europe et pour tous les pays qui reçoivent des migrants.

Chers amis et chères amies, nous voici réunis ici aujourd'hui en cette Eglise del Gesù pour faire mémoire de tant de migrants et réfugiés qui luttent pour une vie humaine digne, je vous invite à multiplier vos efforts afin que nos sociétés deviennent des espaces d'accueil sincère pour ceux qui sont obligés d'émigrer et en souffrent.

De tout cœur, merci.
Arturo Sosa, S.I.

 


Le Père Général rencontre les jésuites résidant à Rome
(10-Jan-2017)

Plus de 200 jésuites appartenant aux communautés de Rome et de ses alentours ont bravé le froid le 7 janvier pour rencontrer le Père Général Arturo Sosa à la Curie généralice. Il est de tradition, au début de chaque année, que le Père Général accueille les jésuites résidents à Rome pour leur souhaiter la bonne année. Cela a pris cette fois un caractère spécial du fait que, pour certains jésuites, c'était leur première rencontre personnelle avec le Père Sosa. À sa manière habituelle, le Père Sosa a partagé un moment détendu avec chacun des invités. Il y a actuellement plus de 400 jésuites résidants à Rome, répartis dans les maisons romaines internationales et dans des communautés et œuvres de la Province italienne.


Épiphanie à la Curie
(05-Jan-2017)

C’est l’un après l’autre que les mages sont arrivés à la Curie généralice au cours des dernières semaines. Le premier à arriver fut le Père Victor Assouad (PRO), nouvel Assistant régional pour l’Europe occidentale. Il a été suivi du Père John Dardis (HIB), Assistant ad providentiam et Conseiller général pour le discernement et pour la planification apostolique. Le Père Claudio Paul (BRA), Assistant régional pour l’Amérique latine méridionale, est également arrivé à la Curie. Le 4 janvier, les vents de l’Épiphanie nous ont encore amené le Père Vernon D'Cunha (BOM), Assistant ad providentiam et Assistant régional pour l’Asie méridionale. Arrivent aussi à la communauté de la Curie généralice : le Père Anselme Ekka (RAN), Économe général adjoint, et les Pères Joseph Xavier (MDU) et David Holdcroft (ASL) qui rejoignent le Bureau International du Service jésuite des Réfugiés (JRS).


Décès du P. Peter Hans Kolvenbach
(27-Nov-2016)

Nous venons d'apprendre le décès de notre ancien Supérieur général, le P. Peter-Hans Kolvenbach. Né le 30 novembre 1928, il aurait eu 88 ans dans quelques jours. Il est décédé à Beyrouth, là où il exerçait son ministère depuis qu'il était retourné à sa Province, le Proche-Orient, après avoir remis sa démission comme Général en 2008.

Rappelons que le P. Kolvenbach est né aux Pays-Bas. Il était entré au noviciat en 1948. Après ses études de philosophie, il est envoyé au Liban, où il fait un doctorat en théologie à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth. C'est en 1961 qu'il a été ordonné prêtre. Il a fait des études spécialisées en linguistique et a enseigné dans diverses universités jusqu'en 1981. Cette année-là, il est appelé à Rome comme recteur de l'Institut pontifical oriental. C'est lors de la 33e Congrégation générale, en 1983, qu'il est élu supérieur général comme successeur du P. Pedro Arrupe.

Homme consensuel et estimé de tous, il animera avec beaucoup de doigté la Compagnie. Il a convoqué une Congrégation générale en 1995, en particulier pour mettre à jour le droit de la Compagnie et assurer ses orientations pour les années à venir. Sentant ses forces décliner, il a demandé au pape Benoît XVI de pouvoir démissionner de sa charge de Général, ce qui lui fut accordé. C'est lors de la 35e Congrégation générale, en 2008, qu'il a été remplacé par le P. Adolfo Nicolás, qui a lui-même remis sa démission le mois dernier alors que la 36e Congrégation générale a élu le P. Arturo Sosa comme nouveau supérieur général.

Rendons grâce au Seigneur pour le don de soi dont a témoigné le P. Kolvenbach tout au long de sa vie jésuite, en particulier durant ses années à la tête de la Compagnie universelle.

(Source: site web de la Province du Canada français et d’Haïti de la Compagnie de Jésus)

 


Visite du pape François à la Congrégation générale
(29-Oct-2016)

C'est une tradition bien établie qu'à l'occasion des congrégations générales des jésuites il y ait une rencontre entre les délégués et le Saint Père. Si la plupart du temps cela s'est tenu dans le cadre d'une audience dans les locaux du Vatican, ce n'est pas un précédent que le pape lui-même choisisse de rencontrer les jésuites réunis en Congrégation générale à la curie de la Compagnie. C'est ainsi que ce lundi matin, 24 octobre, le pape François est arrivé discrètement à la curie, accueilli par le Père Général Arturo Sosa et le supérieur de la communauté de la curie, le P.Joaquín Barrero.

Ceux-ci l'ont accompagné jusqu'à l'aula et le pape a participé à la prière du matin avec les délégués. Le thème de la prière avait été choisi pour la circonstance : le bon pasteur. La réflexion de tradition ignatienne faisait référence au P. Franz van de Lugt, qui s'est fait le pasteur des siens à Homs, en Syrie, jusqu'à ce qu'il soit tué par la folie de la guerre. Les membres de la Congrégation ont voulu prier pour le pape François, comme celui-ci demande souvent de le faire à tous ceux et celles qu'il rencontre.

Le pape François est arrivé à la Congrégation générale avec un message. Il a prononcé un discours d'encouragement et d'orientation qui donnait une bonne idée de la manière dont il entrevoit le service à l'Église et au monde que la Compagnie de Jésus peut offrir, de manière pertinente, en lien avec son propre ministère. Toute son intervention était marquée par une ouverture vers l'avant, un appel à aller plus loin, un soutien pour le « caminar », la manière de marcher qui permet aux jésuites d'aller vers les autres et de les accompagner dans leur propre marche.

En introduction, citant saint Ignace, le pape a rappelé que le jésuite est appelé à converser et par là à faire naître la vie « en toute partie du monde où l'on attend un plus grand service de Dieu et de l'aide pour les âmes ». Pour cela justement, les jésuites doivent avancer en tirant profit des situations où ils se trouvent, toujours pour servir plus et mieux. Cela implique une manière de faire qui vise l'harmonisation dans les contextes de tensions qui sont normales dans un monde de diversité des personnes et des missions. Le pape a mentionné explicitement les tensions entre contemplation et action, entre foi et justice, entre charisme et institution, entre communauté et mission.

Le Saint Père a développé trois aires de cheminement pour la Compagnie; nous reviendrons sur chacune d'entre elles au cours des prochains jours.
(1) Le premier est de « demander instamment la consolation ». Le propre de la Compagnie est de savoir consoler, apporter la consolation et la joie véritable; les jésuites doivent se mettre au service de la joie car la Bonne Nouvelle ne peut se dire dans la tristesse.
(2) Ensuite, François nous invite à « nous laisser émouvoir par le Seigneur mis en croix ». Les jésuites doivent se faire proche de la grande majorité des hommes et des femmes qui souffrent et, dans ce contexte, offrir les services - divers services sous diverses formes - de la miséricorde. Le pape a souligné certains éléments qu'il avait déjà eu l'occasion de présenter tout au long de l'année jubilaire de la miséricorde. Nous qui avons été touchés par la miséricorde devons nous sentir envoyés pour présenter, de manière efficace ajoute-t-il, cette même miséricorde.
(3) Enfin, le Saint Père nous invite à avancer en étant mus par le « bon esprit ». Cela implique de toujours discerner - plus que simplement réfléchir - comment agir en communion avec l'Église. Les jésuites doivent être non pas « cléricaux » mais « ecclésiaux ». Il sont des « hommes pour les autres » qui vivent au milieu de tous les peuples, cherchant à toucher le cœur de chacun et chacune, contribuant ainsi à constituer une Église où tous ont leur place, ou l'évangile est inculturé et où chaque culture est évangélisée.

Les trois derniers mots du discours du pape sont des grâces que tout jésuite et que la Compagnie dans son ensemble doivent toujours demander : la consolation, la compassion et le discernement.


Une « sortie de groupe » vers la beauté, l’histoire et l’aventure chrétienne
(29-Oct-2016)

La quasi totalité des délégués à la Congrégation générale et bon nombre des membres des équipes d'accompagnement ont quitté la curie générale pour se rendre aux Musées du Vatican, à une vingtaine de minutes de marche. Le père Adolfo Nicolás était du nombre, pour sa dernière soirée à Rome avant son départ pour une nouvelle étape de sa vie jésuite. Les excursionnistes ont pu profiter d'une visite spécialement organisée pour eux, en dehors des heures d'ouverture, pour apprécier durant plus de 2h30 certains des trésors de ce musée qui est considéré comme le plus grand après le Louvres, à Paris.

Un mot pour souligner l'excellente logistique de l'organisation. Notre grand groupe a été répartis en une douzaine de groupes de 20 à 25 personnes chacun, avec guide professionnel offert par l'institution. On pouvait choisir de participer à un groupe en anglais ou en espagnol. Un système de transmission wi-fi sophistiqué permettait à chaque groupe d'entendre, avec un écouteur, son propre guide sur une fréquence déterminée, De plus, les groupes ne suivaient pas le même parcours pour éviter tout engorgement. Un succès de planification!

Le directeur du musée, Antonio Paolucci, avec à ses côtés le Père Général, a souhaité la bienvenue et s'est dit honoré de donner l'occasion aux jésuites de profiter d'un moment culturel dans un lieu où se rencontraient l'art, l'histoire et le catholicisme. On se trouvait dans la grande salle située entre la chapelle Pauline et la chapelle Sixtine. C'est dans cette salle que les cardinaux, durant un conclave et avant de passer dans la chapelle Sixtine pour le vote, échangent entre eux de manière informelle; on pourrait presque parler de la salle de la murmuratio! Les fresques qui nous entouraient soulignaient d'abord et avant tout le désir de l'Église de la Renaissance d'être reconnue comme pouvoir politique. C'est un contexte qui semble bien loin de l'état d'esprit du pape François, mais c'est une histoire qu'il nous faut connaître et savoir regarder en face.

Chacun des groupes partait alors avec son guide. À cause du caractère jésuite des visiteurs, la chapelle Redemptoris Mater, décorée par l'artiste jésuite Marko Rupnik et son équipe du Centro Aletti, était accessible et on y découvrait la riche illustration par la mosaïque de l'histoire de la Rédemption. Bien sûr, les deux chapelles, la Pauline et la Sixtine, où de nombreux artistes de renom ont exercé leur art - en particulier Michel-Ange - ont retenu l'attention de tous les groupes. Il faut souligner la qualité des guides qui savaient parler arts et artistes, mais qui situaient ce que nous pouvions admirer dans son contexte historique et en lien avec les différents courants symboliques et spirituels évoqués.

Tous les participants à cette excursion tiennent enfin à remercier les ministres et le personnel des cuisines des maisons qui les accueillent pour leur avoir préparé un repas complet à 22h, à leur retour.

Quelques réactions :
- Ce qui m'a frappé, c'est la densité de l'histoire artistique de l'Église. (Ludovic Lado - ACE)
- Quelle chance nous avons eue d'avoir eu beaucoup de temps pour apprécier ce qu'on nous présentait! (Heru Prakosa - IDO)
- J'ai été émerveillé par le savoir de notre guide. Aussi par l'environnement d'un palais romain, alors que je pensais aux manières de penser du pape François. (Joseph D'Mello - KAR)
- Comme musée: fantastique! Comme residence pour le pape: une cage dorée! (Peter Bisson - CDA)
- Une visite plus spirituelle que ce à quoi je m'attendais, en particulier la chapelle créée par Rupnik qui inclut des éléments de tradition orthodoxe, au cœur du Vatican! (Javier Vidal - ANT)


« Des visages de gens qui vivent aux frontières » – Par John Dardis SJ
(29-Oct-2016)

En jetant un coup d'œil autour de l'aula à la Congrégation générale ou au cours des repas, il n'y a rien d'extraordinaire apparemment. Au point de départ en tout cas. Vous voyez un groupe de jésuites - prêtres et frères, qui sourient, qui rient, qui mangent, qui ont des conversations plus sérieuses, qui prient. Ils sont habillés de manière très ordinaire - l'un ou l'autre aurait avantage à avoir une ou deux nouvelles chemises! - dans un vaste assortiment de styles sans aucune uniformité sauf pour des moments officiels. Saint Ignace aurait approuvé.

Mais quand vous connaissez ces hommes et apprenez ce qu'ils ont vécu, vous voyez les choses différemment; il y a là quelque chose de remarquable et d'inspirant.

Il y a Franciso de Roux, de Colombie, qui a été impliqué dans les négociations de paix là-bas entre les rebelles et le gouvernement. Il y a aussi José Minaku, le Provincial d'Afrique centrale. Son territoire, si riche par ses traditions, sans parler de ses ressources minières, a été déchiré par la guerre dans la région du Kivu, près du Rwanda et du Burundi. Dany Younès est le Provincial du Proche-Orient. Sa Province inclut la Syrie, la Turquie, le Liban. Il doit accompagner et soutenir ses hommes et les gens qui travaillent avec eux alors qu'ils font face à la guerre en Syrie, à l'instabilité en Turquie et à un nombre dépassant le million de réfugiés arrivés au Liban. Un de ses jésuites, Frans van der Lugt, a été tué il y a seulement 18 mois à Homs. Vous pouvez rencontrer Jean Baptiste Ganza, le supérieur régional du Rwanda-Burundi, qui a perdu la plus grande partie de sa famille dans le génocide de 1994 et qui aide à rebâtir une nouvelle région jésuite fondée sur la réconciliation mutuelle. Vous pouvez voir le jésuite coréen In-don Oh - je l'avais déjà rencontré il y quelques années près de Phnom Penh, au Cambodge, un pays qui a tellement souffert sous Pol Pot. Tony Corcoran est supérieur de la Région de la Russie et de l'Ukraine, là où une guerre insidieuse fait rage. Hung Pham, de la Province du Centre et du Sud des États-Unis, est le fils de réfugiés vietnamiens qui ont quitté leur pays comme boat-people. Le supérieur régional du Népal est aussi du nombre - Boniface Tigga. Ce pays tente encore de se remettre sur pieds après le tremblement de terre qui l'a dévasté. Et puis, il y a le nouveau Père Général, Arturo Sosa, un expert en sciences politiques qui a travaillé pendant des années aux frontières politiques du Venezuela et qui doit maintenant guider la Compagnie de Jésus vers de nouvelles frontières.

