English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XIV, N. 4 22 février 2010

    Le Père Général

    Visite au Sri Lanka. Comme nous l'avons annoncé dans notre bulletin précédent, le Père Général a visité la Province du Sri Lanka du 5 au 8 février dernier. Il n'a pas pu visité toutes les maisons et œuvres de l'île, mais il a essayé de rencontrer autant de jésuites que possible à travers quelques rencontres programmées selon les districts : Colombo-Galle, Kandy, la région septentrionale et orientale. Ainsi il a pu se faire une image précise des activités de la Compagnie et des difficultés auxquelles elle doit faire face dans un pays toujours à la recherche de son équilibre ethnique et politique. Pendant la première rencontre, avec les jésuites de la région de Colombo-Galle, le père Nicolás a insisté sur quelques thèmes qu'il a fort à cœur : la profondeur, la créativité et la vie dans l'esprit, en les situant dans la situation spécifique dans laquelle travaillent les jésuites du Pays. Il a également souligné que la technologie peut être une aide importante pour un travail intellectuel sérieux et pour aller en profondeur, mais en même temps une tentation de superficialité. Il a conclu en disant que si la vie religieuse est privée de cette expérience de profondeur, elle aura peu de chose à dire à l'Asie, fondée sur des traditions religieuses de grande profondeur et très anciennes. Ensuite, il a invité les jésuites à s'engager plus concrètement dans l'apostolat intellectuel, qui est une priorité apostolique de la 35ème Congrégation Générale, et a expliqué que cela est possible de manières différentes : à travers l'enseignement dans les institutions d'éducation supérieure, la recherche et les publications, la présence parmi les professionnels en les aidant à approfondir la réflexion et l'analyse.

     

    Pendant la rencontre avec les jésuites de la région de Kandy,  il a davantage souligné les défis auxquels la Compagnie doit faire face dans ce pays, et est revenu sur le thème des « frontières », toujours selon la 35ème Congrégation Générale. La métaphore de la frontière, a dit le Père Général, peut être complétée par celle de l'horizon. Les frontières soulignent la dimension pionnière, les difficultés inhérentes à certains devoirs que nous devons poursuivre, tandis que les horizons indiquent le spectre le plus vaste possible qui doit caractériser notre service. Avec les jésuites de la région septentrionale et orientale, il a insisté sur l'importance de trouver des formes d'éducation créatives et d'inclure un accompagnement suivi des étudiants là où c'est possible. Plusieurs fois il a rappelé la promotion du dialogue entre le Nord et le Sud du Pays, et entre les différentes forces qui sont souvent entrées en conflit. Il est indispensable, a-t-il dit, de bâtir des ponts et des alliances qui favorisent la construction d'une société plus juste.

     

    Pendant ces jours de visite, le Père Général s'est également entretenu avec des groupes particuliers de jésuites : les novices, les scolastiques, les jeunes prêtres et les pères qui font leur Troisième An. Il  n'a pas eu que de nombreuses rencontres avec ses confrères, mais aussi des rencontres plus « officielles » : avec le Nonce Apostolique, avec les évêques, et en particulier avec l'évêque de Colombo. Tous l'ont accueilli avec grande cordialité et lui ont exprimé leur gratitude pour l'esprit de collaboration de la Compagnie. En plus le voyage a permis au père Nicolás de revoir de vieux amis, comme le père Aloysius Pieris, directeur de Tulana, le Centre de Recherche et de Rencontre pour la promotion du dialogue surtout avec le bouddhisme, la religion la plus répandue dans le pays. Bref une visite consacrée presque exclusivement aux jésuites afin de les soutenir et de les encourager dans une situation encore difficile de multiples manières.

    Visite à Lahore (Pakistan). Le Pakistan est un autre pays qui se trouve dans des conditions précaires à cause de la situation politique, le danger du fondamentalisme et le voisinage avec l'Afghanistan en guerre. Une petite communauté de la Compagnie de Jésus, composée de quatre confrères venant de différents pays est présente à Lahore et leur travail est surtout dans le domaine de l'éducation. Le Père Général a visité Lahore du 9 au 11 février. Le premier jour fut consacré aux relations personnelles, de longues conversations avec les pères qui travaillent ici et avec trois professeurs (deux jésuites et un laïc) qui vivent dans la ville pour un période d'études et de recherche. Tout cela lui a permis de mieux connaître la situation et les difficultés dans lesquelles travaillent nos confrères. Le deuxième jour il a visité les deux écoles (une pour les garçons et une pour les filles). Ce sont des écoles pour les pauvres que la Compagnie dirige depuis 25 ans. « Elles sont situées toutes les deux dans un quartier très pauvre, presque entièrement musulman. Les élèves sont chrétiens et musulmans et il semble qu'il règne une atmosphère d'amitié et de convivialité créative entre eux. », observe le père Nicolás lui-même, et il ajoute : « Mon impression générale fut excellente par rapport à l'atmosphère, l'engagement des professeurs laïcs, la détermination et la capacité des deux jésuites directeurs des écoles ».

