English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XIII, N. 16 21 septembre, 2009

    Père Général

    - Voyage en Croatie et en Hongrie. Du 4 au 9 septembre, le Père Général a visité la Croatie et la Hongrie à l'occasion du centenaire de l'érection de ces deux Provinces. La visite en Croatie s'est limitée à la ville de Zagreb avec de nombreuses rencontres : avec les confrères jésuites, avec les jeunes en formation, avec les jésuites malades et âgés, avec les professeurs de notre Faculté de Philosophie et avec ceux de l'École d'Économie et d'Administration. Il y eut également une entrevue avec le maire de la ville et une autre avec le cardinal Josip Bozani, une conférence de presse et une rencontre avec les représentants des médias catholiques. La visite zagréboise s'est conclue par une célébration eucharistique dans la basilique du Sacré-Cœur, durant laquelle deux jésuites ont prononcé leurs derniers voeux.

    Deux étapes en Hongrie : Budapest et Miskolc. Au programme du Père Général, il y eut tout d'abord une rencontre avec les jésuites de la République Slovaque, de la Roumanie, de l'Autriche et, évidemment, de la Hongrie qui s'est conclue par une célébration eucharistique les rassemblant tous. Toute la journée du 7 septembre fut consacrée à l'assemblée de Province : la célébration du centenaire, suivie d'une présentation de la province telle qu'elle est aujourd'hui, avec ses engagements apostoliques actuels et ses projets pour l'avenir. Le père Nicolás a resitué ces projets dans les perspectives plus larges de la Compagnie universelle de l'après 35ème Congrégation Générale. Miskolc est une ville du nord du pays. Le taux de chômage y est élevé car la grande industrie a beaucoup souffert de la chute du régime communiste. Un collège jésuite y fut ouvert en 1994 et compte aujourd'hui plus de 500 élèves. Rénové et agrandi au cours des dernières années il offre une éducation de qualité aux jeunes de la région dont les parents ont de modestes revenus. Les jésuites dirigent également la paroisse voisine connue pour sa collaboration œcuménique avec les grecs catholiques et les chrétiens de l'Église Réformée. Le dernier jour de la visite fut consacré au collège Saint Ignace et à une rencontre avec le cardinal Peter Erdö, président de la Conférence Episcopale de Hongrie et du Conseil des Conférences Episcopales Européennes [CCEE]. Le père Général fit une courte allocution aux évêques de Hongrie.      

     

    - Voyage en Irlande. Du 10 au 14 septembre, le Père Général a visité la Province d'Irlande. Arrivé le 10 septembre dans l'après-midi à Dublin, il en est immédiatement reparti pour l'aéroport de Shannon (dans l'ouest du pays). Son programme débuta par une rencontre avec la consulte du provincial.  Le lendemain, en matinée, il prit part à la célébration des 150 ans du Crescent College Comprehensive de Limerick : rencontres avec les élèves et avec leurs parents, suivies d'autres avec le conseil de l'école et les anciens élèves. Et pour terminer, un discours adressé à tous et des réponses aux questions posées. Après le repas il rencontra le Jesuit Refugee Service et quelques réfugiés. De retour à Dublin il y rencontra, le soir même, le « Groupe Stratégique » chargé d'examiner avec Trinity College la possibilité d'intégrer un Institut de Théologie Catholique dans la même institution. Le programme pour le weekend du 12-13 septembre fut chargé : une visite au Gonzaga College, une rencontre avec « la Famille Ignatienne » élargie et avec des jésuites engagés dans divers apostolats. Egalement : une visite au Milltown Institute of Philosophy and Theology où il célébra l'eucharistie et rencontra les novices. Plus tard, passant à la résidence de Gardiner Street, il rencontra les attachés de presse de la Province et les familles et les amis de la Compagnie. Dans l'après-midi du 13 septembre, le père Nicolás se rendit à Belfast, en Irlande du Nord, pour y rencontrer la communauté jésuite et un groupe d'invités de l'University of Ulster. Le voyage se termina, le 14 septembre, par une entrevue avec le cardinal Brady et une rencontre avec la communauté jésuite de Portadown.

