English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XIV, N. 8 22 avril 2010

    A la Curie

    - La mort du cardinal Tomáš Špidlík. Le soir du 16 avril, le cardinal Tomáš Špidlík est retourné à la Maison du Père, après une longue maladie. Né en 1919 à Boskovice, en Moravie (République tchèque), il entre dans la Compagnie de Jésus en 1940 et fait des études de philosophie et de théologie dans diverses universités européennes. En 1949, il est ordonné prêtre et en 1958, prononce ses vœux solennels. Dès 1959 il enseigne la théologie spirituelle, patristique et orientale à l'Institut Pontifical Oriental, à l'Université Pontificale Grégorienne et dans d'autres universités, et sera père spirituel au Collège Pontifical Népomucène de Rome pendant plus de trente ans. Entre 1975-1989, il est vice-provincial de la Province de Bohême dans la diaspora. En 1984, il est nommé consulteur de la Congrégation pour les causes des Saints, et en 1994 consulteur de la Congrégation pour les Eglises Orientales. Depuis 1992 Tomáš Špidlík vivait et travaillait au Centre Aletti, un centre de la Compagnie de Jésus consacré à l'étude de la tradition de l'Orient chrétien en relation avec les problèmes du monde contemporain. En octobre 2003 il est créé cardinal pour ses mérites et ses actions favorisant la recherche et le dialogue œcuménique. Ses recherches et ses nombreux ouvrages, traduits en plusieurs langues, lui vaudront la reconnaissance culturelle de tant d'autres institutions. Dans ses études, le cardinal Špidlík s'occupait essentiellement de la spiritualité des Eglises Orientales. Pour en savoir plus, se connecter aux sites: www.centroaletti.com/ita/persone/01.htm ou www.lipaonline.org/autori/ai057.htm Pour l'anglais: www.centroaletti.com/ing/persone/01.htm o www.lipaonline.org/writer/ae057.htm

     

    - Conférence des Instituts d'éducation supérieure. L'Université ibéro-américaine de Mexico accueillera du 22 au 24 avril une conférence à laquelle participent des jésuites et tous le personnel travaillant au service d'Instituts d'éducation supérieure gérés par la Compagnie de Jésus dans le monde entier. Le Père Adolfo Nicolás, Supérieur général de la Compagnie, et Mgr Jean-Louis Bruguès, O.P., secrétaire de la Congrégation pour l'Education Catholique qui seront présents durant la rencontre, prendront tous deux la parole. La conférence, sur le thème Le réseau de l'éducation catholique supérieure de la Compagnie de Jésus pour le monde globalisé : forger l'avenir pour un monde humain, juste et durable,  réfléchira à comment améliorer l'éducation supérieure de la Compagnie dans le monde pour offrir un meilleur service aux étudiants, à la société et à l'Eglise.  On y parlera de catholicisme, d'identité et de mission des jésuites, de théologie et de culture, d'écologie et de pauvreté.  Un des objectifs est de définir un réseau mondial qui, par le biais de l'Internet, affronte ensemble les défis futurs. Après les deux autres conférences de 1985 et 2001, cette troisième conférence internationale rassemblera autour du Père Général, tout le personnel engagé dans l'éducation supérieure de la Compagnie au niveau mondial, dans le but d'améliorer le contenu et la qualité de l'éducation supérieure des jésuites et pour mieux travailler en synergie.

     

    - Secrétariat Social. Du 26 au 30 avril les Coordinateurs d'Assistance/Conférence de l'Apostolat Social se réuniront pour leur rencontre annuelle avec les responsables des réseaux qui ont commencé à se mettre en place. Les trois premiers jours ils travailleront séparément, et les deux derniers, ils définiront ensemble un programme commun pour l'année 2010-2011.

     


    Nominations

    - Le Père Général a nommé le P. Jeyaraj Rasiah nouveau Provincial de la Province de Sri Lanka. Le P. Jeyaraj est né en 1958, il est entré dans la Compagnie de Jésus en 1977 et a été ordonné prêtre en 1991. Il est actuellement le directeur de l'EAPI (East Asian Pastoral Institute) de Manille, aux Philippines.

