English   Español   Français  

Brief news

 


The educational work of the Society of Jesus should be characterized by an Intellectual Apostolate – Fr Sosa
(19-Jul-2018)

The Superior General of the Jesuits, during his meeting with representatives of the educational works of the Bolivian Province, exhorted that Ignatian pedagogy be understood as a commitment to deepen knowledge in order to be able to influence the transformation of reality and to be effective in the service of others.
Fr. Sosa stressed that Ignatian pedagogy requires a commitment "to think, to understand and to create new paths" and that the educational institutions of the Society of Jesus must bear in mind the aspect of mission that deals with the Intellectual Apostolate.
"Many times this type of apostolate is understood as the exclusive task of university centres or researchers. I propose that we broaden this understanding, so that all educational work and all apostolates carried out by the Society and by the institutions under its responsibility may be a truly intellectual apostolate," he said.
To exercise the intellectual apostolate, Fr. Sosa indicated that reflection and deepening of knowledge is necessary, that is, the capacity to influence the transformation of reality from a serious analysis, with interiorization and preparation.
To this end, he recalled the call of the General Congregation 36 in this regard: "We do not want to propose a simplistic or superficial hope, on the contrary, our contribution - as Father Nicolás insisted - must be distinguished by its depth. A depth of interiorization and reflection that allows us to understand reality more deeply and to be more effective in service."
"If we do not deepen this understanding," said Father Sosa, "we fall into a kind of superficiality of existence."
On the other hand, he referred to a new phenomenon in Latin American society: the transformation of educational services into market products. Currently, there is an extensive amount of educational offerings from some institutions that prioritize economic generation through a so-called "educational offer", leaving aside educational quality.
He called it "mercantilist education" which focuses its service on the product for potential clients and where the pedagogical relationship is translated into client and producer.
"Today, to carry out our proposal in a reality dominated by the laws of the market affects us, however, as bearers of a message of hope we want to continue to maintain an educational proposal in which the human being, each person, and not the market, is what really matters", he concluded.
Fr. Arturo Sosa took advantage of the Education Meeting in the city of La Paz to say goodbye to the Province of Bolivia, expressing his gratitude for the welcome and for the expressions of affection, faith and hope.
During his visit to Bolivia, the Superior General participated in meetings with the media sector of the Province, with young Ignatians, with indigenous peoples of the Bolivian Amazon and with collaborators who work in the apostolic works and institutions entrusted to the Society of Jesus.


Indigenous peoples denounce State abuses and ask the Jesuit General to communicate to the Pope
(19-Jul-2018)

San Ignacio de Moxos, 16 July 2018 (ANF). - After learning of the concerns and problems faced by the indigenous people of the region of Beni, Father General of the Society of Jesus, Arturo Sosa SJ, promised on Monday to do his utmost so that the indigenous peoples of the world, especially those of the Amazon region, can make their voices heard at the next Pan-Amazonian Synod convened by Pope Francis in October 2019.
"It seems to me that this meeting is a very important moment for you, the indigenous peoples of Beni and the peoples of the entire Amazon region and other peoples of the world, to make your voice heard loudly because the Holy Father is putting a good microphone, a good sound, so that your voice can be heard on the planet," said Fr Sosa during the meeting held in the town of San Ignacio de Moxos, Beni.
Previously, the leaders and representatives of the Mojeño Ignaciano, Mojeño Trinitario, Tacana, Chimán, Movima, Guarayo, Yuracaré and other peoples participated in the Andean Regional Forum "Models of Development in the Amazon", in whose development the reality of the indigenous peoples of the lowlands and their development proposals were made known.
The culminating moment of this event was the meeting with the representative of the Society of Jesus. It was a moment of reflection in which the indigenous peoples expressed their concerns and denounced that they are the object of atrocities suffered at the hands of a State that, according to their denunciation, would promote policies of dispossession of their ancestral lands and fail to respect the Political Constitution of the State itself (CPE).
The indigenous peoples also asked Father General, who arrived in the country on a special visit that will end on July 19, to inform Pope Francis about the problems that are happening in the country.
Fr. Arturo Sosa said he was very happy to arrive in a "sacred territory" to which the Jesuits had long since arrived. He said that he was moved by this reality and that it is a problem that affects several peoples living in the Amazon and around the world.
A request that was accepted by Father Sosa: "I hope that this meeting will help us to maintain a spiritual communication and to reinforce each other. On behalf of the Society of Jesus and on my own behalf, we will do everything we can to ensure that this moment of the Synod truly becomes a kind of resonance, a cry that can be heard in all parts of the world.
"That story of being trampled on for defending your rights, for defending the life of a tradition that belongs to you, is also the reality of the peoples of North America and of many peoples on this continent. But also in Asia and Africa. There are other indigenous peoples there who are suffering the same situation," he said.
The leader of the Jesuits shared with those present an explanation of the upcoming Pan-Amazonian Synod 2019, an event he described as a "transcendental" meeting whose title: "Amazonia: A New Path for the Church and for an Integral Ecology", shows the Pope's interest in touching the reality in which millions of indigenous people around the world live.
"The Pope pointed out very clearly that the interest in convening this Synod is to draw attention to the indigenous peoples, to the need to preserve the immense wealth that the cultural life of the indigenous peoples represents. And through that, about the need to preserve the immense wealth that the cultural variety of indigenous peoples represents," he said.
Fr. Arturo Sosa also said that "through this claim and recognition of indigenous cultures", it will be possible to "teach humanity how to create a harmonious relationship with nature".
"Teach us how a human culture can live in peace among its brothers and sisters and with nature. You know better than anyone how the civilization we have today and our development models are destroying the earth and water, they are destroying life and diversity," he added.
Finally, Fr Sosa asked the indigenous peoples not only to make their voices of regret and protest heard, but also to express their hope that the world can change and that respect for cultural diversities and indigenous peoples allows for a fundamental "harmonious relationship".
"I believe that the main voice you can offer to the world and to the Church is a voice of hope, a voice of the future. This seed, which has been planted for so long, can produce new life for the next generations, to rescue lifestyles, ways of living together," he added.

Source: Fides News Agency


Learn how to discern the signs of the Lord in order to collaborate in the reconciliation of the world – Fr. Sosa
(18-Jul-2018)

Father General Arturo Sosa has urged Jesuits and collaborators to be attentive to the signs of the Lord's actions in order to collaborate in the process of reconciliation of men with one another, with humanity, with creation and with God himself. Father General made the remarks during the Eucharist celebrated in the city of Cochabamba
He noted that Pope Francis insists on the need for discernment in the Church, recognizing that discernment offers the possibility of "understanding where the Lord is sending us a message" and to review as an apostolic body whether we have developed this sensitivity.
Fr. Sosa recalled that after General Congregation 36 the Society of Jesus is in a process of common discernment of apostolic preferences. With this discernment, with this sensitivity to grasping the signs of the Lord, it will be possible to see how it is possible to collaborate with the Ignatian charism and to identify the resources with which it is available.
"That is what we ask the Lord today, to cultivate in us a sensitivity to the signs of his action, to increase our faith and to invite us to contribute. Let us work together to ensure that human beings freely accept this path. And that we develop the capacity to discern so that we may follow the Holy Spirit," he said.
In this sense, from the spiritual heritage of St. Ignatius Loyola, and from the entire apostolic heritage, the Superior General asked those attending the Eucharist to renew their desire to collaborate with the Lord in order to contribute to the reconciliation of the world, since by following his signs it is possible to "turn human history into a history of justice and peace guided by love".


Fr Arturo Sosa, SJ to young Ignatians: “Choosing is an exercise in freedom.”
(17-Jul-2018)

Sixty-five young people of Ignatian charism from the Jesuit province of Bolivia had a meeting this Sunday with the Superior General of the Society of Jesus, Fr. Arturo Sosa.
Strengthen their spirituality and share the progress of the preparatory work for the Synod of Youth to be held in October 2018 and communicate their concerns to Fr. Arturo Sosa, SJ were part of the objective of this meeting.
The young people expressed their desire to know how the Jesuits face the task of increasing the commitment of young people to the mission of the Society and of the Church in general.
Fr. Arturo Sosa indicated that the Society should offer young people a path that appeals to freedom of choice, that is, that their work is to generate proposals that facilitate the choice of young people for a commitment to the mission of the Church.
"Choosing is an exercise in freedom" the Jesuit Superior General told the young people.
In this sense, it is essential to make it easier for young people to know the reality in which they live, to interpret it and to have a free choice through this reading. With this, Fr. Arturo Sosa SJ, indicated that the Society can only show ways, but not impose them.
The young people will share for analysis in their respective works this and other themes that Father General shared with them such as the inclusion of people with sexual differences, citizen participation in political life, and the inclusion of young lay people who have completed a university degree in the works of the Society of Jesus.
The participants of this meeting were young people of Ignatian charism who study or collaborate in schools, parishes or youth groups of the Province of Bolivia.


Father General asks the media to report with love
(17-Jul-2018)

Santa Cruz 14 July 2018 - Father General of the Jesuits, Arturo Sosa, in his meeting with social communicators and journalists of the Society of Jesus this Saturday asked them to "report with love" and to always highlight the positive news, which builds, supports and serves as an example.
Fr Sosa said that society is loaded with many tribulations and the media should seek to be a form of relief for it, because reporting the truth is a way of "loving and serving".
The Jesuit said that communication with "truth and love" should be an example of communicators in general, but should be a daily practice for the media, journalists and communicators of the Society of Jesus.
For the religious, being an example at this time is very important, because in the absence of references one chooses visions that do not agree with the reality of a country or a place, that is why he asked to be ready to face the challenge of social networks, where a message of love and truth must be presented every moment.
According to Fr Sosa, social networking is a field for young people, so the Jesuit media must work hard to reach this audience. Journalists from the Fides Group, Aclo, Irfa, Fe y Alegría, Fides News Agency participated in this talk.
Father General arrived in Bolivia last Friday and will remain until July 19. During this time, apart from the city of Santa Cruz, he will also visit the Chuiquitania and then move to the cities of Cochabamba and La Paz.
SANTA CRUZ/Fides


We cannot stay out of the great dialogues of our time – Father General Arturo Sosa
(17-Jul-2018)

On July 14, Father General Arturo Sosa had a meeting with journalists and communicators working in the media of the Society of Jesus, as well as other guests representing the Catholic media of the Church in Bolivia.
The purpose of the meeting was to discuss the current challenges of the Society of Jesus' social communications media in the current context where new forms of communication, typical of modern culture, are emerging.
Fr. Arturo Sosa began his intervention by stressing that "Love is Communication". And that both words are closely linked from the vision of St. Ignatius of Loyola, founder of the Society of Jesus.
In this sense, he emphasized the notion of the "apostolic body" with which the Society of Jesus is characterized and where communication plays a key role.
"To be a universal apostolic body in intense communication is, therefore, an indispensable dimension of our way of proceeding. Communications is, so to speak, in the very DNA of the Society," Father General said.
He also stressed that the Society of Jesus is living "a new moment" from the communicational point of view, since the importance of social networks is growing, not only as instruments for information, but also as opinion formers for action, considering that this phenomenon of modern culture reflects new opportunities for its use.
" We hear a lot of ‘fake news'. We need to discern how to get involved, but we should not wait and be afraid. It is up to us to learn how to take advantage of this apostolic potential," he said.
Fr Sosa recalled the importance and essence of the mission of the Society of Jesus to go out into the world and proclaim the Good News.
In this sense, he urged the media to be taken seriously in order to participate in public discourse, in an effort to proclaim the joy of the Gospel to all people. Even if it is not an easy task.
"The main thing is that we cannot stay out of the great dialogues of our time or the new means to dialogue about the new eco-digital culture in which we are all beginning to live," he said.
At the end of the meeting, he thanked all the collaborators who work in the communication apostolate of the Society of Jesus for "assuming, caring for and strengthening", in various ways, the multicultural richness of Bolivia.
Among the participants were journalists and communicators from Acción Cultural Loyola (ACLO), Agencia de Noticias Fides (ANF), Fundación IRFA- Radio Santa Cruz, Radio Fides and others from the Catholic Church as guests.
On Sunday, July 15, Fr. General, Arturo Sosa SJ, will meet with young people of the Ignatian charism who have been meeting since July 13, preparing the concerns that they will present to the Superior General of the Jesuits as Youth and Vocation Ministry.


The Jesuits in Bolivia, presence and integral apostolic work
(17-Jul-2018)

In the Bolivian Province of the Society of Jesus, 70 Jesuits present in the departments of La Paz, Cochabamba, Santa Cruz, Beni Chuquisaca and Oruro, carry out more than fifty social, educational, parish, communication, spiritual and other works.
The 70 Jesuits who make up the Bolivian Province of the Society of Jesus serve the Church and society in the spirit of their mission: the service of faith, the promotion of justice through the task of reconciliation (with God, with others and with nature).
They carry out a series of works that constitute, as defined by the 29th Superior General of the Society of Jesus, Fr. Peter-Hans Kolvenbach SJ, an example of "integral evangelization" that is oriented to the educational work through schools: San Calixto and San Ignacio de La Paz, Sagrado Corazón de Sucre, Juan XXIII de Cochabamba or the network of schools and colleges of Fe y Alegría and IRFA in Santa Cruz, technical education through the Institute of Industrial Learning (IAI) in Oruro and the Multiservice Educational Center (CEMSE) in La Paz and other cities.
Within their Apostolic Project, the Jesuits of Bolivia also see as a priority the generation of thought that responds to the religious, social, economic, and political challenges of the country. This through its action in the social media such as the radio network that covers the entire national territory as: Radio ACLO, Radio Fides, IRFA and Radio Santa Cruz, and the digital presence of the FIDES News Agency (ANF).
On the other hand, its missions, parishes and spirituality centres seek an evangelization that responds to the multicultural complexity of the country where the original cultures are valued and promoted.
The mission of the Jesuits also seeks to be among the poor and marginalized. Social institutions such as the Centre for Research and Popular Service (CISEP) in Oruro, the Loyola Cultural Action Foundation (ACLO), the Arakuarenda Foundation, the Arakuarenda Foundation in Charágua, among others, aim at this in their work.
"The Society of Jesus in Bolivia is an exceptionally creative and industrious group of men. We can see that they are living in depth the apostolic charism of our Founder Saint Ignatius of Loyola," said Fr. Kolvenbach on his second visit to the country in 2001.


Father General Arturo Sosa visits the Province of Bolivia
(14-Jul-2018)

Father Arturo Sosa SJ, Superior General of the Society of Jesus will arrive in Bolivia from July 14-19 where he will participate in various meetings in Santa Cruz, San Ignacio de Mojos, Cochabamba and La Paz.
The themes to be addressed at the meetings are the strengths and challenges that accompany the current situation of the Society of Jesus as an apostolic body. The Provincial of Bolivia, Fr Osvaldo Chirveches SJ, communicates the news of this visit in the following letter.

Visit of Fr. Arturo Sosa SJ, Superior General of the Society of Jesus, to Bolivia

Dear Companions and Collaborators in God's Mission:

Receive fraternal greetings and the hope that the joy and strength of the Spirit will fill your daily tasks with both service and family.
I am writing to tell you some encouraging news. Fr. Arturo Sosa SJ, our Superior General, will visit Bolivia in mid-July. This is a wonderful opportunity to meet with him, listen to him and let him know our joys and challenges in this service we share. We are confident that we will be able to nurture each other in the good spirit it brings us and renew our commitment to reconciliation and justice.
The themes that will be dealt with in the meetings have to do with our strengths and the challenges that accompany our current situation as an apostolic body in Bolivia, namely, we are strong in Education in its varied and diverse modalities, presence in the midst of the native indigenous peoples and in the media, for this reason there are new horizons that we must perceive in order to orient our action in these directions. The challenges come from the life in spirit and service of collaboration between Jesuits and lay people in the Mission, as well as from the world of young people and our presence among them, both to proclaim the faith and to accompany their life processes. As you can see, the presence of Fr. General among us and his words respond to the shared apostolic reality and to our very life as a body. It is up to us to take advantage, in the Ignatian sense of the word, of this privileged time to advance, grow, strengthen and continue the processes in which we are already involved or to perceive and propose the new paths along which we will have to walk from now on, always as a body.
During his visit Father General will visit the city of Santa Cruz where, in addition to participating in the closing Eucharist of the Fifth American Missionary Congress, he will, on the 14 July participate in a meeting with the media of the Society of Jesus and other media close to our apostolic action with the theme "The current challenges of the Media from the 36th General Congregation of the Society of Jesus." On the 15th there will be a meeting with the young people of the Province's youth and vocation ministry on the theme "Synod of Youth and the importance of networking", with a view to greater coordination in youth work.
He will visit the roots of the Society of Jesus in San Ignacio de Mojos where he will make contact with the parish movements, the Arajuruana educational work of Fe y Alegría, the youth pastoral groups, the indigenous chapter and participate in the "Andean Amazon Regional Forum", within the general program of the Pan-Amazonian Ecclesial Network (REPAM).
In Cochabamba, the central theme will be "Jesuit and lay collaboration in the Mission", and he will also meet with his Jesuit companions in a fraternal encounter of mutual knowledge and exchange. There he will also visit the Tertianship community and our older brothers in the community of La Esperanza. On the 17 July at 7:30 p.m., he will preside at the Eucharist in the Church of the Society, to which I invite in a special way all those who consider themselves part of the spirit that we share from the Ignatian spirituality to celebrate that which unites us and to prepare ourselves to continue collaborating in God's Mission.
His last thematic meeting in Bolivia on "Jesuit Education Today" will take place in the city of La Paz, on the morning of the 18 July, at the San Calixto School organized by the Pedro Arrupe Educational Foundation and Fe y Alegría Bolivia. Before his departure to the Province of Argentina-Uruguay he will visit the Fides clinic in El Alto on the morning of July 19.
I hope and invite you to follow the contributions and challenges that Fr. Arturo Sosa SJ will leave us in one way or another, in person, through the media or through our website. If you wish to receive the newsletter of this visit, we will gladly send it to you in the first days of August, so please be so kind as to request it from socioboljesuitas.org.bo.
We have seen fit to appoint a spokesperson to be contacted by all the media that require information about this visit of Fr General. So I ask both Jesuits and lay people from our institutions to direct any questions or possible interviews to Fr Sergio Montes SJ. This is to take care of a single source of information for this valuable time for our apostolic body.
We are already looking forward to this moment of encounter and we are counting on your presence to share it and to make the most of it for our daily life and service to the Kingdom as Church. We wish to be an apostolic body, with our eyes open to this reality in which God is already at work and invites us to collaborate with Him in this effort to make the Kingdom possible in Bolivia. Count on my prayer and companionship.

Fraternally,

Fr. Osvaldo Chirveches, SJ
Provincial Society of Jesus Bolivia


The Jesuit university should be a source of reconciled life – Fr Arturo Sosa
(12-Jul-2018)

The universities of the Society of Jesus should be "deeply committed to the processes of reconciliation," says Father General Arturo Sosa. Father General Arturo Sosa said this while addressing the International Association of Jesuit Universities in the Basilica of St Ignatius at Loyola, Spain.
Father Sosa said the Society of Jesus has found that the university is "a formidable space to put into practice the mission received from and inspired by the Gospel, to determinedly promote social justice and environmental sustainability through dialogue with cultures and religions."
Regarding the intellectual apostolate, Father Sosa said "intellectual work is apostolate when it is carried out in the open, not locked in a cabinet or within the comfort of its own certainties."
Father Sosa also invited the Jesuit universities to remain loyal to the Jesuit education tradition. "Being loyal to our tradition means creatively responding to the signs of the times." He went on to say "Experiencing the tension of creative loyalty is profound demand of the magis of the spirituality that inspires us." To handle those tensions, Jesuit universities rely on an identity that leads them to "bind people's live to a more humane world, advocating justice and reconciliation among individuals, peoples and the environment."


A foundational moment in a foundational place – Loyola, Spain
(12-Jul-2018)

Father General Arturo Sosa officially signed the charter establishing the International Association of Jesuit Universities (IAJU) on 11 July 2018, at Loyola, Spain. The charter was also signed by the Secretary for Higher Education, Fr Michael Garanzini, and representatives from each of the six Jesuit conferences.
Welcoming the 300 participants of the IAJU meeting to Loyola, Fr Ignacio Echarte (former Secretary of the Society), reminded the gathering that "this is where it all started 500 years ago." The Sanctuary of Loyola, built around the Loyola family Tower House, is the spiritual center of the region and a foundational reference for the Ignatian family worldwide.


Inauguration of International Association of Jesuit Universities - Bilbao
(09-Jul-2018)

The International Association of Jesuit Universities (IAJU) was officially inaugurated at Deusto University (Bilbao). The inauguration ceremony was attended by the King of Spain, Felipe VI; the president of the Basque Government, Iñigo Urkullu; and Father General Arturo Sosa SJ. Also present are 300 delegates from Jesuit universities around the world who are currently attending a conference in Bilbao, under the theme "Transforming Our World Together."
Addressing all the participants gathered in Deusto's classical main hall, Father General Arturo Sosa SJ's emphasized that "we have the opportunity to take a gigantic step in the service that the Society of Jesus and its universities give to the Church and the world, if we grow in collaboration among ourselves and if we are able to unite in a common horizon and idea of the immense work that universities around the world are already doing". In Father General's opinion, Jesuit universities should "delve deeper into our common commitment without losing any of our roots in each of the places". The goal is "to help the Church in its discernment of the service of reconciliation, between human beings, with Creation and with God".
Speaking earlier, Deusto University rector, Fr José María Guibert, recalled a letter that St Ignatius sent to the Spanish king at that time: "All the goodness of Christianity and of the whole world depends on the proper education of youth."
King Felipe VI of Spain shared memories of his student years at Georgetown University. With the Jesuits he learnt that "academic excellence must always go hand in hand with values like effort, responsibility and the common good". Felipe VI stressed that Jesuit universities have a specific model in which "values are at the core". He also mentioned the Jesuit intellectual apostolate, saying that it is all the more important today, in a world that faces challenges like inequality, violence, human rights violations or environmental damage.
The inaugural address of the Assembly, entitled "Catholic Social Teaching and the Role of the Jesuit University Today" was given by Cardinal Gianfranco Ravasi, President of the Pontifical Council for Culture and President of the Pontifical Commission for Sacred Archeology.


La Jungmann Society se rencontre à Nairobi
(04-Jul-2018)

L'Association « The International Jungmann Society for Jesuits and Liturgy » a tenu son congrès biannuel au Centre spirituel jésuite « Mwangaza » à Nairobi, au Kenya, du 25 au 30 juin 2018 et a traité du lien entre la liturgie et les dévotions populaires. Alors que la liturgie de l'Eglise catholique latine s'exprime particulièrement dans la célébration des sacrements, notamment le sacrement de l'eucharistie, les dévotions populaires elles, sont nombreuses, complexes et sont marquées par les diversités culturelles et géographiques. Des raisons historiques et religieuses peuvent expliquer leur naissance. En quoi peuvent-elles enrichir la liturgie de l'Eglise ? Quelles en sont les chances ou les risques ? Partant de Sacrosanctum Concilium (Vatican II) jusqu'à Evangelii Gaudium (Pape François), différents théologiens ont abordé cette problématique sous divers angles d'approche. Pour certains, les dévotions parlent au cœur de la personne, alors que la liturgie s'adresse plus à son intellect. Pour d'autres, il faudrait chercher à harmoniser les pratiques populaires avec la liturgie de l'Eglise, sans oublier ce que stipule le dernier ordonnancement du droit canon, à savoir le salut des âmes, comme loi suprême à observer dans toute recherche de régulation de la vie de l'Eglise (Can. 1752).
La « Jungmann Society for Jesuits and Liturgy » se réunit tous les deux ans, en changeant régulièrement de lieu. Le congrès de Nairobi a connu la participation de 30 jésuites provenant de tous les continents, ainsi que 6 non-jésuites. C'est la première fois que l'association a tenu son congrès en Afrique, après avoir été à Rome (2002), Bangkok (2004), Fortaleza (2006), Montserrat (2008), Tampa (2010), Nitra (2012), Mexico (2014) et Dublin (2016). En dehors du thème retenu pour ce congrès, une matinée a été dédiée au thème de la formation liturgique dans la Compagnie de Jésus, dans le but d'initier les jeunes jésuites à l'ars celebrandi dès les premières années de formation à la vie sacerdotale et religieuse.
Pour la petite histoire, la Jungmann Society est née au début des années 2000 (voir annuaire 2004), afin de raviver la vie liturgique au sein de la Compagnie de Jésus qui a la réputation d'être pauvre en liturgie. Les fruits de la « Jungmann Society » commencent déjà à être visibles au sein de la Compagnie où quelques provinces ont envoyé des jeunes jésuites entreprendre des études de liturgie à Rome et ailleurs. L'Association est toujours heureuse d'inviter des scolastiques à ses rencontres. Les membres de l'Association dispensent des cours de liturgie dans diverses institutions de l'Eglise à travers le monde. Ils œuvrent aussi à enrichir la vie liturgique des communautés et des provinces auxquelles ils appartiennent. Le lieu et le thème du congrès de 2020 ne sont pas encore connus. Le comité de l'association se réunira en janvier 2019, pour procéder au dépouillement des suggestions des membres, et décider du thème et du lieu du prochain congrès.
Certains membres de la Jungmann Society ont pu participer à des ordinations sacerdotales des jésuites, le samedi qui précédait le congrès. D'autres sont restés encore à Nairobi après le congrès pour mieux s'imprégner de la liturgie et des réalités africaines. Pendant le congrès, deux chorales kenyanes ont été invitées à accompagner la célébration eucharistique à deux différentes occasions. Les membres de la Jungmann Society ont apprécié la participation nombreuse, vibrante et active des chrétiens aux célébrations eucharistiques au Kenya.


Discerning Future apostolic preferences based on founding documents
(12-Jun-2018)

Discerning Universal Apostolic Preferences for the next ten years and a review of key Jesuit sources were major themes of a June meeting at the Jesuit General curia. A full day was spent in a spiritual and reflective reading of the Formula of the Institute - the founding document of the Society of Jesus. Father José de Garcia de Castro, a Spanish Jesuit and an expert in Ignatian Spirituality and in the Jesuit Constitutions, guided a series of meditations and reflections. The Consiglio then connected the concepts and experiences of Ignatius in the 16th century to contemporary times. The Formula of the Institute speaks about ministries of reconciliation as being one of the foundational themes; and indeed the word ‘reconciliation' has been a major focus of last number of General Congregations.
General Congregation 36 has asked for a revision of the Statutes on poverty. In a session entitled "Jesuit poverty yesterday and today", we looked at inspirational input from our sources - the autobiography of St. Ignatius; the Spiritual Exercises; the Constitutions and the Spiritual Diary of St Ignatius. We then moved on to explore a spirituality of poverty in contemporary times.
Throughout the week, the method of spiritual conversation was used. This involved periods of individual silent prayer after most inputs followed by small group sharing.
The meeting took place from Monday, 3 June to Friday, 8 June. It included members of the Council of the Superior General along with Presidents of the Conferences of Provincials. Also present were the heads of apostolic sectors for Higher Education, Secondary and Pre-Secondary education, Justice and Ecology and Collaboration.


Les jésuites dans la nouvelle Province du Canada: des « collaborateurs » engagés
(28-May-2018)

À l'église du Gesù, Montréal, le 27 mai 2018

Le père Arturo Sosa, supérieur général des jésuites, a déjà passé plus d'une semaine au Canada. Après Toronto et Midland, il s'est réuni durant quelques jours avec les supérieurs provinciaux du Canada et des États-Unis, à Montréal. Le vendredi 25 mai, il s'est rendu à Québec, s'arrêtant en chemin à l'infirmerie des jésuites, à Richelieu, dans le cadre enchanteur des bords de la rivière du même nom. Cette infirmerie est sous la responsabilité des Oblats de Marie Immaculée; oblats et jésuites partagent donc les installations mais aussi une partie de leur vie communautaire.
Samedi le 26 mai, le P. Sosa a visité des œuvres jésuites à Québec et a participé à l'ordination diaconale d'un jeune jésuite haïtien, Johnny Masséba.
Il est revenu à Montréal pour participer à un moment clé de son séjour au Canada, la célébration eucharistique d'action de grâce pour souligner les quelque 400 ans de présence jésuite en terre canadienne, Cette messe a eu lieu à l'église du Gesù, au centre-ville de Montréal, là même où, en 1842, les jésuites ont repris leur service au Canada, à l'invitation de l'évêque de Montréal, après la restauration de la Compagnie de Jésus.
L'importance de cette célébration, par contre, n'était pas d'abord à caractère nostalgique. Au contraire, la présence du Père Général a été l'occasion de faire l'annonce publique de la création d'une nouvelle Province jésuite qui réunit ce qui constituait jusqu'ici les deux Provinces du Canada français et du Canada anglais. Le décret du Père général a été lu, dans les deux langues officielles de la nouvelle Province, au cœur de la célébration, après l'homélie du supérieur général. Dans l'homélie, le père Sosa en a profité pour exprimer clairement sa vision et ses espoirs pour la Compagnie de Jésus, dans l'avenir, ici au Canada mais aussi partout dans le monde.
En faisant le lien avec la fête liturgique qu'on célébrait, celle de la Sainte Trinité, le Père Général a rappelé comment saint Ignace, dans les Exercices spirituels, avait imaginé le dialogue amoureux et fertile entre le Père, le Fils et l'Esprit qui contemplaient le monde avec ses joies et ses peines. Il a souligné que le projet de Dieu qui a suivi s'est réalisé avec Marie dans des conditions d'humilité et de pauvreté. Et le père Sosa d'affirmer qu'on avait la responsabilité de continuer cette mission, celle de Dieu.
« Qu'allons-nous faire », s'est-il demandé? « Servir la mission de l'Église qui est de servir le Christ comme compagnons dans une mission de réconciliation et de justice. » Au Canada, à son avis, cela implique de s'approcher des jeunes avec la joie de l'évangile, d'accueillir l'étranger, de créer de nouvelles relations avec les peuples autochtones, de prendre soin de ce magnifique pays.
« Comment allons-nous le faire », a-t-il poursuivi? En participant, comme collaborateurs, à des réseaux et à des partenariats avec beaucoup de gens, des chrétiens et d'autres personnes de bonne volonté. Il faudra le faire à la fois en discernant et en planifiant concrètement nos actions. Il a ajouté : « On ne peut séparer discernement et planification. En planifiant sans discerner, nous ne sommes que des gestionnaires. En discernant sans planifier, nous ne sommes que des rêveurs.
Le père Sosa a attiré l'attention sur un autre point : les premiers jésuites étaient à la fois instruits et pauvres. Les jésuites du Canada doivent être « instruits » pour servir de manière efficace; en ce sens, tout apostolat jésuite doit avoir une dimension d'apostolat intellectuel. « Mais comme ce serait une bénédiction si nous pouvions honnêtement affirmer que tous nos « savants » ont été formés par les pauvres! »
Le Père Général a émis un dernier souhait, en terminant son homélie : que la nouvelle Province jésuite du Canada vive sous le signe de l'audace, « de l'audace de ceux qui croient que le Verbe de Dieu est venu dans ce monde, qu'il a pris chair en Marie, qu'il est passé par la mort puis est ressuscité pour nous conduire tous à la plénitude de la vie ».
Après un moment de fraternité avec ceux et celles qui étaient venus, à l'église du Gesù, pour participer à ce moment festif, le père Arturo Sosa et ses Assistants se sont dirigés vers l'aéroport pour se rendre à Regina, en Saskatchewan.