Tous ces hommes représentent des apostolats de frontière. Des frontières où les jésuites se sentent en quelque sorte chez eux; là où ils doivent être créatifs; où ils peuvent aimer, servir, donner leur vie si nécessaire. Et ce qui est le plus impressionnant c'est qu'ils n'ont rien de « spécial ». Ils représentent les milliers d'autres qui, dans leurs milieux, œuvrent discrètement pendant que nous, ici, nous parlons, partageons, rêvons... et imaginons de nouvelles manières de servir au côté de Jésus, lui qui guérit et libère les hommes et les femmes d'aujourd'hui.

Finalement, il y a la figure la plus connue des hommes de frontière, le pape François lui-même. Il s'adressera bientôt à la Congrégation à partir de sa perspective des frontières de l'Église. Qu'est-ce qu'il dira? Quelles directions indiquera-t-il? Une chose est certaine, c'est qu'il va nous garder en marche, nous tirer vers l'avant, pointer de nouveaux défis. Nous avons hâte de l'entendre. 


Qui aide le Général dans son gouvernement?
(29-Oct-2016)

Puisque la Congrégation générale, dans les prochains jours, aura pour tâche d'identifier les personnes qui formeront le gouvernement de la Compagnie, les premières journées de la phase « ad negocia », elle doit concentrer son attention sur la structure du gouvernement central de la Compagnie. Plusieurs contributions ont été présentées aux délégués pour leur permettre de réfléchir sur la configuration actuelle de la Curie générale.

En particulier, on a tracé l'évolution historique de la figure des assistants, et décrit leur travail exigeant en vue de préciser la description de leur tâche actuelle. Quatre congrégations générales (GC1, CG31, CG34, CG35) ont réfléchi et défini le rôle des assistants.

Actuellement, pour le gouvernement de la Compagnie, nous avons des assistants ad providentiam et des assistants régionaux. Les assistants ad providentiam sont au nombre de quatre et ils prennent soin du Général, de son mode de vie, de sa santé, de sa façon de gouverner, de sorte qu'il puisse accomplir convenablement son service de leadership. Les assistants régionaux aident le Général pour le gouvernement universel, compte tenu de leurs régions spécifiques et de leur expertise (selon des critères géographiques, thématiques ou autres). Ensemble, ils constituent le Conseil du Général. L'effort de renouvellement de la curie, ces dernières années, a été effectué en gardant à l'esprit qu'Ignace lui-même a invité à veiller à ce que le gouvernement central ne devienne pas une institution bureaucratique ; il faut plutôt que soit maintenue la conscience du leadership d'être un moyen de développer le corps de la Compagnie au service de Dieu et de l'Église.

Un autre sujet de discussion était la situation des conférences dans le monde. Plusieurs aspects ont été pris en compte: l'énorme diversité de structure en raison des origines historiques différentes, la relation entre elles, la connexion avec le gouvernement central, les relations avec les Provinces. Actuellement, il y a cinq conférences dans le monde: l'Afrique et Madagascar, l'Asie-Pacifique, l'Asie du Sud, l'Europe, le Canada et les États-Unis, l'Amérique latine.

Pour continuer à orienter leur travail sur ces questions, les délégués ont manifesté le désir d'entendre l'opinion de leur nouveau Supérieur Général. 


Une conférence de presse détendue
(29-Oct-2016)

Quelques jours seulement après son élection, le P. Arturo Sosa a rencontré quelque 70 journalistes dans l'aula de la Congrégation générale, son baptême de feu médiatique comme Supérieur général de la Compagnie de Jésus. Il a été présenté par le P. Federico Lombardi qui a mentionné que le nouveau Général avait été membre de la 33e Congrégation générale en 1983; il était alors le plus jeune délégué. Le P. Lombardi a noté les bonnes relations qui existaient entre le nouveau Général et le précédant, le P. Nicolás; il a aussi indiqué que le P. Sosa était effectivement le premier Général des jésuites qui n'était pas né en Europe.

Dans ses notes d'introduction, le nouveau Supérieur général a affirmé qu'il était en paix; que même s'il ne s'attendait pas à être élu, il avait confiance en Dieu et qu'il était prêt à servir la Compagnie de Jésus et l'Église dans son nouveau rôle. Il a aussi souligné combien il était reconnaissant à son prédécesseur, le P. Adolfo Nicolás, qui s'était donné entièrement à sa tâche. Il a ajouté que l'ancien Général retournait travailler selon la mission que son supérieur lui donnerait, comme tout jésuite qui quitte une responsabilité quelle qu'elle soit.  Finalement, le P. Sosa a clairement stipulé  qu'on ne s'attendait pas à ce que la Congrégation en cours change les orientations que les jésuites ont prises depuis des décennies maintenant, soit le service de la foi en même temps que la promotion de la justice. Par ailleurs, on sent le besoin de trouver les moyens les meilleurs et les plus efficaces de le faire, de nos jours, dans un monde diversifié et multiculturel et dans un contexte qui demande toutes sortes de collaboration.

On a eu environ 40 minutes pour les questions des journalistes, Une douzaine de questions ont été lancé au père Sosa, venant de journalistes représentant plusieurs pays dont l'Espagne, le Chili, l'Argentine, la France, les États-Unis et l'Italie, bien sûr.

La première question n'était pas une surprise : qu'est-ce que le Général aurait à dire sur la situation de son pays, le Venezuela? Le P. Sosa a reconnu qu'il avait passé une grande partie de sa carrière académique à étudier et à commenter la vie politique du Venezuela. Il a expliqué brièvement qu'un pays qui ne vivait que des dividendes d'une seule ressource naturelle, dans un système entièrement géré par le gouvernement, ne pouvait aisément vivre dans une véritable démocratie. Par ailleurs, il a insisté sur le fait qu'une large partie de la population espère que des ponts soient construits entre tous de sorte qu'un dialogue réel puisse permettre la construction d'un avenir qui puisse profiter à tous

Deux ou trois questions étaient liées au pape François, à ses relations éventuelles avec lui et plus largement aux liens entre le pape et les jésuites puisque ceux-ci font le vœu de le servir. On a aussi demandé au Général s'il aimait être identifié comme « le pape noir ». À cette dernière question, la réponse était un « non » clair ! Il a précisé comment, depuis la fondation de la Compagnie de Jésus, les jésuites ont voulu répondre aux demandes du pape pour servir là où on aurait besoin d'eux, parce qu'ils croient qu'en tant que pasteur universel, le pape a une vision universelle des besoins. Le P. Sosa a aussi mentionné qu'il avait rencontré le présent pape à plusieurs reprises, d'abord durant la 33e Congrégation générale, puis dans le contexte de son travail avec les centres sociaux en Amérique latine, en Argentine, et plus récemment dans le cadre de ses responsabilités comme Délégué du Général pour les œuvres et les maisons romaines. Leurs rencontres ont toujours été agréables et fructueuses.

On a aussi interrogé le P. Général sur la manière dont il avait été élu, sur les raisons de la démission de son prédécesseur et sur le fait qu'il était élu à vie. On lui a aussi demandé quelles étaient ses priorités et quels étaient les principaux défis auxquels font face les jésuites. Par chacune de ses réponses, il a pu éclairer son public sur le sens de sa fonction et plus encore sur l'engagement des jésuites à contribuer, humblement, et par leur attachement à Jésus, à la construction d'un monde qui donnerait priorité à chaque personne humaine. 


A quoi donc vont s'occuper les membres de la Congrégation?
(29-Oct-2016)

L'attention non seulement des jésuites mais de bien des gens s'est beaucoup centrée, depuis le 2 octobre jusqu'en fin de semaine dernière, sur l'élection d'un nouveau supérieur général des jésuites. Maintenant que le P. Arturo Sosa a été élu, pourquoi pense-t-on que les jésuites réunis en Congrégation générale passeront encore quelques semaines ensemble, à la curie générale?

Hier matin, lundi, l'aula a de nouveau accueilli les délégués. En premier lieu, le Père Général a fait une intervention, soulignant à nouveau l'héritage de son prédécesseur, le P. Adolfo Nicolás. Il a précisé que celui-ci avait demandé à pouvoir se retirer des travaux de la Congrégation, laissant à celle-ci toute liberté et l'assurant de sa prière. L'ancien Général prendra une courte période de repos avant de se dédier à son nouveau ministère, aux Philippines. Le P. Sosa a dessiné un tableau global du travail encore à faire.

C'est le secrétaire de la Congrégation, le P. Orlando Torres, qui a précisé les prochaines étapes. Une des tâches importantes de la Congrégation est de donner au nouveau Général des assistants; dans le lexique jésuite, on parle des « assistants ad providentiam » - pour assurer l'ensemble de la bonne marche de la Compagnie - et d'un « admoniteur », un compagnon proche qui a une attention particulière pour la santé, à tous points de vue, du Supérieur Général. Pour faire suite à des recommandations du Comité de coordination, on a proposé à l'assemblée de remettre à une date ultérieure l'élection de ces assistants du Général. On pense préférable de faire ces élections après avoir accompli une des tâches importantes de la Congrégation : la mise à jour des structures de gouvernance de la Compagnie au niveau universel pour chercher une plus grande efficacité apostolique.

Aussi un membre de la Commission sur la Gouvernance, le P. Mark Raper, a présenté les questions qui ont surgi des travaux préparatoires à l'assemblée plénière. Sans dévoiler le contenu des travaux ou des interventions, on comprend qu'il s'agit de s'interroger par exemple sur les relations entre la curie générale et les Provinces ou les Conférences en vue d'un plus grand service.  Le P. Raper a proposé aux délégués de prendre du temps, personnel et dans des réunions par groupes géographiques (on les appelle « assistances ») pour préparer d'éventuels décrets sur l'organisation du gouvernement central de la Compagnie. Après les rapports de ces rencontres et d'autres avis de certains experts, on en viendra d'ici quelques jours à des décisions sur ce chapitre.

C'est alors qu'on pourra chercher à identifier - et à élire - les assistants du Père Général qui pourront le mieux servir dans le cadre de la structure qui aura été choisie. 


Première homélie du nouveau Général
(29-Oct-2016)

Très chers frères,

Il y a quelques jours, dans cette même église du Gesù où reposent les restes de saint Ignace et de Pedro Arrupe, le P. Bruno Cadoré nous a invités à l'audace de l'improbable, en une attitude propre aux personnes de foi qui cherchent à en témoigner dans l'actualité complexe de l'humanité. Il nous a encouragés à laisser la peur derrière nous et à avancer vers le large, en une attitude à la fois créative et fidèle, au cours de la Congrégation générale.

Certes, l'audace dont nous avons besoin pour être des serviteurs de la Mission de Jésus Christ ne peut provenir que de la foi. Par conséquent, notre regard se tourne en premier lieu vers Dieu, parce que « un seul est votre Père, celui du ciel », comme nous le rappelle le passage d'Évangile que nous venons d'entendre. Et comme nous le rappelle la Formula Instituti au n°1 : « (le jésuite) aura soin, aussi longtemps qu'il vit, de tenir le regard fixé d'abord sur Dieu, ensuite sur la nature de son institut. » En effet, c'est le cœur entier que nous désirons en harmonie avec le Père Miséricordieux, le Dieu qui est tout amour, notre Principe et Fondement. Le cœur de chacun d'entre nous, et aussi le cœur du corps de la Compagnie.

Si notre foi est semblable à celle de Marie, la mère de Jésus et de la Compagnie de Jésus, notre audace peut aller encore plus loin et chercher non seulement l'improbable mais même l'impossible, car rien n'est impossible à Dieu comme le proclame l'archange Gabriel à l'Annonciation (Lc 1,37). C'est la foi même de sainte Thérèse d'Avila ou sainte Thérèse de Jésus, dont nous célébrons aujourd'hui la mémoire. Elle aussi, sans peur, elle s'est confiée au Seigneur pour entreprendre l'improbable et l'impossible.

Par conséquent, nous demandons au Seigneur cette foi, afin que nous, comme Compagnie de Jésus, puissions faire nôtres les mots de Marie dans sa réponse à l'appel extraordinaire qu'elle recevait : Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. Comme Ignace et les premiers compagnons, comme tant de frères qui ont milité et qui militent sous l'étendard de la Croix au seul service du Seigneur et de son Église, nous voulons nous aussi contribuer à ce qui semble aujourd'hui impossible : une Humanité réconciliée dans la justice, qui vive en paix en une maison commune dont on prend soin, où il y a place pour tout le monde parce que nous nous reconnaissons frères et sœurs, fils et filles d'un même et unique Père.

C'est pourquoi nous réaffirmons aujourd'hui la conviction de saint Ignace quand il écrivait les Constitutions : La Compagnie, qui n'a pas été fondée par des moyens humains, ne peut ni se conserver ni se développer par eux, mais par la main toute-puissante du Christ notre Dieu et Seigneur. Il faut mettre en lui seul l'espérance.