     

    Ensuite il y a eu la visite à l'archevêque, Mgr Lawrence Saldanha , « un vieil ami du temps que je commençais à faire partie du corps enseignant du Pastoral Institute à Manille. Le troisième jour fut un jour de repos, consacré à l'étude, à la littérature, mais également à la visite de la ville, surtout de la grande mosquée, cinquième aujourd'hui en ordre de grandeur dans le monde entier et deuxième au Pakistan et en Asie. Enfin, une rencontre fraternelle avec quelques sœurs de 4 congrégations, toutes des « femmes très chargées qui travaillent en étroite collaboration avec les jésuites ».

     

    À sa rentrée, nous avons posé au père Nicolás quelques questions sur ce voyage.

     

    Q. Père Général, ce voyage fut différent par rapport aux voyages précédents, les deux pays connaissant des conditions particulièrement difficiles, notamment dans le domaine politique. Quelles ont été vos impressions, plus particulièrement de la Compagnie de Jésus ?

     

    R. Ces dernières visites confirment l'impression générale des autres visites. Personnellement, je trouve que nos jésuites sont excellents, engagés, avec beaucoup de talent et faisant preuve de dons spirituels. Il y a de la bonne volonté, un grand désir de servir l'Église et la population. Dans les petites régions, comme celles que je viens de visiter, il y a un manque de ressources. Par conséquent il devient particulièrement difficile de faire des programmes et des choix selon nos priorités. Cela vaut spécialement pour la formation, car il s'agit d'un investissement en profondeur de notre vie et de notre apostolat. Cela m'inquiète, car notre vie et notre ministère futur en dépendent largement. L'immédiat et les nécessités urgentes sont tellement évidentes et nombreuses qu'elles peuvent nous aveugler, nous égarer et nous empêcher de voir qu'en Asie (comme d'ailleurs dans tous les autres continents) il est nécessaire d'offrir un témoignage consistant et crédible si nous voulons que les gens nous écoutent comme des religieux qui ont un message spirituel à offrir et une espérance qui va au-delà des espoirs éphémères qu'offre le marché.

     

    D. Notre présence au Pakistan est modeste, mais vous semble-t-elle jouer un rôle important ?

     

    Certainement, notre présence au Pakistan est très modeste et j'espère que la Compagnie ressentira la nécessité et la responsabilité de renforcer cette présence. Cependant je suis sûr qu'elle joue un rôle important. En face de la majorité musulmane, chaque présence chrétienne peut être une source d'inspiration et, ainsi, constituer un défi à être, à vivre la foi en profondeur et à traiter les autres êtres humains avec compréhension, générosité et correctement. Avec les pauvres nous avons toujours tant de possibilités de travailler (spécialement dans le domaine de l'éducation) et de partager la vie et l'espérance, comme nos jésuites font en ce moment. Quant à l'Église pakistanaise, il y a de nombreux services que les jésuites peuvent offrir pour l'aider à affronter les nombreux défis et développer sa vie et son ministère de manière crédible et efficace. Et nous pouvons encourager et collaborer avec tant de religieux et de laïcs qui désirent améliorer la société pakistanaise.

     


    A la Curie

    Au cours du mois de février de nombreuses rencontres ont lieu à Rome à la Curie Généralice.

     

    - Du 14 au 21 s'est tenu le quatrième cours d'orientation pour les volontaires du JRS. 12 volontaires dont 6 provenant de l'Afrique Orientale, 1 du Tchad, et 5 jésuites de différents pays y ont participé. L'objectif du cours était d'initier le groupe au problème des réfugiés, au monde des droits de l'homme et surtout de donner corps à la réflexion et à la profondeur de la vision du père Arrupe et des origines ignatiennes de la mission du JRS. Le cours s'est penché sur la vie des volontaires sur le terrain, sur la vie en groupe et les contacts avec le monde culturel.

