English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XIV, No. 25 09 décembre 2010

    Le Père Général

    Visite en Egypte.  Le Père Général a visité l'Egypte du 2 au 5 décembre, mais il s'est limité à la ville du Caire, où se sont rassemblés les jésuites des diverses communautés du pays. Arrivé le 2 après-midi, il a tout de suite rencontré les novices et leurs formateurs. Le 3 décembre, fête de Saint François Xavier, il a rencontré les formateurs religieux et le Patriarche copte catholique, le Cardinal Antonios Naguib, au Collège de la Sainte Famille. Le Patriarche à présidé l'Eucharistie en rite copte et le Père Général a prononcé l'homélie. La messe était ouverte à tous, en particulier aux mouvements de jeunesse, à la Communauté Vie chrétienne, aux religieux et religieuses et à nos collaborateurs. A cours de l'après-midi, dans le théâtre du collège, ce fut le tour des collaborateurs laïcs, des associations et des mouvements qui travaillent avec les jésuites. Il y eut une présentation power point de chaque organisation, avec des interventions possibles sur chacune, à partir des trois questions : qu'est-ce qui me fait vivre dans mon mouvement ou association (mes motivations) ? quel rôle ou place tient mon mouvement ou association dans la société égyptienne ? quels sont les défis que je perçois pour l'existence, l'action  ou l'avenir de mon mouvement ou association ? La journée s'est achevée avec une soirée culturelle.

    Le jour suivant 4 décembre a été consacré en grande partie au Collège de la Sainte  Famille et à l'éducation en Egypte (avec les délégués de la Jesuit Fathers' School de Minia). D'abord une rencontre avec les enseignants, avec présentation du collège et de son projet éducatif : désirs et attentes ont été exprimés, auxquels le P. Général a répondu, parlant de l'importance que revêt l'éducation pour la Compagnie ; il s'en est suivi un débat très spontané. Puis, c'était le tour des délégués des élèves, qui ont exprimé leur point de vue sur le collège et ses objectifs éducatifs ; là aussi, le Père Général a répondu à une série de questions qui lui avaient été soumises auparavant. Puis les élèves du Collège de la Sainte Famille (Le Caire)  et de la Jesuit Fathers' School  (Minia) ont présenté des exemples de leurs talents  artistiques. Le dernière rencontre de la matinée était avec les anciens élèves et les représentants des diverses activités du collège L'après-midi du 4 et la matinée du 5 décembre ont été consacrés à l'Assemblée régionale des jésuites, où les diverses activités de la Région ont été présentées au Père Nicolas, avec diverses interventions sur « les défis de notre mission en Egypte : islam, œcuménisme, pauvreté, éducation ». De son côté, le Père Général a parlé de la Compagnie universelle, ses problèmes et ses défis. La concélébration eucharistique et un repas fraternel ont conclu la visite, une visite brève mais intense.

    Sur la route du départ vers l'aéroport  le Père Général s'est arrêté à Matariyyeh, l'église de la Compagnie où sont enterrés les jésuites et où se trouve « l'arbre de Marie » : c'est un lieu de pèlerinage car la tradition veut que la Sainte Famille s'y soit arrêtée pendant la fuite en Egypte.


    A la Curie

    Organisé par le Père Edward Mercieca, directeur du Secrétariat de la Curie généralice pour la spiritualité ignatienne, du 7 au 11 décembre se déroule à Nairobi (Kenya), au Mwangaza Jesuit Spirituality Centre de Lang'ata, la réunion annuelle des centres de spiritualité et maisons de retraites d'Afrique et de Madagascar. Le thème central de la rencontre est « le Synode spécial des Evêques de 2010 sur l'Afrique à la lumière de la spiritualité ignatienne, en particulier des Exercices spirituels de Saint Ignace ». L'intervenant principal est le Père Paul Béré, SJ, consulteur à ce Synode. Les participants sont les directeurs des Centres de spiritualité et des maisons de retraites, avec d'autres jésuites et quelques-uns des jeunes jésuites qui étudient la théologie à Hekima College, à Nairobi.


    Nominations

    Le Père Général a nommé:

     

    - Le Père Thomas Lawler Provincial du Wisconsin, aux Etats-Unis. Le Père Thomas est né en 1964, est entré dans la Compagnie en 1987 et a été ordonné prêtre en 1999. Il était jusqu'à maintenant promoteur des vocations de sa Province.