Avec l'espérance mise en Dieu et en lui seul, la Congrégation générale poursuivra ses délibérations et contribuera à la responsabilité de la conservation et du développement de tout ce corps (Const. 719).

Conserver et développer le corps de la Compagnie, voici des tâches étroitement liées à la profondeur de la vie spirituelle de chacun de ses membres et des communautés en lesquelles, comme compagnons, nous partageons la vie et la mission. En même temps, il faut une extraordinaire profondeur intellectuelle pour penser de façon créative les manières par lesquelles notre service de la Mission du Christ Jésus pourra être plus efficace, selon la tension créatrice du magis ignatien. Penser, pour comprendre en profondeur le moment de l'histoire humaine en lequel nous vivons et pour contribuer à la recherche d'alternatives afin de surmonter la pauvreté, l'inégalité et l'oppression. Penser, pour ne pas cesser de poser à la théologie les questions pertinentes et pour approfondir la compréhension de la foi que nous demandons au Seigneur d'augmenter en nous.

Nous ne sommes pas seuls. En compagnons de Jésus, nous voulons nous aussi suivre le chemin de l'incarnation, devenir semblables aux êtres humains qui souffrent les conséquences de l'injustice. La Compagnie de Jésus pourra se développer seulement en collaboration avec d'autres, seulement en devenant la petite Compagnie collaboratrice. Attention aux pièges du langage. Nous voulons accroître la collaboration, non pas seulement chercher d'autres personnes qui coopèrent avec nous et avec nos œuvres tout en évitant de perdre le prestige de la position de celui qui a le dernier mot. Nous voulons collaborer généreusement avec les autres, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église, en sachant par l'expérience de Dieu que nous sommes appelés à la Mission du Christ Jésus, mission qui ne nous appartient pas en exclusivité, mais que nous partageons avec tant d'hommes et de femmes consacrées au service des autres.

Sur ce chemin de la collaboration, nous trouverons aussi, avec la grâce de Dieu, de nouveaux compagnons qui augmenteront encore le nombre, toujours minime aussi grand qu'il soit, des collaborateurs et des autres invités à faire partie de ce corps. Il ne fait pas de doute que nous devons accentuer notre prière et nos efforts pour les vocations à la Compagnie et pour poursuivre la tâche complexe de leur offrir la formation qui fera d'eux de vrais jésuites, des membres de ce corps multiculturel, appelé à témoigner de la richesse de l'interculturalité comme visage de l'humanité créée à l'image et la ressemblance de Dieu.

Reprenons donc aujourd'hui, pour nous-mêmes, les paroles de l'apôtre Paul : que le Dieu de la persévérance et de la consolation vous donne d'avoir les uns pour les autres les mêmes sentiments, à l'exemple du Christ Jésus, afin que d'un même cœur et d'une seule voix vous rendiez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ.

En l'église du Gesù à Rome, le 15 octobre 2016

(originel en italien) 


Dans les appartements de saint Ignace
(29-Oct-2016)

Samedi matin, avant la première Eucharistie présidée par le nouveau Supérieur Général des jésuites, le P Arturo Sosa, on a célébré discrètement une courte liturgie, au Gesù, dans la chapelle des appartements de saint Ignace. Le nouveau Supérieur Général était accompagné d'un membre du conseil, le P. Joaquín Barrero, de l'archiviste de la Compagnie, le P. Brian Mac Cuarta, du plus âgé et du plus jeune des électeurs, le P. Bienvenido Nebres et le F. James Edema, et du diacre désigné pour la messe qui suivrait. Notre photographe était sur place.

Après un moment de prière silencieuse, le diacre a lu un extrait de l'évangile de saint Matthieu. Dans ce passage, Jésus rappelle à ses disciples qu'ils n'ont qu'un seul « Maître » et que le plus grand parmi eux doit être leur serviteur.

Dans le même esprit, un des électeurs, le P. Bienvenido Nebres, a alors rappelé au nouveau Général les qualités qu'il doit manifester, selon la description qu'en fait saint Ignace dans le 2e chapitre de la 9e Partie des Constitutions de la Compagnie de Jésus. Parmi les conseils du fondateur on peut souligner :

"Ne recherche pas l'estime et les honneurs des hommes, mais plutôt de plaire au Seigneur seul.
Aime la Compagnie, non comme ta possession, mais comme ce qui t'a été confié.Rappelle-toi donc que tu nous es donné comme guide, pour que nous puissions persévérer et croître sur ce chemin du ciel que constitue la Compagnie."

À la fin de cette lecture, le plus jeune jésuite parmi les électeurs, le F. James Edema, a présenté au Général la Formule de l'Institut et le livre des Constitutions en disant :

"Reçois la Formule de notre Institut et le livre des Constitutions dont tu es devenu aujourd'hui le gardien : travaille pour le bien universel de la Compagnie, pour que, avec la grâce de Dieu et ton bon service, ce corps apostolique à toi confié puisse se conserver et se développer dans la charité et dans le service du Christ et de l'Église son épouse."

En silence, le petit groupe a rejoint la grand nombre de concélébrants, au rez-de-chaussée, pour commencer la messe d'action de grâce.


Messe d'action de grâce présidée par le nouveau Général
(29-Oct-2016)

L'après-midi du vendredi 14 octobre, jour de l'élection, les membres de la Congrégation ont pu prendre un congé bien mérité. Ils se retrouvaient le lendemain matin à l'église du Gesù, pour la deuxième fois en deux semaines. Cette fois-ci, ils avaient la joie d'entourer leur nouveau supérieur général, le P. Arturo Sosa. Celui-ci avait donc l'occasion, dans son homélie, de proposer pour la première fois un message à teneur spirituelle, à partir de textes scripturaires choisis pour l'occasion.

La première lecture était tirée de la tradition sapientielle, du livre de Ben Sirac le Sage. Elle soulignait combien la recherche de la sagesse assure l'intelligence et ouvre le droit chemin pour les décisions à prendre. Celui qui a cette sagesse venue du Seigneur saura la répandre dans toutes les nations. Le psaume 88 rappelait que le Seigneur se plait de la fidélité de son serviteur. Un extrait de la lettre de saint Paul aux chrétiens de Rome exhortait ceux-ci à éviter ce qui provoque scandale et division, mais surtout à manifester persévérance et espérance en faisant tout en vue du bien du prochain. Dans l'évangile de saint Marc, Jésus invitait ses disciples à veiller en tout temps.

Dans son homélie, le nouveau supérieur général a d'abord rappelé que peu de jours plus tôt, à l'ouverture de la Congrégation générale, le Maître des dominicains nous avait invité à l'audace de l'improbable, ce qui caractérise une personne de foi. Le P. Sosa a poussé l'audace encore un peu : se référant à Marie, il a ouvert le chemin vers l'audace non seulement de l'improbable mais aussi de l'impossible car, « rien n'est impossible pour Dieu », avait dit l'ange Gabriel.

Le Général ajoutait : « Nous demandons donc au Seigneur que cette foi, parce que nous pouvons la faire nôtre, comme Compagnie de Jésus, celle des mots de Marie en réponse à l'appel extraordinaire reçu: 'Voici la servante du Seigneur, que tout se fasse selon tes paroles'. Comme Ignace et ses premiers compagnons, comme tant de frères qui ont combattu et ont vécu sous la bannière de la croix au service du Seigneur et de son Église, nous voulons aussi contribuer à ce qui semble impossible aujourd'hui: une humanité réconciliée dans la justice, vivant en paix dans une maison de commune bien ordonnée, où il y a place pour tout le monde parce que nous nous reconnaissons frères et sœurs, fils et filles du même Père et unique. »

Le Père Général a ensuite insisté sur le fait que nous ne sommes pas seuls pour accomplir cette tâche, nous l'accomplissons dans la collaboration. Non seulement celle de collaborateurs et collaboratrices dans nos œuvres, mais en nous faisant nous-mêmes collaborateurs de gens qui, à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Église, sont impliqués dans une mission qui ne nous appartient pas en exclusivité, mais nous partageons avec beaucoup d'hommes et de femmes consacrées au service des autres. 


P. Arturo Sosa SJ, 31e père général de la Compagnie de Jésus
(29-Oct-2016)

La 36e Congrégation générale de la Compagnie de Jésus a élu le P. Arturo Sosa Abascal, de la Province du Venezuela , comme supérieur général.

Arturo Sosa est né à Caracas (Venezuela), le 12 novembre 1948. Il est le Délégué du Supérieur général pour la Curie et des œuvres interprovinciales de la Compagnie de Jésus à Rome et Conseiller du Père Général. Il a une maîtrise en philosophie de l'Université catholique Andrés Bello (1972) et un doctorat en Sciences politiques de l'Universidad Central de Venezuela.

Durant la 35e Congrégation générale, en 2008, il fut choisi par le Père Général Adolfo Nicolás comme Conseiller général. En 2014, il s'est joint à la curie de la Compagnie de Jésus, à Rome, comme Délégué pour la curie et pour les maisons et les œuvres interprovinciales de la Compagnie de Jésus à Rome. Il s'agit d'institutions qui dépendent directement du Supérieur Général des jésuites et pour lesquelles ce dernier nomme un délégué. Parmi celles-ci, on retrouve, en plus de la Curie générale, l'Université pontificale Grégorienne, l'Institut biblique pontifical, l'Institut oriental pontifical et l'Observatoire du Vatican; il supervise aussi plusieurs collèges et résidences internationales.

Entre 1996 et 2004, Arturo Sosa fut le supérieur provincial des jésuites du Venezuela. Auparavant, il avait été le coordonnateur de l'apostolat social dans ce pays et le directeur du Centro Gumilla, un centre de recherche et d'action sociale des jésuites au Venezuela.

Le P. Arturo Sosa a eu une longue carrière dans l'enseignement et la recherche. Il a occupé bon nombre de postes dans l'environnement universitaire. Il fut professeur et membre du Conseil de fondation de l'Université catholique Andrés Bello et recteur de l'Université catholique de Táchira durant dix ans. Il a fait la plus grande partie de sa recherche et de son enseignement dans le domaine des sciences politiques, dans plusieurs institutions.

En 2004, il a été invité par le Centre des études latino-américaines de Georgetown University, aux États-Unis, et a été professeur de la Pensée politique vénézuélienne à l'Université catholique de Táchira.

Il est l'auteur de plusieurs publications, principalement sur l'histoire et la politique du Venezuela. Le père  parle les langues suivantes : l'espagnol, l'italien et l'anglais et comprend le français.

Alors que l'élection du P. Sosa comme Supérieur général complète l'une des tâches principales de la 36e Congrégation général, les délégués ont encore bien du pain sur la planche. Il devront s'attaquer aux questions sur la mission, le gouvernement et l'état actuel de la Compagnie de Jésus. Les sujet pourraient aller des changements démographiques chez les jésuites dans les différentes parties du monde, jusqu'à la réponses de ceux-ci aux préoccupations environnementales, à la pauvreté et à la violence dans un monde en rapide changement.


La messe du Saint Esprit ou "La Sainte Eucharistie en vue de l'élection"
(29-Oct-2016)

Le jour de l'élection du futur Général, les électeurs se réunissent pour célébrer l'eucharistie; ils invoquent l'Esprit Saint une fois encore pour que celui-ci les inspire au moment du vote qui commencera immédiatement après la célébration.

Cette année, la messe est célébrée par le P. James Grummer, qui agit comme Vicaire Général de la Compagnie depuis l'acceptation de la démission du père Nicolás jusqu'à l'élection du nouveau supérieur général. La monition d'ouverture du célébrant dit clairement l'intention qu'ont les jésuites réunis. La voici : En cette Année sainte, durant laquelle l'Église tout entière est appelée à vivre la grâce et la tendresse de la miséricorde de Dieu, nous sommes invités à prier sans cesse l'Esprit Saint pour qu'il favorise l'unité des chrétiens et qu'il nous donne le courage de nous lancer en avant, au large, en demandant l'intercession de nos bienheureux martyrs, baptisés dans le sang pour l'amour du Christ et de son Église.

La liturgie de la Parole est toute orientée vers l'importance de l'Esprit Saint. Dans la première lettre de saint Paul aux Corinthiens, l'Apôtre rappelle que les dons de la grâce sont variés mais que c'est toujours le même esprit qui agit. En fin de compte, « chacun reçoit le don de manifester l'Esprit en vue du bien de tous ». Quant à l'évangile, il nous place au Cénacle, alors que les disciples sont réunis dans la prière. Ils entretiennent des peurs, mais Jésus leur apparaît et leur dit : « La paix soit avec vous ». Il leur dit aussi : « Recevez l'Esprit Saint ».

Après la célébration, les électeurs se rendent en silence à l'aula où, après une dernière admonition du P. Lisbert D'Souza, l'un des Assistants ad providentiam, commencera le vote en vue de l'élection d'un nouveau Général des jésuites. 


Orlando Torres SJ, secrétaire de la Congrégation
(29-Oct-2016)

Nous l'avions annoncé hier, les électeurs ont voté aujourd'hui, le 7 octobre, pour élire ces trois officiers: le secrétaire et les sous-secrétaires de la Congrégation.

Le P. Luis Orlando Torres, de Porto Rico, qui appartient à la Province Centre et le Sud des États-Unis (UCS), a été élu secrétaire de la Congrégation. Il est présentement supérieur de la communauté au College international du Gesù.

Le premier sous-secrétaire est le P. Agnelo Mascarenhas, de la Province de Goa; il est actuellement sous-secrétaire de la Compagnie.

Le deuxième sous-secrétaire est le P. Paxti (Franciso Javier) Álvarez, de la Province d'Espagne, actuellement à la curie de la Compagnie comme Secrétaire pour la justice sociale et l'écologie.

Leur tâche principale est de préparer, tout au long de la Congrégation, les Actes de la Congrégation, l'ensemble des documents officiels qui feront foi des échanges entre les membres. 