      

    - Du 16 au 20 quatre Conseillers Internationaux de l'Apostolat de la Prière, représentant quatre continents, se sont réunis avec le délégué international, pour discuter des stratégies de renouvellement de ce service que le Saint Père a confié à la Compagnie. Le Père Général fu présent. Sur l'agenda : la façon dont l'Apostolat de la Prière et sa subdivision pour les jeunes, le Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ), peuvent être plus présents dans les ministères de la Compagnie, au service de la formation des laïcs dans le domaine de la spiritualité. Aujourd'hui l'Apostolat de la Prière est opérationnel dans 61 pays, et le MEJ dans 51, avec des niveaux différents de développement.

     

    - Du 22 au 25 la Commission Interprovinciale pour les Maisons Romaines (CIP), créée pour aider le Père Général dans le gouvernement des institutions et des engagements apostoliques internationaux à Rome, tiendra sa rencontre annuelle. Outre l'examen des recommandations faites lors de la réunion précédente, l'an dernier, la Commission débattra sur comment poursuivre ces travaux apostoliques, devoir de toute la Compagnie de Jésus. Il y aura des rencontres spéciales avec la communauté et le corps enseignant de l'Institut Oriental, avec les jésuites de Radio Vatican, ainsi que la visite de la communauté en formation au Collège International du Gesù. 

     

    - Du 28 février au 4 mars c'est le tour des Socius de l'Assistance de l'Europe Centrale et Orientale (ECO). L'objectif de la réunion :  aider les Socius, dont beaucoup sont nouveaux, à mieux se connaître, à mieux connaître la Curie Généralice, à approfondir leur familiarité avec les différentes procédures administratives et juridiques indispensables pour le travail quotidien des Socius.

     


    Nominations

    Le père Michael Czerny, qui fut jusqu'à présent coordinateur de l'AJAN (African Jesuit AIDS Network) - le réseau africain des jésuites pour la lutte contre le Sida - a été nommé assistant personnel du cardinal  Peter Kodwo Appiah Turkson. Ce dernier vient du Ghana et a récemment été nommé président du Conseil Pontifical Justice et Paix. Le père Paterne-Auxene Mombe, de la Province de l'Afrique Occidentale, sera le nouveau coordinateur de l'AJAN.

     


    Dans les Provinces

    AMÉRIQUE LATINE : Une nouvelle Province

    Le 30 janvier dernier, au cours de l'eucharistie présidée par le père Ignacio Echarte, secrétaire de la Compagnie de Jésus, au Collège Massimo de San José, à San Miguel en Argentine, fut lu le décret pour l'unification des Provinces de l'Argentine et d'Uruguay. Selon le décret du Père Général qui prévoit la création de la Province argentine-uruguayenne, cette décision fut prise afin de créer des conditions meilleures pour le service apostolique de la Compagnie en Argentine et en Uruguay. La nouvelle Province, qui sera dirigée par le père Alfonso José Gómez, déjà provincial de l'Argentine, compte 200 jésuites répartis dans 17 communautés. Dans son message à cette occasion, adressé aux membres de la nouvelle Province, le Père Général les a invités à promouvoir quatre attitudes fondamentales : raviver la passion et l'ardeur à aider le prochain, suivant l'exemple de Saint Ignace ; croître en union pour donner un témoignage évangélique ; accepter la diversité comme une richesse et vivre avec la conscience que « au fur et à mesure que le feuillage de l'arbre augmente, ses racines doivent devenir plus profondes » ; apprendre les uns des autres et s'entraider mutuellement.

     

    BRÉSIL : Prix au programme de Radio Vatican

    Le programme brésilien de Radio Vatican a reçu un prix spécial dans la catégorie Microphone d'Argent, décerné par la Conférence Épiscopale Brésilienne (CNBB) et l'Union de la Radiodiffusion Catholique (Unda Brasil), pour la transmission « Les jésuites dans l'évangélisation du Brésil », diffusée tous les quinze jours, le jeudi. Le père Atillio Hartmann, coordinateur de la communication du Mutirão a conféré le prix au responsable du programme brésilien, le père César Augusto dos Santos.

     

    HAÏTI : L'après-tremblement de terre

    Un mois déjà depuis le tremblement de terre qui a dévasté Haïti. Immédiatement après les premières urgences, nos pères jésuites, avec d'autres collaborateurs, ont créé un « comité d'urgence haïtiano-dominicaine » qui se réunit périodiquement pour examiner les nécessités et adapter nos interventions d'aide alimentaire et sanitaire à l'évolution de la réalité sur le terrain. Les jésuites ont également créé une petite commission de 5 personnes, ayant son siège près du noviciat de Tabarre, chargée de faire une première rédaction de la proposition de projet de reconstruction, une fois surmontée la phase d'urgence.