 


Québec-Haïti : une connexion jésuite (Une visite sous le signe de l'enracinement et de l'ouverture)
(28-May-2018)

C'est à Québec, qu'au 17e siècle, les jésuites français avaient établi leur base pour la mission d'évangélisation de l'Amérique du Nord. C'est dans les traces de ces pionniers que le père Arturo Sosa, supérieur général des jésuites, a vécu une journée très remplie, dans cette même ville de Québec, le samedi, 26 mai.
L'occasion principale de sa venue dans la ville historique était l'ordination au diaconat d'un jésuite : Johnny Masséba. Johnny est haïtien; il fait ses études de théologie à l'Université Laval, à Québec. Son ordination a été présidée par Monsieur le Cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec. Celui-ci est donc le successeur de saint François de Laval, premier évêque de la Nouvelle-France. Tout comme son vénéré prédécesseur, le cardinal Lacroix est proche des jésuites et manifeste beaucoup d'intérêt à leur présence dans son diocèse.
Durant son homélie, à l'occasion de la Fête de la Sainte Trinité, le Cardinal Lacroix a insisté sur le fait que la Trinité est « ouverte », accueillante, et qu'elle nous invite à nous ouvrir. En s'adressant à Johnny, avec qui il avait eu une rencontre préparatoire très riche, il l'a encouragé à être un missionnaire de l'espérance, à toujours se laisser conduire par l'Esprit Saint et, en citant le pape François, à choisir Dieu sans relâche, sans jamais se décourager car la force de l'Esprit Saint sera toujours là pour l'appuyer.
Au début de la célébration, le Père Général a pris la parole. Il a affirmé que la force des racines spirituelles des fondateurs de l'Église canadienne continuait d'animer les élans apostoliques d'aujourd'hui, dans un monde en changement. Il a souligné que les jésuites voulaient participer, partout dans le monde, à une évangélisation adaptée et acculturée à notre époque. En lien plus étroit avec la célébration de l'ordination diaconale, le père Sosa a fait ressortir que le témoignage de Johnny Masséba en était un d'engagement par le service. Ce témoignage d'engagement peut aider des jeunes et des moins jeunes à trouver un sens à leur vie, une piste de développement intégral, dans un monde qui cherche des orientations et des références solides. Le Père Général a affirmé que le chemin du diaconat pour un jeune jésuite le fait participer au fabuleux projet de la spiritualité ignatienne qui invite à toujours aimer et servir. Enfin, le père Sosa a fait remarquer combien l'ordination d'un jésuite haïtien, à Québec, était significative. Il s'agit d'un exemple, parmi tant d'autres, du caractère universel de la Compagnie de Jésus de notre époque qui cherche, partout où elle est appelée, à se mettre au service de la foi appuyée sur la promotion de la justice.
Notons que Johnny Masséba, comme tous les jésuites haïtiens, fait partie de la Province jésuite du Canada français. Des raisons historiques expliquent cela : ce sont des jésuites canadiens qui, au siècle dernier et jusqu'à leur expulsion par le dictateur François Duvalier, ont aidé l'Église haïtienne à former un clergé local. Après leur retour en Haïti à partir de 1986, bon nombre de vocations jésuites ont surgi. Aujourd'hui, il y a une cinquantaine de jésuites haïtiens et ceux-ci ont de plus en plus d'autonomie dans leurs engagements apostoliques.
Ajoutons que la journée de Père Général à Québec comportait d'autres activités, à commencer par un déjeuner, tôt le matin, avec le Cardinal Lacroix. Il a ensuite passé un bon moment au Centre de spiritualité Manrèse, une œuvre jésuite centrale au Canada français, une école de formation de guides spirituels ignatiens. Il a répondu à plusieurs questions des membres de l'équipe qui portaient aussi bien sur ses expériences personnelles que sur la place de la spiritualité ignatienne pour la Compagnie de Jésus aujourd'hui.
Il s'est ensuite arrêté, à l'heure du midi, à la Maison Dauphine pour les jeunes, une œuvre associée à la Compagnie de Jésus fondée le P. Michel Boisvert, décédé prématurément. L'organisme offre des services aux jeunes en difficulté, y compris une École de la rue qui présente un parcours scolaire adapté à des jeunes qui n'ont pu suivre un curriculum scolaire habituel. Une manière, pour la Compagnie du Québec, d'intervenir « aux frontières », au cœur du monde, auprès de blessés de la vie.


Le Père Général célèbre la Pentecôte au Sanctuaire des Martyrs au Canada
(22-May-2018)

Le père Arturo Sosa, S.J., supérieur général des jésuites, s'est rendu, au deuxième jour de sa tournée canadienne, au Sanctuaire des Martyrs, à Midland, en Ontario. Ce lieu de pèlerinage a été érigé en 1926, sur les bords de la rivière Wye, en l'honneur des six jésuites et des deux laïques qui furent martyrisés au 17e siècle, à l'époque de la Nouvelle-France.
Les jésuites sont arrivés dans la région au début du 17e siècle pour exercer leur ministère auprès du peuple Wendat. Le père Sosa a commencé sa journée en visitant la reconstitution historique du village de Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons. Des jésuites français ont été présents là-bas à partir de 1639 et jusqu'en 1949, alors qu'ils furent forcés d'abandonner le site en l'incendiant. Pendant des siècles, il ne s'est rien passé à cet endroit jusqu'à ce que, en 1974, des excavations permettent de lancer une reconstruction à caractère historique.
C'est le P. Michael Knox, S.J., directeur du sanctuaire, qui a accueilli le Père Général. Il a lui-même dirigé la visite de Sainte-Marie en expliquant le mode de vie des jésuites au 17e siècle, en lien avec le peuple et la culture des Hurons,
Ensuite, le père Sosa s'est rendu au lieu même où Jean de Brébeuf et Gabriel Lalemant subirent la torture et périrent sous les coups des Iroquois en 1649. En 1977, le P. Pedro Arrupe, alors supérieur général des jésuites, était venu s'agenouiller et prier sur ce même site. C'est ce qu'a fait à son tour le père Sosa.
La troisième étape de la journée s'est passé sur les terrains du Sanctuaire des Martyrs, au cœur de l'expérience du pèlerinage. Ce sanctuaire est dédié aux six jésuites et à deux laïques qui œuvraient avec eux. On trouve au sanctuaire des reliques des saints jésuites Jean de Brébeuf, Gabriel Lalemant et Charles Garnier. Il y a plus de 110.000 pèlerins et visiteurs qui viennent chaque année au sanctuaire et qui profitent de son vaste domaine.
Le père Sosa a célébré l'eucharistie de la Pentecôte dans l'église du sanctuaire; son homélie a évoqué plusieurs thèmes, y compris celui de la confiance que les jésuites du 17e siècle avaient dans l'Esprit Saint.
« Le rêve d'apporter la foi chrétienne et la civilisation européenne à un monde nouveau et à de nouveaux peuples exigeait un haut niveau de confiance dans l'Esprit Saint. Ainsi, je sens que c'est un grand honneur, pour moi, de célébrer l'eucharistie avec vous, dans ce lieu sacré, à l'occasion de la fête de la Pentecôte, alors que nous nous souvenons encore des évènements qui se sont passés ici, avec leurs ombres et leurs lumières, il y a 400 ans. »
Le Père Général a aussi souligné que nous nous trouvions maintenant à un moment de « Pentecôte ». Il a dit : « Alors que la mission originale de Sainte-Marie a été abandonnée à partir de 1649, ne pouvons-nous pas considérer que nous vivons une forme de Pentecôte en nous retrouvant ici aujourd'hui? Car la Pentecôte célèbre la présence de Dieu parmi nous qui, grâce à son Esprit, continue son dessein de toujours : ‘renouveler la face de la terre' (Ps 103). En ce jour de grande fête, cinquante jours après Pâques et à la suite de la célébration de l'Ascension alors que Jésus nous dit : ‘Souvenez-vous, je serai toujours avec vous' (Mt 28), les jésuites et leurs proches se souviennent et renouvellent ce qui a été accompli ici, souvent à un coût élevé. »
Le père Sosa a souligné que son voyage se faisait sous le signe de l'écoute et de l'apprentissage. « Ainsi, ensemble, nous allons mieux servir et proclamer l'Évangile de sorte que, au cœur de la diversité incroyable de notre monde contemporain, plus de gens pourront le comprendre et le recevoir. » Il a terminé son homélie par une bénédiction Wendat.


"Compagnons, avec d'autres, dans une mission de réconciliation et de justice"
(21-May-2018)

(Samedi, le 19 mai 2018) - Au premier jour de sa visite officielle au Canada depuis son élection comme Supérieur général des jésuites en fin 2016, le P. Arturo Sosa, S.J., avait d'abord à son agenda chargé, à Toronto, une activité qu'il aime bien : une rencontre, à Regis College, avec des jésuites en formation. Ces 40 jeunes hommes, appelés des scolastiques, en sont à différentes étapes sur le chemin de la prêtrise, un processus qui peut durer de 8 à 12 ans.
Fondé en 1930 pour la formation des jésuites, Regis College, affilié à l'Université de Toronto, offre maintenant des diplômes et des programmes pour des étudiants laïques; on y prépare des hommes et des femmes pour le ministère pastoral et des carrières académiques. Si Regis a pré-paré les jésuites pour l'apostolat depuis plus de 80 ans, la formation jésuite au Canada, elle, re-monte à 1635.
En tant que jésuite, le père Sosa a toujours été proche de ses confrères en formation. Comme Délégué du précédent supérieur général pour les Maison romaines de la Compagnie de Jésus, il avait la responsabilité des centres universitaires de Rome qui forment les jésuites pour une varié-té d'apostolats. Ces institutions, de droit pontifical, incluent l'Université Grégorienne, l'Institut biblique et l'institut oriental.
Durant son échange avec les scolastiques, le père Sosa a affirmé que la réconciliation est au cœur de la vocation d'un jésuite : réconciliation avec les autres, avec l'environnement et avec la Trinité. Il a parlé de la nécessité, pour les jésuites en formation, de promouvoir la justice, d'être miséricordieux et d'avoir un style de vie austère, respectueux de l'écologie et en proximité avec les pauvres. Un autre thème abordé fut l'universalité de la vocation jésuite puisqu'il a appelé les jésuites à être « citoyens du monde, profondément acculturés à la lumière de l'Évangile, dans un esprit de partage entre les cultures ».
Parlant du discernement en cours sur les préférences apostoliques de la Compagnie de Jésus et soulignant qu'il s'agit d'un processus dynamique, le P. Sosa a dit que toutes les œuvres jésuites devraient contribuer à la seule et unique mission de la Compagnie de Jésus au service de l'Église et de l'humanité. Soulignant que « nous ne pouvons pas et ne voulons pas faire les choses isolé-ment », le supérieur général a aussi parlé de la nécessité de la collaboration avec les laïques.
Après cette rencontre, le Père Général s'est rendu à la Basilique Saint-Paul, au centre-ville de Toronto, où il a concélébré à la messe d'ordination de sept jésuites, deux au sacerdoce et cinq au diaconat. L'archevêque d'Ottawa, Monseigneur Terrence Prendergast, lui-même jésuite, a présidé aux ordinations. Ces sept ordonnés se sont préparés à cette étape importante de leur vie par des études en théologie, à Regis College, au cours des dernières années.
Dans l'allocution qu'il a prononcée au début de la célébration, le père Sosa, qui va célébrer le 41e anniversaire de sa propre ordination durant l'été, a parlé de la joie qu'il ressentait de pouvoir commencer son séjour au Canada par une célébration d'ordinations. Il a dit : « Quand de jeunes hommes, des jeunes à qui la vie contemporaine offre des choix d'engagement si divers, choisis-sent le service de leurs frères et sœurs et le service du Seigneur, nous avons là le témoignage vivant de la pertinence actuelle de l'idéal proposé par Jésus à ses proches disciples ».
Les nouveaux ordonnés, prêtres et diacres, sont originaires du Canada et des États-Unis. Edmund Kwok-Fai Lo, S.J., et Artur Robert Suski, S.J., tous deux membres de la Province jésuite du Cana-da anglais, ont été ordonnés prêtres. Edward Dawson Penton, S.J., aussi du Canada anglais, a été ordonné diacre.
Les autres diacres sont Christopher Ewing Grodecki, S.J., de la Province jésuite du Maryland, Alex Anthony Cazcarro Llanera, S.J., and Robert Bruce Van Alstyne, S.J., de la Province jésuite de l'Ouest des États-Unis, and James Ronald Sand, S.J., de la Province du Midwest des États-Unis.
La formation est une priorité de premier ordre pour la Compagnie de Jésus comme le démontre le nombre de maisons de formation au Canada. En plus de Regis College, les jésuites du Canada ont deux noviciats, l'un à Montréal, l'autre à Port-au-Prince, de même qu'une résidence pour les études fondamentales à Toronto et deux résidences qui accueillent des jésuites pour les études de 2e et 3e cycle, à Ottawa et à Québec. Engagés dans la formation culturelle, historique et spiri-tuelle des peuples autochtones, les jésuites ont établi, il y a deux ans, des occasions d'expérience d'immersion autochtone pour les scolastiques. Cet été, les deux nouveaux prêtres, Edmund Lo et Artur Suski, seront envoyés en service pastoral dans des communautés des Premières Nations.
Les concélébrants pour la célébration d'ordination de Toronto incluaient le P. Peter Bisson, S.J., Provincial de la Province du Canada anglais, et le P. Erik Oland, Provincial du Canada français et d'Haïti. Durant l'été qui vient, les deux Provinces vont former ensemble la Province du Canada; le père Sosa a nommé le P. Oland comme premier Provincial de la nouvelle Province. Il entrera en fonction le 31 juillet 2018, jour de la fête de saint Ignace de Loyola, le fondateur des jésuites.
Après la réception avec les nouveaux prêtres et diacres, le Père Général s'est dirigé aux studios de Salt + Light Television pour donner une entrevue à cette institution médiatique catholique ba-sée à Toronto.
Enfin, cette première journée du père Sosa au Canada s'est conclue par un barbecue informel à l'une des résidences des scolastiques. Il a exprimé sa joie, sa consolation, son enthousiasme à la perspective de la suite de sa tournée canadienne.
« Quelle bonne manière de commencer un voyage. Une de faite, une à venir; j'ai bien hâte », dit-il, faisant référence à une autre ordination à laquelle il allait participer le samedi suivant, à Québec.

Site web du Canada français


“Ask that the Society may be able to discern” – Fr Arturo Sosa
(14-May-2018)

Father General, Arturo Sosa, visited the Jesuit community of Alcalá de Henares this Monday, May 14, accompanied by the Provincial, Antonio España, the Regional Assistant for Southern Europe, Joaquín Barrero, and the Delegate for the Third Age, Cipriano Díaz. Fr Sosa arrived at Colegio San Ignacio de Loyola, where the community is located, after meeting with the Bishop of the Diocese of Alcalá de Henares, Juan Antonio Reig Pla.

On his arrival, Father General was received by Rafael Mateos, superior of the community. Together they went to the infirmary, where they greeted the Jesuits of this community individually. At noon, Fr. Sosa presided at the Eucharist on the feast of St. Matthias. In his homily, he urged us to follow the example of the Apostle by accepting "the Lord's call with gratitude". He also recalled the treatment of Jesuits as "friends in the Lord to the extent that we are friends of the Lord. Without him we can do nothing." Fr Sosa also expressed his gratitude by emphasizing that "friendship is giving one's life, and in this community there are many lives given to the Lord."

Father General Arturo Sosa highlighted the figure of Pedro Arrupe as an example of someone who gave his life to the Lord and asked those present to "put Arrupe in their prayers and ask for his beatification". He also asked for prayer for the Society: "In any discernment, it is necessary to make clear how one has to make the decision. Therefore, pray to help us so that the Society may be able to discern."

After Mass, Father General went to the Historical Archives of the Province of Spain on a visit led by Brother Wenceslao Soto, director of the Archives, together with the Jesuits Amancio Arnáiz and Juan Andrés Llauger who work there. Among others, Br Soto introduced Father Sosa to some of the most valuable documents in the archive, such as a facsimile edition of Elizabeth the Catholic's will, a late 14th century scroll or a royal provision of Juana ‘la Loca'. Fr Sosa was particularly interested in a document signed in Caracas in 1729 and several letters from the Jesuit Cristóbal Ferreira, whose life was narrated in the film Silence.

Father General shared lunch with the community, thus ending his visit to the Province of Spain which began on Friday with the meeting of the superiors of the Jesuit communities. In this trip, Fr Sosa has had meetings with lay people and Jesuits from the PAL of Madrid, members of the executive teams of the Education Sector and has visited Villagarcía and Valladolid to finish in Alcalá de Henares. He will soon return to Spain for the international meeting of Jesuit universities, which will take place from July 8 to 12 in Bilbao and Loyola; he will also visit Catalonia from September 21 to 27 for the meetings of Jesuits from Europe.

 


"We collaborate" rather than "they collaborate" – Fr. Arturo Sosa
(14-May-2018)

Father General's visit to the PAL of Valladolid, Villagarcía y León began in the infirmary of Villagarcía de Campos on Ascension Sunday. Accompanied by the Provincial of Spain, Antonio España, the Regional Assistant of Southern Europe, Joaquín Barrero, the Delegate for the Elderly, Cipriano Díaz, and the Delegate of the PAL, Gerardo Villar, he toured the house, greeting the residents and the staff who take care of the elderly. A meeting of friendship, between colleagues, that at 12h. was extended to more Jesuits, more than a hundred, already in the recently restored Capilla del Cristo (Chapel of Christ). He presented himself as the Jesuit admired and grateful to know Villagarcía. "A complete myth", he said, because of all the news of the novitiate and of his practices known through the Spanish Jesuits who arrived in Venezuela, his native country. He commented that when he joined the Society of Jesus, the Jesuits had only been in Venezuela for 50 years and 40 percent of his companions were Spanish. However, they achieved a good transition thanks to their inculturation from which they transmitted their passion for Jesus.

The core of Arturo Sosa's talk came from the 36th General Congregation, where he was elected to succeed Fr Adolfo Nicolás in 2016 and whose decrees mark the future of the Jesuit vocation towards "reconciliation". With all that complexity of a wounded, moving and unequal world, healing only exists if there is justice, mercy and forgiveness. For Sosa, the sense of reconciliation has been present in the core of the Society since previous congregations, although it has been expressed from other dimensions such as faith and justice, dialogue between cultures and religions. The challenge now is that this future is built in partnership with others. "GC36 paid more attention to the way we do things than to what we do," he explained, and among the ways we do things, he pointed out the first: discernment, a first way that goes hand in hand with apostolic planning "to make things better, more and better" and work with others. "The mission of the Society of Jesus is not of the Society, it is of the Church, because since we were born, we were born to serve the Church. He invited the Jesuits to change "the mentality" and think more of "we collaborate" than "they collaborate". And he added: "to share mission even with those of us who do not share the faith but share the mission".

Arturo Sosa also reviewed the three mandates of GC36 to the Jesuits: the in-depth review of apostolic preferences with the greater participation of the Jesuits. The work will last 10 years, and the time will be devoted to planning how they will be carried out. The second mandate is to review the poverty statute and the rules for the administration of temporary goods. "It puts us in an important spiritual situation because it puts us in front of one of the thorniest issues like poverty." He recalled how the first Jesuits lived the poverty from which the Society of Jesus was born and the vow of the Jesuits. "The image we give is not that we live poorly. Objectively, in most cases, as a body, our image is too far from living in poverty," he acknowledged. For Fr Sosa, the important thing in the future is to recognize the way to be closer to Jesus who became incarnate in humanity "poor among the poor". Finally, the third mandate is the promotion of a culture of safeguarding children and vulnerable persons. An ambitious mandate because the contribution would be that of social transformation through justice and reconciliation. "A complex job that won't last 10 years but generations."

 


"En Todo Amar y Servir Foundation" in the Province of Chile
(11-May-2018)

Why not invest one peso to get four?

From May 1 to 5, the Province of Chile, through the En Todo Amar y Servir Foundation, offered a workshop to the provinces of the CPAL interested in improving their levels of fundraising through donations. The offices in Mexico, Paraguay and Venezuela participated. The workshop was held at the spirituality centre in the municipality of Padre Hurtado, in the metropolitan area of Santiago.


Background of this workshop
In July 2010, at the house in Anhanguera, São Paulo, Brazil, we had the third meeting of the Claver Network. On this occasion, the participants were presented with a model that was being implemented in Brazil by various NGOs. This was the Small Member Plan, which remains in place for 5 years. The provinces of Paraguay and Colombia launched the programme. Colombia no longer has it and Paraguay has developed it with collectors who receive the cash. In May 2014, the province of Chile, based on the experience of Hogar de Cristo, began the Membership Plan, via bank transfers or credit card charges. At the end of the year, they had 100 members and gave the province US$7,000. By December 2017, they had 3,200 members and US$ 470,000 in revenue. By the end of this year, they will have reached 5,000 members whose donations range from US$1.50 to US$250 per month. The cost of collection is currently 18%, which means that for every dollar collected, 82 cents is given to the works.

The content
During three days of the workshop, we had the presence of the director of systems and management of donor data, the recruiters sought by the partners, the program coordinator, the director of the Foundation and the provincial treasurer. They told us about the process, the achievements, the failures and the lessons they have learned.

What is the Membership Plan?
It is a way of linking people to the educational, social, and pastoral responses that Jesuits are implementing in Chile. The key to success has been access to "people who know other people" (referrals). This becomes a chain reaction "...go to this colleague who will interest you and tell him I referred him". There's the key. Just a few names of an ex-student, an ex-Jesuit, a relative are enough to get you started.
The partners' plan involved, on the part of the Chilean province, the investment of resources, which has already been recovered. Today the foundation contributes to the support of the SJM, Infocap, the Shrine of Father Hurtado, Lican (with the Mapuche community) and the Ignatian Spirituality Center.

A successful proposal in a difficult context. Conditions for good results.
The Partner Plan of the Chilean province has been successful in a complex context. In Chile there are many lay and Church organizations that raise their funds with this model. On the other hand, the abuse scandals have led to a fall in favourability and confidence in the Catholic Church.  Key to the success of this program has been continuity in the policies of the provincial government and the provincial administration. Also, the application of strict planning, monitoring and evaluation systems carried out by professionals. All this, accompanied by a very close and personal relationship with the partners, to manage the times of economic crisis on the part of the partner or the perception of the supported work.

A look ahead
When the schools expanded throughout the world, they used a model that was being implemented in the schools of Messina and beyond, the Ratio Studiorum. The subjects they taught changed, the students changed, the climates changed, but the successful model remained the backbone of Jesuit education.
At the end of the workshop there was this question for all the colleagues of the Claver Network: Should we reinvent the wheel in each province to contribute new resources to the mission of the Society, can we develop a corporate vision, having the En Todo Amar y Servir Foundation as the one to train, help in the selection of recruiters, and keep all the information on one server?
I conclude by thanking the province of Chile for offering us this possibility.... and let's keep rowing into the deep.

Jorge Serrano ATDR
Rome, May 8, 2018


Espagne : 700 jeunes aux rassemblements de Pâques de MAG+S
(04-May-2018)

Le Ministère pastoral de la Province d'Espagne a organisé 10 rassemblements de Pâques pour 700 jeunes. Les rassemblements avaient lieu en plusieurs endroits et sous diverses formes, mais avec le même esprit : contempler et partager pour accompagner et servir Jésus et les autres. Pour un jeune qui désire suivre Jésus dans un monde exigeant et pressé, vivre Pâques de façon authentique est une occasion unique et essentielle dans son itinéraire de foi. Pâques offre des moments de prière et d'accompagnement personnel, du temps pour faire un partage en groupe et des célébrations avec la liturgie du triduum pascal.
Source https://jesuits.eu


Belgique : La communication se trouve dans notre ADN
(04-May-2018)

Trente-quatre communicateurs jésuites venant de dix-neuf pays d'Europe et d'ailleurs ont eu leur réunion annuelle à Bruxelles la semaine dernière. Le groupe JesWeb a débuté en 2015 grâce à un groupe de jésuites et de collaborateurs responsables des sites Web de province. La réunion fut lancée avec un message vidéo personnel d'encouragement du Père Général Arturo Sos, S.J., qui a rappelé aux délégués que « pour saint Ignace la communication était presque une obsession. Elle est dans notre ADN... Notre mission est « d'aller dans le monde entier et de proclamer la Bonne Nouvelle ». Pour en savoir davantage (en anglais)...


Structure pour la participation au Synode 2018 de la Jeunesse
(04-May-2018)

Le Réseau du Ministère des Jeunes et des Vocations de la Conférence des Provinciaux jésuites de l'Amérique latine (CPAL) met en place une structure informatisée qui fournira aux jeunes un moyen de suivre activement les activités du Synode de la Jeunesse à Rome, en octobre 2018. La structure, disponible à https://escuchando.lat/, sera un poste d'écoute pour les jeunes d'Amérique latine et des Caraïbes pendant ce temps de préparation et un lieu de participation pendant le Synode même. Pour en savoir davantage (en espagnol)...


Nouveaux statuts pour le Réseau Mondial de Prière du Pape
(04-May-2018)

Encouragé par le Père Adolfo Nicolás, le processus de recréation de l'Apostolat de la Prière se poursuit depuis plusieurs années. Le 18 avril 2018, Mgr Angelo Becciu, Substitut pour les Affaires Générales de la Secrétairerie d'État du Vatican, a informé le Père Général Arturo Sosa que, le 27 mars 2018, le Saint Père a constitué le Réseau Mondial de Prière du Pape (Apostolat de la Prière) comme œuvre pontificale, avec son siège social dans l'État de la Cité du Vatican et qu'il en a approuvé les nouveaux statuts. Les diverses Provinces et Régions de la Compagnie de Jésus continueront à soutenir le « Réseau Mondial de Prière du Pape » afin que l'Évangile grandisse dans la vie des hommes et des femmes de notre temps.


Kenya : Relier l’Afrique et l’Europe à Nairobi
(04-May-2018)

A l'occasion de la réunion plénière du JESAM (26 au 28 avril), la Conférence jésuite d'Afrique et Madagascar, à Nairobi, le Père Franck Janin (Président de la JCEP, la Conférence jésuite des Provinciaux européens), et le Père Johan Verschueren (ELC) ont participé le 24 avril à la « Commissio mixta », la réunion tous les six mois des représentants des deux Conférences jésuites. La réunion précédente a eu lieu en octobre 2017 à Ludwigshafen (Allemagne). Actuellement la « commissio mixta » est composée des présidents des Conférences, accompagnés par un membre des Conférences.
Il y a eu aussi une réunion avec quelques membres de la Commission internationale de solidarité, une initiative nouvelle due à la 36ème Congrégation générale.
Source https://jesuits.eu


Fr Sosa visits restored Chapel of "Silk Weavers" in Venice (Italy)
(13-Apr-2018)

On Wednesday, 11 April 2018, Father General Arturo Sosa visited Venice to participate in the inauguration of the restored Chapel of Silk Weavers (Cappella dei Tessitori di seta) in the Church of the Assumption. The restoration of the chapel was completed with the help of the Swiss Foundation Pro-Venice. Father General was accompanied by Father Joachin Barrero, Regional Assistant for Southern Europe Assistancy, as well as Father Gianfranco Matarazzo, provincial of the Euro-Mediterranean Province of the Society of Jesus. Civic authorities of the City of Venice also participated in the ceremony.

Although the Society no longer has a community in Venice, Father General noted that the city "remains a great light for the Jesuits and their history, which was lit when the first ten companions, most of whom had completed their studies at the Sorbonne in Parish, gathered there in 1537 with the intention of embarking for the Holy Land and beginning a full apostolic life."

The Venetian stay of the first companions was a time of discernment, of searching for the will of the Lord, so that they could make a decision about their future. Even today, the Venetian period remains for the Jesuits a heritage of lived history, an essential memory. General Congregation 36 recalled the importance of the Venetian period of the Society by saying of the first companions, that "As they discerned new direction for their lives, they held fast to what they had already found to be life-giving: sharing their lives together as friends in the Lord; living very close to the lives of the poor; and preaching the Gospel with joy." (GC 36, D.1 n4).

 


Inauguration of the Jubilee Year of Saint Aloysius Gonzaga
(12-Mar-2018)

Father General Arturo Sosa inaugurated the Jubilee Year of Saint Aloysius Gonzaga at the Church of Saint Ignatius in Rome, on 9 March. About 100 priests concelebrated with Father General, and a large congregation participated in the Mass. The Aloysian Jubilee Year will run from 9 March 2018 to 9 March 2019.