Non pas la même langue, mais le même langage - Arturo Sosa, SJ
(29-Oct-2016)

On peut se demander comment ce groupe d'hommes d'une centaine de pays, réunis dans cette belle salle de l'aula, peuvent véritablement se comprendre alors que chacun porte un bagage culturel qui, nécessairement, influence sa manière de comprendre, d'interagir, d'intervenir. Nous avons rencontré le P. Arturo Sosa, Vénézuélien, et lui avons posé la question.

Si les différences culturelles sont réelles, ceux qui sont réunis en Congrégation générale portent aussi un bagage commun, celui qui est lié à leur expérience des Exercices spirituels et à l'exercice du discernement. Ils ont un grand désir d'entendre la même voix, celle de l'Esprit Saint. C'est d'ailleurs ce qui a été ressenti au cours des derniers jours et qui a conduit à la première décision importante prise par l'assemblée, celle de se donner plus de temps avant de commencer les quatre jours de murmuratio qui mèneraient à l'élection du P. Général. Cet exercice a laissé place à l'Esprit et, de manière surprenante peut-être, a conduit à une décision unanime qui impliquait un changement du programme qui avait été prévu par le Comité de coordination.

La Formule de la Congrégation laisse beaucoup de flexibilité aux membres pour organiser leur travail. C'est vrai que le CoCo, responsable du bon fonctionnement du travail, doit faire des propositions. Il est d'ailleurs formé d'un représentant de chacune des Conférences de la Compagnie dans le monde, auquel s'ajoute le P. Général - dans le cas présent le Vicaire Général. Ce comité avait prévu commencer la murmuratio ce vendredi. Pourtant le sentiment commun - formé peu à peu par l'écoute de l'Esprit au cours des jours que nous venons de vivre - a poussé les membres à demander plus de temps. Nous sommes 212 électeurs; ceux parmi nous qui connaissent au point de départ le plus de membres en connaissent environ le tiers. Certains ne connaissent personnellement à peu près personne puisqu'ils n'ont pas eu la chance de participer à ce type de rencontre jésuite internationale. On a clairement exprimé le besoin de plus de temps pour la connaissance mutuelle.

Il y avait déjà, dans la méthode que nous avons utilisée, une façon de faire qui encourageait cette connaissance les uns des autres. Dix fois nous nous retrouvions en groupe d'une dizaine de compagnons, on y rencontrait chaque fois quelques nouveaux compagnons. Mais ces périodes de 90 minutes étaient somme toute courtes. Si l'anglais est compris par la grande majorité des participants, c'est souvent la langue seconde, la 3e ou la 4e langue de plusieurs; de même pour l'espagnol ou le français. Alors il n'est pas suffisant d'utiliser une langue commune pour faire le type de travail qui nous incombe; il nous faut arriver à partager un langage commun. C'est notre défi : utiliser un langage commun qui permette de nous écouter les uns les autres en laisser parler l'Esprit. En effet, l'Esprit Saint, lui, ne parle pas directement, il parle toujours à travers les voix humaines de chacun de nous. 

Nous avons donc trouvé important de prendre du temps pour nous assurer de trouver ce langage commun qui nous permette d’arriver à prendre les décisions qui soient l’expression de ce que l’Esprit veut nous inspirer, ce que nous nommons, dans le vocabulaire de la Compagnie, « la volonté de Dieu. »


Eucharistie à la basilique Saint-Pierre
(29-Oct-2016)

Ce matin, vendredi, les membres de la Congrégation et ceux des équipes qui les appuient se sont levés tôt. En effet, pour commencer la journée, ils ont tous fait le court parcours de la curie générale à la place Saint-Pierre. Une forte pluie les accompagnait : étaient-ce les bénédictions que le ciel leur prodiguait?

Ils sont d'abord passés par la Porte sainte de l'année de la Miséricorde. Cette année jubilaire promulguée par le pape François s'est ouverte le 8 décembre 2015 et se terminera bientôt, le 20 novembre 2016, jour de la fête du Christ-Roi. Cette tradition liée aux années jubilaires fait d'abord référence à Jésus lui-même qui a dit : « Si quelqu'un entre en passant par moi, il aura la Vie » (Jn 10,9). Le symbole de la porte implique aussi l'invitation à faire un pas en avant et à laisser quelque chose derrière. La démarche a du sens au moment où les jésuites s'apprêtent à élire un nouveau supérieur général.

Les électeurs ont ensuite célébré l'eucharistie dans la « chapelle de la Cathedra » ou de la chaire de saint Pierre. Le vitrail représentant la lumière que répand l'Esprit Saint convient parfaitement au contexte de la Congrégation générale. Cette chapelle est située directement derrière l'autel principal de la basilique. C'est le P. Bienvenido Nebres, le membre le plus âgé de la Congrégation, qui a assuré la présidence.

Durant sa courte homélie, le célébrant a fait ressortir les liens entre l'expérience de Pierre avec Jésus et la nôtre, comme compagnons de Jésus. En référence aussi bien à l'endroit où nous nous trouvions, la basilique Saint-Pierre, qu'à la basilique de Saint-Pierre en Gallicante, à Jérusalem, il a décrit les scènes du reniement de Pierre, de sa profonde contrition et du déjeuner sur la berge du lac, alors que Jésus, après sa résurrection, invite ses disciples à partager son repas. Dans les trois cas, ce qui ressort et ce qui peut nous inspirer, c'est l'amour de Jésus pour les siens. C'est à cet amour que nous sommes appelés à répondre, comme Pierre : « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t'aime ». En ce premier vendredi du mois, nous sommes invités à nous laisser rejoindre par le feu de l'amour universel du cœur de Jésus. 

Cliquez ici pour voir l'ensemble de l'album sur la messe à Saint-Pierre


La première session dans l’aula et la démission du père Nicolás
(03-Oct-2016)

Les membres de la Congrégation avaient déjà participé, au cours des deux jours précédents, à une séance d'information sur la manière de travailler dans l'aula, y compris l'utilisation des tablettes électroniques grâce auxquelles ils ont accès à la plupart des documents de travail. Aussi, ce lundi matin à 9h, pouvaient-ils commencer leur travaux.

En la fête de saint François Borgia, patron de la curie générale, le P. James Grummer a invité l'assemblée à se lever pour invoquer l'Esprit Saint en chantant le Veni Creator. Tout de suite après, il a invité le père Général à dire quelques mots. Celui-ci a annoncé qu'il confiait l'animation de la Congrégation au P. Grummer et qu'il l'avait choisi comme Vicaire général de la Compagnie pour la période qui précéderait l'élection du nouveau Général. Le P. Nicolás a alors préféré quitter la tribune pour s'asseoir parmi les autres membres de la Congrégation. On a repris la prière. Chaque jour, on peut prier avec les membres de la Congrégation car la prière de l'aula est disponible à tous dans la section « salle de prière » du site gc36.org.

Le père Grummer a alors présenté l'équipe des secrétaires qui prendraient en note le verbatim des échanges tout au long de la Congrégation. Puis les interprètes se sont présentés, chacun précisant ses langues de travail. On a mentionné les responsabilités de l'équipe technique. Puis, l'assemblée était prête à commencer officiellement ses travaux, la première étape étant de reconnaître que tous ses membres étaient présents, que la Congrégation était « complète ». L'équipe des médias s'est retirée puisque les travaux de la Congrégation sont menés à huis clos.

C'est au cours de l'avant-midi que le père Nicolás a présenté sa démission et a demandé à la Congrégation de l'accepter, ce qu'elle fit. Le père James Grummer, à partir de là, a pris la responsabilité de la Compagnie comme Vicaire général.

Photos de la session d'ouverture et de la démission


Le P. Cadoré, OP, à l’eucharistie d’ouverture: La foi de l’audace; la foi de l’humble serviteur
(03-Oct-2016)

Les 215 membres de la Congrégation générale des jésuites ont célébré la messe à l'église du Gesù, ce 2 octobre, pour ouvrir leur assemblée. L'eucharistie a été présidée par le P. Bruno Cadoré, le Maïtre de l'Ordre des Prêcheurs. Selon une tradition qui dure depuis longtemps, le supérieur des dominicains est invité à présider les funérailles du Général des jésuites. Cette fois-ci, cependant, le Maître a été invité à présider la célébration d'ouverture de la Congrégation qui va recevoir la démission du P. Nicolás. Ce sera de fait la première tâche de la Congrégation avant de discuter sur l'état de la Compagnie et d'élire le nouveau Général.

Le père Bruno Cadoré, a prononcé l'homélie que lui ont inspiré les textes de la liturgie du jour, ceux du 27e dimanche du temps ordinaire. Il s'agissait de textes du prophète Habacuc, de la lettre de saint Paul à Timothée et de l'évangile de Luc au chapitre 17.

Le père Cadoré a d'abord attiré l'attention sur la demande des apôtres à Jésus : « Seigneur, augmente en nous la foi ». Voilà l'attitude qui convient au début de cette Congrégation générale. L'homéliste précise pourquoi : « Cette foi est nécessaire - même si elle reste aussi modeste en apparence qu'un grain de moutarde - parce qu'il s'agit d'oser viser l'improbable : 'vous auriez dit à l'arbre que voici, va te planter dans la mer, et il vous aurait obéi'. Elle est nécessaire, de plus, parce qu'il s'agit de comprendre que, même si l'on vise l'incroyable, il faut oser dire aussi : 'nous sommes de simples serviteurs : nous n'avons fait que notre devoir'! Une assemblée comme la vôtre (...) se déploiera sans doute entre le devoir d'appeler sans cesse la Compagnie à oser l'audace de l' « improbable », et la volonté évangélique de le faire avec l'humilité de ceux qui savent que, dans ce service où l'humain engage toute son énergie, « tout dépend de Dieu ».

Cette audace de viser l'impossible était celle d'Ignace au temps où il fonda la petite Compagnie de Jésus. Est-elle possible à l'époque de crise que nous connaissons où des violences de toutes sortes se manifestent? Elle est possible, affirme le dominicain aux jésuites, si c'est « l'audace de faire entendre à travers vos engagements, vos paroles, vos solidarités, la voix toujours inattendue de Celui qui espère le monde, renverse la mort et établit la vie, Celui à qui vous cherchez à rendre la plus grande gloire ». Elle n'est possible que si elle s'appuie sur le conseil de Paul à son ami Timothée : « Trouver la force et la créativité de la fidélité dans le souffle en lequel nous tient l'Esprit qui nous conduit dans la rencontre et l'écoute de l'autre, qui creuse au cœur de l'homme le puits de compassion, qui consolide l'alliance indéfectible avec ceux qui nous sont confiés. »

Enfin, insiste le père Cadoré, si la foi dont ont besoin les apôtres doit être marquée par l'audace, elle doit être en même temps celle de l'humble serviteur, celle dont la vie est véritablement donnée pour les autres. « De quoi est-il, précisément, le serviteur ? D'une table, table des pécheurs, table de l'accueil de tous où sont invités aveugles et boiteux, pharisiens et publicains, adultères et hommes de bien. Votre fondateur, Ignace, priait ainsi: 'Seigneur Jésus, apprenez-nous à être généreux, à vous aimer comme vous le méritez, à donner sans compter, à combattre sans souci des blessures, à travailler sans chercher le repos, à nous dépenser sans attendre d'autre récompense que celle de savoir que nous faisons votre Sainte Volonté' ? N'est-ce pas une invitation, aujourd'hui encore, à nous mettre tous au service de cette table ? »

Pour lire le texte complet, cliquez ici


Qu'est-ce qu'une Congrégation générale ?
(23-Sep-2016)

Au cours des 476 ans depuis sa foundation, la Compagnie de Jésus s'est réuni seulement 35 fois en Congrégation générale. La 36e Congrégation se réunira à Rome le 2 octobre 2016. On réunit toujours une Congrégation générale à la mort ou à la démission du leader de la Companie - le supérieur général - pour choisir son successeur. On la réunit aussi quand le Général pense que des décisions doivent être prises sur des sujets majeurs sur lesquels il ne peut statuer ou sur lesquels il ne veut prendre seul de décision.
Le Général actuel de la Compagnie de Jésus, le P. Adolfo Nicolás, né en Espagne mais ayant œuvré surtout en Asie, a annoncé en décembre 2014 son intention de remettre sa démission. Le P. Nicolás a été élu en 2008 pour succéder au P. Peter-Hans Kolvenbach, SJ.
Pour plus d'info


Reliquaire
(23-Sep-2016)

Tout au long de son histoire, la Compagnie de Jésus a donné de nombreux Saints et Bienheureux à l'Église, dont quelques martyrs. La « Chiesa del Gesu » étant l'Église Mère de l'Ordre des Jésuites, un bon nombre de reliques étaient conservées dans sa sacristie, la plupart dans des récipients très simples.
Pour les exposer plus dignement et dans le respect des croyants, et plus spécialement encore pour mettre en valeur l'unité du corps de la Compagnie, nous avons éprouvé le besoin de les placer dans un reliquaire principal. Cela a été rendu possible par l'œuvre artistique généreuse de Maestro Ernesto Lamagna, un sculpteur italien de renommée internationale.
Pour plus d'info


Le manuscrit originel des Exercices Spirituels sauvés des acides
(06-May-2016)

Les encres acides avaient rongé le document, perforant nombre de feuilles et mettant en péril la préservation du document : le plus ancien manuscrit des Exercices Spirituels de Saint Ignace de Loyola, avec les nombreuses notes autographes du saint, a aujourd'hui été restauré. L'intervention a été présentée le 29 avril dernier, à l'Université pontificale grégorienne, lors d'une conférence à laquelle ont participé, entre autres, le Père Ignacio Echarte, Secrétaire de la Compagnie de Jésus, et la restauratrice Melania Zanetti (Université catholique du Sacré-Cœur). L'ouvrage est conservé par l'Archivum Romanum Societatis Iesu à la Curie Généralice de la Compagnie de Jésus, qui a proposé la restauration avec un financement de la Fondation Gondra-Barandiarán de Guecho en Biscaye, une province de la communauté autonome du pays Basque. La rénovation a été conçue par Carlo Federici (Université Ca' Foscari de Venise et Ecole de bibliothéconomie du Vatican) ; pour la désacidification des feuilles a été utilisée une suspension de nano-composites élaborée par un groupe de chimistes de l'Université de Florence.

