English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XV, No. 10 5 mai 2011

    Nominations

     

    Le Père Général a nommé :

     

    -  le Père Jude Odiaka Provincial d'Afrique Nord-Occidentale. Le Père Odiaka, qui a terminé son Troisième An, est né en 1970, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1990 et a été ordonné prêtre en 2003.

     

    -  le Père Mieczyslaw Smyda Provincial du Brésil Centre-Oriental. Le Père Mieczyslaw, jusqu'ici directeur du Colégio Santo Inácio de Rio de Janeiro, est né en 1957, est entré dans la Compagnie en 1973 et a été ordonné prêtre en 1984. 


    Dans les Provinces

     

    AUSTRALIE : 60 ans après, une nouvelle école.

    Après 60 ans, les jésuites vont ouvrir bientôt une nouvelle école à Redfern, à la périphérie de Sydney. L'école ira au cœur du projet éducatif de la Compagnie, visant l'égalité des chances pour tous. Elle prendra probablement le nom de Jarjum College et sera destinée aux étudiants des populations autochtones, en particulier ceux qui ont abandonné l'école ou la fréquentent de manière irrégulière pour divers motifs d'inadaptation sociale. L'école donnera à ses élèves la possibilité d'étudier dans un cadre moins formel, pour rattraper les années perdues et avoir de meilleures chances pour l'avenir. L'école est une initiative promue par St Aloysius College de Milsons Point, mais elle acquerra rapidement son autonomie et son indépendance. Madame Béatrice Sheen, la directrice, dit être émue et honorée d'être impliquée dans ce projet, qui peut changer la vie des jeunes garçons, mais elle est aussi convaincue que le succès d'une école dépend en grande partie de l'appui qu'elle reçoit de la population au service de laquelle elle se met. « Cette école, affirme-t-elle, appartient à la communauté, au peuple, et c'est ainsi que je désire la faire marcher ». Jarjum College offrira un soutien à court terme aux garçons posant des problèmes, les réinsérant ensuite, dans la mesure du possible, dans la filière principale du système scolaire. Mais Béatrice ajoute que, lorsque les besoins de la communauté seront identifiés, le modèle pourrait changer.

     

    BOLIVIE : Assassinat d'un journaliste de Fides.

    La Société interaméricaine de la presse (SIP) demande aux autorités de la Bolivie de fournir des informations précises sur l'assassinat du journaliste David Nino de Guszman, rédacteur en chef de l'agence de presse Fides dirigée par les jésuites boliviens, et qui a été trouvé mort le 21 avril sur la rive du fleuve Orkajahuira, à La Paz. « Il faut suivre de toute urgence toutes les pistes de recherche, pour retrouver les coupables », a déclaré Gonzalo Marroquin, Président de la SIP, dans une note du siège central de l'organisation à Miami.  Aux Etats-Unis, le Comité pour la protection des journalistes (CPI) s'est joint à la SIP pour réclamer « des enquêtes exhaustives sur ce qui est arrivé ». Selon des sources boliviennes d'information, citées par l'agence italienne Misna, le cadavre du journaliste disparu le 19 avril portait des blessures dues à une explosion. Il n'y a pour le moment aucune hypothèse concrète sur le mobile de l'assassinat ni sur ses auteurs. La Conférence épiscopale elle-même, déplorant ce crime, a demandé aux autorités compétentes de « faire la lumière le plus rapidement possible sur cet événement douloureux ».

     

    ESPAGNE : La plus ancienne école des jésuites.