     

    - Le Père Miguel de Oliveira Martins Filho nouveau Provincial de la Province du Brésil Nord-Est. Le P. Miguel est né en 1960, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1982 et a été ordonné prêtre en 1994. Il est actuellement supérieur de la résidence P. Manuel da Nóbrega de Recife.

     

    -  Le Père Alberto C. Luna Pastore nouveau Provincial de la Province de Paraguay. Le P. Alberto est né en 1960, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1979 et a été ordonné prêtre en 1990. Il est actuellement supérieur de la communauté « P. Ignacio Ellacuria » de Asunción.


    Dans les Provinces

    AFRIQUE : Cinquante ans de la Province de l'Afrique Centrale

    Le 8 décembre 2010, la Province d'Afrique Centrale inaugurait le 50ème année de son existence depuis son érection. C'est en effet le 8 décembre 1961 que le Père Général d'alors, le Père Jean-Baptiste Janssens, écrivit : "Il a plu à la Divine Bonté de bénir et de don­ner une croissance merveilleuse à la semence de la foi au Christ dans les régions du Bas-Congo et du Kwango qui ont été confiées à notre Compa­gnie par le Souverain Pontife en 1893. Ce sont les Pères et Frères de l'ancienne Province Belge qui l'ont d'abord plantée, puis arrosée de leur sueur et de leur sang et qui en ont cultivé le champ par un labeur assidu pendant près de soixante ans. ... C'est pourquoi nous estimons que la Vice-Pro­vince d'Afrique Centrale est arrivée au point de maturité requis dans la Compagnie pour être une Province sans nouveau délai». En 1962, la jeune Province comptait 330 membres, dont 222 prêtres, 74 frères et 34 jeunes en formation (scolastiques). Elle compte aujourd'hui 372 membres, dont 208 prêtres, 31 frères et 134 scolastiques. En outre, depuis le 2 août dernier, la Mission de l'Angola fait partie de la Province. "Les défis apostoliques pour l'avenir sont certes multiples, surtout face à un environnement social, politique et économique qui ne cesse de se dé­grader... Mais, comptant toujours sur la même Bonté Divine à qui il a plu de permettre l'érection de notre province, nous nous engagerons de toutes nos forces, de toutes nos intelligences et de toutes nos volontés, par une « fidélité créatrice », à porter encore plus haut le flambeau d'une province que d'aucuns considèrent, à juste titre, comme la fille aînée des provinces de la Compagnie dans l'As­sistance d'Afrique ». Au moment d'imprimer ces lignes, nous apprenons avec douleur et regret qu'un scholastique togolais, Nicolas Eklou Komla, du philosophat  de Kimwenza, a été tué dans la nuit du samedi au dimanche 5 décembre pas des hommes en armes . Les funérailles retarderont d'une semaine l'inauguration de l'année jubilaire.

     

    AFRIQUE : Journée contre le SIDA

    Cette année, la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, qui est célébrée dans le monde entier le 1er décembre, était marquée en Afrique par une évolution préoccupante : l'affaiblissement de l'engagement international dans la lutte contre la pandémie, qui se traduit par l'insuffisance des fonds pour les médicaments des thérapies antirétrovirales (ART). Comme le note le message du JESAM (Conférence des Supérieurs jésuites d'Afrique et de Madagascar), diffusé par AJAN (le réseau des jésuites africains contre le SIDA), cette pandémie n'est plus regardée comme une urgence.  Pourtant, en 2008 en Afrique sub-saharienne, 1,9 million de personnes ont contracté le virus et 1,4 million de personnes sont mortes des complications liées à l'infection. Selon l'agence Fides, la  majorité des pays dépendent encore des aides extérieures pour couvrir les frais des traitements et le financement a été insuffisant au cours des dernières années. A l'occasion de cette journée mondiale, les jésuites ont invité à réfléchir sur cette terrible réalité et à redoubler les efforts pour endiguer l'extension de la pandémie et soutenir les malades. Dans  le cadre d'un engagement apostolique très large, qui implique paroisses, écoles et universités, centres sociaux et hôpitaux, jésuites et laïcs apportent soutien et assistance aux personnes séropositives et à leurs familles, et s'efforcent de trouver des moyens de prévention. La recherche et la réflexion théologique offrent des informations et des études approfondies qui permettent d'exercer ce ministère de manière encore plus efficace.