 

 


Visite du Père Général à San Salvador
(06-May-2016)

Du 30 avril au 6 mai, le Père Général s'est rendu à San Salvador, El Salvador, pour une réunion commune des Conférences des Provinciaux Jésuites d'Amérique latine et de Canada-États-Unis. L'un des débats majeurs de la réunion portait sur la meilleure façon dont la Compagnie peut servir l'Église dans la région des Caraïbes. Dans son discours avant la réunion, le Père Général a insisté sur l'importance de progresser vers une mission universelle. Servir une mission commune, a remarqué le Père général, cela commence par l'acquisition de connaissances sur les différentes régions, ce qui mène ensuite à la collaboration. Cela nécessite de construire des réseaux, de réfléchir sur les priorités apostoliques communes et enfin de bâtir des projets apostoliques en commun. La réunion s'est terminée par une visite au tombeau de l'archevêque Oscar Romero dans la cathédrale de San Salvador, par une visite de la chapelle de l'hôpital où l'archevêque est mort et enfin par une visite sur le site du martyre du prêtre jésuite Rutilio Grande. 


Rencontre JesWeb en Allemagne
(06-May-2016)

Du 11 au 14 avril, à la Heinrich Pesch Haus à Ludwigshafen (Allemagne) s'est tenue la rencontre annuelle du JesWeb (pour les web masters et les éditeurs des productions jésuites en ligne). Bien que, officiellement, le JesWeb soit un ensemble de la Conférence jésuite d'Europe, il a attiré, au cours des dernières années, la participation d'hommes d'autres parties du monde. Il y eut cette année des représentants des six Conférences de la Compagnie. Les participants ont échangé leurs expériences et partagé les nouveautés de leurs travaux. Par ailleurs les équipes de média de MAGIS Pologne et de la 36ème Congrégation Générale ont donné les dernières nouvelles de leurs stratégies de la communication concernant les deux événements. 


La Communauté de la Curie célèbre le Jubilé de la Miséricorde
(22-Mar-2016)

Les membres de la communauté de la Curie ont célébré ensemble le Jubilé de l'Année de la Miséricorde en trois étapes. Le dimanche 13 mars un bon nombre d'entre eux se sont rendus au centre pénitentiaire Regina Coeli, pour la célébration eucharistique avec les prisonniers. Ils étaient accompagnés du supérieur de la communauté, le P. Joaquín Barrero qui exerce son apostolat dans cette prison chaque samedi et dimanche. Le point culminant du Jubilé fut le passage par la Porte Sainte le vendredi 18 mars, suivi de la célébration eucharistique près de la tombe de saint Pierre dans les grottes vaticanes. Enfin, le dimanche 20 mars ils ont invité à déjeuner une trentaine de sans-abris actuellement logés dans le dortoir Don de Miséricorde, situé dans les bâtiments de la Curie, que le Père Général a mis à la disposition du Pape François l'an dernier.


Andhra : 21 février 2016
(08-Mar-2016)

Arrivés à l'Andhra Loyola College, les choses drôles commencent. Quatre étudiants hindous nous chantèrent des prières, puis nous présentèrent un récipient avec une noix de coco qu'il fallait toucher. C'était la manière traditionnelle Telugu de souhaiter la bienvenue, nous a-t-on expliqué. Au début de l'après-midi le Père Général a rencontré les jésuites de la région. Sa causerie fut centrée sur la préparation de la 36ème Congrégation Générale. En fin d'après-midi il s'adressa au staff et aux étudiants du Collège -plus de 5.000- sur le terrain de football. Là il insista sur le but de toute éducation jésuite : aider les étudiants à se développer et à être à même de participer à une nouvelle humanité. Ceci, dit-il, appelle à l'établissement de relations, à une interaction, à une recherche en profondeur, à un sens de l'humour, et à prendre du temps pour jouer et faire du sport (où l'on apprend une interaction en se conformant à des règles).


RADIO VATICAN : Une nouvelle étape dans la mission de la Compagnie de Jésus
(08-Mar-2016)

Le P. Federico Lombardi et le Dr. Alberto Gasparri, respectivement Directeur Général et Directeur Administratif de Radio Vatican, ont achevé leur longue et fructueuse mission à la tête de cette institution du Vatican le 29 février 2016. Cette fin correspond aussi à la disparition de leurs directions respectives, car désormais Radio Vatican fera partie du Secrétariat pour la communication créé par le Pape François le 27 juin 2015, dans le but de renouveler la conception et l'organisation de la communication vaticane.
Le Saint Père a exprimé son désir de confier la gestion de Radio Vatican à la Compagnie de Jésus, dans cette nouvelle étape de la communication du Saint Siège. C'est dans ce sens qu'il a nommé le P. Andrzej Majewski Directeur des programmes en septembre 2015, et responsable des vingt jésuites qui continuent à offrir leurs services pour communiquer l'évangile, la parole du Pape et de l'Eglise. La production multimédia qu'ils réalisent est multiculturelle, multilinguistique, pluraliste, digitale ; elle est aussi présente dans les réseaux sociaux, de la manière la plus accessible possible. Avec leur expérience de 85 ans au sein de ce service qui constitue le plus important moyen de communication du Vatican, le Père Général et les jésuites destinés à la Radio sont en train de chercher la meilleure manière pour participer activement à ce processus complexe de renouvellement.
Le P. Federico Lombardi poursuit normalement sa mission à la Salle de Presse, et comme Porte-Parole du Saint Père, tout en faisant partie de la nouvelle organisation du Secrétariat pour la communication du Saint Siège. 


AP : ClickToPray, la nouvelle app pour s’unir à la prière du pape François
(08-Mar-2016)

ClickToPray présente une prière différente pour chacun des 365 jours de l'année : elle permet de prier pour les défis de l'humanité et de s'unir aux différentes cultures, langues et personnes autour de cette cause universelle. Le Père Frédéric Fornos, jésuite directeur international du Réseau Mondial de Prière du Pape (anciennement appelé Apostolat de la Prière) commente cet événement : « ClickToPray invite les hommes et les femmes du monde entier à accompagner le pape François dans une nouvelle expérience communautaire et numérique, avec le désir de voir les continents s'unir dans une prière partagée pour les grand défis de ce monde, et de la mission de l'Eglise, exprimés par ses intentions ». 


Arrupe Place remporte le Prix Community Wellbeing 2015
(27-Nov-2015)

Sur nomination de la Mairie de Parramatta, Arrupe Place a été présenté pour le Prix Community Wellbeing 2015 par l'Australian Psychological Society (APS). Géré par les services sociaux jésuites, Arrupe Place a été créé au début de 2015 par le Service jésuite des réfugiés (JRS). Cette initiative a été lancée pour fournir un soutien pratique aux personnes en quête d'asile, surtout dans l'ouest de Sydney, pour faire face aux défis de base et éviter l'isolement. Le coordinateur du projet Shelter, Maeve Brown a déclaré : « Ce prix est un juste hommage aux membres de l'équipe du projet Shelter, aussi bien bénévoles que professionnels, pour leur dévouement, leur compassion et leur travail acharné. » Reconnaissant le rôle joué par les partenaires JRS à Arrupe Place, Brown les en a remerciés.


Les Archives du P. Ellacuría sont incluses dans la liste du Patrimoine documentaire
(24-Nov-2015)

Le Museo de la Palabra y la Imagen (MUPI) (Musée du Monde et de l'Image) a annoncé que l'UNESCO a inclus les archives du Père jésuite Ignacio Ellacuría comme part du patrimoine documentaire de l'Amérique latine et des Caraïbes. Le délégué du Comité régional de l'Amérique latine et des Caraïbes et directeur du MUPI, Carlos Henríquez Consalvi, a récemment donné le certificat au père Andreu Oliva, Recteur de l'Université de l'Amérique centrale (UCA), qui remplace actuellement le père Ellacuría dans la fonction que ce dernier exerçait lorsqu'il fut assassiné. Le père Ellacuría a été assassiné le 16 novembre 1989 durant la guerre civile salvadorienne, en même temps que d'autres jésuites espagnols, un jésuite salvadorien et deux femmes. Les archives présentent un intérêt philosophique et théologique, mais elles contiennent aussi des documents et des matériaux concernant les réflexions du P. Ellacuría sur la situation politique au Salvador et en Amérique centrale dans les années 80 et le début des années 90.


SJES - « Réseau pour la justice »
(24-Nov-2015)

Du 17 au 20 novembre, cinquante-cinq jésuites et collaborateurs des jésuites se sont rassemblés à Loyola, Espagne, pour une réunion organisée par le Secrétariat pour la Justice Sociale et l’Ecologie. La réunion a rassemblé les divers réseaux du Global Ignatian Advocacy Network(GIAN) (Réseau Mondial ignatien de plaidoirie) pour partager leurs expériences et planifier un meilleur engagement dans l’apostolat social. Prenant la parole dans une interview lors de la réunion, le P. Francisco Javier Álvarez de los Mozos, Secrétaire pour la Justice et l’Ecologie, a dit : « Il y a de nombreux défis apostoliques mondiaux pour la famille jésuite et ignatienne. Je rêve que nous puissions devenir un grand corps beaucoup mieux structuré servant les besoins des pauvres dans le monde. Travailler en réseau est aujourd’hui un « must ». Cela respecte l’autonomie locale pendant qu’en même temps cela nous permet de travailler ensemble pour une cause commune. »


Réunion du Coetus Praevius
(17-Sep-2015)

La Commission Préparatoire (Coetus Praevius) de la 36ème CG s'est réunie à Rome du lundi 31 août au samedi 12 septembre. La mission qui lui était assignée consistait à préparer un ordre du jour pour la prochaine Congrégation Générale. Pour plus d’info >>





Les étudiantes de l’hospitalité Saint Ignace servent une fête du Moyen Orient
(15-Sep-2015)

Le 31 août, sept étudiantes de la Grande École du Collège de Saint Ignace à Adélaïde ont préparé un menu du Moyen Orient pour le déjeuner du personnel. Ces jeunes filles faisaient partie du cours du Service et de l'Hospitalité de l'école jésuite, un sujet de connaissance intégrée qui a été initié l'année dernière, comme partie de leur Stage 2 du Certificat d'Éducation de l'Australie du Sud (SACE). Dans ce cours, les étudiants apprennent comment prévoir les repas, servir et organiser un événement, et ceci fut l'occasion de mettre à l'épreuve l'habileté acquise pendant le cours. Les étudiantes furent chargées de la responsabilité de l'organisation, pendant qu'elles expérimentaient et choisissaient les recettes sous la direction d'un Chef renommée d'Adélaïde et de leur professeure, Rosa Matto. L'argent recueilli durant cet événement fut donné à l'organisation Jesuit Mission d'Australie.


Un livre illustré sur la Compagnie de Jésus sera présenté au Pateo do Collegio
(15-Sep-2015)

Le 27 septembre 2015, à l'occasion du 475ème anniversaire de la fondation de la Compagnie de Jésus, le Pateo do Collegio en partenariat avec les Editions Loyola, présentera un livre illustré intitulé : Jesuítas : uma pequena história ilustrada (Jésuites : une petite histoire illustrée). Le livre, écrit par le jésuite Père Gerardo Cabada Castro et illustré d'aquarelles par Luiz Boschi Grecco, concerne l'histoire de la Compagnie de Jésus, en partant de la conversion de Saint Ignace de Loyola jusqu'à l'élection du Pape François. Le projet qui a débuté pendant le bicentenaire du rétablissement de la Compagnie, est principalement destiné à présenter l'histoire jésuite aux enfants. Ceci parce que la plupart des jésuites qui sont impliqués dans l'éducation et la formation, sont convaincus que les enfants seront ceux qui bâtiront un monde plus humain et plus juste.


CG36 - Coetus Praevius
(07-Sep-2015)

La préparation de la CG 36 a commencé pour de bon avec la première réunion à Rome du Coetus Praevius (Comité préparatoire), du 31 août au 12 septembre. Le comité est composé de deux représentants de chacune des six Conférences (Afrique et Madagascar, Amérique latine, Etats-Unis et Canada, Europe, Asie méridionale, Asie-Pacifique). Le Père Général et le P. Douglas Marcouiller, de la Curie générale, sont également membres du Coetus Praevius.


Centenaire du Mouvement Eucharistique des Jeunes
(07-Sep-2015)

Je suis heureux que nous ayons pu organiser avec l'équipe MEJ Italie ce Centenaire du Mouvement Eucharistique des Jeunes à Rome. Le MEJ est présent dans 56 pays dans le monde et très divers. L'antérieur directeur, le P. Claudio Barriga sj a beaucoup aidé à tisser le réseau international de ce mouvement de jeunes. Cette Rencontre mondiale à Rome était donc aussi importante pour que nous puissions éprouver notre unité dans la diversité.
Lors de l'Audience privée avec le Pape François plusieurs jeunes de pays différents lui ont posé des questions. Les paroles du Pape ont abordé des sujets divers comme les tensions dans les familles, les conflits, la place des grands-parents dans les familles, la rencontre de Jésus, l'expérience de la paix, etc. Cependant je pense que ce qui a touché le plus les jeunes c'est la manière d'être du Pape, simple, proche, joyeux. Il témoigne d'une vraie liberté intérieure.
A un moment donné il a dit : « Nous sommes en guerre : [...] c'est la troisième guerre mondiale par morceaux, mais il y a aussi tant de bonnes choses, et tant de saints cachés dans le peuple de Dieu. Dieu est présent. Mais il y a tant des signes d'espérance et il y a des signes de joie. Courage et en avant ! ». Voir réunis ensemble 1.500 jeunes de 35 pays, des 5 continents, était pour moi un vrai signe d'espérance. Pendant ces 5 jours c'était non seulement un temps de fraternité et de joie mais aussi de partage en profondeur du cœur du MEJ : l'amitié avec Jésus, l'Eucharistie, la mission. C'était un temps de fête, mais pour beaucoup aussi un vrai lieu d'ouverture du cœur au Christ. Le Seigneur, par son Esprit Saint, a fait des merveilles ! Un grand merci à l'équipe MEJ Italie qui a fait un travail considérable et de grande qualité !
Frédéric Fornos sj
Directeur International du Réseau mondial de prière du Pape et du MEJ, par délégation du Père Général.


