English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XV, n. 17 20 septembre 2011

    Le Père Général

     

    Lettre sur l'écologie.  Le  16  septembre, le Père Général à envoyé à toute la Compagnie une lettre sur le problème de l'écologie. Il y encourage les jésuites dans leur engagement pour la durabilité de la planète et les invite à une révision de leur vie personnelle, du style de vie communautaire et des pratiques institutionnelles, pour les mettre en accord avec cette mission de réconciliation avec la création. Il souligne en même temps la nécessité d'une conversion du cœur, pour que, reconnaissant envers Dieu pour le don de la création, il puisse prendre l'engagement que la situation demande. La lettre renvoie aussi à un document qui a été publié le même jour, intitulé Guérir un monde brisé. Ce document a été élaboré en 2010 par un groupe de travail -une task force- formé de jésuites et de laïcs, hommes et femmes, provenant des différentes Conférences de Provinciaux de la Compagnie. Ce groupe avait été convoqué par le Père Général et a été aidé par les Secrétaires pour l'Education supérieure et pour la Justice sociale et l'Ecologie.  Le document, rigoureux et profond, offre une synthèse de la situation de notre terre, signalant les tendances qui caractérisent aujourd'hui les changements du climat. Il reprend aussi les motifs de notre engagement en ce domaine : les menaces climatiques qui pèsent sur beaucoup de populations avec lesquelles la Compagnie travaille ; les racines bibliques et les appels de la doctrine sociale de l'Eglise et de la spiritualité ignatienne ; la demande de la dernière Congrégation générale ; l'invitation à collaborer sur ce terrain qui nous est lancée par des mouvements civils et ecclésiaux.  Le texte se termine avec une série de recommandations très importantes, adressées à nos communautés et institutions, à nos centres spirituels, pastoraux et universitaires, aux moyens de communication, à la formation et la planification de nos Provinces et Conférences, indiquant des possibilités et donnant des suggestions pratiques. Le document a été publié par le Secrétariat pour la Justice sociale et l'Ecologie et constitue le n° 106 de sa revue Promotio Justitiae. Il se trouve sur internet : http://www.sjweb.info/sjs/PJnew/index.cfm?LangTop=2


    A la Curie

     

    Du 19 au 22 septembre se déroule à la Curie la Rencontre des Présidents des Conférences de Provinciaux. Comme lors des dernières années, cette rencontre des Présidents avec le Père Général a trois objectifs principaux : informer le Père Général sur les questions les plus importantes au niveau des différentes Conférences ; permettre  un échange d'informations entre les Présidents ; informer la Curie généralice sur la situation de la Compagnie dans le monde. Entre autres points de l'ordre du jour, les Présidents aideront aussi le Père Nicolas en participant au débat sur la réponse de la Compagnie aux problèmes touchant à l'écologie, en examinant les réponses que la Compagnie donne aux décrets de la CG 35 ; en discutant sur l'apostolat intellectuel, la préparation de la prochaine Congrégation des Procureurs, et la commémoration du bicentenaire de la Restauration de la Compagnie, en 2014. 


    Dans les Provinces

     

    AFGHANISTAN : Engagements avec les jeunes

    Dans un pays déchiré par la guerre et par le terrorisme, les jeunes Afghans, qui représentent 68 % de la population, veulent la paix et la sécurité, et rêvent de pouvoir bénéficier d'un parcours de formation, comme tous les jeunes du monde. L'Eglise se doit de les aider à réaliser ce rêve, et telle est la mission de la Compagnie et des volontaires du JRS. C'est ce qu'affirme le Père jésuite indien Stan Fernandes, directeur du JRS-Afghanistan. Sur 33 millions d'Afghans, « les rebelles sont environ 10.000, mais ils concentrent sur eux l'attention de la communauté internationale. Notre mission est de donner la parole et l'espérance aux 99,9 % de la population afghane qui luttent chaque jour pour avancer et construire un avenir meilleur. Les jeunes, qui ont vécu la guerre et l'exil, guideront demain leur nation ». Le JRS opère en Afghanistan depuis 2005, lorsqu'un groupe de jésuites indiens a lancé des programmes dans le domaine éducatif. Aujourd'hui, à la Technical High School de Herat, 600 élèves suivent des cours d'électricité, électronique, construction, commerce. Depuis 2006, on enseigne également l'anglais, l'informatique, la biologie et la physique à plus de 3000 étudiants universitaires à Herat, Bamiyan et Kaboul. Dans la ville de Sohadat, à 35 km de Herat, les jésuites, dans un autre programme, assistent les réfugiés qui reviennent en Afghanistan, leur fournissant aide alimentaire, services sanitaires et instruction, dans une école élémentaire fréquentée par plus de 200 enfants et dans une clinique qui soigne 250 patients par semaine.  Il y a aussi des programmes de formation et de développement destinés aux femmes.