     


    Dans les Provinces

    AFGHANISTAN: Les jésuites restent

    Les indiens ont été la cible de récentes attaques au centre de Kaboul, et après l'attentat sanglant du 26 février, qui a coûté la vie à 16 personnes dont 7 citoyens indiens, la question s'est posée de savoir s'il convenait aux jésuites (tous indiens) de rester ou non dans le pays, suscitant beaucoup de discussions au sein même de la Compagnie de Jésus. Le gouvernement indien a suspendu divers programmes dans lequel il était engagé, et de nombreux hommes d'affaires indiens et organisations non gouvernementales ont quitté Kaboul.  Mais les jésuites et leurs collaborateurs, qui constituent la majorité des catholiques présents en Afghanistan, ont décidé de rester et d'étendre leurs programmes à d'autres régions.  « Je suis convaincu que l'esprit du Seigneur fortifie et guide nos hommes dans cette difficile mission », a déclaré le Père Edward Mudavassery, responsable des quelque 4.000 jésuites œuvrant en Asie du Sud et donc des jésuites présents aussi en Afghanistan, avec lesquels il est en contact permanent. « Les jésuites sont parfaitement conscients du climat d'insécurité qui règne dans le pays, mais aucun d'eux n'est là par obligation ; tous ont choisi volontairement d'apporter leur aide pour améliorer la situation », a-t-il ajouté. Le Père Kalapura, à pied d'œuvre dans la zone d'Herat avec d'autres confrères, affirme que la situation sur place est relativement calme. « Nous n'avons pas eu de menaces pour l'instant, mais en Afghanistan, a-t-il conclu, tout peut arriver d'un moment à l'autre ».

     

    BOLIVIE: Les Missions jésuites de Chiquitos

    Après 300 ans les Missions jésuites de Chiquitos, en Bolivie, sont les seules missions encore intactes et ouvertes au culte en Amérique du Sud : des lieux de prières encore aujourd'hui essentiels pour la diffusion et la protection de la religion dans ce pays. La structure des missions est presque toujours la même : une grande place carrée avec une croix au centre, l'église et la maison des pères, le cimetière et les édifices publics d'un côté, magasins et habitations des indigènes sur les autres côtés. A l'origine, les Missions Chiquitos étaient la base principale des missionnaires de la Compagnie de Jésus dans le Nouveau Monde. Leur fonction première était de créer des lieux de regroupement pour les indiens convertis. En plus des rudiments de la foi catholique, ceux-ci y auraient appris les principes de la vie sociale et civile, la musique, l'art, la peinture, la gravure. Fondées entre 1691-1760,  les Missions de Bolivie ont été déclarées « Patrimoine Culturel de l'Humanité » par l'UNESCO, en 1991. L'architecture des églises est baroque, intégrant des expressions de créativité indigène. On y trouve de jolies fresques, des sculptures en bois, de lourdes colonnes, de superbes peintures et des autels dorés. Ces églises, restaurées dans les années 60, ont pu retrouver toute leur fraîcheur. Outre les bâtiments que l'on a pu restaurer, on a retrouvé plus de 5.000 pièces musicales, qui constituent aujourd'hui, en Amérique du Sud, la plus grande collection de musique baroque. C'est d'ailleurs dans ces églises qu'a lieu le Festival de Musique Baroque de la renaissance en Amérique, considéré comme le plus important du continent.

     

    COLOMBIE: Exposition sur les Réductions du Paraguay

    Une exposition pour rappeler les fameuses « Réductions »,  communautés indigènes  fondées par les jésuites en Amérique Latine entre 1600-1700, a été inaugurée début avril à l'université Javeriana de Bogotá, en Colombie, à l'occasion des célébrations du bicentenaire. Las Reducciones del Paraguay, raconte l'agence Fides, doit son organisation à la collaboration du mouvement ecclésial 'Communion et Libération' de Colombie et d'autres associations et institutions, y compris l'ambassade du Paraguay. Les « Réductions » du Paraguay  sont des communautés chrétiennes nées du désir de missionnaires et d'indigènes de vivre le christianisme intégralement, tout en créant un nouveau modèle socio-économique et politique. Cette exposition permet de comprendre facilement le mode de vie des personnes vivant dans ces « Réductions » et permet de recouvrer une partie de la mémoire historique du Pays.