Un jésuite australien souligne le rôle de la paroisse dans l’action climatique
(28-Aug-2015)

Le père Gregory Jacobs SJ, curé de la paroisse Sainte Famille de Mount Druitt, New South Wales en Australie, affirme que la paroisse peut jouer un rôle important dans l'action climatique.
‘La paroisse reste un archétype de la communauté ecclésiale ; elle occupe une place et un espace essentiels pour les chrétiens, afin de les aider à vivre leurs engagements par rapport à Dieu, par rapport aux autres et par rapport au monde', a-t-il écrit dans son essai. Le Pape François développe ces thèmes dans Laudato Si' ; il élargit nos horizons en plaçant la nature aux côtés du pauvre. Les deux ont constamment besoin du soin et de la protection de l'Eglise.
La paroisse, écrit-il, est un lieu naturel de prière, de liturgie et des sacrements, pour nous aider dans nos relations humaines et pour sortir, comme communauté, et aller accomplir notre mission de prendre soin des pauvres à travers le monde. Mais nous n'avons pas toujours regardé la paroisse comme lieu et espace pour explorer nos relations avec la terre.
Pour plus d'info (en anglais) >>


Educate Magis: Inspirer les réseaux mondiaux entre jésuites éducateurs
(28-Aug-2015)

Au cours des dernières années, beaucoup ont eu l'ambition et le désir de travailler comme un "corps universel en vue d'une mission universelle", comme le recommande la 35ème CG. Ce souhait porte des fruits et l'on assiste déjà à une certaine floraison partout dans le monde jésuite, notamment dans le secteur de l'éducation. Au cours des préparatifs et dans la continuité du Colloque International sur l'éducation secondaire jésuite (ICJSE) à Boston en 2012, et du séminaire international sur la pédagogie et la spiritualité ignatienne (SIPEI) à Manresa en 2014, diverses initiatives et projets sont nés dans l'esprit de l'éducation jésuite globale et le travail en réseau. L'une d'elles est Educate Magis, une idée qui est née lors de l'ICJSE et qui, depuis lors, est devenue une réalité.
Pour plus d'info (en anglais) >>


Le Camino Ignaciano
(28-Aug-2015)

Ceux qui désirent faire un pèlerinage peuvent marcher ou pédaler à travers l'Espagne, en suivant l'itinéraire qu'a parcouru Ignace, fondateur de la Compagnie de Jésus, et qui acheva sa marche après sa conversion en 1522.
Le parcours est d'environ 650 km de long et divisé en 27 étapes à travers le Pays Basque et les provinces de la Rioja, Navarre, Aragon et Catalogne. La campagne dans cette partie de l'Espagne est éblouissante et variée - montagnes, rivières et même un désert.
Pour plus d'info >>

 


Séminaire du SJR
(16-Jul-2015)

Pendant la semaine du 13 au 17 de juillet, le SJR a organisé la réunion Leadership Competency Workshop pour les nouveaux directeurs régionaux, nationaux et des projets du SJR. L'objectif de ce séminaire était d'aider ces derniers à développer des compétences de direction et de gestion. Les thèmes traités incluaient : la spiritualité ignatienne, le développement de la prise de conscience, la motivation et la création de bonnes équipes, les compétences pour prendre des décisions et le travail avec les parties impliquées.


La rencontre ses socius hispanophones à Rome (ALS, ALM, EMR)
(03-Jul-2015)

Alors que les reunions des provinciaux, trésoriers et présidents de conferences sont assez régulières à Rome, les socius constituent plutôt une espèce rare. On les voit rarement à la Curie Générale, et pourtant ils assurent la communication entre la Curie Provinciale et la Curie Générale de Rome. Normalement les socius se rencontrent au sein de leurs conférences respectives avec l'aide du Secrétaire de la Compagnie. Cette fois-ci ils ont été invités à Rome.

Il y a eu 18 participants, provenant de l'Amérique Latine et de l'Europe méridionale, d'expression hispanophone. Les assistants et les secretaries régionaux respectifs, ont accompagné cette rencontre qui a commencé le 29 juin. Le Secrétaire de la Compagnie a animé des séances sur divers aspects de la communication avec la Curie, et sur la nouvelle version de Practica Quaedam. Il y a aussi eu des séances avec les procureurs, les archivistes et les économes de la Curie.

Les socius ont eu la chance de visiter quelques lieux ignatiens de Rome, en particulier les chambres de St. Ignace et la Storta, avant de cloturer leur rencontre le 4 juillet.


La Curie célèbre deux pères jubilaires
(29-Jun-2015)

La Curie a célébré, ce 29 juin 2015, les jubilés des pères Eugenio Costa (ITA) et Louis Boisset (PRO) qui ont totalisé 50 ans de sacerdoce. La communauté les a félicités et remerciés pour les services rendus au sein de la Compagnie de Jésus. Le Père Eugenio Costa travaille à la Curie comme secrétaire de l'assistance de l'Europe méridionale, et le père Louis Boisset comme secrétaire de l'Assistance de l'Europe occidentale. Les deux pères sont fort appréciés au sein de la Curie générale pour leur simplicité, attention fraternelle et sagesse.


Le décès soudain du P. Severin Leitner, SJ émeut la Curie
(07-Jun-2015)

La nouvelle du décès soudain du P. Sévérin Leitner a provoqué un choc au sein de la Curie le soir du dimanche 7 juin. Le P. Séverin Leitner, Assistant Régional de l'Europe orientale et centrale, et membre du Conseil du Père Général, est mort lors d'une randonnée en haute montagne, à une altitude de 2800 mètres, dans les environs de l'Aquila, en Italie. Il a fait une chute de 300 mètres dans le vide. Nous attendons encore les autres détails de l'accident.

http://www.blitzquotidiano.it/cronaca-italia/severin-leitner-gesuita-di-70-anni-e-lalpinista-morto-sul-gran-sasso-2204506/


Arrivée du Père Général à Cameroun
(29-Apr-2015)

Le dimanche 26 avril 2015 la province de l'Afrique de l'ouest à eu l'insigne honneur d'accueillir le Père Général de la Compagnie, le Père Adolfo et son Assistant pour l'Afrique le Père Fratern Masawe pour une brève visite à Douala.

 Ils sont arrivés à l'aéroport International de Douala à 16h40, heure du Cameroun. Ils ont été accueillis au Salon d'honneur de l'aéroport à 17h10 par le Père provincial et quelques jésuites.  Après une trentaine de minutes, la délégation a pris la route de la maison provinciale au quartier Bali, escortée par les Force de l'ordre.  Arrivé à la maison provinciale, il a été accueilli par les compagnons venus des quatre coins du Cameroun, de la Centrafrique et du Congo Brazzaville.

 Après un bref temps d'accolade, les compagnons se sont présentés à tour de rôle au Général en disant ce qu'ils ont fait avant et ce qu'ils font maintenant.

 Cette rencontre d'accueil a été pour nous l'occasion de découvrir qui est le père Général et pour lui de mettre un nom sur les visages des compagnons.

P. Tcheumtchoua Nzali William Fils, SJ


Les jésuites du Népal lancent un appel à l’aide suite au récent tremblement de terre
(28-Apr-2015)

Le père Boniface Tigga, Supérieur Régional des jésuites du Népal, a lancé un appel aux amis et personnes de bonne volonté à travers le monde pour venir au secours des jésuites du Népal après la dévastation du tremblement de terre du 25 avril 2015. Le travail urgent consiste à procurer des abris, fournir de la nourriture et répondre à d'autres besoins des victimes qui ont perdu leurs maisons. Le but est d'atteindre les personnes des villages reculés et difficiles d'accès. À l'heure actuelle les écoles et autres établissements ont ouvert leurs terrains pour servir d'abris. Beaucoup de personnes sont encore bloquées sur les terrains en plein air, alors que les conséquences se font encore sentir, et qu'il est difficile de retourner dans les maisons qui ont été endommagées. Il faudrait aussi faire parvenir les soins médicaux à Katmandou. Les Jésuites ont ouvert un bureau d'information à Katmandou, que vous pourrez contacter si vous désirez faire des dons.
Vous pouvez entrer en contact avec les jésuites du Népal via :
The official information desk for Nepal Jesuit Earthquake Relief work office
Email <sjrelief4nep@gmail.com>
Phone: 00977 - 9808744007
Facebook: https://www.facebook.com/sjrelief4nep?fref=ts
Lire le communiqué de presse du Supérieur Régional du Népal: http://sjweb.info/imagesnews/nepalquake1.pdf


Le colloque des nouveaux Provinciaux à la Curie Générale
(14-Apr-2015)

Le colloque de formation à l'intention des provinciaux récemment nommés, d'expression anglais, a commencé le 13 avril à la Curie Générale à Rome. Ce colloque offrira aux 17 Supérieurs majeurs qui y prennent part, l'occasion de comprendre davantage les défis auxquels la Compagnie est confrontée aujourd'hui, et d'étudier de plus près les devoirs d'un provincial par rapport à la cura personalis, la cura apostolica, la communauté et la vie apostolique, selon les perspectives législative, financière et organisationnelle. Une telle rencontre permet au Père Général de mieux connaître ses plus proches collaborateurs, et de les informer sur les projets en cours, selon les directives des Congrégations Générales. Les nouveaux provinciaux auront aussi l'opportunité de comprendre le fonctionnement de la Curie Générale, ses nombreux bureaux et secrétariats. Ils devront aussi visiter les maisons romaines internationales. Cette rencontre se terminera le 25 avril 2015.


Le Père Général visite la Terre Sainte
(09-Apr-2015)

Du 27 mars au 6 avril le Père Général était en Terre Sainte pour rendre visite à la communauté des frères jésuites et célébrer le Triduum pascal en ces lieux si riches en inspiration. C'était la première fois qu'un général de la Compagnie de Jésus se rendait en Terre Sainte. Le Père Nicolás était accompagné par les Pères Antoine Kerhuel, Assistant pour l'Europe Occidentale, Michael Kolarcik, Recteur de l'Institut Pontifical Biblique et Arturo Sosa, Délégué pour les maisons et les œuvres internationales.
Dans la première partie du séjour il a visité le Centre de traitement des immigrants à Tel Aviv, où il a présidé l'Eucharistie. Tout de suite il s'est rendu à Jérusalem, où il a fait le pèlerinage aux lieux traditionnels (le mont des Oliviers, Bethsaïde, le Saint-Sépulcre, le Golgotha, le Cénacle de la Pentecôte et la vieille ville) et a également participé à la procession des Rameaux. Puis il a rendu visite à Mgr. Fouad Twal, Patriarche Latin de Jérusalem, Mgr. Giuseppe Lazzarotto, Nonce apostolique, P. Pierbattista Pizzaballa, Gardien de Terre Sainte et aussi au Consul Général Français, M. Frédéric Desagneaux. Enfin, il a visité la Basilique de la Nativité et l'Université Catholique à Bethléem.
Une réunion a été organisée avec les jésuites de la communauté de la Terre Sainte (Jérusalem et Bethléem) pour réfléchir ensemble sur l'avenir de la mission de la Compagnie de Jésus et la meilleure façon de l'organiser.
Une rencontre s'est tenue aussi avec tous les jésuites présents en ces jours à la Maison de Saint Ignace et avec la communauté d'Amman, venue spécialement pour rencontrer le Père Général, qui a répondu aux questions sur les priorités apostoliques de la Compagnie, sur le processus de la 36e Congrégation Générale et sur le Pape François. Cela a été suivi par l'eucharistie présidée par le Père Nicolás et le partage fraternel d'un dîner ensemble.
Du Jeudi Saint au Dimanche de Pâques le Père Général, accompagné par les Pères Stefano Bittasi, Antoine Kerhuel et Arturo Sosa s'est rendu au monastère bénédictin de Tabgha, en Galilée, où il a participé au Triduum Pascal et visité les lieux liés à la vie terrestre du Seigneur en Galilée (Nazareth, Capharnaüm, le mont Tabor, le mont des Béatitudes).
C'était une visite fructueuse et féconde, comme expérience spirituelle et comme rencontre avec les frères jésuites et la réalité complexe dans laquelle chaque jour on vit un apostolat absorbant.


Rencontre des Socius de l’Assistance des Etats-Unis et du Canada à Rome
(27-Mar-2015)

Neuf socius de l'Assistance des Etats-Unis et du Canada se sont rencontrés à Rome du 24 au 27 mars 2015 pour leur réunion annuelle. En général ils tiennent leur rencontre annuelle à Rome une fois tous les trois. En dehors des sessions ordinaires avec divers bureaux de la Curie, ils ont aussi été introduits aux stratégies de communication mises en place en prévision de la 36ème CG, ainsi qu'à la nouvelle édition de Practica Quaedam. Le Père Jesús Rodríguez, S.J., Secrétaire de l'Assistance des Etats-Unis et du Canada, a été le coordonnateur de cette rencontre.