     

    AFRIQUE : Le SIDA e la Compagnie de Jésus

    Le Père Thuadi, un jésuite de l'Afrique Centrale, a découvert qu'AJAN (le Rèseau Jésuite Africain contre le SIDA) possède une profonde identité jésuite, en suivant directement les traces de Saint Ignace. « Prendre soin des malades faisait partie intégrante de l'apostolat de nos premiers compagnons à Rome, et de la Compagnie fondé en 1534. Ils ont soigné les personnes qui souffraient de la peste. » En outre, Père Thuadi souligne qu'AJAN met un accent sur le fait de s'attaquer aux problèmes liés au SIDA par le biais de l'éducation et la formation, conformément à la tradition pédagogique ignacienne. « Je vois d'ici le mérite de nos actions et de leur portée sans oublier les défis qui nous attendent, » ajoute-t-il. Le novice Adam se penche également sur l'histoire des Jésuites lorsque, réfléchissant sur son temps á  Maison AJAN, á Nairobi, il dit: « En 1646, Athanasius Kircher dessina une illustration représentant la mission de la Compagnie de Jésus dans le monde comme un arbre géant avec des nombreuses branches et des centaines de feuilles chacune représentant une communauté jésuite. Ce dessin - le Horoscopium Catholicum Societatis Jesu - m'ai rappelé la réponse de l'Église au VIH/SIDA. « J'ai vu comment le travail des Jésuites et de leurs collaborateurs est une petite, mais importante partie d'une réponse bien plus vaste - une des nombreuses branches sur un grand arbre ».

     

    ALLEMAGNE : Trouver Dieu dans les films

    Le troisième Festival de cinéma « Inigo » a été lancé à Madrid le 16 août dernier, au milieu des JMJ. Patronné par la Conférence des Provinciaux d'Europe, le festival présentait une sélection de courts métrages du monde entier. Comme les festivals précédents, celui de cette année s'ouvrait aux jeunes cinéastes s'intéressant aux dimensions spirituelles de l'existence. Il a honoré des films qui reflètent les aspirations et expériences spirituelles des jeunes d'aujourd'hui en évoquant la présence et/ou l'absence de Dieu dans notre monde moderne sécularisé ou en prenant en compte les deux dimensions liées de la foi et de la justice. Le programme comprend 18 films internationaux, choisis parmi plus de cent films reçus. Les trois meilleurs courts-métrages ont reçu les « Prix Inigo » ; il y avait deux autres prix : le « Prix du public » (non monétaire), à un film choisi par les spectateurs, et le Prix « Fidel Goetz pour un nouveau cinéaste », qui consiste en software professionnel de haute qualité (FCP Studio Pro) et en une somme d'argent pour venir au Festival. A chaque prix s'ajoute du software supplémentaire fourni par Showbiz (Hollywood). Le gagnant fut Smolarze (Pologne) par Piotr Zlotorowicz ; le second prix revint à 5 minutes each (Canada/Serbie/Montenegro) par Vojin Vasovic, et le troisième à The song of Wandering Eamonn (Irlande/Royaume Uni) par Conor Heffernan. Le Prix « Fidel Goetz  pour un nouveau cinéaste » fut attribué à un film sri-lankais, Regrets, par Shalini Tharmalingan, et le Prix du public à The Moment, film irlandais par Paddy Slattery. (www.tiffestival.org).