     

    AUSTRALIE : Le vin de Sevenhill pour les églises vietnamiennes

    Le coût élevé du vin, dû aux nouvelles taxes gouvernementales sur les alcools, et la pénurie de vin de messe au Vietnam ont poussé la Conférence des Supérieurs religieux à chercher ailleurs comment approvisionner les communautés catholiques à travers le pays, qui sont plus de 3000. Un accord a été passé avec les Sevenhill Cellars, selon lequel cette société vinicole australienne propriété de la Compagnie fournira du vin de messe à toutes les communautés religieuses vietnamiennes.  Pour maintenir les coûts modérés, les commandes seront annuelles et la distribution se fera avec la coopération des communautés. « Avec la collaboration de la Conférence des Supérieurs majeurs, nous pouvons maintenir des coûts peu élevés et faire faire ainsi des économies aux communautés ;  nous sommes heureux de rendre ce service au Vietnam, comme nous le faisons déjà à plusieurs diocèses d'Asie et du Pacifique », a déclaré Neville Rowe, directeur de Sevenhill Cellars.  De fait, la société fournit du vin de messe à divers pays : l'Indonésie, l'Inde, la Malaisie, le Japon, la Papouasie-Nouvelle Guinée, les Iles Fidji et la Micronésie. Fondée en 1851 par les jésuites autrichiens, les Sevenhill Cellars sont les « caves » les  plus anciennes de la société Clare Valley, et produisent des vins célèbres, qui remportent souvent des prix aux concours œnologiques, et sont vendus en Australie, en Europe et en diverses parties de l'Asie.

     

    PHILIPPINES : Les autochtones exclus des pourparlers de paix

    Parce qu'ils n'ont pas de « livre sacré », comme les chrétiens et les musulmans, ils ont été exclus du processus de paix. C'est ce que rapporte le Père Albert Alejo, de l'Ateneo de Zamboanga University, à propos des peuples autochtones du Sud des Philippines, pour lesquels l'absence de livre sacré est devenue motif de discrimination. Les Lumad, comme on désigne l'ensemble des groupes autochtones de l'île de Mindanao, sont également exclus de la Bishop Ulama Conference, la conférence des évêques catholiques et protestants et des chefs religieux musulmans qui cherche à promouvoir entre chrétiens et musulmans un dialogue pouvant conduire à la paix dans l'île. Au cours des dernières années, les Lumad ont cherché à être impliqués dans le processus de paix, demandant  l'aide d'autres chefs autochtones pour convaincre le Président des Philippines de les inclure dans les conversations. Même s'ils ne possèdent ni Bible ni Coran, « tous les éléments de notre écosystème et de notre environnement, affirment-ils, sont les pages de notre livre sacré ».

     

    INDE : Pour les autochtones, les paroles ne suffisent pas!

    Exclusion sociale et géographique, niveaux élevés de pauvreté, non accès aux systèmes juridiques et administratifs : telles sont les conséquences du manque d'infrastructures de développement dans les régions « tribales » de l'Inde, où 70 millions d'autochtones sont restés ainsi à l'écart du progrès social et économique du reste de la population. C'est le Vice Président de l'Inde, Mohammad Hamid Ansari, qui l'a déclaré récemment à New Delhi, au cours d'une réunion de chefs de gouvernement. Le Père Mariano Kujur, directeur du département des populations tribales de l'Indian Social Institute de New Delhi, tout en accueillant positivement les préoccupations d'Ansari, a exprimé l'espoir qu'elles soient suivies d'actions concrètes. 63 ans après l'indépendance, les autochtones languissent toujours. Des projets de développement industriel dans leurs régions ont mis en danger leur culture, leur identité et leur style de vie, les séparant de leurs terres ancestrales par des déplacements forcés, des migrations, des trafics et autres processus déshumanisants. Ce qu'a affirmé Ansari montre que le gouvernement est conscient de la situation, mais celle-ci ne changera pas tant que les fonds pour les projets de développement destinés aux autochtones continueront à être détournés vers d'autres régions.     