Délégués pour la formation jésuite – Europe
(27-Mar-2015)

Les Délégués pour la formation jésuite en Europe se sont récemment rencontrés au Collegio Bellarmino à Rome. Ils ont consacré une demi-journée le 25 mars 2015 pour une réunion avec le Père Général à la Curie. Ils étaient au nombre de 19, y compris le Père John Dardis, S.J., Président de la Conférence jésuite d'Europe. Ils ont échangé sur les diverses étapes de la formation jésuite et clarifié certaines questions avec le Père Général, au regard des nouveaux défis au sein de la Compagnie et en dehors. Le Père José Magadia, S.J., Assistant du Père Général pour la formation a dû laisser le groupe après deux jours, pour des raisons de santé.


Rencontre sur les Centres de Spiritualité Ignatienne
(18-Mar-2015)

Quinze experts en Exercices Spirituels et études jésuites se sont rencontrés à la Curie Générale du 16 au 17 mars 2015. Cette rencontre avait pour visée de continuer à approfondir la compréhension du travail en cours en vue d'encourager les études et la formation dans le domaine de la spiritualité ignatienne, et de proposer des voies susceptibles de promouvoir l'intérêt pour notre tradition spirituelle, l'histoire jésuite et la collaboration entre ces différents programmes. Le Père Général a toujours encouragé le partage des ressources entre les programmes existants et ceux qui sont en train de commencer.

Parmi les institutions représentées, il y a eu, entre autres, Boston College, la Grégorienne, Comillas, Centre Sèvres, JST Santa Clara, Deusto, Pune, et Sentir de l'Australia. Le Père Joseph Christie (MDU) a été chargé de coordonner ce travail de collaboration. Un conseil informel planifie d'assister le Théologat de Pune qui commence un programme de Master en spiritualité ignatienne. Un site internet sera mis en place en vue du partage des ressources et de l'information. L'intérêt pour les exercices spirituels et la spiritualité ignatienne a fortement augmenté avec le pontificat du Pape François.


Le colloque des nouveaux Provinciaux à la Curie Générale
(03-Mar-2015)

Le colloque de formation à l'intention des provinciaux récemment nommés, d'expression espagnole, a commencé le 2 mars à la Curie Générale à Rome. Ce colloque offrira aux 12 Supérieurs majeurs qui y prennent part, l'occasion de comprendre davantage les défis auxquels la Compagnie est confrontée aujourd'hui, et d'étudier de plus près les devoirs d'un provincial par rapport à la cura personalis, la cura apostolica, la communauté et la vie apostolique, selon les perspectives législative, financière et organisationnelle. Une telle rencontre permet au Père Général de mieux connaître ses plus proches collaborateurs, et de les informer sur les projets en cours, selon les directives des Congrégations Générales. Les nouveaux provinciaux auront aussi l'opportunité de comprendre le fonctionnement de la Curie Générale, ses nombreux bureaux et secrétariats. Ils devront aussi visiter les maisons romaines internationales. Cette rencontre se terminera le 14 mars 2015.


Afghanistan: Le P. Alexis Prem Kumar est libéré après huit mois de captivité
(22-Feb-2015)

Le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) est très heureux d'annoncer que, après plus de huit mois de captivité, le père Alexis Prem Kumar a été libéré. Le JRS est immensément reconnaissant au gouvernement indien pour le rôle qu'il a joué pour obtenir cette libération.

«Ces derniers huit mois ont été une longue et difficile période d'incertitude pour la famille du père Prem, ses amis et ses collègues. Vous ne pouvez pas vous imaginer notre soulagement de savoir qu'il est maintenant chez lui, sain et sauf. Nous sommes conscients des efforts infatigables, à de nombreux niveaux, pour obtenir sa libération et nous sommes reconnaissants pour le réconfort reçu et les prières d'innombrables amis - notamment celles des enfants de l'école où Prem a été enlevé» a dit le père Peter Balleis SJ, Directeur international du JRS.

Plus: JRS NEWS

Photo gracieuseté: http://news.yahoo.com/photos/new02-new-delhi-india-22-02-2015-indian-photo-164911568.html


Le Père Général reçoit le premier Cardinal de Myanmar
(16-Feb-2015)

Le Père Général a reçu le premier Cardinal de Myanmar, Charles Cardinal Maung Bo, ce lundi 16 février 2015, à la Curie Générale. Le nouveau Cardinal voudrait œuvrer pour la paix et la réconciliation entre groupes religieux divergents de son pays, en ce temps d’intolérance croissante envers les minorités religieuses. Les relations entre les jésuites et l’église locale de Myanmar remontent à 1958, lorsque la province de Maryland y envoya sept jésuites à la demande de l’église catholique de Myanmar. Les jésuites furent expulsés en 1966, puis y retournèrent en 1998 ; ils y poursuivent leur mission jusqu’à nos jours. L’ordination de Wilbert Mireh, le premier jésuite de Myanmar en 2013, a donné une claire visibilité à la présence jésuite dans ce pays.


Le Père Théodore Oveberg célèbre 50 années de vie dans la Compagnie de Jésus
(09-Feb-2015)

Toute la communauté de la Curie générale s'est rassemblée à la chapelle domestique de l'Annonciation ce dimanche pour rendre grâces à Dieu avec le Père Théodore Oveberg qui célèbre le jubilé d'or de vie religieuse dans la Compagnie.

Né en Hollande, le P. Oveberg a émigré en Australie avec sa famille alors qu'il était encore enfant. Il a passé sa jeunesse près de Ballarat et a fait ses etudes auprès des Frères des écoles chrétiennes.
Il est entré dans la Compagnie en 1965, a été ordonné prêtre en 1978. Il a, entre autre, été vice-recteur, puis recteur de Aquinas College à l'univesité d'Adélaïde, avant d'être tranféré au Thomas More College en 1997. Il y est resté deux autres années, puis a été nommé Maître de novices de la province jésuite d'Australie. Il fut ensuite envoyé à Perth en 2009, où il a servi comme curé à la paroisse Holy Rosary à Nedlands.

Le Père Général l'a nommé secrétaire regional de l'assistance d'Asie Pacifique en mars 2011. Il occupe ce poste jusqu'à ce jour.


La rencontre annuelle de la Commission Interprovinciale Permanente (CIP)
(06-Feb-2015)

La Commission Interprovinciale Permanente (CIP) tient sa réunion annuelle à la Curie Générale cette semaine. Ce groupe de huit supérieurs majeurs se rencontre chaque année pour échanger sur la mission universelle de la Compagnie, avec le Père Général et son Délégué pour les maisons romaines. Le nouveau Délégué, le P. Arturo Sosa a présenté son rapport, et parlé des défis de la Délégation des maisons romaines (DIR). Les membres de la commission ont aussi abordé les thèmes de l'éducation, de la formation et du fund raising. Cette rencontre se terminera par des séances de travail avec les responsables de la Civiltà Cattolica, Radio Vatican et l'Institut Pontifical Oriental.


La visite du Père Général au Vietnam
(27-Jan-2015)

Le Père Général est arrivé au Vietnam le 17 janvier 2015 pour visiter la province et participer au 400ème anniversaire de l’arrivée des jésuites dans ce pays. Il a été accompagné du père Daniel Patrick Huang, Assistant Régional pour l’Asie Pacifique, et du Père Antoine Kerhuel, Assistant Régional pour l’Europe Occidentale. La veille de la clôture du jubilé, le Père Général a présidé l’eucharistie au cours de laquelle il a reçu les derniers vœux de 11 jésuites, en la chapelle du scolasticat jésuite saint Joseph.

Le Père Général a, en outre participé à la rencontre de la conférence des Provinciaux de l'Asie Pacifique, du 19 au 23 janvier 2015, au centre pastoral de l'archidiocèse à Ho Chi Minh City. Il y avait aussi le Président de la conférence de l'Europe, le Père John Dardis, ainsi que le père Antoine Kerhuel. Le 23 janvier 2015, le Père Général est arrivé à la paroisse jésuite de Ho Chi Minh City et a été accueilli par 178 candidats jésuites du Vietnam. Le samedi 24 janvier, il a rencontré les jésuites formés dans la matinée, et les jésuites en formation dans l'après-midi. La Province du Vietnam compte 212 membres dont un évêque, 55 prêtres, 96 scolastiques, 18 frères et 42 novices.

Avant de quitter le Vietnam, le Père Général a rencontré l'archevêque Leopoldo Girelli, Représentant Pontifical au Vietnam. Il a aussi salué d'autres autorités ecclésiastiques, comme il le fait souvent. A midi, il a béni la nouvelle maison de retraite de la province, et visité la communauté de la Sainte Famille à Dong Nai, à 40 km de Ho Chi Minh City.

- Chình Tràn, S.J.


La Compagnie de Jésus célèbre 400 ans au Vietnam
(19-Jan-2015)

Ho Chi Minh City, Vietnam : Plus de trois mille personnes ont pris part à la célébration eucharistique marquant le 400ème anniversaire de l'arrivée des jésuites au Vietnam. Le Père Général s'est joint aux 15 évêques et aux jésuites du Vietnam pour célébrer cette occasion unique dans l'histoire de la Compagnie de Jésus.

Les jésuites sont arrivés au Vietnam peu après la mort de Matteo Ricci à Beiging en 1610 ; ils étaient inspirés par son style et avaient commencé à tisser des liens d'amitié avec la population locale par l'apprentissage de sa langue et de sa culture. Les travaux du jésuite français Alexandre de Rhodes (1591-1660), par exemple, conduisirent à l'adoption de l'écriture romanisée de la langue vietnamienne, utilisée encore aujourd'hui.

La Compagnie de Jésus fut supprimée un siècle et demi après l'arrivée des jésuites au Vietnam. En 1957, le gouvernement sud-vietnamien les invita pour aider au développement des universités. Cette invitation fut suivie de la demande des évêques pour aider à la formation du clergé local.

>>> Plus


L’arrivée du Père Général à Hong Kong
(13-Jan-2015)

Le Père Général est bien arrivé à Hong Kong ce 13 janvier 2015, accompagné de deux Assistants, Antoine Kerhuel et Daniel Huang. Aussitôt arrivé, le Père Général a visité les implantations jésuites, et rencontré les jésuites de Hong Kong et de Macau. Le voyage du Père Général durera deux semaines pendant lesquelles il visitera les provinces de Chine et du Vietnam. Il sera présent à la commémoration du 400ème anniversaire de l'arrivée des premiers jésuites au Vietnam, et participera aussi à la réunion de la conférence des provinciaux de l'Asie Pacifique (Photo : Daniel Huang).


La 36ème Congrégation Générale
(09-Dec-2014)

La 36ème Congrégation Générale s'ouvrira par l'Eucharistie, célébrée le 2 octobre 2016 au soir. La première session plénière aura lieu le 3 octobre 2016, fête de St. François Borgia, à la Curie Générale à Rome.

« Méditant sur l'appel du Roi Éternel, quels sont les trois appels que nous discernons comme étant les plus importants que le Seigneur adresse aujourd'hui à toute la Compagnie ? »

« Il est providentiel que nous, en tant que Compagnie, commencions ce cheminement vers la CG 36 juste au moment où s'ouvre l'Année de la Vie Consacrée. Le Pape François, dans sa belle « Lettre apostolique à tous les Consacrés" à l'occasion de cette année, exprime ses espoirs que les religieux, tels que nous, puissions redécouvrir la joie de la vie consacrée, retrouver notre témoignage prophétique qui « réveille le monde », devenir véritablement « experts en communion », et « sortir de nous-mêmes pour aller aux périphéries existentielles ». Il demande
Convocation de la 36ème Congrégation Générale que tous les religieux « discernent sur ce que Dieu et l'humanité d'aujourd'hui attendent d'eux. » C'est justement ce type de profond discernement que nous sommes appelés à faire en tant que Compagnie.»


Adolfo Nicolás, S.I.
Supérieur Général


Le colloque des nouveaux Provinciaux à la Curie Générale
(02-Dec-2014)

Le colloque de formation à l'intention des provinciaux récemment nommés a commencé le 1er décembre à la Curie à Rome et se poursuivra jusqu'au 13 décembre 2014. Les travaux se déroulent en anglais et sont modérés par le Père Antoine Kerhuel. 15 Supérieurs majeurs y prennent part. Le Père Général parlera de défis et nouvelles directions de la Compagnie. Il suivra aussi la présentation de provinces respectives, qui sera faite par chacun des participants.

D'autres experts viendront s'entretenir avec les provinciaux sur les thèmes de la collaboration interprovinciale et internationale. Ils échangeront aussi sur l'administration provinciale. En outre, les participants auront l'occasion de visiter les maisons interprovinciales ainsi que certains sites ignatiens de Rome. Cette formation se terminera par la présentation des différents bureaux de la Curie générale.