     

    ASIE-PACIFIQUE : Voler et sauver l'environnement

    Les jésuites d'Asie-Pacifique ont lancé un projet, carbon-offset, qui vise à la réduction des émissions de dioxyde de carbone pour diminuer l'impact des voyages aériens sur l'environnement. Flights for Forests (Vols pour les forêts) est le nom du projet, qui a été présenté en juillet dernier à l'assemblée de la Conférence des jésuites d'Asie-Pacifique à Chiang Mai, en Thaïlande. « Les vols contribuent fortement au réchauffement global, a dit le Père Mark Raper, Président de la Conférence, et comme notre mission de jésuites oblige beaucoup d'entre nous à prendre l'avion souvent, essayons d'atténuer les dommages que nos voyages aériens causent à l'environnement ». Le Provincial des jésuites d'Australie, le Père Steve Curtin, a commenté : « C'est une initiative importante, qui a une valeur à la fois symbolique et pratique ». Flights for Forests n'est pas réservé aux jésuites, a souligné encore le Père Raper, mais « ouvert à quiconque, en quelque partie du monde que ce soit, voudra s'unir à nous dans cet effort de réconciliation avec la création ». Le projet sera géré par Environmental Science for Social Change », Institut de recherche de la Compagnie aux Philippines, dirigé par le Père Peter Walpole. Les participants à l'initiative paient cinq dollars américains pour chaque vol effectué et les contributions alimentent un fonds pour financer les initiatives visant à sauver les forêts, et qui sont prises par des groupes de jeunes du Cambodge, de l'Indonésie et des Philippines. Pour obtenir plus de détails sur le projet et sur la manière d'y participer, consulter http://sjapc.net/sites/default/files/flights_for_forests_july_2011.pdf.

     

    COLOMBIE : Le Provincial parmi les leaders de 2011

    La Fondation Liderazgo y Democracia et la revue Semana, avec le soutien de Telefonica, ont attribué un prix, le 25 août dernier, aux dix meilleurs leaders du pays pour 2011. Parmi eux figure le Père Francisco de Roux, Provincial actuel des jésuites de Colombie. Le but de ces prix est de contribuer à améliorer la culture du leadership public en Colombie, instrument essentiel du progrès de la société. Quand le Père Francisco de Roux décida, au milieu des années 90, de laisser le monde intellectuel où il vivait à Bogotà pour aller construire un laboratoire pour le développement et la paix dans la région du Magdalena Moyen, il ne pensait pas être en train d'inventer une méthode qui serait imitée dans tout le pays. Son projet a séduit divers groupes européens disposés à aider la Colombie à surmonter sa crise humanitaire. A  partir d'une expérience concrète, il a montré qu'on ne peut pas parler de paix sans parler de développement et de réduction de la pauvreté. Pendant plus de quinze ans, avec les paysans de Barrancabermeja, Yondo, Cimitarra et autres communes de la région, il a développé un projet pour renforcer l'économie rurale et le leadership des communautés soumises à la violence de groupes armés. « Père Francisco, lui a dit le Président de la Colombie, Juan Manuel Santos, vous avez non seulement mis sur pied des projets efficaces dans le Magdalena Moyen, mais aussi semé la paix et l'espérance avec des programmes d'éducation, de vie ensemble et de résolution des conflits. Et vous l'avez fait sous les constantes menaces de violence, toujours affrontées avec dignité et sans jamais baisser la tête. Votre œuvre de grande valeur et votre engagement pour les paysans de Colombie sont pour le pays un exemple de dévouement à une noble cause : transformer la vie des  plus faibles ».  

     

    ESPAGNE: Le Chemin Ignatien

    À l'initiative et sous l'impulsion de la Compagnie de Jésus, un petit groupe de laïcs et jésuites ont commencé à recréer la façon dont le chevalier Ignacio de Loyola, en 1522, de Loyola s'est rendu à la ville de Manresa. Notre objectif est de fournir une expérience de pèlerinage pour les hommes et les femmes du XXI e siècle, selon la démarche spirituelle de cet homme extraordinaire. Il est connu comme Camino de San Ignacio, le chemin décrit dans ce guide, de la maison natale d'Ignace de Loyola (une tour-palais de Azpeitia dans le Pays Basque) à ce qui est connu comme le Cova de Sant Ignasi dans Manresa (près du monastère de Montserrat, en Catalogne). Après sa conversion spirituelle à Loyola, Ignacio sentit un désir ardent de suivre Jésus-Christ, comme beaucoup d'autres l'avaient fait, et sortit de la vie qui avait jusqu'alors été la sienne, comme fils d'une famille noble. Ignacio  décida d'aller à «contre-courant» et il se mit en route sur le chemin de Jérusalem, à la suite du Camino Real, qui le conduisait à Barcelone. Il pensait prendre là un bateau pour poursuivre son pèlerinage en Terre Sainte. Les pèlerins sont entraînés par la soif de trouver. Mais il ne suffit pas d'atteindre la fin du parcours. Ce que vous cherchez n'est pas matériel, mais le pardon et la réconciliation, une nouvelle direction ou un nouveau cours de votre vie. Le pèlerin d'aujourd'hui cherche à éviter le «mirage des consommateurs", comprise comme une recherche constante du plaisir, de la jouissance, avec peu d'accumulation de réflexion. Voir: http://caminoignaciano.org/?lang=en