Aloysius Gonzaga (1568-1591) gave up a privileged life and a princely inheritance to live the vows of religious life even to the point of contracting the plague because of his selfless care for people already sick with it. He was the eldest son of the Marquis of Castiglione, and heir to the family title. The Gonzagas were known as patrons of Renaissance artists, and they ruled what amounted to a kingdom.

Below is Father General's homily at the inauguration of the Aloysian Jubilee Year.

Fr Arturo Sosa, S.I.
Inauguration of the Jubilee Year of Aloysius Gonzaga
Homily - 9 March 2018
Church of Saint Ignatius
Rome

The youthfulness of Saint Louis Gonzaga is not only a matter of age. It is youth that comes from freedom, the freedom to discern to make decisions in harmony with God's plan, and the willingness to lead a life consistent with the choice made. For this reason, we welcome the happy coincidence of the dates of the Aloysian Jubilee Year, the death of Stanislao Kostka, the Synod on youth, faith and vocational discernment, and the World Youth Day.

The freedom that makes us young people is the result of the liberation that humanity receives from the Incarnation and Resurrection of Jesus. Jesus, the Son, who became one of us, opens the way to liberation, the fruit of love that gives life, because we all have life in abundance. The encounter of every human being with Jesus frees him from everything that prevents him from following the path of the gift of love. The encounter with Jesus changes our way of seeing, what our narrow gaze has imposed upon us.

Liberation in Christ invites us to take the paths we have never imagined before. Roads that we do not know where they will lead us; but it is not necessary to know because this acquired freedom derives from faith, it derives from trust placed only in God, who will guide us with his Holy Spirit. Freedom consists in maintaining our entire trust in God alone, and in letting ourselves be guided towards Him along the paths that he wants to reveal to us at the time.

From the moment he was liberated in Christ, Saint Paul can affirm: I consider everything a loss because of the surpassing worth of knowing Christ Jesus my Lord, for whose sake I have lost all things. I consider them garbage, that I may gain Christ and be found in him, not having a righteousness of my own that comes from the law, but that which is through faith in Christ--the righteousness that comes from God on the basis of faith. (Phil. 3:8-9)

To make oneself young, leaving infancy behind, means to go out of oneself, to accept that the centre of real life lies outside of us, in the love that we have received. The experience of being loved is the source of the liberation process, with which it is possible to make fundamental decisions. To make an election, in the language of Ignatian spirituality. Young people dream of a different life, better than the one they know around them. Inner freedom awakens the desire to contribute to making this better life real, and leads to the need to choose a way to do so.

Youthfulness is also the ability to discern in such a way as to find, in one's inner movements and in the experiences of one's own history, how the Lord continues to act in the world and confirms the call to follow him. The call to help reconcile human beings with one another, and to take care of our common home, this universe in which we live with such neglect, and also with Him, our creator.

Discernment demands that we live free from the rules that impose offerings and sacrifices on us in the name of God. That we follow love as the only way of true life and the only commandment, as the scribe who asks Jesus to understand well: "Well said, teacher," the man replied. "You are right in saying that God is one and there is no other but him. To love him with all your heart, with all your understanding and with all your strength, and to love your neighbour as yourself is more important than all burnt offerings and sacrifices." (Mk 12:32-33). This is what Ignatius calls indifference to any social, family or other kind of pressure that limits the willingness to set out on the road, having as sole guide the Holy Spirit.

Freeing oneself is a process of conversion, through which the experience of the Father's merciful love allows the forgiven sinner to prepare oneself to love one's neighbour as oneself, to listen to the Son's call to offer oneself, to contribute to the proclamation of the Good News of the Gospel. Freedom, experienced as indifference, brings us closer to others, to those who are different, to those who are most in need... to all those who are discarded by a sin that has become a social structure of exclusion. By approaching them as fruit of having experienced the closeness of the Lord, we make ourselves close and ready to be sent, so that we may in all things love and serve.

Young people also have enthusiasm and a strong desire to dedicate themselves totally to accomplishing what has been chosen. For the young man, the liberating experience of mercy, which frees him, is not enough. The conversion that leads him to choose to follow Christ and be sent is not enough. The young man puts all his energy into making real what he has dreamed, desired and decided to do. The young man, as the verse of the Psalm says, which composes the antiphon of today's Eucharist, is the one who has innocent hands and pure heart: he will ascend to the mountain of the Lord, and will remain in his holy place. Innocent hands and pure hearts are the fruit of conversion, which leads to freedom and the desire to love and serve in everything. It is to set out on the road and climb to the mountain of the Lord, collaborating with his mission of reconciliation in this world.

The Eucharist that we celebrate to start this Jubilee Year of St. Aloysius Gonzaga is a good opportunity to ask the Lord for the grace of this youth, with which our heart remains in tune with His plan for the liberation of humanity, and we give ourselves totally to make it possible.

Translated from Italian


Relate mission of CVX-CLC to key elements of Vatican II – Fr Sosa
(05-Mar-2018)

Father General Arturo Sosa has urged members of Christian Life Community (CLC) define the mission of the movement in relation to the key elements of the Second Vatican Council. He said this when he met with members of the World Executive Council of Christian Life Community at the Jesuit General Curia in Rome on 4 March 2018. Father Sosa noted that the Second Vatican Council took seriously the mission of the laity in the Church.

Father General also reminded the CLC members of the importance of involving the youth in the mission of the movement. Youths will ensure continuity of the mission of community in different parts of the world. He said the members of CLC were apostles within the Church, sent out on mission. As such, their mission should also include reaching the youth, who in recent years are being recognised as a very important group within the Christian family.

Members of the World Executive Council of Christian Life Community were in Rome to attend a weeklong meeting, which was also a preparatory meeting for the CLC World Assembly that will take place in July 2018 in Buenos Aires, Argentina.

 


Le Père Général visite la Conférence d’Asie méridionale
(20-Feb-2018)

Le Père Général effectue une visite au sein de la Conférence d'Asie méridionale (16 février - 3 mars). Il participera à la rencontre des provinciaux de la Conférence d'Asie méridionale au Sri Lanka et visitera les jésuites et les œuvres de cette province. Il se rendra ensuite en Inde où il visitera les jésuites et les œuvres de la province de Karnataka. Il est accompagné du P. Victor Assouad, Assistant de l'Europe Occidentale, et des pères Lisbert D'Souza et Vernon D'Cunha, tous deux Assistants de l'Asie du sud.


The Lord calls us to a fundamental conversion – Fr Benoit Malvaux, SJ
(14-Feb-2018)

The General Curia community began the Lenten journey with Mass presided by Fr Benoit Malvaux, the Society's General Procurator. In his homily, Fr Malvaux invited the community to reflect on the three invitations of Jesus in the Gospel: Almsgiving, Prayer, and Fasting. Fr Malvaux noted that these invitations correspond to three important axes in our lives: "Almsgiving refers to our attitude towards others, prayer to our attitude to God and fasting to our attitude towards ourselves and material goods. Considered in this way, the Gospel invites us to ask ourselves about the way we live these important dimensions of our lives."

Below is Fr Benoit Malvaux' homily in full:

Ash Wednesday Homily
14 February 2018
Curia Generalizia

The readings we have just heard are well known to you. We hear them every year during the Ash Wednesday Mass. The disadvantage of such a situation, especially if we have been participating in this Mass regularly for years or decades, is that these readings tell us nothing more. We already know that the Gospel offers us to pray, fast and give alms in secret. It is familiar music, a routine. And so we do not allow ourselves to be challenged any more.

I think it would be a real pity to reason this way. In fact, the Word of God has such a wealth that it is always possible to allow oneself to be challenged by it, to find a new teaching. It is in this perspective that I would like to say a word on today's readings. I will not pretend to say anything new here, but at least suggest some trajectories that may perhaps provoke new answers in us.

Obviously, today's three readings invite us to a conversion: to return to the Lord with all our heart, as the first reading says; or to let ourselves be reconciled with God, as the second proposes to us. Indeed, the time of Lent, which is a time of preparation to celebrate the mystery of the Resurrection and therefore of the presence of the Risen Jesus in our lives, can be an excellent opportunity to take stock of our life, to ask ourselves: how could I live more in conformity with the message of Jesus?

In the Gospel, Jesus proposes three interesting paths. I think it is important that we do not consider them too narrowly. In fact, we could understand this Gospel literally. Is Jesus talking to us about almsgiving? This is the money we can give to people who ask for alms, and we know that there are many of them in Rome. Telling us about prayer? It is about Our Father, the Hail Mary and other formulas that we use when we want to speak to God. Telling us about fasting? It is the fact of refraining from certain foods, such as meat, or even skipping a meal, if we have the strength. If we reflect on the possibility of conversion with this literal understanding of the Gospel, we can decide for example to give more coins during Lent to the beggar at the door of the church, to recite an extra decade of the rosary in the evening and not to eat chocolate on Fridays.

This kind of resolution is certainly not contrary to the Gospel, but the risk would then be to think that it is enough to make small formal changes to convert. Well, I think the Lord calls us here to a more fundamental conversion.

Considering today's Gospel in this perspective, I was struck by the fact that the three attitudes that Jesus proposes correspond to three great axes of our lives. Almsgiving refers to our attitude towards others, prayer to our attitude to God and fasting to our attitude towards ourselves and material goods. Considered in this way, the Gospel invites us to ask ourselves about the way we live these important dimensions of our lives.

For example, reflecting on almsgiving, we might ask ourselves: what place do my relatives, friends, colleagues and confreres occupy in my life? Do I really dedicate myself to their time, attention, listening? Or am I so worried about myself that I listen to them with a distracted ear, without worrying about what they are experiencing?

Reflecting on prayer, we might ask ourselves: what place do I give to God in my life? Do I really involve Him in what I live, asking for the help of his Spirit before making an important decision, thanking him for what happens beautifully in my life, offering him even the most difficult moments? Or do I consecrate to Him a few minutes a day with a formal prayer and I live all the rest of the time as if God wasn't there?

Reflecting on fasting, we might ask ourselves: what place do material goods occupy in my life? Are they means to help me live, love God and our brothers and sisters? Or have they taken on such an importance in my life that I have become a slave to them, do I suffer from addiction of excessive dependence on them, and this prevents me from fully living the love to which God calls me?

As I said at the beginning, these are some paths that I propose to you at the beginning of this Lent. Everyone is, of course, free to do what he thinks is good for him, to prepare for Easter, but if we have the opportunity to take at least a moment to reflect on one or the other of these fundamental questions, and to see how to grow in this regard, I think we will have make good use of the opportunity for conversion that the time of Lent offers us.

 


The Society across the world is facing key choices – Fr Arturo Sosa
(07-Feb-2018)

Twenty-eight Jesuits and collaborators from the six conferences are currently at the General Curia in Rome to attend a workshop on Apostolic Discernment in Common. The workshop, which is organised by the office of the General Counsellor for Discernment and Apostolic Planning, Fr John Dardis, runs from 6 - 9 February.

Opening the workshop, Father General noted that the Society is a multicultural apostolic body journeying in fulfilment of her mission in the Church. "We want to walk together, religious and lay people, to incarnate the Church-people-of-God (Vatican II). The Society across the world is facing key choices. There are many calls. And yet, we Jesuits and our mission partners cannot keep reaching out to an indefinite number of needs. We have to make choices. That is why discernment in common is urgently needed."

Father General has therefore called on the workshop to "come up with key principles, tools and methodologies for discernment in common." He acknowledged that it is an enormous task, nevertheless, reminded the participants "if we have that common base, that common foundation, we can move forward."

 


Je me sens dans les mains du Seigneur - Pedro Arrupe, SJ (1907-1991)
(05-Feb-2018)

Pedro Arrupe, S.J., fut le 28ème Supérieur Général de la Compagnie de Jésus. Grâce à sa manière de gouverner, il a aidé la Compagnie dans son service à l’Église et au monde, dans les réalités du contexte post-Vatican II. Il fut un homme de grande profondeur spirituelle, fort engagé pour la justice.

Lisez davantage (en anglais)...

 

 


HAÏTI : La solidarité jésuite internationale en action
(26-Jan-2018)

Un fruit de la 36e Congrégation générale

Au moment même où s'ouvraient les travaux de la 36e Congrégation générale des jésuites à Rome, début octobre 2016, un des plus forts ouragans des dernières décennies frappait une bonne partie du territoire haïtien. Des centaines de morts, des milliers de sans-abris, des hectares et des hectares de récoltes perdues.

Les membres de la Congrégation, par la prière, se sont unis aux populations sinistrées et à leurs confrères jésuites œuvrant en Haïti. La prière, comme tant de fois, a conduit à l'action. Si l'attention de la Congrégation a été centrée, dans les jours qui ont suivi l'ouragan, sur l'élection d'un nouveau supérieur général, le P. Arturo Sosa, celui-ci, une fois en poste, s'est souvenu d'Haïti.

Après avoir consulté ses conseillers et le P. Jean-Marc Biron, supérieur provincial du Canada français et d'Haïti, il a choisi, parmi les premiers gestes concrets qui marqueraient son généralat, de lancer un appel, devant tous les délégués, en faveur d'Haïti. Plus précisément encore, après avoir été mis au courant de propositions faites par les jésuites haïtiens qui avaient visité les zones sinistrées, il a proposé que la Compagnie universelle participe à un projet de construction de maisons, simples mais solides, pour un certain nombre de familles parmi les plus pauvres qui avaient perdu leur toit.

Une réponse généreuse

Et l'appel a été entendu : de partout dans le monde des Provinces jésuites, y compris celles dont les ressources financières sont très limitées, ont contribué. Environ un million de dollars (USD) a été rassemblé et la proposition des jésuites haïtiens a été précisée : on construirait 75 maisons dans des communautés très éprouvées. Chaque famille devrait participer concrètement à la construction. Il s'est agi d'un projet impliquant toute la communauté des villages bénéficiaires : le maire et le curé ont participé activement. Tout s'est mis en branle en mai 2017 sous la supervision d'un ingénieur en construction, du Bureau de développement jésuite d'Haïti, représenté par Jean Thomas Dabady, SJ, et avec l'assistance administrative de la Conférence jésuite du Canada et des États-Unis.

Des résultats : ce qui est fait, ce qui reste à faire

Les clés des 15 premières maisons ont été remises aux familles bénéficiaires en novembre, dans la municipalité de Roseaux. La cérémonie s'est faite en présence de l'évêque du diocèse de Jérémie, Mgr Gontrand Décoste, SJ. Depuis décembre, 30 autres maisons sont en cours de construction, en partie à Roseaux, en partie à Desormeaux. Puis ce sera la dernière phase, dans la région de Port-Salut, à Cécé et à Bergerac. En toute transparence, on doit reconnaître que la progression du projet est lente : en Haïti, les matériaux de construction ne sont pas toujours disponibles, les routes pour les acheminer dans les zones sinistrées sont détériorées, les ouvriers compétents peu nombreux.

Mais la participation concrète des jésuites, dans un contexte de solidarité internationale, est un signe fort d'une implication de la Compagnie de Jésus qui se fait proche des plus pauvres. Il faut ajouter qu'en plus de construire des logements, le projet comprend un important volet d'accompagnement psycho-social, de prévention dans le domaine de la santé, de guérison et de renforcement des personnes blessées par le passage de l'ouragan Matthew. Tout cela illustre une « manière de procéder » jésuite qui manifeste une foi engagée, une foi qui construit la communauté, une foi qui promeut la justice.


Protecting the Least Among Us: A statement of USA Jesuits on Abortion
(19-Jan-2018)

January 22 will mark 45 years since the Roe v. Wade Supreme Court decision made abortion legal in the United States, and today the Society of Jesus in the U.S. is asking Jesuits and their collaborators to continue to stand in solidarity with the unborn and with mothers in difficult situations.

"Protecting the Least Among Us: A Statement of the Society of Jesus in the United States on Abortion" reiterates the Jesuits' support for the unborn, calling abortion "part of the massive injustices in our society."

"A spirit of callous disregard for life shows itself in direct assaults on human life such as abortion and capital punishment. ... We also seek justice in ensuring that pregnant women and mothers have the resources they need to care for their children and live full lives."

Father Timothy Kesicki, SJ, president of the Jesuit Conference of Canada and the U.S., says, "From the beginning, St. Ignatius founded the Jesuits for the promotion of the faith and the progress of souls in the teachings of Christ. As Jesuits, we continue this mission, to accompany the child in the womb and the community into which each one of us has been born."

The statement comes one day before members of the Ignatian family, including many students at Jesuit high schools and colleges, will gather in Washington, D.C., for the annual Jesuit Mass for Life. Noting that the work to end abortion requires not just a change in policy, but a change in culture, it says, "We see great hope in the large number of individuals, especially young Americans, who are active in pro-life efforts."

In addition to calling for Jesuits to stand in solidarity with the unborn - the "least of our brothers and sisters" (Matthew 25:40) - through prayer and political activism, the statement asks Jesuits to deepen their accompaniment with women who have had an abortion.

Jesuits and their colleagues must "find ever new and creative ways to bring the protection of the unborn and solidarity with mothers in difficult situations into whatever mission they serve."

To read the full statement, available in English and Spanish, click here.


Dénonciation des menaces contre le P. Ismael Moreno S.J. au Honduras
(03-Jan-2018)

Le texte de la lettre est disponible ici (en anglais)

Le texte de la lettre est disponible ici (en espagnol)







Le très saint nom de Jésus (3 janvier)
(03-Jan-2018)

Fête titutlaire de la Compagnie de Jésus

L'expérience fondatrice qui conduisit Ignace et ses compagnons à s'appeler "Compagnie de Jésus" remonte à la vision de la Storta. En 1538, Ignace et ses deux compagnons Pierre Favre et Jacques Lainez se rendaient de Venise à Rome pour se mettre à la disposition du Pape. Ils s'arrêtèrent pour prier dans la petite chapelle de la Storta, à quelques kilomètres de Rome. C'est là qu'Ignace eut sa deuxième plus grande expérience mystique. Il eut une vision dans laquelle Dieu le Père lui disait « je te serai favorable à Rome », et qu'il le placerait avec Son Fils. Ignace ne comprenait pas ce que cela pouvait signifier, entre la persécution et le succès, car Jésus avait connu les deux choses.

D'après les écrits de Lainez, « Il me dit [Ignace] que Dieu le Père avait imprimé dans son cœur ces paroles - je te serai propice à Rome... Il lui semblait voir le Christ portant sa croix sur ses épaules, et près de lui le Père qui lui disait, ‘Je veux que tu le prennes comme serviteur'. Et Jésus le prit et lui dit [à Ignace], ‘Je veux que tu nous serves'. Ainsi, ayant une dévotion aussi forte pour ce saint nom, Ignace voulut que la congrégation [de ces compagnons] puisse s'appeler Compagnie de Jésus ».

Ce nouvel ordre fut officiellement approuvé par le Pape Paul III le 27 septembre 1540, sous l'appellation Compagnie de Jésus. Pendant longtemps, la Compagnie célébrait sa fête titulaire le 1er janvier, jour de l'imposition du Très Saint Nom de Jésus et de la fête de Marie Mère de Dieu. Lors de la révision du calendrier liturgique universel en 1996, la fête du saint Nom fut rétablie et renvoyée au 3 janvier. Cependant, la Compagnie de Jésus continua la pratique de la célébration de cette fête avec celle de Marie Mère de Dieu le 1er janvier.

Le 3 décembre 2012, le Père Adolfo Nicolás, Supérieur Général de la Compagnie de Jésus envoya une lettre à toute la Compagnie, dans laquelle il communiquait sa décision d'introduire des changements dans le calendrier liturgique (le Propre de la Compagnie) pour se conformer au calendrier liturgique de l'Eglise universelle. Désormais, la fête titulaire de la Compagnie de Jésus est célébrée le 3 janvier, en la fête du très saint Nom de Jésus.


Le Père Général préside les derniers vœux
(11-Dec-2017)

Le 8 décembre 2017, le Père Général Arturo Sosa a présidé la messe de la solennité de l'Immaculée Conception à l'église du Gesù à Rome.

Pendant la messe, le Père Général a reçu les derniers vœux dans la Compagnie du Père Stefano del Bove de la Province Euro-Mediterranée (EUM) et du Père Paul Rolphy Pinto de la Province du Gujarat (GUJ).


La Curie Générale a 90 ans
(11-Dec-2017)

Le 8 décembre 2017, la Curie Générale a fêté les 90 ans de présence dans le site actuel à Borgo Santo Spirito 4, près du Vatican. Voici la citation des annales de la maison du 8 décembre 1927 :

Le 8 décembre, Notre Père (Wlodimir Ledochowski) voulut bénir lui-même, sous les auspices de la Vierge Immaculée, la nouvelle Curie selon la formule du rituel romain « pro nova domo benedicenda ». La cérémonie se déroula comme suit.

En commençant par les étages inférieurs, Notre Père montait graduellement aux étages supérieurs, pendant que tous les Pères et les Frères, après avoir reçu la bénédiction, montaient eux aussi en le suivant aux étages supérieurs.

Arrivés au dernier étage, devant l'image du Sacré Cœur, qui se trouve en haut de l'escalier, on renouvela solennellement la consécration de toute la famille religieuse au Sacré Cœur de Jésus.

 


Bibliothèque Peter Hans Kolvenbach
(24-Nov-2017)

Le Père Général Arturo Sosa a décidé de donner, à la bibliothèque de la Compagnie à la Curie Généralice à Rome, le nom « Bibliothèque Peter-Hans Kolvenbach ». Elle devient donc la première institution jésuite qui porte le nom du 29ème Supérieur Général de la Compagnie de Jésus. Le Père Kolvenbach (30/11/1928-26/11/2016) a été un fervent utilisateur de la bibliothèque durant tout son temps comme Général à la Curie. La bibliothèque renommée a été inaugurée le 24 novembre 2017.

La Curie Générale possède un grand trésor pour ce qui concerne la richesse des livres qu'elle a été amenée à organiser, au cours des années, en deux grandes bibliothèques ; la première se rapporte à ce qu'on appelle « Bibliothèque du P. Général » où l'on rassemble les livres écrits par les jésuites du monde entier sur des sujets très divers. Practica Quaedam demandait aux Pères Socius d'être attentifs aux publications des Provinces respectives et d'envoyer au Général deux exemplaires des livres écrits par les Nôtres. Un de ces exemplaires revenait à la « Bibliothèque du P. Général », tandis que le second exemplaire était destiné à faire partie de la seconde bibliothèque, c'est-à-dire la « Bibliothèque Historique » qui, était anciennement la Bibliothèque de la Maison des Écrivains. Cette bibliothèque contient les livres écrits par des jésuites et des non jésuites, qui ont à voir à tout aspect qui se rapporte à la Compagnie de Jésus, que ce soit au sujet de ses membres, des œuvres apostoliques, de leur histoire ou de leur spiritualité.

Vu que la Bibliothèque Historique était sous la responsabilité du Directeur des Archives Historiques jusqu'à l'année 2015, le P. Adolfo Nicolas, alors Général de la Compagnie, voulut que la dite bibliothèque soit intégrée à la Bibliothèque du P. Général, sous la direction d'un unique Directeur. À partir de cette disposition du P. Général, on a travaillé à l'unification des deux bibliothèques, ce qui a impliqué diverses actions : d'abord l'adaptation de l'espace où la Bibliothèque du P. Général fonctionnait, dans la mesure où elle avait plus de 50 ans sans maintenance adéquate des murs, de l'humidité, des lumières, etc. En profitant de l'exigence des dispositions du gouvernement en matière de sécurité des édifices, ce travail s'intégra à toute la rénovation réalisée dans la Curie Générale. Ces travaux se sont terminés au début d'octobre 2017 et à la fin du même mois, les livres qui sont restés 6 mois dans un dépôt aux environs de Rome seront revenus sur leurs rayonnages.

En second lieu, on fit une sélection des livres en double, des livres qui ne concordent pas avec l'objectif de la bibliothèque et on les a exposés pendant la 36ème CG. On a fait un envoi important de livres demandés par les Provinciaux présents à la Congrégation, pour les bibliothèques de leur Province. Tout ce qui précédait a permis d'avoir un espace plus grand dans la Bibliothèque et ainsi de pouvoir faire une nouvelle organisation dans l'emplacement des livres et des revues qui font partie de notre richesse bibliographique.

En troisième lieu, on a poursuivi avec plus d'intensité l'unification des livres des deux bibliothèques sous le pôle CEI-BIB, système de la Conférence épiscopale italienne, qui nous permet une connexion en réseau avec de multiples bibliothèques de Rome et d'Italie en général. Pour ce travail nous avons fait un contrat avec du personnel extérieur, grâce aux aides obtenues de la CEI elle-même et du Ministère des Biens culturels du Gouvernement italien.

Finalement, outre l'acquisition de rayonnages modernes pour la section des revues, on a créé une salle de lecture pour les chercheurs, puisque le Général actuel, le P. Arturo Sosa, a accepté avec enthousiasme et a appuyé l'idée d'ouvrir la bibliothèque unique au public en général.


L’Eglise est née pour communiquer la bonne nouvelle
(20-Nov-2017)

Le Père Général Arturo Sosa dit que « l'Eglise est née pour communiquer la bonne nouvelle de Jésus Christ. » Dans un message vidéo aux jésuites et aux collaborateurs qui travaillent dans des centres de communication des provinces jésuites d'Amérique latine, le Père Sosa a noté que la Compagnie de Jésus, en tant que partie de l'Eglise, est appelée à communiquer la bonne nouvelle de Jésus Christ qui a donné sa vie pour détruire ce qui nous divise. Avec le Christ « la barrière de haine qui mène à l'injustice est abattue. La barrière qui produit pauvreté, exploitation, discrimination, qui nous mène aux guerres, voilà ce que Jésus brise depuis la croix et qui devient le pont qui nous unit et nous communique la véritable humanité qui est basée sur l'amour de Dieu. Voilà ce que nous désirons communiquer. Cette réconciliation de Jésus en nous et parmi nous. » Cliquez pour regarder le vidéo


Les nouveaux provinciaux jésuites concélèbrent la messe avec le Saint Père
(20-Nov-2017)

Douze nouveaux provinciaux jésuites venant de divers lieux du monde se sont réunis récemment à la Curie générale pour un colloque destiné aux nouveaux provinciaux. Le lundi 13 novembre, les provinciaux ont concélébré l'Eucharistie avec le Pape François en sa résidence de Santa Marta au Vatican. Dans son homélie sur l'évangile du jour, le Pape a rappelé au groupe les dangers qu'il y a à scandaliser les autres. « Ainsi, ayez soin de ne pas scandaliser. Le scandale est mauvais parce que le scandale blesse - il blesse le Peuple de Dieu là où il est le plus vulnérable, et il blesse le Peuple de Dieu là où il est très faible - et souvent, les blessures infligées par le scandale sont supportées par les croyants pendant toute leur vie. Non seulement il fait du tort : le scandale est capable de meurtre - de tuer l'espoir, de tuer les rêves, de tuer les familles, de tuer tant de cœurs. »


Le bras relique de François Xavier prêt à faire le tour du Canada
(20-Nov-2017)

La relique du bras de Saint François Xavier, conservé en l'église du Gesù à Rome, est prêtée pour un pèlerinage d'un mois dans 14 villes du Canada, en commençant par la conférence inaugurale du Catholic Christian Outreach (CCO, Le bras tendu chrétien catholique) Rise Up à Ottawa du 28 décembre au 1er janvier. Un jésuite canadien, le Père Michael F. Kolarcik, recteur de l'Institut biblique pontifical de Rome, accompagnera la relique au Canada après Noël et l'Archevêque d'Ottawa, Terrence Prendergast, l'accompagnera au retour à Rome en février. Saint François Xavier est considéré comme le plus grand évangélisateur de l'Eglise depuis Saint Paul. Son corps considéré intact est dans la basilique du Bom Jesus à Goa en Inde, alors que son bras a été transféré dans l'église du Gesù, église mère des jésuites à Rome. Lire davantage (en anglais)...


Indonesian state university honours Jesuit Father Franz Magnis-Suseno, SJ
(24-Oct-2017)

One of Indonesia's oldest universities has honoured a German-born Jesuit, Father Franz Magnis-Suseno, for his "huge contribution" to the study of philosophy in the country. The state-run Gadjah Mada University in Yogyakarta, presented the priest with the award on Oct. 21 as part of celebrations to mark the philosophy faculty's 50th anniversary.
"This award is given to recognize and to honour Father Magnis-Suseno's dedication, contribution and positive influence on the introduction and development of the study of philosophy," dean of the university's philosophy faculty Arqom Kuswanjono said.
Father Magnis-Suseno, 81, has written 39 books and about 600 articles mainly on ethics, philosophy and Indonesian culture. One of his books is Etika Jawa: Sebuah Analisa Falsafi tentang Kebijaksanaan Hidup Jawa (Javanese Ethics: An Analysis of the Javanese Philosophy of Life).
He is an emeritus professor at the Jesuit-run Driyarkara School of Philosophy in Jakarta, where he was also rector from 1988 to 1998 and a former Director of Postgraduate Studies.
Born in 1936, he arrived in Indonesia in 1961 and obtained citizenship in 1977.
He has also been actively engaged in interreligious dialogue. In November 2016, he was awarded the Matteo Ricci International Prize from the Università Cattolica del Sacro Cuore (Catholic University of the Sacred Heart) in Milan, Italy, for his commitment in promoting interreligious dialogue in the country. In August 2015, he received the Bintang Mahaputera Medal from President Joko Widodo for his intellectual input towards national development.
Source: www.ucanews.com


Our Education mission comes from the Christian faith – Fr Arturo Sosa, SJ
(20-Oct-2017)

Father General Arturo Sosa says Jesuit schools are a magnificent platform for listening to and serving the youth. Father General said this on 20 October, 2017 in Rio di Janeiro where he addressed the International Congress for Jesuit Education (JESEDU-Rio2017). Addressing the more than 100 Jesuits and collaborators from around the world, Father General reminded them that "Education and schools in particular, are part of the Society's missionary tradition."
JESEDU-Rio2017, Father General said, "is an expression of the thanks we give to God and our benefactors in this area, an affirmation of the importance of the educational apostolate and a push to seek the audacity of the impossible that can carry us even further."
Fr Sosa recalled that his predecessors, Frs. Pedro Arrupe and Peter-Hans Kolvenbach had often stated that the purpose of Jesuit education was "to train men and women for others and with others." He noted JESEDU-Rio2017 was important as it brought together people serving in traditional education institutions and those serving in "new institutional models, born to offer quality education to the poor and excluded, such as Fe y Alegría, Cristo Rey, or Nativity Schools, in addition to the educational services offered by the JRS, enrich the Society of Jesus' educational apostolate in the world."
Father General reminded the participants that "Our mission comes from the Christian faith. It is a service of reconciliation and justice born of the life of Christ, and it must be completed in his way, according to the conditions of our world."