     

    HAITI: Instances locales dans les programmes de reconstruction

    Les jésuites d'Haïti, après le séisme du 12 janvier dernier, ont mis sur pied une Cellule de Réflexion et d'Action Nationale [CRAN], composée de Jésuites et de membres de la société civile, dont le but est de travailler ensemble et sur des bases communes, à la reconstruction du pays, aux côtés du peuple haïtien, des gouvernants et de la communauté internationale. Selon les estimations de la Banque Mondiale et des Nations Unies, le tremblement de terre aurait causé 7,8 milliards de dollars de dégâts et il faudrait au moins 11,5 milliards de dollars pour reconstruire les zones touchées. La cellule a publié un document  StrategicGoals and Actions for the Reconstruction of Haïti  qui a été présenté à la réunion des bienfaiteurs à New York, révélant deux grands objectifs : 1) accompagner le peuple haïtien et convaincre ceux qui en ont le pouvoir de décider à entreprendre, dans ce travail de reconstruction, des actions qui bénéficient prioritairement la population;  2) offrir au peuple et à la société civile un espace ouvert pour des rencontres, des échanges et des réflexions afin que tous puissent participer efficacement à la reconstruction, développant et mettant en pratique une nouvelle orientation pour Haïti.

     

    ITALIE: Les Jésuites et l'Astronomie 

    « Les Jésuites et l'Astronomie » était le thème de la vingt-septième conférence internationale « Les Jésuites et l'histoire »,  organisée cette année à l'Institut Massimo' des jésuites à Rome (14-17 avril),  et à laquelle participaient les collèges jésuites de Rome, Milan, Naples, Messine, Palerme, Turin, Malaga, Séville, Barcelone, Gdansk, Shkodër (Albanie) et Malte. Les intervenants étaient les jeunes étudiants eux-mêmes, préparés par leurs professeurs. Cette année, les participants furent plus de cinquante. La conférence est partie d'une initiative du père Patti, en 1983, pour les écoles italiennes. Puis elle s'est étendue  à d'autres écoles européennes, l'anglais devenant alors sa langue officielle. Les Jésuites ont toujours pris part au dialogue entre culture et religion. Le noyau essentiel de ce dialogue est l'Histoire.  La première intervention aux travaux est revenue au frère jésuite astronome Guy Consolmagno, membre de l'Observatoire du Vatican, chargé de veiller sur la collection de météorites du Vatican et professeur à l'Université d'Arizona à Tucson. A cette occasion, l'institut a exposé  pour la première fois deux globes (céleste et terrestre) du XVIIème siècle, dessinés et réalisés pour le Pape Clément X (Altieri) par le moine silvestrin Carlo Benci. Ces deux pièces viennent d'être restaurées et seront présentées officiellement au public, à la ville de Rome et aux universitaires, à l'occasion  du  50ème anniversaire de l'Institut Massimo en automne.

     

    TOGO: Le Centre Espérance Loyola

    Le Centre Espérance Loyola [CEL], est une œuvre sociale de la Compagnie de Jésus au Togo, fondée et dirigée par les jésuites de la Province de l'Afrique de l'Ouest avec le soutien de l'AJAN, le réseau des jésuites africains pour la lutte contre le Sida. La mission du CEL est d'accompagner et renforcer les capacités de la population de la région à répondre à la pandémie qui frappe l'Afrique. La clef de voûte de ce centre est la prévention, auprès des jeunes et des familles, grâce à un travail de sensibilisation et d'éducation à la vie et à l'amour, tout en offrant la possibilité de procéder périodiquement à des tests de dépistage. Les personnes séropositives et leurs familles reçoivent une aide spirituelle, psychologique, alimentaire et éducative. Leurs droits sont protégés conformément aux normes légales visant à combattre la discrimination et la ségrégation. Le tout est soutenu par la recherche et par la formation du personnel de service.