     

    EUROPE : M. Draghi et les jésuites

    L'Italien Mario Draghi est le nouveau Président de la Banque centrale européenne. Peu savent sans doute qu'il a reçu une partie de sa formation à l'Institut Massimiliano Massimo de Rome, dirigé par la Compagnie. Plus d'une fois, dans des déclarations ou interviews, il a reconnu que l'éducation reçue des pères jésuites lui a donné "épaisseur culturelle, équilibre et cohérence de la pensée". Draghi a joué un rôle important au  cours de la dernière décennie, surtout pendant la période de l'assainissement partiel des finances publiques, de l'entrée de l'Italie dans la zone euro et du programme de privatisations qui a changé la culture du marché en Italie. Un article du Corriere della Sera (le quotidien le plus lu d'Italie), publié le lendemain de sa nomination à la Banque européenne, souligne l'influence particulièrement bénéfique que la formation reçue à l'Institut Massimo a exercé sur sa croissance humaine et professionnelle -constituant une base excellente à sa prestigieuse carrière-. Des souvenirs qu'un de ses camarades d'école, Luigi Abete (Président de la BNL -Banque Nationale du Travail-), a gardés de lui et qu'il rapporte dans le même journal, ressortent quelques-unes de ses qualités : zélé, studieux, doué, très sportif. Abete décrit le collège Massimo des années 50 comme "une école ayant une identité forte.... Ils nous ont enseigné que si tu fais partie des gens privilégiés, tu dois penser aussi aux autres".

     

    INDONESIE : Un film sur un évêque jésuite

    Un film sur Monseigneur A. Soegijapranata, jésuite, premier évêque catholique natif de l'Indonésie et nommé en 1940, est en voie de réalisation. Le film s'intéressera à sa vie pendant la révolution qui a suivi l'indépendance du pays. Il s'est engagé dans la lutte pour la défense de la liberté conquise, contre une autre occupation étrangère. Quand le gouvernement central se transféra de Jakarta à Yogyakarta, il y transféra lui aussi son bureau, pour pouvoir combattre aux côtés des leaders du moment, le Président Sukarno et le Vice Président M. Hatta, dans la lutte pour préserver la souveraineté de la république. « Derrière ce projet de film, il y a un groupe de personnes courageuses, convaincues que dans ce monde d'intolérance et de fanatisme religieux, l'Indonésie a faim d'esprit de pluralisme et de modèles d'amitié. Mgr Soegijapranata est un de ces modèles, et un des nombreux héros ignorés de la lutte de l'Indonésie pour l'indépendance », dit le Père Greg Soetomo, SJ, directeur de HIDUP, revue catholique nationale don le siège est à Jakarta. La production du film doit débuter ces semaines-ci et devrait être terminée pour Noël.

     

    ITALIE : Missiologie et théologie des religions

    Profondeur et ouverture, unies dans un programme d'études personnalisé, qui approfondisse les thèmes majeurs de la missiologie et de la théologie des religions : telle est l'initiative de l'Université Grégorienne à Rome, où se forment des étudiants venant de 125 pays différents, et où la Faculté de Missiologie a décidé de mettre en œuvre une pédagogie renouvelée. Dans un monde toujours plus « global » et pluraliste, on veut donner aux étudiants la possibilité de développer une capacité de réflexion exigeante, qui unisse profondeur et ouverture. La Faculté de Missiologie comprend en son sein à la fois la missiologie, qui apprend aux étudiants à réfléchir de façon critique sur la nature et les méthodes de l'action missionnaire, et la théologie des religions, qui approfondit l'étude des autres religions et cultures, en les enrichissant de la connaissance de la tradition catholique. La théologie des religions se divise de son côté en trois sections : Religions et cultures de la Méditerranée, qui étudie cette région riche de cultures, où sont d'importance fondamentale les relations internationales et la recherche commune de la paix et de la justice ; Etudes islamiques, qui vise à l'acquisition de bases solides sur l'histoire et la pensée religieuse de l'islam, et d'une perspective chrétienne claire et compétente sur l'islam ; et Religions et cultures de l'Asie, pour l'étude de l'histoire et des traditions intellectuelles des cultures et des religions de ce continent.