Fr Sosa visits medical center and Catholic University in Rio de Janeiro
(19-Oct-2017)

Father General Arturo Sosa visited the Ambulatório São Luiz Gonzaga, a medical clinic located next to Saint Ignatius College. It is a health care centre that offers a wide variety of free medical examinations to the poor population of the city. The association alumni of Saint Ignatius College runs the outpatient clinic of the centre. Fifty-two medical personnel offer their services to more than 80 thousand people a year at Ambulatório São Luiz Gonzaga.
After visiting the clinic, Father Sosa visited the Curia of the Brazilian Province for a brief visit. Later in the afternoon, Father General visited the Pontifical Catholic University of Rio de Janeiro. The university was founded by Jesuit Father Leonel Franca, with a group of Catholic intellectuals 77 years ago on behalf of the Archdiocese of Rio de Janeiro. Since its foundation, the university has been entrusted to the care of the Society of Jesus. The Pontifical Catholic University of Rio de Janeiro has a student population of 25,000 and has recently been ranked among the top 10 Latin American universities.
After visiting the campus, Father General had a meeting with the university's governing body, after which he delivered a lecture to professors and students whose theme was "A university called to contribute with academic excellence in the mission of reconciliation and justice."
At the conclusion of the lecture, the Rector presented Father General with the "Dom Helder Camara" medal. The day ended with the celebration of the Eucharist in the university chapel. Members of the academic community, members of CLC, diocesan clergy and several friends of the Society participated in the Eucharist.


Le Père Général commence la visite au Brésil
(18-Oct-2017)

Le Père Général, Arturo Sosa, est arrivé à Rio de Janeiro le lundi 16 octobre pour rendre visite aux jésuites de la Province du Brésil, aussi bien pour assister au Congrès sur l'Education primaire et secondaire jésuite (JESEDU-Rio2017). Le mardi 17 octobre, il a visité le Colégio Santo Inácio, une des 17 institutions qui mettent en place le réseau de l'éducation jésuite (RJE) au Brésil. Le Colégio Santo Inácio existe depuis plus de 100 ans et compte plus de 3.000 anciens élèves dans la ville de Rio de Janeiro.
Le Père Claudio Paul, Conseiller Général et Régional adjoint pour l'Amérique latine accompagne le Père Général pendant ce voyage au Brésil.


Jesuit Pre-Secondary and Secondary Education meeting – Rio de Janeiro
(16-Oct-2017)

More than 100 Jesuits and lay collaborators from Jesuit schools and education networks around the world have gathered in Rio de Janeiro, Brazil, for a congress on Jesuit education. The meeting will run from Monday, October 16th, to Friday, October 20th. According to a statement from JESEDU-Rio2017, "the participants will be working with the goal of establishing a common agenda as a global network of Jesuit education delegates, in which they will specify the challenges, priorities and responsibilities in order to guide Jesuit networking in secondary and pre-secondary education." Fr. General Arturo Sosa is expected to join the meeting later in the week. Read more...


Premier anniversaire de l'élection du Père Général Arturo Sosa
(13-Oct-2017)

L'élection du P.Arturo Sosa a été préparéé en deux étapes: l'État de la Compagnie -de statu Societatis - et les consultations -les murmurationes-. Dans la première phase, les Électeurs -Congregati - ont défini le profil du nouveau Général à partir du regard sur la Compagnie d'aujourd'hui.
Dans la deuxième phase, les Délégués ont disposés de quatre jours pour chercher qui parmi eux pouvait répondre à ce profil, et cela en se consultant mutuellement entre eux.
Le matin du 14 octobre, le P. Jim Grummer, nommé Vicaire de la Compagnie pendant la 36e CG par le P.Nicolás, a présidé l'Eucharistie de l'invocation à l'Esprit Saint.
Les Délégués, en toute rigueur, ont ensuite commencé le vote, sur papier, comme l'exige la tradition.
C'est autour de midi que le P. Arturo Sosa a été élu Général.
Le jour suivant, le Général nouvellement élu, a célébré l'Eucharistie d'action de grâce dans l'église du Gesù. Dans son homélie, il a repris l'image de l'audace et de l'improbable utilisée par le P.Cadoré au cours de la messe d'ouverture de la Congrégation, le 2 octobre. Le P. Sosa l'a dévéloppée autour de trois axes: cultiver la vie spirituelle, penser la complexité et collaborer à tous les niveaux.
Le 18 octobre, le P.Sosa a rencontré pour la première fois les journalistes en conférence de presse et a répondu à leurs questions.


Respecting and protecting the dignity of children: a priority for the Jesuits
(09-Oct-2017)

In our most recent General Congregation 36, held a year ago here in Rome, the General Congregation, the supreme governing body of the Society of Jesus, instructed me, as Superior General "to continue... to promote, within the communities and ministries of the Society, a consistent culture of protection and safety for minors." (Matters Entrusted to Fr. General, GC 36). The text is brief, but it is very significant. It is the expression of the Jesuit commitment to respecting and protecting the dignity of children.
This commitment is not new. It has its roots in St. Ignatius himself. In the formula for the profession of final vows in the Society, after the Jesuit promises "perpetual poverty, chastity and obedience," he then vows "special care for the instruction of children." (Constitutions, 527). No other ministry-for example, teaching, preaching, giving the Spiritual Exercises, serving the poor-is mentioned in the formula; only "the instruction of children." In the next number in the Constitutions, St. Ignatius explains why this phrase is included in the vow formula, giving two reasons.
The first reason has to do with St. Ignatius' recognition of the precious dignity of children. He writes: "the promise about the children is placed in the vow... because of the outstanding service which is given through it to God our Lord by aiding souls which belong to him." This is an amazing phrase. For St. Ignatius, children are "souls which belong to God." In other words, for St. Ignatius, children, who are often regarded as the most marginal and insignificant of human beings, both in the sixteenth century as in ours, are, in fact, God's treasured possessions who merit respect and service. Pope Francis expresses the same conviction when he writes: "A child is a human being of immense worth and may never be used for one's own benefit." (Amoris Laetitia, 170). Of course, we know that both St. Ignatius and Pope Francis learnt this attitude from Jesus himself, who graciously welcomed children and became "indignant" when the disciples tried to keep them away from him, in their mistaken belief that children were unimportant and unworthy of the Lord's attention. (cf. Mk. 10: 13-16).
The second reason St. Ignatius gives is very realistic. He recognizes that it is very easy to forget and neglect care for children. He writes: "the promise about the children is placed in the vow... because it is in greater danger of being allowed to fall into oblivion and dropped than other more conspicuous services..." (Constitutions, 528). In other words, the promise reflects St. Ignatius' concern that the Society not forget those who are most easily forgotten because of their apparent unimportance to the rest of human society.
In our time, we are called in a particularly urgent way to recover and strengthen St. Ignatius' foundational attitudes of respecting and protecting the dignity of children. We live in a world where the dignity of children is forgotten and violated. Children are victims of poverty, war, trafficking, forced displacement, terrorism; children are forced to serve as soldiers, child labourers, sex-workers, drug mules. We in the Church cannot escape our share of responsibility for grave disrespect for the dignity of children, as we confront the painful reality of sexual abuse of children perpetrated by priests, religious, and other pastoral ministers.
The Society of Jesus seeks today to deepen and strengthen its practical and effective commitment to the protection of children. My predecessor, Fr. Adolfo Nicolas, asked all provinces, communities and ministries to ensure the existence of three essential elements for safeguarding children. First, good, just and compassionate protocols for handling allegations of abuse of minors. Second, guidelines and policies for ethical pastoral conduct, which aim at promoting, among both Jesuits and our partners in mission, respect for boundaries and clear accountability. Finally, and perhaps most importantly, ongoing training and formation programs to ensure that the protocols and policies do not remain unread documents, but are appropriated and practiced. All these aim at creating a "consistent culture of protection and safety for minors" (GC 36): a culture, that is to say, a normal, habitual way of living, relating, working, serving in which those whom we serve, particularly children, always feel respected, safe, and loved.
Fr. Arturo Sosa, SJ,
Superior General of the Society of Jesus


Le Père Général rencontre l’équipe de la Curie
(05-Oct-2017)

Le 27 septembre 2017, à l'anniversaire de la fondation de la Compagnie de Jésus, le Père Général Arturo Sosa a tenu une réunion avec tous les jésuites et les collaborateurs laïques qui travaillent à la Curie. Pendant la réunion, le Père Général a reçu un exemplaire du Plan Apostolique de la Curie. Le Plan Apostolique souligne le rôle de tous les membres de la Curie (jésuites et collaborateurs) qui consiste à aider le Père Général dans sa tâche de direction et d'inspiration de la Compagnie selon les orientations des Congrégations générales récentes. En particulier, le Plan apostolique de la Curie insiste sur le fait que les membres de la Curie ont la responsabilité d'aider le Père Général à faciliter et approfondir la conversation avec les supérieurs majeurs au sujet de la cura apostolica et de la cura personalis.


Une convention entre les jésuites et la communication du Saint-Siège
(21-Sep-2017)

La convention entre le Secrétariat pour la Communication et la Compagnie de Jésus a été signée le 21 septembre 2017. «Cette signature advient quelques jours après le 100e anniversaire du père Stefanizzi», a remarqué le préfet du SPC, Mgr Dario Edoardo Viganò.
«Le père Stefanizzi a été directeur de Radio Vatican durant les années du Concile Vatican II : un évènement qui devait être raconté aux personnes qui ne connaissaient ni le latin, ni la théologie, a souligné Mgr Viganò. De ce point de vue, le père Stefanizzi a été un précurseur du modèle "user first", l'attention prioritaire aux utilisateurs de la communication, aujourd'hui au centre de la réforme des médias du Vatican voulue par le Pape François. Le père Stefanizzi a su rendre compte de ce qui advenait au Concile avec ce qui était nécessaire que les gens connaissent, afin d'éviter une double lecture dans et en dehors du Concile, plusieurs fois mise en lumière, que ce soit par le Pape Benoît XVI ou par le Pape François.»
Le préfet du Secrétariat pour la Communication a donc exprimé sa gratitude, personnelle et celle de tout le dicastère, à la Compagnie de Jésus avec laquelle, dans les derniers 18 mois, a été ouvert un travail de discernement et de révision de la présence des jésuites à l'intérieur non plus de Radio Vatican, mais d'une réalité beaucoup plus grande. Avec la signature de la Convention, la Compagnie se rend disponible à ce service selon la mission apostolique dans le monde de la communication. Mgr Viganò a par ailleurs fait référence à la gratitude et à la satisfaction du Pape pour cette nouvelle forme de collaboration à l'intérieur du processus de réforme.
«Nous sommes en train d'accomplir un acte d'obéissance au Saint-Père, selon les critères qu'il a indiqué, a expliqué le préfet du SPC. La nouvelle collaboration donnera beaucoup de fruit, parce que quand on vit un service pour l'Église, on va au-delà de la gratification personnelle. Le service dépasse chacun de nous, et le souhait est que l'on puisse vivre la profession "à la façon de Dieu" : nous ne sommes pas seulement des professionnels, mais de bons professionnels, transfigurés dans l'expérience du mystère de Dieu.»
«Les temps changent», a pour sa part déclaré le délégué de la Compagnie de Jésus, le père Juan Antonio Guerrero Alves. «Cela fait partie de la vocation de la Compagnie de Jésus de servir l'Eglise, comme l'Eglise le demande. Notre contribution dans le domaine de la communication nous rend heureux, parce que nous pouvons contribuer aux réformes voulues par le Saint-Père.»

Source: radiovaticana.va


Looking back at the just concluded Tempo Forte - Fr. George Pattery, SJ
(11-Sep-2017)

The inscrutable and untranslatable Roman Curial expression - Tempo forte - of Father General's enlarged council, happened again in the mild warm weather of September. It has infused fresh air into us all.
‘Imaginative leadership and strategic thinking' sum up the spirit of the proceedings. ‘Imagination' is a key word for Ignatius; probably in our usual dichotomous way of thinking, we forget to apply imagination to governance; similarly, Ignatius was strategic in his ways, including that of the Spiritual Exercises - strategy of initiating a process of transformation that is unending; a strategy of initiating a team that would share a universal vision. Strategic thinking introduces more than logical arguments.
In the Tempo forte, we discussed ways and means of initiating processes to involve the Society in apostolic planning and in reorganizing the central governance - both of them mandated by GC 36. While accessing models available around us, we searched for refreshing ways through ‘spiritual conversations' engaging both heart and mind to listen to our interior movements and to share views and perspectives.
It appears to me, that different dimensions of reconciliation are emerging. Reconciliation that remains the over-arching thrust of our mission aligning life-mission (a hyphenated expression favoured by Father General). In a world where a ‘normalization of hatred ideology' and a polarization in the name of religion, is prevalent, reconciliation is being retrieved even by civil society (including the world of art) as a viable response - revisiting the experiment of the ‘half-naked fakir' (Mahatma Gandhi)! ‘Servants of Reconciliation and Justice' is a challenge and an opportunity for us to mend our binary ways.
The urgency and freshness of our ways is promising. The six Conferences in the Society are moving, probably at six different ‘paces', underlining the variety and the richness of plurality of the creative Spirit - that is the conclusion, we, the six presidents arrived at, at the end of a separate meeting of the conference presidents.


Secretariat for Ecumenism and Interreligious Relations meets
(11-Sep-2017)

The Secretariat for Ecumenism and Interreligious Relations had its first meeting with Fr General Sosa from 28-31 August at the General Curia in Rome. Seven of Fr General's advisors for relations with other religious traditions took part in the meeting: Milan Žust (Orthodoxy), who also serves as coordinator for the group, Markus Schmidt (Protestantism), Marc Rastoin (Judaism), Gregory Sharkey (Buddhism), Heru Prakosa (Islam), Felipe Aguilar (Indigenous American Religion), and Mpay Kemboly (Indigenous African Religion). The secretariat's work is aided by the Counsellor for Discernment and Apostolic Planning, Fr John Dardis.
The group marked the recent passing of Fr Noel Sheth, a renowned scholar of eastern religions who had been a member of the secretariat since it was established by Fr Adolfo Nicolas. In his place Greg Sharkey presented the reports on Hinduism. John Mundu (Indigenous Indian Religion) was unable to attend this year's meeting, but forwarded reports for the group to discuss.
In addition to giving annual reports on dialogue activities, the advisors considered the issue of religious fundamentalism in their respective traditions, its root causes, and our response to it as Christians and Jesuits. This year, for the first time, General Counsellors were welcomed to the working sessions, which added great depth to the discussions.


Coming Together in the Power of the Spirit - Fr. Antonio Moreno, SJ
(29-Aug-2017)

Statement of the Philippine Province Jesuits on Fighting the Evil of Illegal Drugs (August 24, 2017)

It is with deep concern for the welfare of our nation that the Philippine Province of the Society of Jesus joins His Eminence Luis Antonio Cardinal Tagle in appealing to the "consciences of those manufacturing and selling illegal drugs to stop this activity" and "to the consciences of those who kill even the helpless, especially those who cover their faces with bonnets, to stop wasting human lives."

We agree that the menace of illegal drugs is real and destructive. The imperative to defeat this evil does not belong to the President alone, the Philippine National Police, and the instrumentalities of human government. It belongs to us all. The evil that attacks the human with the power of the demonic, should unite us, not divide us. Battling this enemy, we learn how ineffectual, how flawed, our weapons are. Instead of turning our weapons on one another, we must unite, coordinate, and allow good to ally with good; we must fight this enemy together. Truly, the menace of drugs is not just a political or criminal issue. It is evil that attacks our humanity, turns human beings into zombies, policemen into murderers, criminals into lords, and the poor into the victims of their own security forces. The heartless killing of Kian de los Santos proves this. We cannot fight evil with guns and bullets alone. This evil we must fight with insight, cooperation, cunning, the enlightened use of political and economic power, self-sacrifice, prayer and God's grace.

It is in this spirit that we welcome the call of Cardinal Tagle and the Archdiocese of Manila to a multi-sectoral dialogue. We need to come together to understand the situation in depth. We need to understand why the soul of the war on drugs is a human soul, and why the enemy of this war is not human rights, but lack of commitment to human rights. We need to understand why we cannot fight for human beings by denying them their rights. In a society where the human has so lightly lost his soul to corruption, hedonism, and disrespect for the human person, we need to understand how the poor are illegal drugs' worst victims, addicted, trafficked, then shot by the guns drug money buys. We need to understand how denying the international drug cartels their markets does not mean killing the poor who are their victims, but reforming the structure which keep the poor poor. We need to understand that building the drug-free, smart, socially-just religiously diverse society envisioned by the Duterte administration needs patient multi-sectoral collaboration of good people collaborating with good people. We cannot build the Philippine nation on the cadavers of the Filipino people.

In this spirit of dialogue, where it is clear that the rule of law and the respect for human rights thwart evil, the recommendations of our Ateneo de Manila Human Rights Center pertinent to extrajudicial killings and Operation Tokhang Reloaded might be seriously considered.[1]

Truly, we must conquer evil with good. Though we wish to be in solidarity with all victims of injustice, we must move beyond expressions of outrage to constructive action. Teach the youth, wealthy or poor, in our families, schools and our communities, about the evil of illegal drugs; engage them so they are helped to overcome bad habits and engage in good. Join groups that are involved in rehabilitation; many of these are diocesan or parish based; many of them are Civil Society Organizations. Capacitate ourselves to get involved. Join groups that partner with government to strengthen our security forces' commitment to rights-based policing. Involve ourselves in research that studies the drug trade in the Philippines. Work together with the Church, government and CSOs to truly defeat the drug menace in the Philippines. Use privileged power and information to win this war.
Where the fullness of life that the Lord came to bring us (Jn 10:10) is not to be undermined by the evil of drugs, we must be "as wise as serpents and as gentle as doves." (Mt. 10:16). Some demons can be expelled "only by prayer and fasting" (Mt. 17:21). But prayer and fasting should also lead us to come together in the power of the Spirit to overcome this evil.

ANTONIO F. MORENO, S.J.
Provincial

From: Ateneo Human Rights Center (AHRC), Summary & Extrajudicial Killings in the Philippines, 2017

• To enact a law clearly defining "extrajudicial killings" in line with internationally recognized standards.

• To conduct an impartial investigation and prosecute all cases of extrajudicial or summary killings. This entails proper documentation of each alleged violation, including the preservation of the evidence gathered.

• To ensure the protection of witnesses to alleged enforced disappearances and extrajudicial killings and their immediate families.

• To ensure that police officers engaged in anti-drug operations are aware that killing perpetrated by them where suspects resist arrest does not enjoy the presumption of regularity, and as such, they must prove the legality of such killings.

In relation to the implementation of the Double Barrel Project:

• To ensure that it is not contrary to the Philippine Constitution and other relevant domestic and international laws...

• To guarantee the right of every Filipino to access information, official records, public records, and other documents and papers pertaining to official acts.

• To ensure transparency in processes involved in the Collection and Validation of Information Stage where the identity and criminal activities of suspected illegal drug personalities are documented and verified by police officers.

• To ensure the credibility of intelligence information used as basis for the confrontation of subjects in the House-to-House Visitation Stage.

• To ensure access to the effective remedies, such as the writs of amparo, habeas corpus, or habeas data, which protect the rights to life, liberty, and property of the people. This includes according priority to cases that seek the issuance of these writs.

• To revitalize the efforts in increasing knowledge and awareness of human rights among the Armed Forces and the Philippine National Police.

• To extend an invitation to the special Rapporteur on extrajudicial, summary or arbitrary executions to conduct a fact-finding mission on the alleged extrajudicial and summary killings.

 


16th Sunday of Ordinary Time
(24-Jul-2017)

When we look at our world today, sometimes we can't help asking why God seems to allow evil in the world. When we learn about all so much bad news-wars, violence, poverty, injustice, corruption-we can sometimes get the impression that in the battle between good and evil, evil seems to be winning. Even when we look at our families, our neighborhoods or our work environments, we can sometimes find ourselves overwhelmed by seemingly insoluble evils: misunderstandings, divisions, addictions, and so forth.
In our Gospel today, our Lord tells three parables that provide a glimpse of an answer to these questions. First, Jesus tells the parable of the weeds and the wheat. A farmer plants good seed in his field, but his enemy secretly plants harmful weeds. When the workers ask the master of the field whether they should root out the weeds, the master surprisingly says no. The weeds-in Greek, zizania-look too much like the wheat and they are so intertwined that the master fears that his laborers will pull out the good wheat as well. The master counsels patience: the time will come when it will be easier to distinguish between the good wheat and the harmful weeds, and then the bad plants can be uprooted.
This is a first response the Lord gives to the problem of evil in our world. Sometimes good and evil are so deeply intertwined that it needs time and patience to discern which is which. We only need to look at our own hearts to know that this is true. It is often said that our strengths are also our weaknesses; our lights are also our shadows. A man can be passionately concerned about his family: that love can be a strength when it motivates him to work hard to provide for his children; but it can also be a source of evil when he focuses only on his family, forgets the wider community, or even engages in corruption to benefit his family alone. A leader can be really committed to excellence, which is surely a good thing. But this same commitment can make him or her impatient or lacking in compassion for those who are weaker or less capable. I am sure that you can think of many more examples of this intertwining of weeds and wheat, of good and evil in our hearts.
Our first reading tells us that this patience of God towards the mixture of good and evil in our hearts is because of his mercy and kindness, his desire to give us time to change, to grow. "With much lenience you govern us," we read in the Book of Wisdom; "you gave your children good ground for hope that you would permit repentance for their sins."
The next two parables of Jesus offer a second response to the question of the apparent strength of evil in the world. Jesus compares the Kingdom of God to a tiny mustard seed, so small and insignificant at the start. However, when planted it becomes the "largest of plants," providing shelter for the birds of the air. Similarly, the Kingdom of God, Jesus says, is like yeast that is mixed in with flour. The yeast is not only a small amount, it actually disappears, so one can't see it. Nevertheless, because of this seemingly invisible yeast, the whole batch of dough rises.
In other words, Jesus is inviting us to a deep faith that leads to hope. Even though the forces of good and of love might seem to be weaker, smaller, or even invisible compared to the forces of evil and hate in the world, Jesus is reminding us that God is still in control of this world. God, with his loving purposes, is working quietly, secretly, but powerfully and invincibly, like the tiny mustard seed or the hidden yeast.
A wise Jesuit spiritual director once said that the most powerful weapon of the devil is not pride or greed or lust, but discouragement. I think there is much spiritual wisdom in that. Often, what prevents us from doing good is discouragement. We feel there are too many weeds in our hearts or our lives. We lose heart seeing how powerful the forces of evil are. We feel too weak, too few, too insignificant.
Our readings today invite us to not be overwhelmed by discouragement but to continue loving and serving with hope and joy, because God remains the Lord of history. He will separate the weeds and the wheat; he will make the mustard seed and the yeast of the Kingdom grow. Our part is to share in some small way in God's great work of bringing healing, hope, and joy to our world.
St. Ignatius, the patron of your parish, once wrote to a woman who was overcome by feelings of discouragement about herself and her weakness. St. Ignatius wrote: "When the enemy of human nature . . . wants to deprive you of the strength the Lord gives you, and to make you weak and fearful . . . then we must raise ourselves up in true faith and hope in the Lord." (Letter to Teresa Rejadell, 1536). In another letter, St. Ignatius ends with a beautiful prayer to our Lady, asking that she might intercede for us with her Son, so that "our weak and sad spirits may be transformed and become strong and joyful in his praise." (Letter to Ines Pascual, 1524)
Today, then, let us pray for one another, that the Lord may touch whatever discouragement there is in our hearts with his hope. There is so much to do for the Lord, for his people, especially for the poor and suffering of this world. We may be small like mustard seeds or seemingly invisible like the yeast, but we can be the Lord's instruments, and let him work through us, even in our weakness and littleness. We pray with St. Ignatius to our Lady, so that through her prayers, the Lord might transform "our weak and sad spirits" so that we become "strong and joyful" in his praise and service!
Singapore, St. Ignatius Parish Church, 22 July 2017


We are united in our desire to promote peace and reconciliation, says Fr Sosa after first dialogue with Buddhists
(20-Jul-2017)

Landing in Siem Seap on the second leg of his first trip to Asia Pacific, Fr General Arturo Sosa quickly found himself in completely different setting. From Indonesia, a predominantly Muslim country with about 350 Jesuits and many institutions and collaborators, he was now in a largely Buddhist country, with a small cohort of 26 Jesuits working with a modest number of collaborators.
It was his first time in a Buddhist country, and to visit Jesuits and partners in mission working together in such a context, he shared in his homily on July 15 in the chapel of the Metta Karuna Reflection Centre in Siem Reap where stayed for most of his visit.
He pointed out that the readings of the day were reminiscent of General Congregation 36, saying "In a world of so much violence, divisions and intolerance, we are called to build bridges, to create a ‘culture of hospitality' and welcome. In a world where there is so much ‘fear and anger,' and where ‘hope is threatened,' we are called to bring the hope of the risen Lord in all our apostolates and ministries."
Later that morning, Fr In-don Oh SJ, Superior of the Jesuits in Cambodia, presented the history of the Jesuit mission in the country, from its beginnings in the refugee camps of Thai-Cambodia border in the early 1980s to its present commitments in social service, education, ecology, interreligious dialogue and pastoral work. Msgr Enrique Figaredo SJ, the Apostolic Prefect of Battambang, introduced Fr General to the creative ministries of the Prefecture.
In his talk after the presentations, Fr Sosa underscored the importance of collaboration and reminded them that they are, themselves, collaborators too. "We like to talk about Jesuit mission with our collaborators. But, we have to remember that our mission is not our own, but Christ's mission, and we Jesuits are also collaborators in that mission," he said.
In the afternoon, Fr General met with a group of Buddhist monks to learn about Buddhism and Buddhist work on peace and reconciliation in Asia including the story of the Buddhist peace walk, begun by the great Buddhist sage Maha Ghosananda during the bloody days of the civil war in Cambodia.
The 80 Jesuits, collaborators and volunteers gathered were touched by the simplicity, depth and spiritual wisdom shared by Buddhist monk Ven Sovechea and peace activist Bob Mat. Fr Sosa found it "deeply consoling to see how we are united in our desire to promote peace and reconciliation in our world". He added, "It is also consoling to see how we share a belief that the path to peace begins from within, from the deep transformation of the inner person, from growing in detachment and in loving kindness".
The interreligious dialogue ended fittingly with the blessing of the wheels of reconciliation located along a pond in the Metta Karuna grounds that was hollowed by a cluster bomb. The monks chanted blessings for peace and reconciliation, and the Christian beatitudes were proclaimed in the Khmer language.
Afterwards, JCAP Coordinator for Dialogue with Buddhism Fr In-gun Kang took Fr General to the 1,000 year old Wat Svayromeath, the oldest temple in Siem Reap. It was Fr Sosa's first visit to a Buddhist temple and the Chief monk Ven Vuthi introduced Fr General to 80 novice monks - children and teenagers studying in the monastic school - who impressed him with their concentration during meditation. In a gesture that surprised Fr Kang, Ven Vuthi invited him and Fr Sosa to sit among the young monks.
"It is very unusual to sit in that way in the Theravada tradition; even the king has to respect monks by sitting in a separate seat. I think Ven Vuthi respected us as equal religious friends who deserve to sit together in the temple," said Fr Kang.
On July 16, Fr General Sosa flew to Phnom Penh where he visited the Tuol Sleng Genocide Memorial Museum built to remember the tens of thousands who were tortured and killed after the Khmer Rouge took power in 1975. The visit prompted Fr Sosa to recall the tragic events of his own country, Venezuela, during the dictatorship. He said that this kind of history is tragic and terrible but something that people have to remember. After his tour, Fr Sosa met with Bishop Olivier Schmitthaeusler, Apostolic Vicar of Phnom Penh.
The following day, Fr General visited Banteay Prieb, the Jesuit vocational training centre for survivors of landmines and polio and people with learning disabilities that had been the foundation of Jesuit involvement in Cambodia. Fr Sosa was also shown the room where Richie Fernando, a Filipino Regent, was killed in October 1996 while attempting to calm a problem student who had threatened the school with a grenade. Fr Sosa, moved by the martyrdom of Richie, offered a short and silent prayer in front of Richie's memorial and blessed the people gathered around.
Fr Oh, who accompanied Fr Sosa from Siem Reap to Phnom Penh and then to Singapore, said that Fr Sosa's visit had been a source of inspiration for the Jesuits and collaborators in the Cambodia mission. "Many expressed their gratitude and joy for being graced with his loving presence, simplicity, joyful laughter and accessible nature."