     

    INDE : Des milliers de pèlerins au sanctuaire de St François Xavier

    Entre l'indifférence du gouvernement et les constructeurs locaux qui s'approprient les terrains alentour, la basilique historique du Bom Jesus à Goa s'efforce de faire face aux quelque 5.000 pèlerins qui viennent chaque jour vénérer la tombe de Saint François Xavier. Le 3 décembre, pour la fête du Saint, plus de 100.000 personnes  s'y sont rendues en pèlerinage, après les neuf jours de prière qui ont précédé et qui ont vu un afflux quotidien d'environ 50.000 personnes. Les pèlerins trouvent à se loger dans les couvents proches et les pauvres dorment dans les autobus ou à la belle étoile, par manque de structures susceptibles de les recevoir. Le projet élaboré il y a trois ans par le gouvernement -un centre d'accueil et un terrain destiné à la Basilique- n'a pas connu de suites, et entre-temps les terrains proches ont été acquis par des promoteurs privés. Si les constructions se poursuivent autour du sanctuaire, il ne restera même pas de place pour un parking. Le gouvernement a fait la proposition de déclarer la zone d'intérêt national, mais ce n'est encore que sur le papier. « Si le gouvernement ne peut réaliser son projet, qu'il nous donne le terrain, et nous nous en chargerons », a dit le Père Savio Barreto, recteur jésuite du sanctuaire.

     

    PEROU : Messages de solidarité à Monseigneur Pedro Barreto

    700  personnes et plus de 100 institutions ont exprimé leur solidarité avec Monseigneur Pedro Barreto Jimeno, SJ, archevêque de Huancayo, après les agressions et insultes dont il a été victime pour son engagement en faveur de l'environnement, de la santé et des droits humains. Toujours en première ligne pour défendre le droit au travail et la protection de l'environnement, défiant l'avidité des entreprises et l'inertie gouvernementale, il a pris la parole au cours d'une conférence de presse qui réclamait une action en justice contre la multinationale des USA Doe Run,  défendant la cause des enfants et des familles contaminés par des produits toxiques répandus depuis longtemps dans l'atmosphère par l'usine de cette firme pour le traitement des métaux dangereux.  Monseigneur Alberto Campos H., OFM, vicaire apostolique de San José del Amazonas, reconnaît dans une lettre la valeur de l'action menée par Mgr Barreto en faveur de la vie et de la santé des gens, soutient son engagement socio-pastoral et demande qu'on respecte et appuie toute personne ou institution qui contribue à assurer aux personnes une vie digne et saine ; et il cite les paroles de Benoît XVI dans son message pour le Nouvel An 2010 : « si tu veux promouvoir la paix, protège la création ». Entre-temps, le CNDH, organisme lié au Conseil économique et social des Nations Unies, a décidé de décerner au Père Barreto le « Prix annuel des Droits humains Angel Escobar Jurado ».

     

    USA : Un jésuite militant pour la paix obtient un prix

    Le Père John Dear, militant pour la paix bien connu, s'est vu décerner récemment le Pacem in Terris Peace and Freedom Award. Ce prix tire son nom de l'Encyclique « Pacem in Terris » de Jean XXIII, qui appelle les peuples à « assurer la paix entre les nations », et il a été institué en 1978.  Parmi les personnalités éminentes qui l'ont reçu jusqu'à maintenant, figurent Martin Luther King Jr, Mère Teresa de Calcutta et Dorothy Day. Pendant la cérémonie de remise du prix, le Père Dear, dont l'engagement pour la paix l'a conduit aussi en prison, a déclaré devant les invités rassemblés : « La guerre n'est pas dans le projet de Dieu, qui ne l'approuve pas. La guerre ne marche pas, car elle ne conduit jamais vers la paix ».


    Jesuitica

    -   Nous communiquons l'information suivante que nous venons de recevoir : « La Curie du Provincial du Brésil s'est transférée à l'adresse suivante : Provincialado Jesuita do Brasil, Rua Prof. Alfredo Gomes, 28 (Botafogo), 22251-080 Rio de Janeiro - R.J. - Brasil. Nous sommes maintenant dans une maison splendide, propriété du Colégio Santo Inacio, qui l'a rénovée et l'a mise à notre disposition. Nous y sommes à votre service. Fraternellement à vous. Lico Klein, Socius du Provincial ».

     

    -   Autre information : la Province d'Afrique Centrale a un nouveau site web que l'on peut consulter  http://www.jesuitesace.org


    Nouveau sur SJWEB

    - Une nouvelle série de diapositives sur la visite du Père Général en Egypte (du 2 au 5 décembre 2010). Cliquez sur "Sjweb Media".