     

    JAPON : Rencontre des collèges universitaires d'Asie à Tokyo

    La 19ème Conférence de l'Association des collèges universitaires et universités catholiques de l'Asie de l'Est et du Sud Est (ASEACCU) s'est tenue du 25 au 27 août à l'Université Sophia de Tokyo. Les quelque 135 étudiants et professeurs qui y ont participé venaient d'Australie, Indonésie, Japon, Corée du Sud, Philippines, Taïwan et Thaïlande.  Le lieu et le thème de la Conférence changent chaque année. Il y a deux ans, elle a eu lieu à Sydney et s'est penchée sur les questions de bioéthique et les problèmes de la vie, tandis que l'an dernier, en Thaïlande, on a abordé les points de vue catholiques sur les défis de l'éducation. La rencontre de cette année, sur le thème Prendre soin de la création, s'est intéressée aux perspectives asiatiques sur la gestion de la terre par l'homme. Le dernier jour de la Conférence, les participants ont été invités dans un hôtel de Tokyo où les étudiants, revêtus des costumes caractéristiques de leurs pays respectifs,  ont exécuté des chants et des danses traditionnelles. Satomi Sugimoto, de la Seisen University de Tokyo, a déclaré : « Nous avons pu entrer en relations avec des personnes provenant de toute l'Asie. Cela a été très important ».  Rappelant les difficultés causées par le désastre de cette année, il a ajouté : « Que la Conférence ait eu lieu au Japon a eu aussi, je crois, un sens très fort. Nous avons pu montrer à tous que le Japon a la force de surmonter même le tremblement de terre ». 

     

    TANZANIE : Changer la vie par l'éducation

    Le Père Martin Connell, jésuite de la Province de Chicago-Détroit, se trouve en ce moment à Dodoma, en Tanzanie (Province d'Afrique orientale), avec la charge d'Assistant du Provincial pour l'éducation et de Président du centre éducatif Our Lady Queen of Peace et de son lycée St Peter Claver. Le Père Connell enseignait à l'Université Loyola Marymount quand on lui demanda s'il se sentait prêt à laisser sa charge pour aller créer un nouveau lycée en Tanzanie. Sa réponse fut : « Certainement ». L'école, qui a ouvert ses portes en janvier 2011, compte actuellement 140 étudiants, garçons et filles, et comprend un internat de quatre étages avec deux ailes, pouvant loger chacune 640 étudiants. Comme établissement d'éducation, le collège met les filles sur le même plan que les garçons, sans quoi les filles seraient contraintes d'assurer les travaux de la maison quand elles reviendraient de l'école. « Ceux qui connaissent les jésuites, dit le Père Connell, ne sont pas surpris que la Compagnie croie au pouvoir de transformation de l'éducation, comme un lien entre l'apprentissage et un avenir meilleur pour les étudiants. Mais l'éducation permet aussi aux individus d'améliorer la vie de leurs concitoyens. Ici en Tanzanie,  nous croyons qu'elle n'aidera pas seulement à améliorer la qualité de vie de nos étudiants et de leur communauté, mais qu'elle soutiendra une démocratie mieux informée et aidera les Tanzaniens à réduire la pauvreté dans laquelle beaucoup vivent chaque jour ».    

     


    Nouveau sur SJWEB

     

    La page principale de SJWeb (www.sjweb.info ) a été légèrement remaniée. Dès à présent les Saints et Bienheureux de la Compagnie sont affichés leur jour de fête. La série de photos changeant chaque jour a été renouvelée . Jusqu'à la fin de cet année, chaque jour une photo de Magis 2011 en Espagne est projetée.
    Dans la section des nouvelles il y a un lien vers une page Flickr où on peut trouver des photos (et vidéos) de la visite du Père Général à la Province de Loyola en Septembre 2011. Le discours inaugural du Père Général à la célébration des 125 ans de l'Université de Deusto peut être trouvé ici: http://www.sjweb.info/documents/ansj/110909_125%20anniv.%20Deusto_Lectio%20repartida.pdf (en Espagnol).