Six Jesuits ordained priests in Indonesia
(19-Jul-2017)

The Society of Jesus welcomed six new priests from the Indonesia Province with the ordination of Fathers Antonius Dhimas Hardjuna SJ, Ferdinandus Tuhu Jati Setya Adi SJ, Gerardus Hadian Panamokta SJ, Stephanus Advent Novianto SJ, Thomas Septi Widhiyudana SJ and Thomas Surya Awangga Budiono SJ.
They were ordained by the Archbishop of Semarang, Msgr Robertus Rubiyatmoko, on July 13 in the Church of St Anthony of Padua in Yogyakarta. Emeritus Archbishop of Jakarta Julius Cardinal Darmaatmadja SJ and Fr Arturo Sosa, Superior General of the Society of Jesus, concelebrated the Ordination Mass as did Indonesia Provincial Fr Sunu Hardiyanta SJ and St Ignatius College Rector Fr Andreas Sugijopranoto SJ.
During his homily, Bishop Rubiyatmoko highlighted the many firsts in the occasion. It was his first presbyteral ordination since his appointment as Bishop. It was the first time for Fr General Sosa to concelebrate an ordination Mass in Indonesia, and the first ordination Mass in the local church to have a children's choir. All six ordinands were also from different dioceses.
Speaking at the end of the Mass, Fr General, who was in Indonesia for his first official trip to the Jesuit Conference of Asia Pacific, told the new priests, "Do not be afraid to sail into the deep and be fishers of people". The ordinands had chosen as their ordination theme, "Because of His Grace and Love, I Cast the Net", inspired by the vocation of St Peter.
All six men had studied in minor seminaries prior to entering the Society, with most of them attending the Jesuit-run St Peter Canisius Minor Seminary. All but one, Fr Novianto, studied Theology at Sanata Dharma University, the Jesuit university in Yogyakarta. He did his Theology in the Loyola School of Theology in Manila.
Four of them - Fr Hardjuna, Fr Setya, Fr Budiono and Fr Widhiyudana - have been assigned as associate pastors in different parishes in the Archdiocese of Semarang. Fr Hardjuna will go to St Anne Parish in Duren Sawit, Fr Setya to St Servas Parish in Kampung Sawah, Fr Budiono to St Joseph Parish in Ambarawa and Fr Widhiyudana to St Isidore Parish in Sukorejo.
Fr Novianto will serve as associate pastor of the Immaculate Heart of the Virgin Mary Parish in Tangerang in the Archdiocese of Jakarta, while Fr Panamokta has been assigned to St Aloysius Gonzaga High School in Jakarta.
The new priests led their first mass with the community members of St Ignatius College the day after their ordination.
Source: http://sjapc.net


Dialogue with Buddhists
(17-Jul-2017)

Thank you very much for your time and the wisdom you shared today. I have learned many things from you, and you have given me many things to think about and to pray about.
It is deeply consoling to see how we are united in our desire to promote peace and reconciliation in our world. It is also consoling to see how we share a belief that the path to peace begins from within, from the deep transformation of the inner person, from growing in detachment and in loving kindness.
I am grateful for what my brother Jesuits do to promote dialogue with Buddhism here in Cambodia, whether on the level of scholarly exchange, of prayer together, or on the level of shared life and common action serving the poor. Thank you for the meaningful and inspiring witness of how you live our Jesuit mission of reconciliation.
Among the many things I have learned from Pope Francis, one is his insistence on the importance of creating a culture of encounter. He uses this phrase all the time. He believes that, in our divided world, where some want to build walls, what we need to do is to promote encounter, without fear and with respect, people meeting people, listening deeply and respectfully to one another, building relationships and friendships.
Thank you for this event of encounter this afternoon, which has enriched me, and which I hope will bear fruit in service.
July 15, 2017


A new way of seeing
(17-Jul-2017)

I am very happy to be with you this morning, to celebrate the Eucharist with you. This is my first time to visit a Buddhist country, and to visit Jesuits and partners in mission working together in such a context. So I am looking forward to learning from you and seeing things in a new way from my short visit.
Seeing things is a new way, according to today's readings, leads as to reconciliation and hope. In our first reading, the brothers of Joseph are very afraid after the death of their father Jacob. They fear that their brother Joseph will take revenge on them. In a way, their fear has a basis. They treated Joseph very badly, and caused him terrible suffering when they sold him into slavery because of their hatred and jealousy.
But what we see in today's reading is a very touching story of reconciliation that takes place because of a new way of seeing. Joseph does not deny his suffering or the injustice that happened to him. But through his suffering, he has learned to see things differently. He was able to see God's plan, God making good come out of evil in his life. So he tells his brothers, "Do not be afraid. . . .The evil you planned to do me has by God's design been turned to good." Joseph's words "touched the hearts" of his brothers and made possible a new beginning for them.
In our Gospel, Jesus also helps his disciples to see things in a new way. As he sends out his apostles on mission, they were afraid, knowing that conflicts and hostility awaited them. So he encourages them three times not to be afraid! And he does this by pointing out something that they must have seen everyday, but perhaps did not really notice or see in a deep way. "Can you not buy two sparrows for a penny? And yet not one falls to the ground without your Father knowing," Jesus reminds them. "So there is no need to be afraid; you are worth more than hundreds of sparrows!"
God seems to be reminding us that relationships can be healed and fears can be overcome when we learn to see in a new way, a way rooted in faith, that is able to see God working in our world, tenderly, lovingly, with a plan to save and to make good come out of evil. It may be good to ask ourselves: what relationships in my life, in our communities, in our world need healing? What fears and anxieties trouble me, or burden those around me? How might I be invited to see in a new way, from the viewpoint of faith?
Our readings remind us too of GC 36 , which speaks of our mission today as a mission of reconciliation and hope. In a world of so much violence, divisions and intolerance, we are called to build bridges, to create a "culture of hospitality" and welcome. In a world where there is so much "fear and anger," and where "hope is threatened," we are called to bring the hope of the risen Lord in all our apostolates and ministries. I know that you here in Cambodia have been deeply committed to bringing reconciliation and hope, especially to the poor, since the beginning of this mission. The Word of God today reminds us that this mission of reconciliation and hope involves helping people see themselves, those who have hurt them, those who are different from them, in a new way. It means seeing God working in the midst of broken relationships and difficult situations, and working with him to bring about a more joyful human family.
Perhaps then we can pray for something that seems very simple, in our Eucharist this morning. When Pope Francis met us during GC 36, he surprised us all by telling us that we have to improve in asking God persistently for consolation, so that we too can share that consolation with others. Consolation, which is not just feeling good, but, as St. Ignatius reminds us, is an increase of faith, hope and love in us, allows us to see the world in a different way, because we see our gracious God acting in it and inviting us to join him. May the Lord fill each one of us with consolation, so that we can more joyfully promote reconciliation and inspire hope in our world.
Siem Reap, Cambodia Homily, 15 July 2017


Fr General Arturo Sosa highlights community and collaboration in visit to Indonesia
(15-Jul-2017)

Fr Arturo Sosa SJ kicked off his first official trip to Asia Pacific as Superior General of the Society of Jesus with a visit to the world's most populous Muslim nation - Indonesia. Fr Sosa, who spent most of his three-day visit from July 11 to 13 in Yogyakarta, stressed that he was there "to learn and not to teach".
At a gathering with some 300 Jesuits of the Indonesian Province on July 12 at the Driyarkara Auditorium of Sanata Dharma University, Fr Sosa learned the context and challenges they face in Indonesia. Among these challenges are addressing the country's poverty, environmental degradation and radicalism.
He told the Province to take courage and affirmed their efforts in collaboration. "We have to grow in awareness that we are collaborators in God's mission, and God is active," he said. "What seems impossible is possible because God's actions will lead us in His direction. So don't be afraid."
He also underscored community life as an essential dimension of the Jesuit mission. "Only if we have good community life can we be good messengers. Discernment is very important. It links with life and mission. The mission is the main concern, the organisation will follow," he said.
After the gathering, the Superior General held a closed door meeting with Jesuit scholastics and novices before celebrating a cultural Mass with the the Jesuits, lay collaborators and Sanata Dharma community. Concelebrating with him were Jesuit jubilarians celebrating 25, 40, 50, 60 and 70 years in the Society and in the priesthood.
In his homily, Fr General highlighted the diversity of the twelve men Jesus chose to share his mission, relating it to the congregation. "We too are so diverse ... We have Christians and some who belong to other faith traditions. But we are united by our commitment to the mission of Christ."
However, diversity is also a challenge, he said, because many people are afraid of those who are different from them and it is this fear that builds walls and often results in violence. "Community and collaboration are very important invitations to all of us today, precisely because we live in a world of so much division, polarisation and fear of diversity."
Fr General also met with some leading Muslim scholars. He opened the conversation by speaking of his desire to learn about the context of Indonesia, sharing how his country, Venezuela, is also a pluralistic society in terms of its ethnic and historical background.
Two Muslim professors of Sanata Dharma University shared that in their decades of teaching at the Jesuit university, they have found respect, inclusion and a shared mission. Dr Suhadi from Gajah Mada University related how the concept of a Pesantren, the Islamic boarding school, is similar to that of the seminary. Fr Sosa responded by echoing Pope Francis' words at the Conference for Peace in Cairo last April that "Religion is not a problem but part of the solution".
"If people can see us [Muslims and Christians] working together in the service of the human family, especially the poor, then they might see what is deepest in our hearts and what binds us together: our faith in a merciful God who wants, not violence and hatred, but love and peace in our world," he said.
In the evening, Fr Sosa gave a striking message to some 800 Jesuits and collaborators during a cultural programme celebrating collaboration. Collaboration, he told them, is rooted in the Trinitarian God who, looking down on the world, decides to collaborate to save humanity. He then led the group in praying an especially composed prayer for collaboration, in Bahasa Indonesia and English.
On July 13, Fr Sosa met with Archbishop of Semarang Msgr Robertus Rubiyatmoko and assured him of the Jesuits' support for the Church in Indonesia, especially in the work for the poor and marginalised. He then presented the Archbishop with an image of Maria de la Strada taken from one of the altars in the Church of Gesu in Rome.
Before concluding his trip in the country, the Superior General concelebrated the Ordination Mass of six Indonesian Jesuits. Speaking at the end of the Mass, he repeated to the newly ordained priests what he had told the Jesuits at their gathering the day before: "Do not be afraid. We need courageous people in the Society and in the Indonesian Church".
The whirlwind visit was a time of grace for the Jesuits in Indonesia, who took his words to them to heart in their discussion of the implications of his message to their life and mission. As Indonesian Provincial Fr Petrus Sunu Hardiyanta said, "We are really grateful that Indonesia Province had the opportunity to be visited by Fr General. The generosity of Jesuit missionaries in the past has generated generous Jesuits, generous colleaagues and alumni of our schools, colleges and University, who are now working not only in Indonesia but also in Thailand, Myanmar and Cambodia. Fr General has invited us to deeper collaboration, community life and communal discernment in order to serve the mission better."
Source: http://sjapc.net


Dialogue avec des laïcs catholiques membres de la Société publique
(14-Jul-2017)

J’exprime ma reconnaissance à la Province jésuite d’Indonésie qui a organisé ce dialogue avec vous, les laïcs catholiques qui avez reçu ce que le pape François a appelé « le virus » de la formation ignatienne et qui, jouez à présent un rôle important dans la société indonésienne. Saint Ignace avait l’habitude de se nommer lui-même « le pèlerin », quelqu’un qui recherche activement la volonté de Dieu. J’aimerais employer ce mot pour moi-même et pour nous tous aussi. Je viens ici en tant que pèlerin parmi mes compagnons-pèlerins et non comme un expert ayant toutes les réponses. J’ai reçu une liste de questions possibles que vous apportez dans ce dialogue, mais j’ai aussi une liste de questions que je désire vous poser ! J’ai l’espoir qu’à travers notre bref échange, nous pouvons nous aider les uns les autres à voir plus clairement ce que Dieu peut nous appeler à être et à faire dans notre monde qui a tant de beauté et d’espoir, mais qui porte aussi tant de souffrance et de désespoir.
Le but de ces brèves remarques est donc de proposer quelques pensées qui peuvent initier ou stimuler notre dialogue. Ce que j’aimerais faire c’est de partager quelques perspectives de la récente 36e Congrégation générale qui a eu lieu à Rome l’année dernière, et pendant laquelle nous avons réfléchi sur les inquiétudes dans l’Eglise et dans le monde et discerné notre réponse en tant que Compagnie.
Mon partage comporte trois parties. D’abord, j’identifierai quelques problèmes mondiaux qui nous défient et demandent une réponse. En second lieu, j’aimerais dire un mot sur la réponse de la Compagnie résumée dans le mot « réconciliation ». Troisièmement, je terminerai avec quelques éléments qui rendront possible un renouveau dans nos apostolats et nos ministères. Espérons que cette présentation vous permette d’avoir une meilleure compréhension des inquiétudes de la Compagnie de Jésus aujourd’hui et à commencer notre conversation.

I. La situation du monde
Nous avons débuté la Congrégation en réfléchissant sur un document intitulé De Statu Societatis qui avait été préparé par un comité spécial, qui incluait un de vos remarquables intellectuels indonésiens, le Père Herry Priyono. Ce document soulignait quelques ombres et lumières dans notre monde d’aujourd’hui, des zones d’inquiétude sérieuse pour toute l’humanité, pour l’Eglise et pour la Compagne de Jésus. Permettez que je fasse état de six zones d’inquiétude mondiale reliées entre elles :
• D’abord des changements démographiques sans précédent. Des millions de gens sont devenus des migrants et des réfugiés, qui fuient les conflits, la pauvreté, les désastres naturels, et sont à la recherche d’une vie meilleure. Certaines sociétés ont été accueillantes, mais d’autres ont réagi avec crainte et colère, en cherchant à construire des murs et à renforcer les barrières.
• Deuxièmement, une inégalité croissante. Tandis que le système économique mondial a créé une énorme richesse et a permis à certains pays de tirer de la pauvreté de larges segments de leur population, dans le même temps l’inégalité s’accroît d’une manière stupéfiante. L’abîme entre riches et pauvres a augmenté, et certains groupes de la population, tels que les indigènes, sont devenus encore plus marginalisés.
• Troisièmement, accroissement de la polarisation et des conflits. La guerre, les conflits, les actes de violence, l’intolérance et la terreur sont en augmentation. Alors que les véritables causes de cette polarisation sont la pauvreté, la crainte, l’ignorance et le désespoir, il est triste de voir que l’on justifie beaucoup la violence en utilisant le nom de Dieu. L’emploi de la religion et de Dieu pour justifier la haine et la violence est l’un des grands signes négatifs de notre temps.
• Quatrièmement, la crise écologique qui affecte ce que le Pape François a nommé notre « maison commune ». Ainsi que le Pape François l’a souligné dans Laudato Si’, la manière dominante dont les êtres humains produisent et consomment et la propagation d’une culture du gaspillage ont gravement endommagé l’environnement et menacent la continuité de notre planète pour les générations futures.
• Cinquièmement, l’ « écosystème numérique qui se développe ». Internet et les moyens de communication sociaux ont changé la manière dont les êtres humains pensent, réagissent, communiquent et interagissent. Ce n’est pas seulement une question de technologie, mais un monde nouveau dans lequel les gens vivent. C’est le commencement d’un vaste changement culturel qui progresse à une vitesse inimaginable, en affectant les relations intergénérationnelles et personnelles, et en défiant les valeurs culturelles traditionnelles. Cet écosystème numérique a rendu possible la propagation de l’information et la mondialisation de la solidarité ; mais il a aussi donné lieu à des divisions plus grandes, à la propagation d’une haine virale et de fausses nouvelles.
• Sixièmement, l’affaiblissement de la politique comme moyen de rechercher un bien commun. En beaucoup de lieux dans le monde, un vaste désenchantement s’est répandu sur la manière dont la politique a été menée par les politiciens et les partis politiques. On est profondément mécontent des dirigeants politiques et méfiant à leur égard, car beaucoup d’attentes ne sont pas remplies et des problèmes ne sont pas résolus. Ce mécontentement a permis à certains dirigeants populistes de prendre le pouvoir en exploitant la peur et la colère des gens et avec des promesses séduisantes de changement mais non réalistes.

II. La mission de Dieu, notre mission
La plupart des êtres humains inquiets sont prêts à demander : Que devons-nous faire, face à ces énormes défis ?
Pour les croyants, néanmoins, la première question à poser est : que fait Dieu, comment agit Dieu dans ce monde ? Saint Ignace nous rappelle que Dieu travaille avec amour dans le monde ; et le cœur de la spiritualité ignatienne est le discernement, en cherchant à voir comment Dieu travaille dans le monde et comment il nous appelle en tant qu’individus ou groupes à partager son travail.
En réfléchissant à ce monde à la lumière de la Parole de Dieu et de notre expérience, la 36e CG a repris connaissance de ce que saint Paul a écrit à ce sujet dans la Deuxième Lettre aux Corinthiens : Dieu « réconcilie le monde avec lui-même dans le Christ » (2 Cor 5,19). Ainsi, la 36e CG a senti fortement « l’appel à partager l’œuvre de réconciliation de Dieu dans notre monde désuni » (36e CG, D. 1, n°21). Elle a reconnu que cette œuvre de réconciliation a trois dimensions : la réconciliation avec Dieu ; la réconciliation les uns avec les autres ; et la réconciliation avec la création. C’est ainsi que la Compagnie de Jésus voit aujourd’hui sa mission, son appel par le Seigneur.
Nous n’aurons pas le temps de voir en profondeur ces trois dimensions, mais permettez-moi de dire un mot sur chacune des ces dimensions de la mission.
•D’abord, réconciliation avec Dieu. Je cite certaines des paroles frappantes du discours que le Pape François a donné en Égypte, en avril dernier, quand il a participé à la Conférence de la paix organisée par la Grand Iman du Caire. Le Pape François a dit alors : « La religion n’est pas un problème mais une partie de la solution ; contre la tentation de s’installer dans une vie banale et sans inspiration, où tout commence et finit ici-bas, la religion nous rappelle le besoin d’élever nos cœurs vers le Très Haut afin d’apprendre comment bâtir la cité de l’homme. »
« La religion n’est pas un problème mais une partie de la solution. » Un monde de plus en plus sécularisé considère, par exemple, que la religion est le problème, la cause de la violence. Ainsi, une partie de notre mission doit être de témoigner que la religion, ou mieux, la foi est une « partie de la solution ». La religion, la religion vraie nous aide à rendre le monde plus humain et non pas moins humain. Je pense que c’est la raison pour laquelle le Pape François est si efficace comme dirigeant religieux : il est avant tout un témoin. Il est tout à fait conséquent ; il montre de façon convaincante combien la foi en Christ rend une personne joyeuse, compassionnée, libre. Nous jésuites nous savons que nous avons à beaucoup nous convertir si nous voulons être de meilleurs témoins. Nos paroles sont souvent meilleures que nos vies.
Mon prédécesseur, le Père Nicolas, qui a vécu pendant 40 ans en Asie, a toujours souligné l’importance du témoignage en Asie, du témoignage qui est plus puissant que les paroles. Mais le témoignage, s’il est réel, doit venir de l’intérieur, d’une relation authentique et profonde avec Dieu. Ainsi la 36e CG souligne que la Compagnie doit continuer à promouvoir la spiritualité ignatienne et tous les ministères qui aident les gens à connaître, aimer le Dieu vivant et à se confier à lui.
Ce centrage sur le renouveau de la spiritualité ignatienne est un appel que nous sentons pour nous-mêmes comme jésuites. La 36e CG appelle la Compagnie à un « profond renouveau spirituel ». Mais nous sommes aussi convaincus que la spiritualité ignatienne est un don à toute l’Eglise, spécialement pour ceux qui sont activement engagés dans le service comme vous. Un des signes d’espoir que je vois est que de nombreux laïcs sont formés en profondeur comme guides spirituels et directeurs de conscience en beaucoup d’endroits du monde, y compris l’Asie, la Chine, les Philippines, Hong-Kong, le Vietnam, par exemple. Je suis très heureux de voir que des programmes pour le leadership ignatien pour jésuites et laïcs sont développés et organisés en Asie, Europe, aux Etats-Unis et en Amérique latine.
• Deuxièmement, la réconciliation au sein de l’humanité. La 36e CG a souligné trois formes de souffrance et d’aliénation qui requièrent de la Compagnie de Jésus une attention spéciale : à savoir, en premier, les personnes déplacées, c’est-à-dire les migrants et les réfugiés ; en second, les gens marginalisés qui souffrent le plus de l’inégalité croissante dans le monde, tels que les peuples indigènes ; en troisième lieu, la violence et l’intolérance justifiées par des « convictions religieuses déformées ».
Il y a beaucoup à dire, mais je voudrais simplement souligner ici deux points de la 36e CG. D’abord, la 36e CG demande que la « Compagnie encourage partout une culture plus généreuse de l’hospitalité ». L’hospitalité est une des vertus les plus importantes et les plus négligées de notre monde. Ce n’est pas simplement une affaire d’élégance sociale ou de politesse, une manière d’accueillir des invités. C’est la vertu qui me permet d’entendre la revendication morale de tout être humain à mon endroit, sans tenir compte de sa race, de son sexe, de sa classe ou de sa religion, simplement parce que l’autre personne est un être humain, créé à l’image de Dieu. C’est la vertu qui permet aux gens de voir les personnes différentes non comme des menaces ou des ennemis à craindre, mais comme des êtres humains semblables qu’il faut accueillir. Il n’est pas facile de promouvoir cette manière de voir, car beaucoup d’éléments dans notre culture d’aujourd’hui, que ce soit les dirigeants politiques ou soi-disant religieux, ou les média, encouragent la crainte, la suspicion et l’exclusion au lieu de l’hospitalité.
En second, la 36e CG souligne aussi l’importance de l’éducation pour former des hommes et des femmes engagés à promouvoir la réconciliation et capables de le faire. L’éducation dans des structures officielles et privées est le plus grand engagement apostolique de la Compagnie de Jésus et le champ d’une vaste collaboration avec tant d’autres.
J’aimerais seulement mentionner l’exemple du Jesuit Refugee Service, qui s’est récemment davantage engagé dans l’éducation pour les réfugiés aux niveaux primaire, secondaire et supérieur. Il y a des millions d’enfants mêlés aujourd’hui aux réfugiés et la longueur moyenne du temps de déplacement, y compris le séjour dans les camps de réfugiés, est de 17 ans. Sans éducation, ces enfants réfugiés n’ont pas de futur. De plus, l’ancien directeur international du JRS a toujours montré que sans éducation, les camps de réfugiés ne deviennent que des terrains de croissance pour l’extrémisme. En même temps, ces enfants ne seront pas des réfugiés ou des personnes déplacées pour le reste de leur vie. Ils ont besoin qu’on les aide à ne pas dilapider ce moment de leur vie où l’on peut les former pour un futur meilleur.
• Troisièmement, la réconciliation avec la création. La 36e CG soutient sans réserve l’analyse du Pape François dans Laudato Si’, qui dit que la crise environnementale dans notre monde est due à la profonde crise sociale : la manière dont nos systèmes économiques actuels produisent, consomment et mettent au rebut. Ainsi, la 36e CG demande à la Société de contribuer à promouvoir un type de développement plus durable.
Comme vous le savez, les discussions dans ce domaine des modèles du développement économique sont très intenses. Beaucoup d’intellectuels, d’universitaires et de politiciens ne sont pas d’accord avec la conception qu’a le Pape François sur la connexion entre la crise économique, sociale et environnementale. Beaucoup d’entre eux sont sceptiques sur la possibilité d’un autre modèle économique et ils nient que la connexion entre l’économie et la justice soit la base fondamentale d’une société démocratique. Nous ne partageons pas leur avis. Nous croyons que ce qui semble impossible est possible. Nous savons qu’un autre monde est possible, et nous faisons de notre mieux pour contribuer à ce qu’il advienne. Pour vous donner seulement un exemple : récemment un petit groupe de jésuites internationaux et de dirigeants laïcs de nos centres sociaux et universités a soulevé l’attention avec une analyse importante du modèle économique du monde présent qui a été publiée dans Promotio Iustitiae.
outefois, j’aimerais simplement souligner que la 36e CG n’appelle pas seulement à ces grandes solutions mondiales pour la crise économique du monde. Elle préconise deux démarches très pratiques et plus difficiles à certains égards. Premièrement, « changer nos modes de vie personnels et de communauté ». C’est un grand défi. Deuxièmement, « célébrer la création, savoir remercier ». Je me souviens d’un jésuite sensé, très engagé dans l’écologie, qui insistait en disant que nous devons commencer par remercier pour la création, car nous ne protègerons pas ce que nous n’aimons pas, et nous ne pouvons aimer notre maison commune que si nous savons célébrer et remercier pour elle.

III. Vers un renouveau de notre service
J’ai décrit certains problèmes mondiaux qui nous concernent, et j’ai aussi expliqué l’articulation de notre mission d’aujourd’hui comme une mission qui promeut la réconciliation avec Dieu, la réconciliation au sein de l’humanité et la réconciliation avec la création. Permettez que je termine en identifiant certains éléments concrets qui devraient caractériser notre service ou apostolat si nous voulons être des serviteurs plus efficaces de la mission de réconciliation du Christ. La 36e CG destine ces éléments aux jésuites et aux œuvres jésuites (cf. Déc. 1, n° 31-38) ; mais je pense que vous pouvez penser qu’ils vous sont aussi applicables ; aussi proposerai-je quelques questions permettant à chacun d’entre vous de réfléchir.
• D’abord, « tous nos ministères devraient chercher à bâtir des ponts, à renforcer la paix. » Chacun peut se demander : dans mon service, est-ce que je construis des ponts, est-ce que j’encourage la compréhension mutuelle, le pardon, la communion ou bien est-ce que je polarise et divise davantage ?
• Deuxièmement, la profondeur. C’était un terme favori de notre ancien Père Général. Par ce mot, il signifiait la profondeur spirituelle, un profond enracinement en Dieu, mais aussi de la profondeur intellectuelle, parce que les problèmes complexes de notre temps nécessitent de la profondeur dans la réflexion et la compréhension de ce qui mènera à des solutions vraies, plus durables. Quelle portion de mon service consacré-je à ma foi, à ma relation avec le Seigneur ? Ce que je fais est-il marqué par une étude, une réflexion, une analyse sérieuse ?
• Troisièmement, la collaboration. La mission de Jésus Christ n’appartient pas à la Compagnie de Jésus, mais à tous ceux qui se sentent attirés par cette mission, y compris ceux qui ne connaissent pas Jésus mais embrassent ses valeurs. Les défis sont si grands que le temps des « combattants isolés » est révolu ; nous ne pouvons répondre aux grands défis que si nous voulons travailler ensemble. Nous sommes invités à devenir une minima Compañia en collaboration, centrés sur la collaboration avec d’autres dans la mission du Christ. Est-ce que je fais vraiment appel à la collaboration ? Dans quelle mesure est-ce que je facilite le service en commun et jusqu’à quel point y fais-je parfois obstacle ?
• Quatrièmement, mettre en œuvre les processus. Une fois de plus, la 36e CG a emprunté cette idée au Pape François, lui qui nous a dit avec insistance que nous ne devrions pas tant nous soucier « de l’occupation des espaces, que de la mise en œuvre des processus ». En d’autres termes, nous ne mesurons pas notre efficacité par la taille de nos bâtiments ou le nombre de nos étudiants, mais en demandant : parmi les gens que nous aidons et dans les œuvres que nous faisons, les personnes et les sociétés vivent-ils des processus de changement et de transformation ?
• Enfin, l'espoir. « Plus que jamais nous avons besoin d’apporter un message d’espoir », a dit la 36e CG avec insistance, « un espoir qui est né de la consolation de la rencontre avec le Seigneur ressuscité ». Il y a tant de désespoir et de désolation dans notre monde. Les espoirs que le monde consumériste donne aux jeunes ? un nouveau téléphone cellulaire, un nouveau gadget? sont trop minuscules pour le cœur des êtres humains. Beaucoup de personnes embrassent les mouvements extrémistes précisément parce que ces mouvements relient les individus à un but, à un rêve, à une histoire plus larges qui sont dignes du sacrifice de leur vie. Qu’en est-il de nous ? Où trouvé-je de l’espoir dans ma vie ou mon travail ? Que faisons-nous pour faire grandir l’espoir parmi ceux que je sers ?
Je m’arrêterai ici, mais j’espère que ces pensées peuvent stimuler notre conversation. J’ai aussi des questions, mais nous commencerons par vos questions. Je profite de cette occasion pour vous remercier de votre soutien à l’égard de la Compagnie de Jésus. Je vous demande aussi de continuer à prier pour nous, à dialoguer avec nous, à nous corriger quand c’est nécessaire, de sorte qu’ensemble nous puissions servir la mission de réconciliation de Dieu dans notre monde.