    Dimanche 21 février, une première ébauche de ce projet fut l'objet d'une conférence-débat en présence de nombreux invités et des différents média de Port-au-Prince. « Ce document » - dit le père François Kawas, coordinateur du comité d'urgence - sera communiqué aux décideurs politiques et à d'autres. Des rencontres seront organisées également avec des responsables des agences des Nations Unies pour faire entendre la voix de la population, notamment des plus pauvres, au sujet de l'aide et de la reconstruction du pays. » Dans un autre communiqué le père Kawas, se référant toujours au travail du comité, écrit : « Nous avons vu ensemble les difficultés, les réussites et les points à améliorer. La grande préoccupation reste les modalités à trouver pour reloger les gens. La situation reste très précaire dans ces abris de fortune. La couverture médicale a été excellente pour les soins d'urgence, même si les conditions d'hygiène restent pareilles ». Comme vous pouvez voir, en concomitance avec les aides humanitaires, on a lancé un projet pour le futur, pour faire renaître l'espoir.         

     

    ÉTATS-UNIS : Prix pour l'archevêque de Canterbury

    Le 25 janvier dernier la revue jésuite America a conféré le « Prix Campion 2009 » à l'archevêque de Canterbury, Rowan Williams, pour ses écrits sur des thèmes comme la théologie, la vie des saints, l'identité religieuse, la poésie, les attaques du 11 septembre et les moyens modernes de mass-média. Le prix, qui est décerné une fois par an aux intellectuels chrétiens éminents, est dédié au jésuite Edmund Campion, écrivain et martyr anglais, vénéré aussi bien par les anglicans et que par les catholiques. Pendant la cérémonie de la remise, qui eut lieu à la fin de la Semaine de Prières pour l'Unité des Chrétiens, le père Drew Christiansen, directeur de America, en rappelant quelques-uns des pas récents faits dans le chemin vers l'unité des chrétiens, a dit qu'attribuer le prix au leader de la Communion anglicane représente un pas de plus dans le dialogue œcuménique.

     


    Les 400 ans de la mort de Matteo Ricci

    Rome-Macerata-Taipei: à la decouverte de Matteo Ricci. Parmi les nombreuses initiatives qui s'annoncent à l'occasion des 400 ans de la mort de Matteo Ricci, il y a le Congrès Internationale sur Science, raison et foi : le génie du père Matteo Ricci. Le congrès est organisé par le diocèse de Macerata en collaboration avec l'Institut Théologique des Marches, l'Université des Études de Macerata, l'Université Pontificale Grégorienne, l'Université Catholique du Sacré-Cœur et la Fujen Catholic University de Taipei (Taiwan). Le 2 mars, le congrès débutera par une journée propédeutique, à l'Université Grégorienne de Rome, sur le thème : Père Matteo Ricci modelé par les Chinois, à la lumière d'une lettre du missionnaire intitulé Je m'adaptai à eux. A travers cette lettre, écrivent les organisateurs, « nous voulons proposer au public un projet qui, en accord avec ces finalités, permet de faire un approfondissement critique de la méthode  d'adaptation de Ricci, l'expérience humaine et apostolique qui en montre la réalisation, analysant à travers une approche interdisciplinaire, afin d'en accentuer la valeur, mais également les limites possibles, ainsi que son actualité pour l'Église d'aujourd'hui engagée dans le domaine interculturel et interreligieux ». Le Congrès se poursuivra à Macerata du 4 au 6 mars avec la participation des experts sur Matteo Ricci et sur la période de l'histoire dans laquelle il a vécu, et de la situation de l'Église de l'époque. Tous les aspects qui sont liés au père Ricci seront examinés : du rapport entre raison, culture et foi, l'astronomie, son œuvre dans le contexte du lancement missionnaire de l'Église après Trente, aux catégories philosophiques de la mission des jésuites, à l'initiation sacramentale de la mission de Ricci et de sa vie spirituelle. Un congrès semblable se tiendra en avril à la Fujen Catholic University de Taipei.     

     


    Nouveau sur SJWEB

    Deux séries de diapositives du voyage du Père Général au Sri Lanka et au Pakistan, et un podcast avec le père Tony Corcoran, supérieur de la région russe de la Compagnie de Jésus. Pour les visualiser : accéder au http://www.sjweb.info.