    L'école Nuestra Senora de Montesión, à Palma de Majorque, est une des école des jésuites plus ancienne au monde, fondée par cinq jésuites majorquins le 23 août 1561, cinq ans à peine après la mort de Saint Ignace. Cette école a été jusqu'à aujourd'hui activement engagée dans l'éducation des jeunes et a joué un rôle important come centre de culture dans l'île. Cette année est marquée par le 450ème anniversaire de ses modestes débuts, et l'école a voulu le célébrer dignement. L'année des 450 ans a été inaugurée le 23 février dernier dans la salle de conférences rénovée. Avec la communauté des enseignants et des élèves, beaucoup de personnalités du monde politique et ecclésial étaient présentes à la célébration. La cérémonie a été ouverte par un discours du Père Joaquin Barrero, Assistant du Père Général de la Compagnie pour l'Europe méridionale, sur le thème : Les Jésuites et l'éducation, aujourd'hui et à l'avenir. Et une intervention du Père Peter Lobell, directeur général de l'école, a conclu la célébration. Les élèves ont apporté leur collaboration en offrant un magnifique spectacle musical, et ils se sont joints à la fin au reste de la communauté pour des rafraîchissements et un dîner dans la superbe cour de l'école. Tous ces mois-ci, le programme des activités prévoit des concerts, le tournage d'un film, et un dîner de bienfaisance.

     

    ESPAGNE : Catéchèse on line.

    Dans le but de préparer les jeunes aux prochaines Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) de Madrid, auxquelles participera le Pape Benoît XVI, la Compagnie de Jésus offre une catéchèse on line, sur la page web du projet Magis (www.magis2011.org). Le programme de catéchèse, dénommé « 12 pas », offre aux pèlerins la possibilité de suivre les étapes et de les compléter avec une invitation à réfléchir sur leur vie. Jusqu'ici ont été publiés les pas : ambition, foi, radicalité, idéaux et mission. La page, qui reçoit la visite de jeunes des cinq continents, offre aussi des vidéos avec des propositions de Magis et des documents divers réalisés dans d'autres pays comme les Etats-Unis ou l'Irlande. Des concours ont également été également lancés, comme le « Poster Magis » ou « Le logo dans le monde ». Ce dernier concours a été la première initiative lancée : elle invite à se prendre en photo avec l'image de Magis en quelque endroit de la planète. Les photos continuent à arriver au siège central et proviennent des lieux les plus disparates, comme Londres, Jérusalem, le Kenya ou Boston.

     

    ITALIE : En l'honneur du Père Kino.

    Segno, dans la Province de Trente, ville natale du Père Eusebio Francesco Chini (ou Kino), a ouvert les célébrations du troisième centenaire de sa mort  (cf. Annuaire de la Compagnie de Jésus 2011, pp. 8-12) par un pèlerinage, en mars dernier, au Mexique et aux Etats-Unis, visitant les lieux où le missionnaire a mené son activité. On  attend pour le mois de juin les débuts du musical qui raconte la vie et les œuvres du P. Chini ; il sera joué sur la place de Segno, le centre où le Père est né et d'où il partit pour traverser l'océan. Ce spectacle sera la plus importante de nombreuses initiatives qui se joindront à celles de l'Amérique centrale, où le Père Chini est regardé comme un saint. « Notre missionnaire, dit Alberto Chini, président de l'association culturelle dédiée au religieux, est arrivé en Amérique pendant le dernier quart du dix-septième siècle. Il a travaillé dur, aidé les gens en partageant leurs difficultés quotidiennes. Il a prêché la religion et enseigné à cultiver la terre et à élever du  bétail, a lutté aux côtés des paysans contre l'oppression de la domination espagnole et est ainsi devenu un symbole et une référence populaires. Quand ils furent retrouvés au début du vingtième siècle, le journal et les lettres du jésuite ont confirmé ce que les habitants de Sonora et d'Arizona racontaient depuis des générations ». Parmi les célébrations est aussi au programme un congrès international, au cours duquel différents spécialistes examineront, sous ses divers aspects, la figure du Père Eusebio Chini. 

     

    INDE : Les jésuites contre la corruption.