Jakarta, Indonésie, 13 juillet 2017

 


Nous savons que nous vivons dans un monde dans lequel beaucoup redoutent la diversité
(13-Jul-2017)

Dans notre évangile d’aujourd’hui, nous entendons l’histoire du Seigneur qui choisit les douze apôtres et leur confie une mission. Jésus appelle à lui douze de ses disciples et leur donne le pouvoir de partager sa mission, la mission de libérer ceux que « les esprits mauvais » rendent captifs, et de guérir « tout mal et toute maladie ». Mais ce qui me frappe le plus aujourd’hui, c’est la diversité des hommes qu’il a choisis pour partager sa mission. Ils étaient très différents les uns des autres.
Par exemple, nous savons que Pierre est un homme spontané, impulsif qui parle avant de penser, comme lorsqu’il a demandé à Jésus de marcher sur les eaux ou quand il a dit qu’il ne renierait jamais Jésus. D’un autre côté, nous avons Thomas qui semblait être à l’opposé, si prudent qu’il ne pouvait pas croire que Jésus était ressuscité jusqu’à ce qu’il en eut la preuve. Nous avons les frères Jacques et Jean que Jésus a surnommés « les Fils du Tonnerre », Boanerges, peut-être parce qu’ils étaient si bruyants et si colériques qu’ils voulaient que le feu s’abatte sur un village samaritain qui n’acceptait pas la présence de Jésus. D’autre part, il y a Jacques fils d’Alphée qui doit avoir été si tranquille que les évangiles ne rapportent pas une seule parole de lui. Leurs vues politiques doivent aussi avoir été différentes. Dans le groupe, il y avait « Matthieu le percepteur d’impôts », qui a dû être une sorte de collaborateur des occupants romains. Mais il y avait aussi « Simon le Cananéen » que l’on identifie à Simon le Zélote, qui a pu avoir une relation avec le mouvement juif pour l’indépendance.
Avec toute leur diversité, Jésus les a envoyés en tant que groupe, comme un corps apostolique, et non pas seulement comme des individus. Matthieu dit, « Jésus envoya ces douze. » Le nom « les douze » est devenu un groupe reconnaissable dans la communauté de Jésus.
Cet évangile est comme un miroir pour nous qui sommes ici rassemblés aujourd’hui. Nous aussi nous sommes si différents. Il y a des jésuites de différents pays, tels que l’Indonésie, l’Allemagne, Myanmar, la Thaïlande - et un jésuite du Venezuela ! Nous avons des fidèles laïcs, religieux et prêtres ; nous avons des chrétiens et certains qui appartiennent à d’autres traditions de foi. Mais nous sommes unis dans notre engagement dans la mission du Christ : libérer ceux qui sont réduits en esclavage, guérir ceux qui souffrent et proclamer la proximité du Royaume de Dieu.
La diversité est un don, mais c’est aussi un défi. Nous savons que nous vivons dans un monde dans lequel beaucoup ont peur de la diversité, dans lequel on a peur de ceux qui sont différents, une peur qui construit des murs et aboutit souvent tristement à la violence. En Indonésie vous connaissez trop bien cette triste réalité. Nos dernières Congrégations Générales ont insisté sur la communauté en tant que mission et collaboration parmi les jésuites et leurs partenaires dans la mission. Ces deux mots, communauté et collaboration sont, je crois, des invitations très importantes pour nous tous aujourd’hui, précisément parce que nous vivons dans un monde où il y a tant de division, de polarisation et de peur de la diversité.
Comment pouvons-nous croître dans notre vie de communauté comme mission et en collaboration missionnaire ?
Il y a 478 ans, à Rome, dix hommes de milieux et de personnalités très différents se sont réunis pour discerner ensemble si Dieu les appelait à rester unis comme groupe. Certains de leurs pays étaient en guerre entre eux. Certains venaient de familles nobles, d’autres étaient d’origine paysanne. Mais, après un temps consacré à la prière, à la réflexion et au partage, ces premiers compagnons d’Ignace ont discerné que la volonté de Dieu était qu’ils restent ensemble.
Il serait bon de se souvenir de ce qu’ils ont rapporté dans le document célèbre, la Délibération des Premiers Pères : « Puisqu’il est apparu convenable à notre très miséricordieux et affectueux Seigneur de nous rassembler et de nous lier les uns aux autres – nous qui sommes si fragiles et qui proviennent de milieux nationaux et culturels si divers – nous ne devons pas séparer ce que Dieu a uni et lié ensemble. Plutôt, chaque jour qui passe nous devrions confirmer et renforcer le lien d’union, en formant nous-mêmes un seul corps. Pour chacun, la connaissance et le souci des autres devraient les conduire à une moisson plus abondante des âmes ; car le pouvoir spirituel aussi bien que naturel est intensifié et renforcé lorsqu’il est uni dans une entreprise difficile commune bien plus que lorsqu’il demeure fragmenté en beaucoup de parts. »
Il serait bon de se souvenir de ce qu’ils ont rapporté dans le document célèbre, la Délibération des Premiers Pères : « Puisqu’il est apparu convenable à notre très miséricordieux et affectueux Seigneur de nous rassembler et de nous lier les uns aux autres – nous qui sommes si fragiles et qui proviennent de milieux nationaux et culturels si divers – nous ne devons pas séparer ce que Dieu a uni et lié ensemble. Plutôt, chaque jour qui passe nous devrions confirmer et renforcer le lien d’union, en formant nous-mêmes un seul corps. Pour chacun, la connaissance et le souci des autres devraient les conduire à une moisson plus abondante des âmes ; car le pouvoir spirituel aussi bien que naturel est intensifié et renforcé lorsqu’il est uni dans une entreprise difficile commune bien plus que lorsqu’il demeure fragmenté en beaucoup de parts. »
Est-ce que je crois réellement, profondément que les frères avec lesquels je vis, qui sont si différents, si uniques, me sont unis par l’appel du Seigneur ? Est-ce que je crois vraiment que ceux avec lesquels je contribue à différents apostolats sont avec moi parce que le Seigneur les a aussi appelés ? Comment essayai-je concrètement, « à chaque jour qui passe », de renforcer le lien d’union ? Quelles attitudes en moi ou quelles actions ou paroles de moi créent une distance ou une division, au lieu de l’union, et comment le Seigneur peut-il m’appeler à changer ?
En second lieu, les premiers pères ont écrit que « chacun devrait connaître les autres et se soucier d’eux. » Trop souvent, nous entendons les jésuites dire que leur communauté est comme un pensionnat ou un hôtel. Nous avons des relations agréables mais superficielles entre nous. Nous entendons quelquefois quelque chose de semblable dans nos ministères, parmi les jésuites et nos partenaires dans la mission. C’est pourquoi la 36e CG insiste tant sur la création d’espace dans les communautés « en vue de la rencontre et du partage », pour « une conversation spirituelle » (36e CG, D. 1, n°10 et 12). La 36e CG nous rappelle que « cette disposition à veiller à l’Esprit dans nos relations doit inclure ceux avec lesquels nous travaillons » (n° 14).
Quelquefois, nous jésuites, avons peur des espaces vides. Quand il y a un espace vide, nous le remplissons immédiatement avec un travail ou des distractions. La 36e CG nous invite clairement à créer un espace, à « faire de la place », de sorte que nous puissions nous connaître les uns les autres et nous soucier les uns des autres plus profondément. Comment pouvons-nous y parvenir plus concrètement dans nos communautés et nos ministères ? Rappelez-vous que cette connaissance et ce souci plus profonds entre nous vise au bien de la mission : comme l’ont dit les premiers compagnons, cela conduit à « une moisson des âmes plus abondante. »
En nous réunissant ce matin, nous prions le Seigneur d’apporter la paix et la compréhension à notre monde divisé et désuni. Et nous prions pour que, comme les douze, comme les premiers compagnons, nous puissions être de meilleurs instruments de cette paix du Seigneur, en donnant un témoignage plus crédible en menant une vie de communauté plus généreuse et plus joyeuse qui soit mission et collaboration dans la mission.


« La religion n'est pas un problème, mais une partie de la solution » P. Arturo Sosa, S.J.
(13-Jul-2017)

Dialogue avec des dirigeants musulmans,
Je vous remercie pour le temps et la sagesse que vous avez partagés cet après-midi. J’ai appris beaucoup et vous m’avez donné beaucoup à réfléchir et de quoi prier.
Pour conclure, je désire partager un passage du discours du pape François au Caire, à la Conférence de la Paix organisée par l’iman du Caire. Ces paroles m’ont beaucoup frappé. Le Pape François a dit : « La religion n’est pas un problème mais une partie de la solution : contre la tentation de se fixer dans une vie banale et sans inspiration où tout commence et finit ici- bas ; la religion nous rappelle la nécessité d’élever nos cœurs vers le Très Haut afin d’apprendre comment bâtir la cité de l’homme. »
« La religion n’est pas un problème mais une partie de la solution. » Je pense que nous ne pouvons que convaincre les gens de cela et œuvrer ensemble contre l’extrémisme, si nous montrons que la foi en Dieu nous conduit à bâtir la cité de l’homme, à rendre l’histoire plus humaine. C’est pourquoi le dialogue d’une action commune, dans l’éducation et le développement social, ainsi que nous en avons discuté aujourd’hui, est un pas positif en avant. Si les gens peuvent nous voir travailler ensemble au service de la famille humaine, spécialement les pauvres, alors ils pourront voir ce qui est le plus profond dans nos cœurs et ce qui nous mie ensemble : notre foi dans un Dieu miséricordieux qui désire dans notre monde non pas la violence et la haine, mais l’amour et la paix.
Merci à vous. Que Dieu nous bénisse tous ainsi que tous ceux qui travaillent à la paix au nom de Dieu.
Yogyakarta, 12 juillet 2017


Le P. Général Arturo Sosa fait sa première visite au JCAP
(12-Jul-2017)

Le Supérieur Général de la Compagnie de Jésus, le p. Arturo Sosa, est arrivé le 11 juillet à Yogyakarta, en Indonésie, pour sa première visite a la Conférence des jésuites d'Asie
Pacifique (JCAP). Pour en savoir davantage (en anglais)...


Le Centre Xavier de Recherche historique (XCHR) inaugure Etudes jésuites en Asie du Sud
(10-Jul-2017)

Etudes jésuites en Asie du Sud : Rapport sur la Rencontre de GOA

Le Centre Xavier de Recherche historique (XCHR) a inauguré son programme d’Etudes jésuites en Asie du Sud avec une Rencontre intitulée Pour une Histoire des Jésuites en Asie du sud : période d’après la restauration. La Rencontre a été officiellement ouverte, le 29 juin, par le provincial de Goa, le Père Rosario Rocha, S.J., en présence d’environ 30 jésuites et participants laïcs des quatre zones administratives de l’Asie du Sud (Nord, Sud, Ouest et Centre). Les exposés et les discussions de la Rencontre ont mis en lumière la richesse et la complexité de l’histoire jésuite en Asie du Sud.
Les 16 exposés officiels écrits, qui couvrent l’espace géographique du Népal au Kerala, ont mis en valeur l’importance de l’engagement jésuite en Asie du Sud. Les exposés traitaient de sujets tels que les sources archivistiques jésuites en Inde et à Rome ; la pénétration de l’Adivasi en Inde du centre, du sud et de l’ouest ; les recherches en sciences botanique et physique ; l’éducation, l’art et l’architecture ; les activités missionnaires et les relations interreligieuses et au sein d’une même foi, etc. Les discussions informelles, les partages de groupe, et les rencontres de campus en tête-à-tête débouchant sur des échanges intellectuels stimulants et de possibles perspectives de collaboration. Les participants ont eu le plaisir de découvrir (quelques-uns pour la première fois) l’héritage multiculturel jésuite à travers l’Asie du Sud. Les textes écrits seront ensuite édités et publiés en 2018.
XCHR s’est révélé être un lieu approprié pour cette Rencontre. Les bâtiments bien conçus au cœur d’un campus vert, propre et tranquille ont procuré l’atmosphère qui convenait pour des échanges intellectuels et sociaux. Notre institution sœur à la porte à côté, le Centre de langues Konknni, a rempli le rôle d’un endroit excellent pour l’hospitalité et les échanges sociaux. Une représentation culturelle de chants et de danses par les villageois voisins de Socorro ont diverti le public entier de la Rencontre. Enfin, en marchant sur les traces de François Xavier, la Rencontre a terminé en beauté avec une célébration eucharistique au mausolée du Saint, dans la Basilique du « Bom Jesus », dans le Vieux Goa historique.
Le programme nouvellement inauguré d’Etudes jésuites de l’Asie du Sud se propose de développer ses activités par des séminaires, des études, de la recherche, des conférences, des publications, etc. Le but principal des Etudes jésuites est d’encourager la recherche et la publication d’articles scientifiques pour une plus large circulation aux dimensions du monde. Si vous ou d’autres personnes que vous connaissez êtes intéressés par le projet des Etudes jésuites, ayez la bonté de prendre contact avec nous à :
Jesuit.studies@xchr.in ou xchr.studies@gmail.com
Savio Abreu SJ, Rinald D'Souza SJ, Anthony da Silva SJ
Organisateurs, Etudes jésuites en Asie du Sud

 


Meeting of jesuit editors
(27-Jun-2017)

It is difficult to date the creation of the network of european jesuit cultural reviews. However, one can say for certainty that it existed 40 years ago, long before internet was widespread. The directors of these reviews meet once a year in order to discuss their mission and identity, share ideas and articles, exchange information on the progress and difficulties encountered working on their reviews, as well as the current political and religious news in their respective countries.
For the fourth time since 1982, the meeting this year was organised by choisir of Switzerland, from the 25th to 28th of May, at the domain of Notre-Dame de la Route in Fribourg.
Present this year were the jesuit or lay-person leaders of Civiltà Cattolica (Roma), Obnovlejni Zivot (Zagreb), Horizontes (Athenes), Etudes (Paris), Streven (Antwerp), À Sziv (Budapest), Signum (Stockholm), Thinking Faith (London) ... and of course choisir (Geneva). They were joined during one evening, by the provincial of Switzerland, Christian Rütishauser.
These reviews represent for our Order precious instruments of intellectual apostolate. Their aim remains the same: integrate faith in the local culture, and intervene discerningly in the societal debate. The means used to undertake this mission do not cease to change, for, similar to other written media, the jesuit reviews face difficulties in terms of circulation. Thus a greater internet presence is sought along with the organisation of multiple events (conferences, book editing, etc.).
These moments of exchange allow the guests to discover, and for some rediscover the social, political and cultural landscape of the host country. The relations between the Christian faiths in Switzerland are well advanced, helped by the presence in Geneva of the headquarters of the World Council of Churches (WCC). Jean-Blaise Fellay, former editor-in-chief of choisir recalls having brought his colleagues to the Mur des Réformateurs in 1982. In this year of the 500th anniversary of the Reformation, the subject is once again relevant. Reverend Martin Robra of the WCC, expert on ecological and ethical questions, discussed the relations between the Catholic Church and the WCC during his talk with the guests. He described the key dimensions of the ecumenical and inter-religious dialogue, based on recent events: the Pope's presence at the commemoration of the 500th anniversary of the Reformation in Lund in 2016, the World Mission Conference to take place in 2018 in Tanzania, the World Day of Prayer for the Care of Creation, the call for an inter-religious meeting in Cairo from the Grand Imam of Al Azhar, Sheikh Ahmed al-Tayeb. "These four events represent unity, the mission, justice, peace and inter-religious dialogue" stated Reverend Robra.
These four days spent together also included joint celebrations of the eucharist and recreational activities such as the visit to the College of Saint-Michael in Fribourg, site of the tomb of Saint Peter Canisius sj.
Lucienne Bittar, rédactrice en chef de choisir


Father General holds extended council meeting
(13-Jun-2017)

Father General's Enlarged Council consisting of all the Assistants, six Presidents of the Conferences, four Secretaries (Secondary Education, Higher Education, Social Justice, Collaboration) met in Rome for an eight day retreat together and a Tempo forte (intense time of reflection on the life and mission of the Society). The retreat was held outside Rome about 80 km away at Torricella; Ignatian in approach and content, Father Paolo Alonso, SJ, from Spain led us through the retreat. It was a precious quiet time with the Lord and with one another; building ourselves up in the Spirit to function as a Council body.

This in fact is a follow up of GC36, especially of Decree 2, on Governance - a new way of looking at governance in the Society. This enlarged council is ‘the central government of the SJ' as Father General shared in his briefing.

The focus of the council meeting during the tempo forte week was a review of the apostolic preferences as mandated by GC36. The process adopted was in keeping with ‘discernment in common' in the spirit of GC36. After spending time in prayer over the proposed theme, we gathered in smaller groups to share our interior movements, to recognize the movement of the Spirit in the group and in the light of which to discuss various aspects of the issue. It taught us to arrive at a process that could be followed in discerning the apostolic preferences for the Society. Father General will now proceed, to take the matter forward, as he thinks best after listening to the council.

The presidents spent another day evaluating the entire process and also sharing on the Conferences and their responses to GC36.

A new connectivity is emerging between the Central administration and the Conferences, facilitating mutual communications. Father General has hereby invited us to view the Society and its mission as the responsibility of all the Conferences, Provinces/Regions, and has initiated a process that is oriented towards such a goal. The fundamental tool towards such a process is ‘Discernment in Common' - a means to integrate life, mission, community and governance. Let us join in this process by learning ‘discernment in common' as the best means to build up the Society as ‘fervour' as Nadal said.

This note is dispatched from Manresa where I am lecturing to the seventh group of Ignatian Immersion Course. Keep us in your prayer.

George Pattery, SJ


International Commission on the Apostolate of Jesuit Education
(13-Jun-2017)

The International Commission on the Apostolate of Jesuit Education (ICAJE) met in Rome from May 24 to 27. The annual meeting is an opportunity for the six regional delegates, the Secretary for Education and the assistants to the Secretariat to come together, share the state of Jesuit Education in the world, the projects of the secretariat and discuss initiatives that can support the construction of the Jesuit School network.

Important topics for this meeting were: (1) The upcoming International Congress of Jesuit Education Delegates (JESEDU-Rio2017), October 2017 and the results of the virtual version held in March 2017. We see JESEDU as an opportunity that will allow us to work on a global agenda to strengthen the international network of Jesuit Schools. The commission worked in the approach to the ideas for a global agenda (2) Educate Magis: the commission had the opportunity to discuss the current development of this project aimed to connect schools and allow for global collaboration at the service of the mission. (3) The commission had the opportunity to reflect around the decrees of the GC36 and the related documents (homilies, letters) . (4) The commission discussed the education delegate role description at the provincial level and began a process to agree on some common basic ground for the job. We also discussed the associated/partnered/endorsed/companion schools as they are classified in each region. (5) The commission met F. General and discussed with him some of the most pressing challenges of Jesuit Education in the regions and worldwide. (6) The Secretary for Education presented the report on Jesuit Education today, the internal and external challenges and the current projects developed by the Secretariat.

Members:
Jose Mesa, SJ - Chair, Secretariat for Secondary and Pre-secondary Education
Rafael Galaz - Assistant to the Secretariat for Secondary and Pre-Secondary Education - Special
William Muller, SJ - Delegate for North America, Director of the JSN
Brian Flannery -Delegate for Europe
Sunny Jacob, SJ - Delegate for South Asia, Secretary for JEA
Hugo Alexis Morales, SJ - Delegate for Latin America, President of FLACSI
Johnny Go, SJ - Delegate for Asia Pacific, Secretary for Secondary Education JCAP
Joe Arimoso, SJ - Delegate for Africa, President of JESAMED


Restauration du Journal de Saint Ignace
(08-May-2017)

La copie originale du Journal Spirituel de Saint Ignace de Loyola a été restaurée. Le travail soigné a été mené par une équipe conduite par la Dr Melania Zanetti de l'Université catholique du Sacré Cœur. En 2016, la même équipe a terminé le processus de restauration du manuscrit original des Exercices Spirituels de St Ignace. La Dr Zanetti a présenté le journal restauré au Père Général Arturo Sosa, le samedi 22 avril. 


Le Père Général rencontre des collaborateurs et la famille ignatienne
(05-May-2017)

Le 2 mai, le Père Général a rencontré des collaborateurs jésuites et la famille ignatienne (CLC, Apostolat de la Prière et Mouvement eucharistique des Jeunes), ainsi que les fidèles de l’église locale en l’église Saint Pierre Claver de Bukavu. La Compagnie s’efforcera de répondre de la meilleure manière possible, dit-il. La meilleure réponse, pour le Père Général, doit faire partie du ministère de réconciliation auquel la CG36 nous invite. Après une courte séance de photos avec les fidèles, le Père Général a visité les activités de la paroisse, y compris le dispensaire St Pierre Claver.


Visite du Père Général à la Région du Rwanda-Burundi
(05-May-2017)

Le 28 avril, le Père Général a visité l’Ecole Primaire Saint Ignace et le Collège Saint Ignace à Kigali, Rwanda. Dans son allocution aux élèves, le Révérend Père Arturo Sosa a fait l’éloge du personnel et des élèves pour le travail qu’ils font et a encouragé les jésuites dans leur confiance et leur engagement. Il signala qu’il est aussi diplômé d’un lycée jésuite qui avait commencé tout petit, mais qui, avec le temps, peu à peu, est devenu un grand lycée. Il a dit au personnel administratif de l’école qu’ils ne sont pas seuls. Dieu est avec eux et la Compagnie de Jésus est aussi avec eux. Il les encouragea à conserver l’esprit du magis ; un esprit qui rappelle à chacun qu’il peut faire plus et mieux et il ajouta : « Le magis vous pousse à être davantage au service des autres, du continent africain, et de la société humaine entière. »


Portail web des études sur la Compagnie
(22-Mar-2017)

L'Institute for Advanced Jesuit Studies de Boston College travaille sur un portail web visant à offrir une information et une orientation sur les nombreux documents primaires et travaux d'érudition dans le domaine des études sur la Compagnie. Le portail donnera accès en ligne, gratuitement, à une collection organisée, unifiée et totalement interrogeable de matériaux provenant de différents sites web et tous liés à l'histoire, à la spiritualité, à l'éducation et à l'approche pédagogique de la Compagnie de Jésus. Le Directeur de l'Institut, le P. Casey Beaumier (WIS), a présenté le projet à Rome, à la Curie jésuite, le 21 mars. Il a expliqué que le portail, qui sera actif le 2 mai 2017, offrira, entre autres, l'accès aux documents essentiels, aux symposiums internationaux d'études jésuites, à la Jesuit Historiography Online, aux sources jésuites, à la Bibliothèque en ligne de l'Institut, à la Bibliographie jésuite online de Boston College et au répertoire Jesuitica.


Stirring the Waters – Making the Impossible Possible (Voices of Faith 2017)
(08-Mar-2017)

I would like to thank Voices of Faith and the Jesuit Refugee Service for inviting me to celebrate International Women's Day with you and all of those gathered here today.
I take this opportunity to show my gratitude to the women who will be speaking today, women making a difference in their families and communities, especially in the most remote corners of the world. These are difficult times in our world, and we need to stand and work together as women and men of faith.
As you know, the global theme for this year's celebration of International Women's Day is Be Bold for Change. Here in Vatican City, physically at the center of the church, Voices of Faith and JRS seek to be Making the Impossible Possible. Especially here in Rome, that is a bold change! I would like to reflect on what making the impossible possible means to me as the leader of the Society of Jesus, as a citizen of the world, and as a member of the Catholic Church. We need to have the faith that gives the audacity to seek the impossible, as nothing is impossible for God. The faith of Mary that opened her heart as a woman to the possibility of something new: to become the Mother of God's son.

JRS: Resilience
As you may be aware, I come from Latin America, a continent with millions of displaced people. With almost 7 million, Colombia has the largest number of internally displaced people in the world, and a disproportionate number of them are women and children. I served at the border between Colombia and my native Venezuela for 10 years. I have seen first-hand the suffering of those forced to abandon everything to save their lives.
In Colombia, for example, women and girls are among the most vulnerable due to widespread violence caused by decades of conflict. They are exposed to armed recruitment and are likely to fall victim to one form of exploitation or another, ranging from modern day slavery, to survival sex and human trafficking. Many of them flee to neighboring countries in search of safety, and often find themselves on their own in efforts to sustain their families.
I have also witnessed women's resilience. Despite this traumatic reality, women often find their way to not just surviving, but also overcoming all the difficulties of exile and forced migration. Resilience is what enables us to move forward and think of the future. Resilience is essential for making the impossible possible. Let me offer an example.
At the Venezuelan-Colombian border, the Jesuit Refugee Service has been present for more than ten years. During this time, JRS has brought refugee women from Colombia together by using their artistic expression as a starting point for rediscovering resilience.
While expressing themselves creatively through art, women also share their experiences and create a network of support to improve their psychosocial well-being. This healing environment is a place for listening and coming together-in other words, resilience. Resilience empowers women and ultimately results in hope and the possibility of reconciliation with the past, with those who have harmed them, and with those where they now live. Reconciliation requires courage, and too often, even in 2017, women's courage, women's resilience, is unrecognized and undervalued.
By building human connections resilience reknits the communal fabric. Some may say such resilience is impossible to discover: JRS and Voices of Faith say otherwise.

The World: Collaboration
As a member of the human community, each of us is likely appalled at the situation of our world. Human displacement has hit an all-time high, representing incredible human suffering around the world. Ongoing conflicts are at the root of most of this forced exile.There are more than 65 million forcibly displaced among us: one in every 113 people globally is now an asylum-seeker, an internally displaced person, or a refugee.
We have to think about the ways that we, as the human community can respond. I cannot put enough emphasis on this need for collaboration between women and men. I believe that only together we can achieve what today seems impossible: a humanity reconciled in justice, living in peace in a common house well kept, where there is room for everyone because we recognize that we are sisters and brothers, son and daughters of the same God who is Mother and Father of us all.
We need to collaborate, support and learn from one another. It already seems impossible to imagine peace in places like Central African Republic, or South Sudan, or Colombia. Can we have the audacity to dream that women and men working together will bring peace to these countries? I think these impossibilities can come closer to reality if women play a greater role in the conversation.
I am not surprised that Angela Merkel has been the most courageous and visionary leader in Europe during this time of phenomenal forced migration. She had the compassion to look at those who were in need, and the vison to see that they would make a contribution to Germany and Europe.
Another extraordinary leader is Ellen Johnson Sirleaf, the President of Liberia. Through her single-minded dedication and vision, she has brought peace and reconciliation to her war-torn country in a way that most men thought would be impossible.
At the same time, the widespread reality is that women are not paid for the work they do, or are paid less than men for the same work. In the West, women earn on average 70 cents for each dollar or Euro a man earns. The gap grows larger in developing areas of the world
Many of us are looking at the world through the prism of xenophobia and narrowmindedness these days, a prism which seems to feed on discord and marginalization. In the Jesuit magazine America, political commentator Cokie Roberts, the daughter of two former members of the US Congress, puts the reality succinctly: "...Congress needs more women. Then maybe, just maybe, Washington would work again."
We can listen carefully to the experience of women in the public sphere, hear how they work together, and be inspired by their courage. These are stories of doing the impossible.

The Catholic Church: inclusion
The role of women in the church can be, and has been, described in many ways: keepers of the faith, the backbone of the Church, the image of Mary alive among us. We Jesuits are deeply aware of the roles that women play in our ministries: lay and religious women serve as presidents and headmistresses, retreat center directors, teachers, and every possible role one can think of. As you probably know, the Spiritual Exercises, the foundation of Jesuit spirituality, were first developed by St. Ignatius of Loyola before the Jesuits were founded. Our spirituality is open to all, women and men that want to become women and men with others and for others.
In the broader church, there are contrary currents about the role of women at this time. As stated by Pope Francis, women play a fundamental role in passing on the faith and are a daily source of strength in a society that carries this faith forward and renews it. Church teaching certainly promotes the role of the women within the family, but it also stresses the need for their contribution in the Church and in public life. It draws upon the text of Genesis, which speaks of men and women created in the image of God and the prophetic praxis of Jesus in his relationship with women.
Pope Francis has been quite outspoken about women in making decisions and holding responsibilities in the church. He has also created a "Study Commission on the Women's Diaconate" to explore the history and role of women in this church structure.
But if we are honest, we acknowledge that the fullness of women's participation in the church has not yet arrived. That inclusion, which would bring the gifts of resilience and collaboration even more deeply into the church, remains stymied on many fronts. One aspect has been mentioned by the Pope: we have to work harder to develop a profound theology of women. I would add that an ecclesiology...the study of the church...that includes women is equally needed if women's roles are to be included as they should.
Indeed, the inclusion of women in the Church is a creative way to promote the necessary changes in it. A theology and an ecclesiology of women should change the image, the concept and the structures of the Church. Should push the Church to become the People of God, as was proclaimed by the Second Vatican Council. Women's creativity can open new ways of being a Christian community of disciples, men and women together, witnesses and preachers of the Good. News.
But perhaps more importantly, the inclusion of women will also be an outcome of the key concerns of the Pope. By bringing Vatican II to life and incorporating the poor into our church, Francis is giving women's voices more opportunity to speak and be counted. No one is more resilient that women building and supporting the church in the poorest parts of our world.
In his efforts against clericalism and the elitism and sexism that come with it, the Pope seeks to open our future to voices outside of the Vatican, to bring the experience of the world into forming that future. The opposite of clericalism is collaboration, working together as baptized daughters and sons of God.
These efforts have begun the process of deeper inclusion of women into the core of the Church. As challenging as the refugee crisis or other world issues are, to some of us, this might be truly, the impossible.
St. Francis of Assisi himself said: "Start by doing what is necessary, then what is possible, and suddenly you are doing the impossible." In that spirit, we are here today to listen to Voices of Faith, to hear stories of resilience, collaboration and inclusion. We have more than started. We will not stop.
Thank you very much.
Arturo Sosa, S.I.
March 8, 2017


Le Père General encourage le travail en réseau dans l’enseignement supérieur jésuite
(20-Feb-2017)

Le Père General Arturo Sosa a exhorté les jésuites œuvrant dans le domaine de l'enseignement supérieur à recourir au travail en réseau, afin de devenir plus efficace dans leurs ministères. S'adressant aux membres de la Faculté de Théologie de Vidyajyoti à Delhi le 18 février, le Père General a affirmé : « la 36ème Congrégation Générale invite ardemment les jésuites à la collaboration et au travail en réseau comme une manière de procéder pour être efficace dans notre mission aujourd'hui ». Il a indiqué que les jésuites

s'occupent de plus de 200 facultés de philosophie et de théologie, ainsi que d'autres institutions d'éducation supérieure à travers le monde. « Prenant sérieusement l'invitation de la Congrégation Générale », a-t-il dit, « je voudrais insister pour que vous effectuiez un travail en réseau avec toutes les autres institutions de l'enseignement supérieur en Asie du sud. Ce serait la meilleure manière d‘améliorer la collaboration parmi les institutions jésuites ». Lire davantage (en anglais)...


Love the Stranger - Statement of California and Oregon Provincials on Immigration
(03-Feb-2017)

February 1, 2017

Dear Brothers and Friends,

We write to express our dismay at how the national conversation about immigration has taken a sharp and harshly xenophobic turn under the new administration. There is no doubt that the most recent executive order flatly contradicts a fundamental obligation of our Judeo-Christian tradition: "love the stranger, for you were once strangers in Egypt (Dt. 10, 19)" and "I was a stranger and you made we welcome (Mt. 25, 37)". Pope Francis has also been clear: we are called "see a ray of hope...in the eyes and hearts of refugees and those who have been forcibly displaced," and to serve immigrants and refugees however we can. By contrast, the President's Executive Order callously sends large numbers even of women and children back to the horrors of war, starvation, massive repression and even death.

We recently returned from the 36th General Congregation, which declared, "in the face of attitudes hostile to displaced persons [including refugees and migrants] our faith invites the Society of Jesus to promote everywhere a more generous culture of hospitality." As members of a global religious order that works to form men and women of conscience and compassion, we unequivocally denounce the Trump Administration's Executive Order as an affront to our mission, an assault on American and Christian values, and a repudiation of our humanity. No area of the country has benefited more from the contributions of immigrants than the West. We raise our individual and collective voices against the harsh and inhumane policies of the current administration, which thinks nothing of building a wall and slamming the door in faces of the world's most vulnerable people.