Ouvrir les portes aux déplacés est une valeur humaine, et pas seulement chrétienne», a dit le P. Général.
(25-Nov-2014)

Le 20 novembre 2014. A l'occasion du 24ème anniversaire du Service Jésuite pour les Réfugiés (JRS), le P. Adolfo Nicolás, Supérieur Général de la Compagnie de Jésus a eu une conversation avec le Père Federico Lombardi, SJ, Directeur de la Salle de Presse du Vatican, organisée par le JRS et le Centre Astalli, sur le thème de l'hospitalité aux frontières. La conversation a porté sur trois points : 1) Accueil et hospitalité des personnes réfugiées et déplacées, 2) La Réconciliation, 3) L'accès à l'éducation pour tous les enfants du monde.
Parlant de l'urgence de la réconciliation et du besoin d'éducation pour chaque enfant, afin de construire des communautés empreintes de paix et de respect, le P. Général a souligné la responsabilité de chacun de nous à être accueillant à l'égard des déplacés : « Nous, Jésuites, croyons qu'ouvrir les portes aux déplacés est une valeur humaine, et pas seulement chrétienne. Nous reconnaissons que nous devrions tous être accueillis, pas seulement parce que nous sommes des membres d'une famille spécifique, race ou communauté de foi, mais tout simplement parce que nous sommes des êtres humains qui méritent respect et accueil ».
Pour en savoir davantage, consulter le site du JRS:


« Une seule province au Brésil, comme au temps d’Anchieta », (P. Général).
(16-Nov-2014)

La date du dimanche 16 novembre 2014, restera historique pour les jésuites: elle marque la création de la nouvelle province brésilienne unifiée, et l'installation du Père Renato John Eidt comme Provincial. La cérémonie s'est déroulée à Rio de Janeiro (RJ). « C'est un moment historique car le Brésil redeviendra, comme à l'époque d'Anchieta, une seule province, après avoir eu une histoire très créative avec trois provinces et une région », a dit le Père Général au cours d'une conversation. « Nous avons formé une nouvelle province, avec une nouvelle structure, afin de répondre aux défis d'aujourd'hui»

Lire plus (Portuguese)


La Curie dit au revoir aux frères Affonso Wobeto et Ivan Pavin
(20-Oct-2014)

Il n'a pas été facile aux membres de la communauté de la Curie de dire au revoir à deux de leurs vétérans. Le frère Affonso Wobeto, de la Province du Brésil, avait déjà servi à la Curie entre 1975 et 1979. Sa récente nomination comme secrétaire du Père Adolfo Nicolas, Supérieur Général, date de 2008, et a duré six ans. Les membres de la communauté de la Curie lui sont fort reconnaissants pour son amour fraternel et sa simplicité, ainsi que pour le magnifique jardin de fleurs qu'il a laissé sur la terrasse de la Curie. Il est remplacé par le frère Lauro Edit de la même province. Le frère Ivan Pavin a été membre de la Curie depuis 1978 ; il y a accompli 36 ans avant de quitter la communauté pour rentrer dans sa province d'origine, en Croatie, le samedi dernier. Son absence crée un grand vide dans les couloirs de la Curie, particulièrement près de la buanderie et de la chapelle. Ses services comme sacristain et responsable de la buanderie ont été appréciés, non seulement par les membres de la communauté mais aussi par les hôtes de la Curie. Le Père Général leur a exprimé sa gratitude à ces deux frères au cours d'un repas d'au revoir, avant leur départ. La communauté leur souhaite beaucoup de succès dans leurs prochaines responsabilités.


Les Frères Jésuites d’Europe rencontrent le Pape et clôturent leur réunion à Rome
(30-Sep-2014)

La rencontre des frères jésuites d'Europe s'est clôturée par la célébration eucharistique que le Père Général a présidée hier. Les participants ont été heureux de prendre part à la célébration du 200ème anniversaire du rétablissement de la Compagnie, qui a eu lieu en l'église du Gesù le samedi 27 septembre. Ils ont aussi été heureux de pouvoir saluer le Pape personnellement dans la chapelle des Nobles, là où le Pape Pie VII avait promulgué la bulle du rétablissement de la Compagnie. Le Père Général qui a pris part à la grande partie de cette rencontre a remercié les frères pour leur contribution unique à la Compagnie de Jésus. Il leur a aussi indiqué certaines perspectives. Au cours de la rencontre les frères ont pu partager sur tous les aspects de leur vocation. Ils ont exprimé leur gratitude à Dieu pour cette heureuse opportunité. John Dardis, SJ, le Président de la CEP, a parlé des opportunités et défis de la Compagnie en Europe aujourd'hui. Alan Harrison, SJ a parlé du rôle des frères jésuites dans l'apostolat, à la lumière de l'histoire de la Compagnie.


Célébration du 200ème anniversaire du rétablissement de la Compagnie avec le Pape
(28-Sep-2014)

Le Pape François a célébré une liturgie spéciale d’action de grâces en l’église du Gesù à Rome samedi 27 septembre, pour marquer le 200ème anniversaire de la restauration de la Compagnie de Jésus. Veuillez trouver ici l’homélie du Pape à cette occasion.

L’homélie du Pape (27 septembre)


Le Saint-Père présidera la liturgie d’action de grâce de l’anniversaire de la reconstitution.
(24-Sep-2014)

À l'occasion du 200ème anniversaire de la reconstitution universelle de la Compagnie de Jésus, le Saint-Père, le Pape François, présidera la liturgie d'action de grâce (vêpres) que se tiendra à l'Eglise du Gesù, à Rome, le 27 septembre 2014, à 4 :50pm (heure romaine).

L'événement sera transmis par la Radio Vatican pour la participation universelle des Jésuites, amis et bienfaiteurs de la Compagnie de Jésus. Voici le lien YouTube pour la diffusion : https://www.youtube.com/watch?v=u1tmyy3sl_g

On peut aussi télécharger la brochure de la page de sjweb: http://sjweb.info/documents/2014Restoration/libretto12.pdf


Changements dans le gouvernement de la Compagnie
(19-Sep-2014)

Le 19 septembre, le P. Gabriel Ignacio Rodríguez Tamayo (COL) est devenu Assistant ad providentiam et le P. James E. Grummer (WIS) sera admoniteur du P. Général. Ils remplaceront dans ces postes le P. Marcos Recolons (BOL).

Le 3 octobre, le P. Miguel Cruzado Silveri (PER) commencera son service comme Assistant pour l'Amérique latine méridionale et comme Conseiller Général ce qui achèvera le temps que le P. Marcos Recolons aura passé à la Curie Générale.

Le 3 décembre, le P. Douglas Marcouiller (UCS) débutera en tant qu'Assistant pour les États-Unis et comme Conseiller Général, alors que le P. James E. Grummer quittera cette charge tout en demeurant Assistant ad providentiam, Conseiller Général et Admoniteur du P.Général.

Le 4 septembre dernier, le P. Arturo Sosa (VEN) a entrepris son travail comme Conseiller Général; il a ainsi libéré le P. Joseph Daoust (CDT).

 

 

 

 



Rencontre des Présidents de conférences à Rome
(17-Sep-2014)

La rencontre annuelle des présidents de conférences se tient à la Curie Générale à Rome, du 12 au 18 septembre 2014. Deux nouveaux membres ont intégré le groupe. Il s'agit des pères Georges Pattery pour l'Asie du Sud, et Timothy Kesicki pour les Etats-Unis d'Amérique. Le Père Général prend aussi part à cette rencontre. Parmi les points à l'ordre du jour figurent des sujets relatifs à la prochaine Congrégation Générale. Selon le Père John Dardis, il est aussi prévu des discussions autour des thèmes du partage des finances entre conférences, ainsi que la formation des jeunes jésuites.


Le Pape François a nommé le Père Robert J. Geisinger Promoteur de justice près la Congrégation pour la doctrine de la fo
(11-Sep-2014)

Le Pape François a nommé le Père jésuite Robert J. Geisinger Promoteur de justice près la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF). Il succède à Mgr Robert W. Oliver, qui a occupé ce poste depuis le 3 janvier 2013.

Le Père Geisinger est le Procurateur Général de la Compagnie de Jésus, et appartient à la Province de Chicago, aux Etats-Unis. Le Père Oliver, de l'archidiocèse de Boston, a été nommé secrétaire de la Commission du Vatican pour la sauvegarde des mineurs.

Le promoteur de justice est souvent désigné comme «procureur général» de la CDF et est chargé d'enquêter sur les infractions canoniques qui sont considérées comme étant les plus graves, notamment les crimes contre la sainteté de l'Eucharistie, les violations du secret de la confession et les allégations de l'abus de mineurs par le clergé.

Radio Vatican


Rencontre annuelle (2014) du Secrétariat pour l’œcuménisme et les relations interreligieuses
(08-Sep-2014)

La rencontre annuelle du Secrétariat pour l'œcuménisme et les relations interreligieuses a commencé ce 8 septembre 2014 à Rome. Le Père Général prendra part à cette rencontre qui durera quatre jours.
Chacun des participants est responsable d'un secteur religieux ou confessionnel particulier. Il s'agit de Milan Žust (pour les églises orientales), Thomas Rausch (pour les protestants), Jean-Pierre Sonnet (pour le judaïsme), Heru Prakosa (pour l'islam), Gregory Sharkey (pour le Bouddhisme), Noel Sheth (pour l'hindouisme), Felipe Jaled Ali Modad Aguilar (pour les religions indigènes des Amériques), Kemboly Mpay (pour les religions indigènes d'Afrique), John B. Mundu pour les religions indigènes d'Inde) et Claudiu Ciubotariu (secrétaire de la rencontre).
Après l'échange sur les rapports des domaines concernés, les participants focaliseront leur attention sur le rôle de la famille et du mariage dans les autres traditions, en vue du prochain synode extraordinaire des évêques.


Le Père Général a participé à un rassemblement de jésuites à Bruxelles
(19-Aug-2014)

Le Père Général a participé, du 15 au 17 août, à un rassemblement de jésuites de la Province de Belgique méridionale et du Luxembourg (BML) ainsi que de la Province de France (GAL), mais aussi de leurs partenaires dans la mission (religieuses et laïcs). Le Père Général a invité les 450 participants au réalisme et à la créativité pour développer à nouveau la mission de la Compagnie dans cette aire culturelle européenne aujourd'hui fortement marquée par la sécularisation et menacée par tant de facteurs d'exclusion. Ce rassemblement, qui s'est tenu à Bruxelles, s'inscrivait dans le cadre du rapprochement en cours entre les Provinces BML et GAL.


Rencontre des instructeurs de Troisième An avec le Pape
(08-Aug-2014)

Une réunion d'une semaine de 26 instructeurs de Troisième An du monde entier se tient à la Curie ces jours-ci. Le P. Général a été présent tout au long des séances plénières, et il a également dirigé une journée de récollection pour eux à l'église du Gesù, mercredi dernier. Le 7 Août, le groupe a eu le privilège de concélébrer l'Eucharistie avec le Saint Père, le Pape François au Vatican à la Domus Sanctae Marthae. La réunion est coordonnée par le P. José Cecilio Magadia, SJ (délégué à la formation), tandis que les interventions sont données par le P. Robert Geisinger, le P. Orlando Torres, le P. Robert Danieluk, et le P. Jim Grummer. Le groupe se penche sur la situation actuelle du Troisième An en différentes provinces de la Compagnie et sur le rôle des formateurs face aux défis d'aujourd'hui. Les membres approfondissent également leurs connaissances sur les vœux. Certaines interventions mettent en évidence le contexte de l'anniversaire de la suppression et de la restauration de la Compagnie de Jésus.


Jésuites Européens en Formation (EJIF) Rencontre à Rome
(03-Aug-2014)

Le Curie Généralice Jésuite est vraiment vivante ces jours-ci, avec des jeunes courant dans le couloir. 23 scolastiques, représentant toutes les Provinces d'Europe et l'Indonésie, participent à la réunion de l'EJIF qui se tient cette année à Rome. 200 ans sont passés depuis le rétablissement de la Compagnie de Jésus. L'EJIF, en acceptant l'invitation du Père le Général, s'est engagé à regarder cet anniversaire "avec le désir d'apprendre de notre histoire et comme une occasion de renouvellement spirituel et apostolique". Cette réunion, organisée en sessions, est animée par le P. Jim Grummer, P. Robert Danieluk et P. John Dardis. Le P. Thomas Layden est le responsable de la retraite qui aura lieu à Galloro. P. José de Pablo les accompagne tout au long, lors de la réunion mais aussi lors de la retraite.

Le groupe a eu deux fois l'occasion, ce qui est rare, d'être avec le Pape François dans un laps de temps de trois jour : lors du repas de midi du Saint-Père à la Curie le 31 juillet et ensuite de nouveau le 2 d'août, lors de la messe à l'occasion de la fête de Saint Pierre Favre à Sainte Marthe. Ils ont eu une session dans l'après-midi avec le Père Général, qui a présidé une messe spéciale pour eux à la Chapelle de la communauté de la Curie. Le P. Joe Daoust supervise l'ensemble de la réunion pour s'assurer que tout le monde prend bien soin d'eux.


Fête de Saint-Ignace, Déjeuner avec le Saint-Père
(01-Aug-2014)

Le Pape s'est entretenu avec la communauté à la salle à manger, puis dans la salle de récréation pour le café, conversant aimablement et serrant la main à chacun.

Etaient aussi conviés au déjeuner les sept frères et sœurs du P. Paolo dall'Oglio, enlevé il y a un an en Syrie. Le Pape leur a adressé des mots d'estime et d'encouragement. Etait également présent le groupe des scolastiques d'EJIF (Jésuites européens en formation) qui, au cours de ces semaines, tiennent leur congrès annuel à la Curie généralice.


Heythrop célèbre 400 ans
(21-Jun-2014)

Le deuxième jour des célébrations du 400e anniversaire de Heythrop a commencé le vendredi matin dans l'église de Farm St. avec la messe du Père Général Adolfo Nicolas qui avait voyagé de Rome pour l'occasion. Son sermon dans une église pleine se fondait sur St. Matthieu 6 :21 : « Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur », en observant que la clé de la spiritualité ignatienne est la formation continue de l'expérience d'écouter le cœur.

Le Père Général a ensuite ouvert la conférence à la Maison du Sénat en rappelant la contribution significative du Heythrop College au cours des quatre derniers siècles, en attribuant sa longévité à la capacité de l'institution de s'adapter à changements radicales de circonstances afin de servir la plus grande gloire de Dieu et son peuple. Il choisit deux caractéristiques particulières de l'éducation jésuite : l'esprit de collaboration et l'accent mis sur la cura personalis - soins de la personne tout entière, qui permet aux étudiants de se développer en tant que membres de la société. Ces thèmes ont été développés pendant la discussion tout au long de la journée.