     


    Les 400 ans de la mort de Matteo Ricci

    Matteo Ricci innovateur. Les nouveautés apportées par Matteo Ricci en Chine peuvent être regroupées en trois catégories distinctes: la première, fondamentale, et totalement inédite, est l'ouverture même de la Chine au monde; la deuxième catégorie est celle des inventions scientifiques et technologiques; la troisième est celle des nouveautés philosophiques, religieuses, littéraires et artistiques. En termes d'efficacité et de durée, la première a constitué en soi, un événement d'une portée incalculable, telle à justifier, à elle seule, une gratitude éternelle de la Chine à son Li Madou. La  deuxième catégorie, consacrée aux inventions, a produit elle aussi des effets durables bien que différents. La troisième catégorie, qui renvoie directement à la culture profonde d'un peuple, à son ressenti de la vie et à ses représentations affectives du monde, est celle qui, bien qu'ayant eu un certain impact immédiat dans la transmission d'une civilisation différente, a rencontré le plus de résistances et produit les moins bons résultats (Newsletter du Comité Promoteur pour les célébrations de Matteo Ricci).

     

    L'exposition de Matteo Ricci à Shanghai. Le 12 avril, au Shanghai Museum de Shanghai s'est ouverte l'exposition sur: Matteo Ricci: rencontre de civilisation dans la Chine des Ming, dans le cadre des célébrations pour le IV centenaire de la mort du Père Matteo Ricci et organisée par le prof. Filippo Mignini de l'Institut pour les relations avec l'Orient de Macerata. « L'accueil déjà reçu en Chine à l'occasion de l'exposition de Pékin, montre que la figure du Père Matteo Ricci appartient au monde et que son message de paix est encore aujourd'hui de très grande actualité », a déclaré le président de la Région, Giammario Spacca, durant la cérémonie à laquelle participaient autorités et représentants du gouvernement chinois. Il ajouta: « Grâce à son exemple en terme de diplomatie, nous avons réussi à instaurer un solide rapport d'amitié entre la région des Marches et la Chine, puissance économique mondiale - en grande croissance - et marché stratégique pour nos entreprises. La série d'expositions que nous réalisons en Chine en ce moment est aussi l'occasion pour nous de présenter une vitrine de nos spécialités dans les Marches, d'ouvrir ou de renforcer des relations économiques entre nos entreprises et les entreprises chinoises. C'est en ce sens vraiment que l'événement de Shanghai prend toute sa signification »  (Newsletter du Comité Promoteur pour les célébrations de Matteo Ricci).

     


    Jesuitica

    Le jésuite qui n'a pas voulu parler

    Nombreux sont les jésuites connus pour leur loquacité. Pourtant il y en a un qui n'a pas voulu parler et que l'on ne saurait oublier. Il s'agit d'Anthony Kohlmann, un jésuite allemand, résidant depuis longtemps aux Etats-Unis, qui s'est retrouvé impliqué, au début du XIXème siècle, dans une affaire légale qui, à l'époque, fit beaucoup de bruit. La victime d'un vol, auquel il s'était chargé de remettre les biens dont il avait été dépossédés par le voleur, s'était adressée ensuite au tribunal pour qu'on le force à révéler le nom de celui-ci. Mais le jésuite s'y était refusé, invoquant le respect du secret de la confession.  Le droit à garder le silence lui fut alors reconnu, et quelques temps plus tard, une loi fut promulguée sur le principe du « secret de la confession »,  comme dérivation du premier amendement à la Constitution affirmant la liberté religieuse.

     


    Nouveau sur SJWEB

    Un podcast (en Anglais) avec le P. Pierre Agbonkhianmeghe Orobator (Provincial d'Afrique Orientale). Il parle de l'avenir de sa province qui compte 70% de jeunes en formation, de la visite qu'y a faite récemment le Père Général, et de la rencontre des provinciaux Africains (JESAM) à Rome qui vient de terminer. Pour y avoir accès se connecter à l'adresse: www.sjweb.info (en cliquant sur Jesuit Voices).