In these challenging days, we renew our commitment to be bridge-builders between people of differing political views while also standing firmly for the values of the Gospel and of our Catholic Social Teachings.

Prayerfully yours in Christ,

Scott Santarosa, S.J. (Provincial, Oregon Province)
Michael Weiler, S.J. (Provincial, California Province)


Message du P. Général pour la Journée mondiale des réfugiés 2017
(14-Jan-2017)

Rome

Tout d'abord, je tiens à vous dire combien je suis content et ému de partager avec vous ces moments d'échange, de réflexion et de prière.

Ce moment est un signe important des efforts de la Compagnie de Jésus pour, avec ses quelques forces, accompagner les réfugiés dans leurs angoisses et leurs espérances, ici en Italie et partout dans le monde. Comme vous le savez, je viens d'Amérique Latine, un continent qui compte des millions de réfugiés et migrants pour les mêmes raisons que nous venons d'entendre dans les émouvants témoignages d'Asiz, Dhurata, Mortezza, Mirvat et Edelawit.

J'ai vécu de près des situations similaires à la frontière entre la Colombie et le Venezuela où j'ai vécu pendant dix ans avant d'être appelé à Rome. J'ai connu des familles entières contraintes à tout quitter pour sauver leur vie, menacée par la violence injuste qui s'est emparée de nos sociétés. J'ai connu des enfants-soldats, des jeunes enrôlés de force pour participer à des guerres bien loin de leurs désirs, de leurs pensées et de leurs rêves. J'ai connu aussi des familles très généreuses, tant de familles, qui ont accueilli fraternellement des personnes à la recherche d'une nouvelle vie. J'ai connu des écoles, des enseignants, des communautés chrétiennes disposées à donner un coup de main aux migrants, à leur arrivée. Tout comme j'ai vu les difficultés de l'Etat à reconnaître le drame humain des réfugiés et offrir des opportunités de travail et de développement personnel. J'ai connu de près les abus physiques commis par les forces de police et les trafiquants, et la souffrance humaine.

C'est pourquoi, je partage de tout cœur les efforts d'accompagnement entrepris auprès de ces jeunes réfugiés, et j'encourage toutes les actions visant à garantir la protection de ces enfants et adolescents, à protéger leur vie et leurs espérances, et celle des enfants enrôlés de force par les trafiquants pour les convertir en baby-passeurs.

Il est nécessaire de promouvoir un mouvement de citoyens qui fasse pression sur les Etats et les gouvernements d'Europe et d'ailleurs, pour créer des couloirs d'accueil sûrs et légaux pour les enfants et les adolescents forcés à quitter leurs maisons, leurs pays et, très souvent aussi leurs familles pour se construire un avenir ailleurs. L'absence de ce type de circuit ajoute de nouveaux dangers au parcours des migrants et augmente le sentiment d'injustice chez ceux qui ont dû fuir leur patrie. L'absence d'une protection adéquate, d'un accès aux visas humanitaires et de politiques d'intégration sociale efficaces alimente un des plus grands fléaux de notre époque: le trafic d'êtres humain. Comme nous l'avons entendu dans les témoignages.

Le développement politique de l'Europe a créé une multitude d'institutions publiques pour protéger les droits des personnes, en particulier ceux des enfants et des jeunes. Le nombre accru des flux migratoires est un défi pour ces institutions qui doivent pouvoir garantir protection et sécurité à toutes les personnes qui, chaque jour, viennent frapper aux portes des pays européens et doivent être intégrées et non exclues. Les citoyens d'Europe, enfants d'une culture qui revendique les droits de l'homme en signe de progrès humain et social, sont invités par les migrants à approfondir leur conscience, humaine et politique, pour exiger des gouvernements et des Etats la création d'un système d'accueil organisé, avec des structures adéquates et correctement réparties sur le territoire, qui puissent garantir aux migrants un accueil humain, commençant par accorder à chacun une attention personnelle, spécialement auprès des plus jeunes.

Créer des conditions d'accueil humaines pour les personnes qui arrivent, leur donner la possibilité de se refaire une vie, et aux jeunes de pouvoir rêver à un avenir et de pouvoir le réaliser, avec des efforts également de leur part, devrait être motif d'orgueil pour l'Europe et pour tous les pays qui reçoivent des migrants.

Chers amis et chères amies, nous voici réunis ici aujourd'hui en cette Eglise del Gesù pour faire mémoire de tant de migrants et réfugiés qui luttent pour une vie humaine digne, je vous invite à multiplier vos efforts afin que nos sociétés deviennent des espaces d'accueil sincère pour ceux qui sont obligés d'émigrer et en souffrent.

De tout cœur, merci.
Arturo Sosa, S.I.

 


Le Père Général rencontre les jésuites résidant à Rome
(10-Jan-2017)

Plus de 200 jésuites appartenant aux communautés de Rome et de ses alentours ont bravé le froid le 7 janvier pour rencontrer le Père Général Arturo Sosa à la Curie généralice. Il est de tradition, au début de chaque année, que le Père Général accueille les jésuites résidents à Rome pour leur souhaiter la bonne année. Cela a pris cette fois un caractère spécial du fait que, pour certains jésuites, c'était leur première rencontre personnelle avec le Père Sosa. À sa manière habituelle, le Père Sosa a partagé un moment détendu avec chacun des invités. Il y a actuellement plus de 400 jésuites résidants à Rome, répartis dans les maisons romaines internationales et dans des communautés et œuvres de la Province italienne.


Épiphanie à la Curie
(05-Jan-2017)

C’est l’un après l’autre que les mages sont arrivés à la Curie généralice au cours des dernières semaines. Le premier à arriver fut le Père Victor Assouad (PRO), nouvel Assistant régional pour l’Europe occidentale. Il a été suivi du Père John Dardis (HIB), Assistant ad providentiam et Conseiller général pour le discernement et pour la planification apostolique. Le Père Claudio Paul (BRA), Assistant régional pour l’Amérique latine méridionale, est également arrivé à la Curie. Le 4 janvier, les vents de l’Épiphanie nous ont encore amené le Père Vernon D'Cunha (BOM), Assistant ad providentiam et Assistant régional pour l’Asie méridionale. Arrivent aussi à la communauté de la Curie généralice : le Père Anselme Ekka (RAN), Économe général adjoint, et les Pères Joseph Xavier (MDU) et David Holdcroft (ASL) qui rejoignent le Bureau International du Service jésuite des Réfugiés (JRS).


Décès du P. Peter Hans Kolvenbach
(27-Nov-2016)

Nous venons d'apprendre le décès de notre ancien Supérieur général, le P. Peter-Hans Kolvenbach. Né le 30 novembre 1928, il aurait eu 88 ans dans quelques jours. Il est décédé à Beyrouth, là où il exerçait son ministère depuis qu'il était retourné à sa Province, le Proche-Orient, après avoir remis sa démission comme Général en 2008.

Rappelons que le P. Kolvenbach est né aux Pays-Bas. Il était entré au noviciat en 1948. Après ses études de philosophie, il est envoyé au Liban, où il fait un doctorat en théologie à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth. C'est en 1961 qu'il a été ordonné prêtre. Il a fait des études spécialisées en linguistique et a enseigné dans diverses universités jusqu'en 1981. Cette année-là, il est appelé à Rome comme recteur de l'Institut pontifical oriental. C'est lors de la 33e Congrégation générale, en 1983, qu'il est élu supérieur général comme successeur du P. Pedro Arrupe.

Homme consensuel et estimé de tous, il animera avec beaucoup de doigté la Compagnie. Il a convoqué une Congrégation générale en 1995, en particulier pour mettre à jour le droit de la Compagnie et assurer ses orientations pour les années à venir. Sentant ses forces décliner, il a demandé au pape Benoît XVI de pouvoir démissionner de sa charge de Général, ce qui lui fut accordé. C'est lors de la 35e Congrégation générale, en 2008, qu'il a été remplacé par le P. Adolfo Nicolás, qui a lui-même remis sa démission le mois dernier alors que la 36e Congrégation générale a élu le P. Arturo Sosa comme nouveau supérieur général.

Rendons grâce au Seigneur pour le don de soi dont a témoigné le P. Kolvenbach tout au long de sa vie jésuite, en particulier durant ses années à la tête de la Compagnie universelle.

(Source: site web de la Province du Canada français et d’Haïti de la Compagnie de Jésus)

 


Visite du pape François à la Congrégation générale
(29-Oct-2016)

C'est une tradition bien établie qu'à l'occasion des congrégations générales des jésuites il y ait une rencontre entre les délégués et le Saint Père. Si la plupart du temps cela s'est tenu dans le cadre d'une audience dans les locaux du Vatican, ce n'est pas un précédent que le pape lui-même choisisse de rencontrer les jésuites réunis en Congrégation générale à la curie de la Compagnie. C'est ainsi que ce lundi matin, 24 octobre, le pape François est arrivé discrètement à la curie, accueilli par le Père Général Arturo Sosa et le supérieur de la communauté de la curie, le P.Joaquín Barrero.

Ceux-ci l'ont accompagné jusqu'à l'aula et le pape a participé à la prière du matin avec les délégués. Le thème de la prière avait été choisi pour la circonstance : le bon pasteur. La réflexion de tradition ignatienne faisait référence au P. Franz van de Lugt, qui s'est fait le pasteur des siens à Homs, en Syrie, jusqu'à ce qu'il soit tué par la folie de la guerre. Les membres de la Congrégation ont voulu prier pour le pape François, comme celui-ci demande souvent de le faire à tous ceux et celles qu'il rencontre.

Le pape François est arrivé à la Congrégation générale avec un message. Il a prononcé un discours d'encouragement et d'orientation qui donnait une bonne idée de la manière dont il entrevoit le service à l'Église et au monde que la Compagnie de Jésus peut offrir, de manière pertinente, en lien avec son propre ministère. Toute son intervention était marquée par une ouverture vers l'avant, un appel à aller plus loin, un soutien pour le « caminar », la manière de marcher qui permet aux jésuites d'aller vers les autres et de les accompagner dans leur propre marche.

En introduction, citant saint Ignace, le pape a rappelé que le jésuite est appelé à converser et par là à faire naître la vie « en toute partie du monde où l'on attend un plus grand service de Dieu et de l'aide pour les âmes ». Pour cela justement, les jésuites doivent avancer en tirant profit des situations où ils se trouvent, toujours pour servir plus et mieux. Cela implique une manière de faire qui vise l'harmonisation dans les contextes de tensions qui sont normales dans un monde de diversité des personnes et des missions. Le pape a mentionné explicitement les tensions entre contemplation et action, entre foi et justice, entre charisme et institution, entre communauté et mission.

Le Saint Père a développé trois aires de cheminement pour la Compagnie; nous reviendrons sur chacune d'entre elles au cours des prochains jours.
(1) Le premier est de « demander instamment la consolation ». Le propre de la Compagnie est de savoir consoler, apporter la consolation et la joie véritable; les jésuites doivent se mettre au service de la joie car la Bonne Nouvelle ne peut se dire dans la tristesse.
(2) Ensuite, François nous invite à « nous laisser émouvoir par le Seigneur mis en croix ». Les jésuites doivent se faire proche de la grande majorité des hommes et des femmes qui souffrent et, dans ce contexte, offrir les services - divers services sous diverses formes - de la miséricorde. Le pape a souligné certains éléments qu'il avait déjà eu l'occasion de présenter tout au long de l'année jubilaire de la miséricorde. Nous qui avons été touchés par la miséricorde devons nous sentir envoyés pour présenter, de manière efficace ajoute-t-il, cette même miséricorde.
(3) Enfin, le Saint Père nous invite à avancer en étant mus par le « bon esprit ». Cela implique de toujours discerner - plus que simplement réfléchir - comment agir en communion avec l'Église. Les jésuites doivent être non pas « cléricaux » mais « ecclésiaux ». Il sont des « hommes pour les autres » qui vivent au milieu de tous les peuples, cherchant à toucher le cœur de chacun et chacune, contribuant ainsi à constituer une Église où tous ont leur place, ou l'évangile est inculturé et où chaque culture est évangélisée.

Les trois derniers mots du discours du pape sont des grâces que tout jésuite et que la Compagnie dans son ensemble doivent toujours demander : la consolation, la compassion et le discernement.


Une « sortie de groupe » vers la beauté, l’histoire et l’aventure chrétienne
(29-Oct-2016)

La quasi totalité des délégués à la Congrégation générale et bon nombre des membres des équipes d'accompagnement ont quitté la curie générale pour se rendre aux Musées du Vatican, à une vingtaine de minutes de marche. Le père Adolfo Nicolás était du nombre, pour sa dernière soirée à Rome avant son départ pour une nouvelle étape de sa vie jésuite. Les excursionnistes ont pu profiter d'une visite spécialement organisée pour eux, en dehors des heures d'ouverture, pour apprécier durant plus de 2h30 certains des trésors de ce musée qui est considéré comme le plus grand après le Louvres, à Paris.

Un mot pour souligner l'excellente logistique de l'organisation. Notre grand groupe a été répartis en une douzaine de groupes de 20 à 25 personnes chacun, avec guide professionnel offert par l'institution. On pouvait choisir de participer à un groupe en anglais ou en espagnol. Un système de transmission wi-fi sophistiqué permettait à chaque groupe d'entendre, avec un écouteur, son propre guide sur une fréquence déterminée, De plus, les groupes ne suivaient pas le même parcours pour éviter tout engorgement. Un succès de planification!

Le directeur du musée, Antonio Paolucci, avec à ses côtés le Père Général, a souhaité la bienvenue et s'est dit honoré de donner l'occasion aux jésuites de profiter d'un moment culturel dans un lieu où se rencontraient l'art, l'histoire et le catholicisme. On se trouvait dans la grande salle située entre la chapelle Pauline et la chapelle Sixtine. C'est dans cette salle que les cardinaux, durant un conclave et avant de passer dans la chapelle Sixtine pour le vote, échangent entre eux de manière informelle; on pourrait presque parler de la salle de la murmuratio! Les fresques qui nous entouraient soulignaient d'abord et avant tout le désir de l'Église de la Renaissance d'être reconnue comme pouvoir politique. C'est un contexte qui semble bien loin de l'état d'esprit du pape François, mais c'est une histoire qu'il nous faut connaître et savoir regarder en face.

Chacun des groupes partait alors avec son guide. À cause du caractère jésuite des visiteurs, la chapelle Redemptoris Mater, décorée par l'artiste jésuite Marko Rupnik et son équipe du Centro Aletti, était accessible et on y découvrait la riche illustration par la mosaïque de l'histoire de la Rédemption. Bien sûr, les deux chapelles, la Pauline et la Sixtine, où de nombreux artistes de renom ont exercé leur art - en particulier Michel-Ange - ont retenu l'attention de tous les groupes. Il faut souligner la qualité des guides qui savaient parler arts et artistes, mais qui situaient ce que nous pouvions admirer dans son contexte historique et en lien avec les différents courants symboliques et spirituels évoqués.

Tous les participants à cette excursion tiennent enfin à remercier les ministres et le personnel des cuisines des maisons qui les accueillent pour leur avoir préparé un repas complet à 22h, à leur retour.

Quelques réactions :
- Ce qui m'a frappé, c'est la densité de l'histoire artistique de l'Église. (Ludovic Lado - ACE)
- Quelle chance nous avons eue d'avoir eu beaucoup de temps pour apprécier ce qu'on nous présentait! (Heru Prakosa - IDO)
- J'ai été émerveillé par le savoir de notre guide. Aussi par l'environnement d'un palais romain, alors que je pensais aux manières de penser du pape François. (Joseph D'Mello - KAR)
- Comme musée: fantastique! Comme residence pour le pape: une cage dorée! (Peter Bisson - CDA)
- Une visite plus spirituelle que ce à quoi je m'attendais, en particulier la chapelle créée par Rupnik qui inclut des éléments de tradition orthodoxe, au cœur du Vatican! (Javier Vidal - ANT)


« Des visages de gens qui vivent aux frontières » – Par John Dardis SJ
(29-Oct-2016)

En jetant un coup d'œil autour de l'aula à la Congrégation générale ou au cours des repas, il n'y a rien d'extraordinaire apparemment. Au point de départ en tout cas. Vous voyez un groupe de jésuites - prêtres et frères, qui sourient, qui rient, qui mangent, qui ont des conversations plus sérieuses, qui prient. Ils sont habillés de manière très ordinaire - l'un ou l'autre aurait avantage à avoir une ou deux nouvelles chemises! - dans un vaste assortiment de styles sans aucune uniformité sauf pour des moments officiels. Saint Ignace aurait approuvé.

Mais quand vous connaissez ces hommes et apprenez ce qu'ils ont vécu, vous voyez les choses différemment; il y a là quelque chose de remarquable et d'inspirant.

Il y a Franciso de Roux, de Colombie, qui a été impliqué dans les négociations de paix là-bas entre les rebelles et le gouvernement. Il y a aussi José Minaku, le Provincial d'Afrique centrale. Son territoire, si riche par ses traditions, sans parler de ses ressources minières, a été déchiré par la guerre dans la région du Kivu, près du Rwanda et du Burundi. Dany Younès est le Provincial du Proche-Orient. Sa Province inclut la Syrie, la Turquie, le Liban. Il doit accompagner et soutenir ses hommes et les gens qui travaillent avec eux alors qu'ils font face à la guerre en Syrie, à l'instabilité en Turquie et à un nombre dépassant le million de réfugiés arrivés au Liban. Un de ses jésuites, Frans van der Lugt, a été tué il y a seulement 18 mois à Homs. Vous pouvez rencontrer Jean Baptiste Ganza, le supérieur régional du Rwanda-Burundi, qui a perdu la plus grande partie de sa famille dans le génocide de 1994 et qui aide à rebâtir une nouvelle région jésuite fondée sur la réconciliation mutuelle. Vous pouvez voir le jésuite coréen In-don Oh - je l'avais déjà rencontré il y quelques années près de Phnom Penh, au Cambodge, un pays qui a tellement souffert sous Pol Pot. Tony Corcoran est supérieur de la Région de la Russie et de l'Ukraine, là où une guerre insidieuse fait rage. Hung Pham, de la Province du Centre et du Sud des États-Unis, est le fils de réfugiés vietnamiens qui ont quitté leur pays comme boat-people. Le supérieur régional du Népal est aussi du nombre - Boniface Tigga. Ce pays tente encore de se remettre sur pieds après le tremblement de terre qui l'a dévasté. Et puis, il y a le nouveau Père Général, Arturo Sosa, un expert en sciences politiques qui a travaillé pendant des années aux frontières politiques du Venezuela et qui doit maintenant guider la Compagnie de Jésus vers de nouvelles frontières.

Tous ces hommes représentent des apostolats de frontière. Des frontières où les jésuites se sentent en quelque sorte chez eux; là où ils doivent être créatifs; où ils peuvent aimer, servir, donner leur vie si nécessaire. Et ce qui est le plus impressionnant c'est qu'ils n'ont rien de « spécial ». Ils représentent les milliers d'autres qui, dans leurs milieux, œuvrent discrètement pendant que nous, ici, nous parlons, partageons, rêvons... et imaginons de nouvelles manières de servir au côté de Jésus, lui qui guérit et libère les hommes et les femmes d'aujourd'hui.

Finalement, il y a la figure la plus connue des hommes de frontière, le pape François lui-même. Il s'adressera bientôt à la Congrégation à partir de sa perspective des frontières de l'Église. Qu'est-ce qu'il dira? Quelles directions indiquera-t-il? Une chose est certaine, c'est qu'il va nous garder en marche, nous tirer vers l'avant, pointer de nouveaux défis. Nous avons hâte de l'entendre. 


Qui aide le Général dans son gouvernement?
(29-Oct-2016)

Puisque la Congrégation générale, dans les prochains jours, aura pour tâche d'identifier les personnes qui formeront le gouvernement de la Compagnie, les premières journées de la phase « ad negocia », elle doit concentrer son attention sur la structure du gouvernement central de la Compagnie. Plusieurs contributions ont été présentées aux délégués pour leur permettre de réfléchir sur la configuration actuelle de la Curie générale.

En particulier, on a tracé l'évolution historique de la figure des assistants, et décrit leur travail exigeant en vue de préciser la description de leur tâche actuelle. Quatre congrégations générales (GC1, CG31, CG34, CG35) ont réfléchi et défini le rôle des assistants.

Actuellement, pour le gouvernement de la Compagnie, nous avons des assistants ad providentiam et des assistants régionaux. Les assistants ad providentiam sont au nombre de quatre et ils prennent soin du Général, de son mode de vie, de sa santé, de sa façon de gouverner, de sorte qu'il puisse accomplir convenablement son service de leadership. Les assistants régionaux aident le Général pour le gouvernement universel, compte tenu de leurs régions spécifiques et de leur expertise (selon des critères géographiques, thématiques ou autres). Ensemble, ils constituent le Conseil du Général. L'effort de renouvellement de la curie, ces dernières années, a été effectué en gardant à l'esprit qu'Ignace lui-même a invité à veiller à ce que le gouvernement central ne devienne pas une institution bureaucratique ; il faut plutôt que soit maintenue la conscience du leadership d'être un moyen de développer le corps de la Compagnie au service de Dieu et de l'Église.

Un autre sujet de discussion était la situation des conférences dans le monde. Plusieurs aspects ont été pris en compte: l'énorme diversité de structure en raison des origines historiques différentes, la relation entre elles, la connexion avec le gouvernement central, les relations avec les Provinces. Actuellement, il y a cinq conférences dans le monde: l'Afrique et Madagascar, l'Asie-Pacifique, l'Asie du Sud, l'Europe, le Canada et les États-Unis, l'Amérique latine.

Pour continuer à orienter leur travail sur ces questions, les délégués ont manifesté le désir d'entendre l'opinion de leur nouveau Supérieur Général. 


Une conférence de presse détendue
(29-Oct-2016)

Quelques jours seulement après son élection, le P. Arturo Sosa a rencontré quelque 70 journalistes dans l'aula de la Congrégation générale, son baptême de feu médiatique comme Supérieur général de la Compagnie de Jésus. Il a été présenté par le P. Federico Lombardi qui a mentionné que le nouveau Général avait été membre de la 33e Congrégation générale en 1983; il était alors le plus jeune délégué. Le P. Lombardi a noté les bonnes relations qui existaient entre le nouveau Général et le précédant, le P. Nicolás; il a aussi indiqué que le P. Sosa était effectivement le premier Général des jésuites qui n'était pas né en Europe.

Dans ses notes d'introduction, le nouveau Supérieur général a affirmé qu'il était en paix; que même s'il ne s'attendait pas à être élu, il avait confiance en Dieu et qu'il était prêt à servir la Compagnie de Jésus et l'Église dans son nouveau rôle. Il a aussi souligné combien il était reconnaissant à son prédécesseur, le P. Adolfo Nicolás, qui s'était donné entièrement à sa tâche. Il a ajouté que l'ancien Général retournait travailler selon la mission que son supérieur lui donnerait, comme tout jésuite qui quitte une responsabilité quelle qu'elle soit.  Finalement, le P. Sosa a clairement stipulé  qu'on ne s'attendait pas à ce que la Congrégation en cours change les orientations que les jésuites ont prises depuis des décennies maintenant, soit le service de la foi en même temps que la promotion de la justice. Par ailleurs, on sent le besoin de trouver les moyens les meilleurs et les plus efficaces de le faire, de nos jours, dans un monde diversifié et multiculturel et dans un contexte qui demande toutes sortes de collaboration.

On a eu environ 40 minutes pour les questions des journalistes, Une douzaine de questions ont été lancé au père Sosa, venant de journalistes représentant plusieurs pays dont l'Espagne, le Chili, l'Argentine, la France, les États-Unis et l'Italie, bien sûr.

La première question n'était pas une surprise : qu'est-ce que le Général aurait à dire sur la situation de son pays, le Venezuela? Le P. Sosa a reconnu qu'il avait passé une grande partie de sa carrière académique à étudier et à commenter la vie politique du Venezuela. Il a expliqué brièvement qu'un pays qui ne vivait que des dividendes d'une seule ressource naturelle, dans un système entièrement géré par le gouvernement, ne pouvait aisément vivre dans une véritable démocratie. Par ailleurs, il a insisté sur le fait qu'une large partie de la population espère que des ponts soient construits entre tous de sorte qu'un dialogue réel puisse permettre la construction d'un avenir qui puisse profiter à tous

Deux ou trois questions étaient liées au pape François, à ses relations éventuelles avec lui et plus largement aux liens entre le pape et les jésuites puisque ceux-ci font le vœu de le servir. On a aussi demandé au Général s'il aimait être identifié comme « le pape noir ». À cette dernière question, la réponse était un « non » clair ! Il a précisé comment, depuis la fondation de la Compagnie de Jésus, les jésuites ont voulu répondre aux demandes du pape pour servir là où on aurait besoin d'eux, parce qu'ils croient qu'en tant que pasteur universel, le pape a une vision universelle des besoins. Le P. Sosa a aussi mentionné qu'il avait rencontré le présent pape à plusieurs reprises, d'abord durant la 33e Congrégation générale, puis dans le contexte de son travail avec les centres sociaux en Amérique latine, en Argentine, et plus récemment dans le cadre de ses responsabilités comme Délégué du Général pour les œuvres et les maisons romaines. Leurs rencontres ont toujours été agréables et fructueuses.

On a aussi interrogé le P. Général sur la manière dont il avait été élu, sur les raisons de la démission de son prédécesseur et sur le fait qu'il était élu à vie. On lui a aussi demandé quelles étaient ses priorités et quels étaient les principaux défis auxquels font face les jésuites. Par chacune de ses réponses, il a pu éclairer son public sur le sens de sa fonction et plus encore sur l'engagement des jésuites à contribuer, humblement, et par leur attachement à Jésus, à la construction d'un monde qui donnerait priorité à chaque personne humaine. 


A quoi donc vont s'occuper les membres de la Congrégation?
(29-Oct-2016)

L'attention non seulement des jésuites mais de bien des gens s'est beaucoup centrée, depuis le 2 octobre jusqu'en fin de semaine dernière, sur l'élection d'un nouveau supérieur général des jésuites. Maintenant que le P. Arturo Sosa a été élu, pourquoi pense-t-on que les jésuites réunis en Congrégation générale passeront encore quelques semaines ensemble, à la curie générale?

Hier matin, lundi, l'aula a de nouveau accueilli les délégués. En premier lieu, le Père Général a fait une intervention, soulignant à nouveau l'héritage de son prédécesseur, le P. Adolfo Nicolás. Il a précisé que celui-ci avait demandé à pouvoir se retirer des travaux de la Congrégation, laissant à celle-ci toute liberté et l'assurant de sa prière. L'ancien Général prendra une courte période de repos avant de se dédier à son nouveau ministère, aux Philippines. Le P. Sosa a dessiné un tableau global du travail encore à faire.

C'est le secrétaire de la Congrégation, le P. Orlando Torres, qui a précisé les prochaines étapes. Une des tâches importantes de la Congrégation est de donner au nouveau Général des assistants; dans le lexique jésuite, on parle des « assistants ad providentiam » - pour assurer l'ensemble de la bonne marche de la Compagnie - et d'un « admoniteur », un compagnon proche qui a une attention particulière pour la santé, à tous points de vue, du Supérieur Général. Pour faire suite à des recommandations du Comité de coordination, on a proposé à l'assemblée de remettre à une date ultérieure l'élection de ces assistants du Général. On pense préférable de faire ces élections après avoir accompli une des tâches importantes de la Congrégation : la mise à jour des structures de gouvernance de la Compagnie au niveau universel pour chercher une plus grande efficacité apostolique.

Aussi un membre de la Commission sur la Gouvernance, le P. Mark Raper, a présenté les questions qui ont surgi des travaux préparatoires à l'assemblée plénière. Sans dévoiler le contenu des travaux ou des interventions, on comprend qu'il s'agit de s'interroger par exemple sur les relations entre la curie générale et les Provinces ou les Conférences en vue d'un plus grand service.  Le P. Raper a proposé aux délégués de prendre du temps, personnel et dans des réunions par groupes géographiques (on les appelle « assistances ») pour préparer d'éventuels décrets sur l'organisation du gouvernement central de la Compagnie. Après les rapports de ces rencontres et d'autres avis de certains experts, on en viendra d'ici quelques jours à des décisions sur ce chapitre.

C'est alors qu'on pourra chercher à identifier - et à élire - les assistants du Père Général qui pourront le mieux servir dans le cadre de la structure qui aura été choisie. 


Première homélie du nouveau Général
(29-Oct-2016)

Très chers frères,

Il y a quelques jours, dans cette même église du Gesù où reposent les restes de saint Ignace et de Pedro Arrupe, le P. Bruno Cadoré nous a invités à l'audace de l'improbable, en une attitude propre aux personnes de foi qui cherchent à en témoigner dans l'actualité complexe de l'humanité. Il nous a encouragés à laisser la peur derrière nous et à avancer vers le large, en une attitude à la fois créative et fidèle, au cours de la Congrégation générale.

Certes, l'audace dont nous avons besoin pour être des serviteurs de la Mission de Jésus Christ ne peut provenir que de la foi. Par conséquent, notre regard se tourne en premier lieu vers Dieu, parce que « un seul est votre Père, celui du ciel », comme nous le rappelle le passage d'Évangile que nous venons d'entendre. Et comme nous le rappelle la Formula Instituti au n°1 : « (le jésuite) aura soin, aussi longtemps qu'il vit, de tenir le regard fixé d'abord sur Dieu, ensuite sur la nature de son institut. » En effet, c'est le cœur entier que nous désirons en harmonie avec le Père Miséricordieux, le Dieu qui est tout amour, notre Principe et Fondement. Le cœur de chacun d'entre nous, et aussi le cœur du corps de la Compagnie.

Si notre foi est semblable à celle de Marie, la mère de Jésus et de la Compagnie de Jésus, notre audace peut aller encore plus loin et chercher non seulement l'improbable mais même l'impossible, car rien n'est impossible à Dieu comme le proclame l'archange Gabriel à l'Annonciation (Lc 1,37). C'est la foi même de sainte Thérèse d'Avila ou sainte Thérèse de Jésus, dont nous célébrons aujourd'hui la mémoire. Elle aussi, sans peur, elle s'est confiée au Seigneur pour entreprendre l'improbable et l'impossible.