    L'Eglise de l'Inde s'engage fortement dans la lutte contre la corruption ; elle envoie des messages clairs aux hommes politiques sur l'urgence de « moraliser la vie publique, pour rendre ce service aux citoyens et contribuer au bien commun ». Les jésuites indiens, engagés dans le Secrétariat d'Action sociale, ont eux aussi rendu public et envoyé aux autorités gouvernementales un Memorandum en neuf points, qui offre des propositions concrètes pour la lutte contre la corruption. A la suite d'une protestation non violente des chrétiens, le mois dernier, le gouvernement a accueilli leurs remontrances et promis la création d'une commission de 10 membres, pour rédiger un projet de loi anti-corruption. Dans leur Memorandum, les jésuites proposent d'instituer une autorité indépendante contre la corruption, dénommée Lokpal, dans chaque Etat de l'Inde, et un centre fédéral de coordination, complètement séparé de l'administration et de la politique. Les enquêtes sur la corruption, notent les jésuites, ne devront pas durer plus d'un an, et une autre année sera consacrée aux procès.  Les fonctionnaires publics reconnus coupables devront dédommager l'Etat. Une indemnisation devra également être versée aux citoyens qui ont subi des dommages à cause de la corruption. L'autorité anti-corruption sera en permanence à la disposition et au service des citoyens, contribuant ainsi au bien commun. Les membres de Lokpal, ajoute le Memorandum, seront choisis par le peuple et non par les hommes politiques, et selon des procédures transparentes au maximum.

     

    REPUBLIQUE DOMINICAINE : Vers une culture des droits humains.

    De nombreuses organisations civiles et religieuses de l'île d'Española ont lancé, avec l'appui de représentants de l'Union Européenne, le projet « Vers une culture des droits humains et la coexistence pacifique à la frontière haïtiano-dominicaine ». Le plan, qui doit durer trois ans, vise à contribuer au renforcement du réseau frontalier Jano Siksè, engagé dans la promotion et la défense des droits humains le long de la frontière entre la République Dominicaine et Haïti. Cette organisation sociale opère dans les deux moitiés de l'île, et est aidée par les comités de base des communautés situées dans la région frontalière. La coordination du projet sera prise en charge par Solidaridad Fronteriza de Dajabon, du Service Jésuite pour les Réfugiés et les Migrants de Jimani, du côté dominicain, et par Solidarite Fwontalye de Ouanaminthe, du JRS et du Grupo de Apoyo a Refugiados y Repatriados, Fond parisien, Ganthier, de Haïti. Au lancement du projet ont assisté des prêtres jésuites et les directeurs de diverses organisations qui sont actives dans les deux pays.

     

    RUSSIE : Vers la béatification du Père Ciszek.

    Le serviteur de Dieu Walter Ciszek (1904-1984) est sur le chemin de la béatification. Auteur de « Avec Dieu au goulag » (« Il me conduit »), ce père jésuite a passé en Union Soviétique 23 années de sa vie, dont 5 dans la prison de Lubjanka, à Moscou, et 10 dans les camps de travail de Norilsk et d'Abakan, en Sibérie. En prison, dans les camps de travail, mais aussi quand il retrouva la liberté, il se consacrait à l'écoute des personnes, donnant les Exercices spirituels et administrant les sacrements. Les jésuites de la Région russe travaillent, avec le Postulateur de Rome, à recueillir des témoignages sur sa vie pendant cette période. Le postulateur de sa cause en Russie sera le Père Michael Desjardins. Un document important parmi ceux qui ont été recueillis est celui qui a été remis à Krasnoyarsk par le prêtre clarétin Antoni Badura, qui possédait un fichier de documents avec toutes les données personnelles du Père Ciszek. Ce fichier lui avait été remis par le KGB en 1990, comme souvenir ! Une photo venant des archives du KGB montre le prisonnier en 1908 avec un pseudonyme. Jusqu'à maintenant, les livres du Père Ciszek n'ont pas été, par prudence, publiés en Russie. Mais maintenant, après 50 ans, leur publication est prête. 


    Nouveau sur SJWEB

     

    Une nouvelle série de diapositives sur la visite du Père Général à la Province d'Afrique Centrale du 26 avril au 1 mai. Cliquez sur : « sjweb Media ».