Par conséquent, nous demandons au Seigneur cette foi, afin que nous, comme Compagnie de Jésus, puissions faire nôtres les mots de Marie dans sa réponse à l'appel extraordinaire qu'elle recevait : Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. Comme Ignace et les premiers compagnons, comme tant de frères qui ont milité et qui militent sous l'étendard de la Croix au seul service du Seigneur et de son Église, nous voulons nous aussi contribuer à ce qui semble aujourd'hui impossible : une Humanité réconciliée dans la justice, qui vive en paix en une maison commune dont on prend soin, où il y a place pour tout le monde parce que nous nous reconnaissons frères et sœurs, fils et filles d'un même et unique Père.

C'est pourquoi nous réaffirmons aujourd'hui la conviction de saint Ignace quand il écrivait les Constitutions : La Compagnie, qui n'a pas été fondée par des moyens humains, ne peut ni se conserver ni se développer par eux, mais par la main toute-puissante du Christ notre Dieu et Seigneur. Il faut mettre en lui seul l'espérance.

Avec l'espérance mise en Dieu et en lui seul, la Congrégation générale poursuivra ses délibérations et contribuera à la responsabilité de la conservation et du développement de tout ce corps (Const. 719).

Conserver et développer le corps de la Compagnie, voici des tâches étroitement liées à la profondeur de la vie spirituelle de chacun de ses membres et des communautés en lesquelles, comme compagnons, nous partageons la vie et la mission. En même temps, il faut une extraordinaire profondeur intellectuelle pour penser de façon créative les manières par lesquelles notre service de la Mission du Christ Jésus pourra être plus efficace, selon la tension créatrice du magis ignatien. Penser, pour comprendre en profondeur le moment de l'histoire humaine en lequel nous vivons et pour contribuer à la recherche d'alternatives afin de surmonter la pauvreté, l'inégalité et l'oppression. Penser, pour ne pas cesser de poser à la théologie les questions pertinentes et pour approfondir la compréhension de la foi que nous demandons au Seigneur d'augmenter en nous.

Nous ne sommes pas seuls. En compagnons de Jésus, nous voulons nous aussi suivre le chemin de l'incarnation, devenir semblables aux êtres humains qui souffrent les conséquences de l'injustice. La Compagnie de Jésus pourra se développer seulement en collaboration avec d'autres, seulement en devenant la petite Compagnie collaboratrice. Attention aux pièges du langage. Nous voulons accroître la collaboration, non pas seulement chercher d'autres personnes qui coopèrent avec nous et avec nos œuvres tout en évitant de perdre le prestige de la position de celui qui a le dernier mot. Nous voulons collaborer généreusement avec les autres, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église, en sachant par l'expérience de Dieu que nous sommes appelés à la Mission du Christ Jésus, mission qui ne nous appartient pas en exclusivité, mais que nous partageons avec tant d'hommes et de femmes consacrées au service des autres.

Sur ce chemin de la collaboration, nous trouverons aussi, avec la grâce de Dieu, de nouveaux compagnons qui augmenteront encore le nombre, toujours minime aussi grand qu'il soit, des collaborateurs et des autres invités à faire partie de ce corps. Il ne fait pas de doute que nous devons accentuer notre prière et nos efforts pour les vocations à la Compagnie et pour poursuivre la tâche complexe de leur offrir la formation qui fera d'eux de vrais jésuites, des membres de ce corps multiculturel, appelé à témoigner de la richesse de l'interculturalité comme visage de l'humanité créée à l'image et la ressemblance de Dieu.

Reprenons donc aujourd'hui, pour nous-mêmes, les paroles de l'apôtre Paul : que le Dieu de la persévérance et de la consolation vous donne d'avoir les uns pour les autres les mêmes sentiments, à l'exemple du Christ Jésus, afin que d'un même cœur et d'une seule voix vous rendiez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ.

En l'église du Gesù à Rome, le 15 octobre 2016

(originel en italien) 


Dans les appartements de saint Ignace
(29-Oct-2016)

Samedi matin, avant la première Eucharistie présidée par le nouveau Supérieur Général des jésuites, le P Arturo Sosa, on a célébré discrètement une courte liturgie, au Gesù, dans la chapelle des appartements de saint Ignace. Le nouveau Supérieur Général était accompagné d'un membre du conseil, le P. Joaquín Barrero, de l'archiviste de la Compagnie, le P. Brian Mac Cuarta, du plus âgé et du plus jeune des électeurs, le P. Bienvenido Nebres et le F. James Edema, et du diacre désigné pour la messe qui suivrait. Notre photographe était sur place.

Après un moment de prière silencieuse, le diacre a lu un extrait de l'évangile de saint Matthieu. Dans ce passage, Jésus rappelle à ses disciples qu'ils n'ont qu'un seul « Maître » et que le plus grand parmi eux doit être leur serviteur.

Dans le même esprit, un des électeurs, le P. Bienvenido Nebres, a alors rappelé au nouveau Général les qualités qu'il doit manifester, selon la description qu'en fait saint Ignace dans le 2e chapitre de la 9e Partie des Constitutions de la Compagnie de Jésus. Parmi les conseils du fondateur on peut souligner :

"Ne recherche pas l'estime et les honneurs des hommes, mais plutôt de plaire au Seigneur seul.
Aime la Compagnie, non comme ta possession, mais comme ce qui t'a été confié.Rappelle-toi donc que tu nous es donné comme guide, pour que nous puissions persévérer et croître sur ce chemin du ciel que constitue la Compagnie."

À la fin de cette lecture, le plus jeune jésuite parmi les électeurs, le F. James Edema, a présenté au Général la Formule de l'Institut et le livre des Constitutions en disant :

"Reçois la Formule de notre Institut et le livre des Constitutions dont tu es devenu aujourd'hui le gardien : travaille pour le bien universel de la Compagnie, pour que, avec la grâce de Dieu et ton bon service, ce corps apostolique à toi confié puisse se conserver et se développer dans la charité et dans le service du Christ et de l'Église son épouse."

En silence, le petit groupe a rejoint la grand nombre de concélébrants, au rez-de-chaussée, pour commencer la messe d'action de grâce.


Messe d'action de grâce présidée par le nouveau Général
(29-Oct-2016)

L'après-midi du vendredi 14 octobre, jour de l'élection, les membres de la Congrégation ont pu prendre un congé bien mérité. Ils se retrouvaient le lendemain matin à l'église du Gesù, pour la deuxième fois en deux semaines. Cette fois-ci, ils avaient la joie d'entourer leur nouveau supérieur général, le P. Arturo Sosa. Celui-ci avait donc l'occasion, dans son homélie, de proposer pour la première fois un message à teneur spirituelle, à partir de textes scripturaires choisis pour l'occasion.

La première lecture était tirée de la tradition sapientielle, du livre de Ben Sirac le Sage. Elle soulignait combien la recherche de la sagesse assure l'intelligence et ouvre le droit chemin pour les décisions à prendre. Celui qui a cette sagesse venue du Seigneur saura la répandre dans toutes les nations. Le psaume 88 rappelait que le Seigneur se plait de la fidélité de son serviteur. Un extrait de la lettre de saint Paul aux chrétiens de Rome exhortait ceux-ci à éviter ce qui provoque scandale et division, mais surtout à manifester persévérance et espérance en faisant tout en vue du bien du prochain. Dans l'évangile de saint Marc, Jésus invitait ses disciples à veiller en tout temps.

Dans son homélie, le nouveau supérieur général a d'abord rappelé que peu de jours plus tôt, à l'ouverture de la Congrégation générale, le Maître des dominicains nous avait invité à l'audace de l'improbable, ce qui caractérise une personne de foi. Le P. Sosa a poussé l'audace encore un peu : se référant à Marie, il a ouvert le chemin vers l'audace non seulement de l'improbable mais aussi de l'impossible car, « rien n'est impossible pour Dieu », avait dit l'ange Gabriel.

Le Général ajoutait : « Nous demandons donc au Seigneur que cette foi, parce que nous pouvons la faire nôtre, comme Compagnie de Jésus, celle des mots de Marie en réponse à l'appel extraordinaire reçu: 'Voici la servante du Seigneur, que tout se fasse selon tes paroles'. Comme Ignace et ses premiers compagnons, comme tant de frères qui ont combattu et ont vécu sous la bannière de la croix au service du Seigneur et de son Église, nous voulons aussi contribuer à ce qui semble impossible aujourd'hui: une humanité réconciliée dans la justice, vivant en paix dans une maison de commune bien ordonnée, où il y a place pour tout le monde parce que nous nous reconnaissons frères et sœurs, fils et filles du même Père et unique. »

Le Père Général a ensuite insisté sur le fait que nous ne sommes pas seuls pour accomplir cette tâche, nous l'accomplissons dans la collaboration. Non seulement celle de collaborateurs et collaboratrices dans nos œuvres, mais en nous faisant nous-mêmes collaborateurs de gens qui, à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Église, sont impliqués dans une mission qui ne nous appartient pas en exclusivité, mais nous partageons avec beaucoup d'hommes et de femmes consacrées au service des autres. 


P. Arturo Sosa SJ, 31e père général de la Compagnie de Jésus
(29-Oct-2016)

La 36e Congrégation générale de la Compagnie de Jésus a élu le P. Arturo Sosa Abascal, de la Province du Venezuela , comme supérieur général.

Arturo Sosa est né à Caracas (Venezuela), le 12 novembre 1948. Il est le Délégué du Supérieur général pour la Curie et des œuvres interprovinciales de la Compagnie de Jésus à Rome et Conseiller du Père Général. Il a une maîtrise en philosophie de l'Université catholique Andrés Bello (1972) et un doctorat en Sciences politiques de l'Universidad Central de Venezuela.

Durant la 35e Congrégation générale, en 2008, il fut choisi par le Père Général Adolfo Nicolás comme Conseiller général. En 2014, il s'est joint à la curie de la Compagnie de Jésus, à Rome, comme Délégué pour la curie et pour les maisons et les œuvres interprovinciales de la Compagnie de Jésus à Rome. Il s'agit d'institutions qui dépendent directement du Supérieur Général des jésuites et pour lesquelles ce dernier nomme un délégué. Parmi celles-ci, on retrouve, en plus de la Curie générale, l'Université pontificale Grégorienne, l'Institut biblique pontifical, l'Institut oriental pontifical et l'Observatoire du Vatican; il supervise aussi plusieurs collèges et résidences internationales.

Entre 1996 et 2004, Arturo Sosa fut le supérieur provincial des jésuites du Venezuela. Auparavant, il avait été le coordonnateur de l'apostolat social dans ce pays et le directeur du Centro Gumilla, un centre de recherche et d'action sociale des jésuites au Venezuela.

Le P. Arturo Sosa a eu une longue carrière dans l'enseignement et la recherche. Il a occupé bon nombre de postes dans l'environnement universitaire. Il fut professeur et membre du Conseil de fondation de l'Université catholique Andrés Bello et recteur de l'Université catholique de Táchira durant dix ans. Il a fait la plus grande partie de sa recherche et de son enseignement dans le domaine des sciences politiques, dans plusieurs institutions.

En 2004, il a été invité par le Centre des études latino-américaines de Georgetown University, aux États-Unis, et a été professeur de la Pensée politique vénézuélienne à l'Université catholique de Táchira.

Il est l'auteur de plusieurs publications, principalement sur l'histoire et la politique du Venezuela. Le père  parle les langues suivantes : l'espagnol, l'italien et l'anglais et comprend le français.

Alors que l'élection du P. Sosa comme Supérieur général complète l'une des tâches principales de la 36e Congrégation général, les délégués ont encore bien du pain sur la planche. Il devront s'attaquer aux questions sur la mission, le gouvernement et l'état actuel de la Compagnie de Jésus. Les sujet pourraient aller des changements démographiques chez les jésuites dans les différentes parties du monde, jusqu'à la réponses de ceux-ci aux préoccupations environnementales, à la pauvreté et à la violence dans un monde en rapide changement.


La messe du Saint Esprit ou "La Sainte Eucharistie en vue de l'élection"
(29-Oct-2016)

Le jour de l'élection du futur Général, les électeurs se réunissent pour célébrer l'eucharistie; ils invoquent l'Esprit Saint une fois encore pour que celui-ci les inspire au moment du vote qui commencera immédiatement après la célébration.

Cette année, la messe est célébrée par le P. James Grummer, qui agit comme Vicaire Général de la Compagnie depuis l'acceptation de la démission du père Nicolás jusqu'à l'élection du nouveau supérieur général. La monition d'ouverture du célébrant dit clairement l'intention qu'ont les jésuites réunis. La voici : En cette Année sainte, durant laquelle l'Église tout entière est appelée à vivre la grâce et la tendresse de la miséricorde de Dieu, nous sommes invités à prier sans cesse l'Esprit Saint pour qu'il favorise l'unité des chrétiens et qu'il nous donne le courage de nous lancer en avant, au large, en demandant l'intercession de nos bienheureux martyrs, baptisés dans le sang pour l'amour du Christ et de son Église.

La liturgie de la Parole est toute orientée vers l'importance de l'Esprit Saint. Dans la première lettre de saint Paul aux Corinthiens, l'Apôtre rappelle que les dons de la grâce sont variés mais que c'est toujours le même esprit qui agit. En fin de compte, « chacun reçoit le don de manifester l'Esprit en vue du bien de tous ». Quant à l'évangile, il nous place au Cénacle, alors que les disciples sont réunis dans la prière. Ils entretiennent des peurs, mais Jésus leur apparaît et leur dit : « La paix soit avec vous ». Il leur dit aussi : « Recevez l'Esprit Saint ».

Après la célébration, les électeurs se rendent en silence à l'aula où, après une dernière admonition du P. Lisbert D'Souza, l'un des Assistants ad providentiam, commencera le vote en vue de l'élection d'un nouveau Général des jésuites. 


Orlando Torres SJ, secrétaire de la Congrégation
(29-Oct-2016)

Nous l'avions annoncé hier, les électeurs ont voté aujourd'hui, le 7 octobre, pour élire ces trois officiers: le secrétaire et les sous-secrétaires de la Congrégation.

Le P. Luis Orlando Torres, de Porto Rico, qui appartient à la Province Centre et le Sud des États-Unis (UCS), a été élu secrétaire de la Congrégation. Il est présentement supérieur de la communauté au College international du Gesù.

Le premier sous-secrétaire est le P. Agnelo Mascarenhas, de la Province de Goa; il est actuellement sous-secrétaire de la Compagnie.

Le deuxième sous-secrétaire est le P. Paxti (Franciso Javier) Álvarez, de la Province d'Espagne, actuellement à la curie de la Compagnie comme Secrétaire pour la justice sociale et l'écologie.

Leur tâche principale est de préparer, tout au long de la Congrégation, les Actes de la Congrégation, l'ensemble des documents officiels qui feront foi des échanges entre les membres. 


Non pas la même langue, mais le même langage - Arturo Sosa, SJ
(29-Oct-2016)

On peut se demander comment ce groupe d'hommes d'une centaine de pays, réunis dans cette belle salle de l'aula, peuvent véritablement se comprendre alors que chacun porte un bagage culturel qui, nécessairement, influence sa manière de comprendre, d'interagir, d'intervenir. Nous avons rencontré le P. Arturo Sosa, Vénézuélien, et lui avons posé la question.

Si les différences culturelles sont réelles, ceux qui sont réunis en Congrégation générale portent aussi un bagage commun, celui qui est lié à leur expérience des Exercices spirituels et à l'exercice du discernement. Ils ont un grand désir d'entendre la même voix, celle de l'Esprit Saint. C'est d'ailleurs ce qui a été ressenti au cours des derniers jours et qui a conduit à la première décision importante prise par l'assemblée, celle de se donner plus de temps avant de commencer les quatre jours de murmuratio qui mèneraient à l'élection du P. Général. Cet exercice a laissé place à l'Esprit et, de manière surprenante peut-être, a conduit à une décision unanime qui impliquait un changement du programme qui avait été prévu par le Comité de coordination.

La Formule de la Congrégation laisse beaucoup de flexibilité aux membres pour organiser leur travail. C'est vrai que le CoCo, responsable du bon fonctionnement du travail, doit faire des propositions. Il est d'ailleurs formé d'un représentant de chacune des Conférences de la Compagnie dans le monde, auquel s'ajoute le P. Général - dans le cas présent le Vicaire Général. Ce comité avait prévu commencer la murmuratio ce vendredi. Pourtant le sentiment commun - formé peu à peu par l'écoute de l'Esprit au cours des jours que nous venons de vivre - a poussé les membres à demander plus de temps. Nous sommes 212 électeurs; ceux parmi nous qui connaissent au point de départ le plus de membres en connaissent environ le tiers. Certains ne connaissent personnellement à peu près personne puisqu'ils n'ont pas eu la chance de participer à ce type de rencontre jésuite internationale. On a clairement exprimé le besoin de plus de temps pour la connaissance mutuelle.

Il y avait déjà, dans la méthode que nous avons utilisée, une façon de faire qui encourageait cette connaissance les uns des autres. Dix fois nous nous retrouvions en groupe d'une dizaine de compagnons, on y rencontrait chaque fois quelques nouveaux compagnons. Mais ces périodes de 90 minutes étaient somme toute courtes. Si l'anglais est compris par la grande majorité des participants, c'est souvent la langue seconde, la 3e ou la 4e langue de plusieurs; de même pour l'espagnol ou le français. Alors il n'est pas suffisant d'utiliser une langue commune pour faire le type de travail qui nous incombe; il nous faut arriver à partager un langage commun. C'est notre défi : utiliser un langage commun qui permette de nous écouter les uns les autres en laisser parler l'Esprit. En effet, l'Esprit Saint, lui, ne parle pas directement, il parle toujours à travers les voix humaines de chacun de nous. 

Nous avons donc trouvé important de prendre du temps pour nous assurer de trouver ce langage commun qui nous permette d’arriver à prendre les décisions qui soient l’expression de ce que l’Esprit veut nous inspirer, ce que nous nommons, dans le vocabulaire de la Compagnie, « la volonté de Dieu. »


Eucharistie à la basilique Saint-Pierre
(29-Oct-2016)

Ce matin, vendredi, les membres de la Congrégation et ceux des équipes qui les appuient se sont levés tôt. En effet, pour commencer la journée, ils ont tous fait le court parcours de la curie générale à la place Saint-Pierre. Une forte pluie les accompagnait : étaient-ce les bénédictions que le ciel leur prodiguait?

Ils sont d'abord passés par la Porte sainte de l'année de la Miséricorde. Cette année jubilaire promulguée par le pape François s'est ouverte le 8 décembre 2015 et se terminera bientôt, le 20 novembre 2016, jour de la fête du Christ-Roi. Cette tradition liée aux années jubilaires fait d'abord référence à Jésus lui-même qui a dit : « Si quelqu'un entre en passant par moi, il aura la Vie » (Jn 10,9). Le symbole de la porte implique aussi l'invitation à faire un pas en avant et à laisser quelque chose derrière. La démarche a du sens au moment où les jésuites s'apprêtent à élire un nouveau supérieur général.

Les électeurs ont ensuite célébré l'eucharistie dans la « chapelle de la Cathedra » ou de la chaire de saint Pierre. Le vitrail représentant la lumière que répand l'Esprit Saint convient parfaitement au contexte de la Congrégation générale. Cette chapelle est située directement derrière l'autel principal de la basilique. C'est le P. Bienvenido Nebres, le membre le plus âgé de la Congrégation, qui a assuré la présidence.

Durant sa courte homélie, le célébrant a fait ressortir les liens entre l'expérience de Pierre avec Jésus et la nôtre, comme compagnons de Jésus. En référence aussi bien à l'endroit où nous nous trouvions, la basilique Saint-Pierre, qu'à la basilique de Saint-Pierre en Gallicante, à Jérusalem, il a décrit les scènes du reniement de Pierre, de sa profonde contrition et du déjeuner sur la berge du lac, alors que Jésus, après sa résurrection, invite ses disciples à partager son repas. Dans les trois cas, ce qui ressort et ce qui peut nous inspirer, c'est l'amour de Jésus pour les siens. C'est à cet amour que nous sommes appelés à répondre, comme Pierre : « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t'aime ». En ce premier vendredi du mois, nous sommes invités à nous laisser rejoindre par le feu de l'amour universel du cœur de Jésus. 

Cliquez ici pour voir l'ensemble de l'album sur la messe à Saint-Pierre


La première session dans l’aula et la démission du père Nicolás
(03-Oct-2016)

Les membres de la Congrégation avaient déjà participé, au cours des deux jours précédents, à une séance d'information sur la manière de travailler dans l'aula, y compris l'utilisation des tablettes électroniques grâce auxquelles ils ont accès à la plupart des documents de travail. Aussi, ce lundi matin à 9h, pouvaient-ils commencer leur travaux.

En la fête de saint François Borgia, patron de la curie générale, le P. James Grummer a invité l'assemblée à se lever pour invoquer l'Esprit Saint en chantant le Veni Creator. Tout de suite après, il a invité le père Général à dire quelques mots. Celui-ci a annoncé qu'il confiait l'animation de la Congrégation au P. Grummer et qu'il l'avait choisi comme Vicaire général de la Compagnie pour la période qui précéderait l'élection du nouveau Général. Le P. Nicolás a alors préféré quitter la tribune pour s'asseoir parmi les autres membres de la Congrégation. On a repris la prière. Chaque jour, on peut prier avec les membres de la Congrégation car la prière de l'aula est disponible à tous dans la section « salle de prière » du site gc36.org.

Le père Grummer a alors présenté l'équipe des secrétaires qui prendraient en note le verbatim des échanges tout au long de la Congrégation. Puis les interprètes se sont présentés, chacun précisant ses langues de travail. On a mentionné les responsabilités de l'équipe technique. Puis, l'assemblée était prête à commencer officiellement ses travaux, la première étape étant de reconnaître que tous ses membres étaient présents, que la Congrégation était « complète ». L'équipe des médias s'est retirée puisque les travaux de la Congrégation sont menés à huis clos.

C'est au cours de l'avant-midi que le père Nicolás a présenté sa démission et a demandé à la Congrégation de l'accepter, ce qu'elle fit. Le père James Grummer, à partir de là, a pris la responsabilité de la Compagnie comme Vicaire général.

Photos de la session d'ouverture et de la démission


Le P. Cadoré, OP, à l’eucharistie d’ouverture: La foi de l’audace; la foi de l’humble serviteur
(03-Oct-2016)

Les 215 membres de la Congrégation générale des jésuites ont célébré la messe à l'église du Gesù, ce 2 octobre, pour ouvrir leur assemblée. L'eucharistie a été présidée par le P. Bruno Cadoré, le Maïtre de l'Ordre des Prêcheurs. Selon une tradition qui dure depuis longtemps, le supérieur des dominicains est invité à présider les funérailles du Général des jésuites. Cette fois-ci, cependant, le Maître a été invité à présider la célébration d'ouverture de la Congrégation qui va recevoir la démission du P. Nicolás. Ce sera de fait la première tâche de la Congrégation avant de discuter sur l'état de la Compagnie et d'élire le nouveau Général.

Le père Bruno Cadoré, a prononcé l'homélie que lui ont inspiré les textes de la liturgie du jour, ceux du 27e dimanche du temps ordinaire. Il s'agissait de textes du prophète Habacuc, de la lettre de saint Paul à Timothée et de l'évangile de Luc au chapitre 17.

Le père Cadoré a d'abord attiré l'attention sur la demande des apôtres à Jésus : « Seigneur, augmente en nous la foi ». Voilà l'attitude qui convient au début de cette Congrégation générale. L'homéliste précise pourquoi : « Cette foi est nécessaire - même si elle reste aussi modeste en apparence qu'un grain de moutarde - parce qu'il s'agit d'oser viser l'improbable : 'vous auriez dit à l'arbre que voici, va te planter dans la mer, et il vous aurait obéi'. Elle est nécessaire, de plus, parce qu'il s'agit de comprendre que, même si l'on vise l'incroyable, il faut oser dire aussi : 'nous sommes de simples serviteurs : nous n'avons fait que notre devoir'! Une assemblée comme la vôtre (...) se déploiera sans doute entre le devoir d'appeler sans cesse la Compagnie à oser l'audace de l' « improbable », et la volonté évangélique de le faire avec l'humilité de ceux qui savent que, dans ce service où l'humain engage toute son énergie, « tout dépend de Dieu ».

Cette audace de viser l'impossible était celle d'Ignace au temps où il fonda la petite Compagnie de Jésus. Est-elle possible à l'époque de crise que nous connaissons où des violences de toutes sortes se manifestent? Elle est possible, affirme le dominicain aux jésuites, si c'est « l'audace de faire entendre à travers vos engagements, vos paroles, vos solidarités, la voix toujours inattendue de Celui qui espère le monde, renverse la mort et établit la vie, Celui à qui vous cherchez à rendre la plus grande gloire ». Elle n'est possible que si elle s'appuie sur le conseil de Paul à son ami Timothée : « Trouver la force et la créativité de la fidélité dans le souffle en lequel nous tient l'Esprit qui nous conduit dans la rencontre et l'écoute de l'autre, qui creuse au cœur de l'homme le puits de compassion, qui consolide l'alliance indéfectible avec ceux qui nous sont confiés. »

Enfin, insiste le père Cadoré, si la foi dont ont besoin les apôtres doit être marquée par l'audace, elle doit être en même temps celle de l'humble serviteur, celle dont la vie est véritablement donnée pour les autres. « De quoi est-il, précisément, le serviteur ? D'une table, table des pécheurs, table de l'accueil de tous où sont invités aveugles et boiteux, pharisiens et publicains, adultères et hommes de bien. Votre fondateur, Ignace, priait ainsi: 'Seigneur Jésus, apprenez-nous à être généreux, à vous aimer comme vous le méritez, à donner sans compter, à combattre sans souci des blessures, à travailler sans chercher le repos, à nous dépenser sans attendre d'autre récompense que celle de savoir que nous faisons votre Sainte Volonté' ? N'est-ce pas une invitation, aujourd'hui encore, à nous mettre tous au service de cette table ? »

Pour lire le texte complet, cliquez ici


Qu'est-ce qu'une Congrégation générale ?
(23-Sep-2016)

Au cours des 476 ans depuis sa foundation, la Compagnie de Jésus s'est réuni seulement 35 fois en Congrégation générale. La 36e Congrégation se réunira à Rome le 2 octobre 2016. On réunit toujours une Congrégation générale à la mort ou à la démission du leader de la Companie - le supérieur général - pour choisir son successeur. On la réunit aussi quand le Général pense que des décisions doivent être prises sur des sujets majeurs sur lesquels il ne peut statuer ou sur lesquels il ne veut prendre seul de décision.
Le Général actuel de la Compagnie de Jésus, le P. Adolfo Nicolás, né en Espagne mais ayant œuvré surtout en Asie, a annoncé en décembre 2014 son intention de remettre sa démission. Le P. Nicolás a été élu en 2008 pour succéder au P. Peter-Hans Kolvenbach, SJ.
Pour plus d'info


Reliquaire
(23-Sep-2016)

Tout au long de son histoire, la Compagnie de Jésus a donné de nombreux Saints et Bienheureux à l'Église, dont quelques martyrs. La « Chiesa del Gesu » étant l'Église Mère de l'Ordre des Jésuites, un bon nombre de reliques étaient conservées dans sa sacristie, la plupart dans des récipients très simples.
Pour les exposer plus dignement et dans le respect des croyants, et plus spécialement encore pour mettre en valeur l'unité du corps de la Compagnie, nous avons éprouvé le besoin de les placer dans un reliquaire principal. Cela a été rendu possible par l'œuvre artistique généreuse de Maestro Ernesto Lamagna, un sculpteur italien de renommée internationale.
Pour plus d'info


Le manuscrit originel des Exercices Spirituels sauvés des acides
(06-May-2016)

Les encres acides avaient rongé le document, perforant nombre de feuilles et mettant en péril la préservation du document : le plus ancien manuscrit des Exercices Spirituels de Saint Ignace de Loyola, avec les nombreuses notes autographes du saint, a aujourd'hui été restauré. L'intervention a été présentée le 29 avril dernier, à l'Université pontificale grégorienne, lors d'une conférence à laquelle ont participé, entre autres, le Père Ignacio Echarte, Secrétaire de la Compagnie de Jésus, et la restauratrice Melania Zanetti (Université catholique du Sacré-Cœur). L'ouvrage est conservé par l'Archivum Romanum Societatis Iesu à la Curie Généralice de la Compagnie de Jésus, qui a proposé la restauration avec un financement de la Fondation Gondra-Barandiarán de Guecho en Biscaye, une province de la communauté autonome du pays Basque. La rénovation a été conçue par Carlo Federici (Université Ca' Foscari de Venise et Ecole de bibliothéconomie du Vatican) ; pour la désacidification des feuilles a été utilisée une suspension de nano-composites élaborée par un groupe de chimistes de l'Université de Florence.

 

 


Visite du Père Général à San Salvador
(06-May-2016)

Du 30 avril au 6 mai, le Père Général s'est rendu à San Salvador, El Salvador, pour une réunion commune des Conférences des Provinciaux Jésuites d'Amérique latine et de Canada-États-Unis. L'un des débats majeurs de la réunion portait sur la meilleure façon dont la Compagnie peut servir l'Église dans la région des Caraïbes. Dans son discours avant la réunion, le Père Général a insisté sur l'importance de progresser vers une mission universelle. Servir une mission commune, a remarqué le Père général, cela commence par l'acquisition de connaissances sur les différentes régions, ce qui mène ensuite à la collaboration. Cela nécessite de construire des réseaux, de réfléchir sur les priorités apostoliques communes et enfin de bâtir des projets apostoliques en commun. La réunion s'est terminée par une visite au tombeau de l'archevêque Oscar Romero dans la cathédrale de San Salvador, par une visite de la chapelle de l'hôpital où l'archevêque est mort et enfin par une visite sur le site du martyre du prêtre jésuite Rutilio Grande.