     

        


    De la Curie

    - Du 21 au 24 septembre se tiendra à la Curie, à Rome,  la réunion des Modérateurs de Conférences de Supérieurs Majeurs. Comme envisagé par le décret 21 (N°25) de la 34ème Congrégation Générale, une telle réunion a un triple but : «(a) pour que s'élève le sens qu'ils [les Modérateurs] ont du caractère universel de la Compagnie, (b) pour qu'ils acquièrent une meilleure intelligence des priorités universelles de la Compagnie et (c) pour travailler avec le Père Général à superviser et à encourager la poursuite du développement de la collaboration régionale et universelle» 

    Deux sujets principaux animeront la réunion de cette année : le rôle des Modérateurs-Présidents (en d'autres mots, les aspects théoriques et pratiques des rapports et contacts entre provinces, conférences, les Assistants, le Père Général et la Compagnie universelle) et deuxièmement, le visage d'une Église qui change (autrement dit : comment pouvons-nous développer, dans la Compagnie universelle, le sens d'un corps international qui voit et agit de manière autre qu'il y a 30 ans).

     

    - Le nouveau site de Promotio Iustitiae, revue du Secrétariat pour la Justice Sociale, a été lancé le 15 juillet 2009: http://www.sjweb.info/sjs/pjnew/index.cfm?LangTop=2. Il propose un moteur de recherche, un flux RSS et les archives des numéros anciens. Vous pouvez lire le texte intégral ou chaque article en ligne (« Lire en ligne ») ou hors connexion (« Téléchargez le pdf »). Abonnez-vous au bulletin électronique pour recevoir par email tous les prochains numéros.

     

     


    Vers les 400 ans de la mort de Matteo Ricci

    SHANGHAI : Matteo Ricci et son temps

     

    À l'occasion du 400ème anniversaire de la mort de Matteo Ricci, le Centre culturel italien de Shanghai a organisé, en collaboration avec ses partenaires chinois, un programme d'activités diverses. Parmi celles-ci : une journée d'études sur la Rencontre des cultures : Chine et Occident, qui s'est tenue dans la grande métropole chinoise le 11 septembre dernier. Le directeur du centre italien à Shanghai, Paolo Sabattini, a présenté la vie et les activités de Matteo Ricci, dans le cadre d'expositions d'œuvres d'art italien de la Renaissance. Ces expositions sont prévues pour 2010.  

     

     


    Dans les Provinces

    CASTELGANDOLFO : le Pape bénit le nouveau siège de l'Observatoire astronomique

     

    Le 16 septembre le pape Benoît XVI a rendu visite au nouveau siège de l'observatoire astronomique (cfr le bulletin N°12, 2009). Il y fut reçu par la communauté, en présence du Père Général et de son Délégué pour les maisons interprovinciales de Rome. Le pape était accompagné du cardinal Lajolo et d'autres personnalités du Vatican. Le souverain pontife a donné une brève allocution et a béni la résidence des jésuites et les nouveaux bureaux de l'observatoire situés à l'extrémité des jardins du palais pontifical. L'ancienne résidence se trouvait à l'intérieur même du palais.

     

     

    BRÉSIL : Un livre sur le père Gabriel Malagrida

     

    À la fin du mois d'août, le père Ilario Covoni, qui étudie la vie et l'œuvre du père Gabriel Malagrida (1689-1761) depuis de longues années, a officiellement présenté son nouveau livre sur ce missionnaire italien bien connu au Brésil. Malagrida entra dans la Compagnie de Jésus en 1711 et fut destiné très tôt aux missions du Marañon. Outre l'enseignement théologique, il se consacra à la prédication dans les villes et villages de la région, avec une préférence pour les Amérindiens. Il encouragea la fondation d'orphelinats pour garçons et filles et le renouvellement spirituel à travers les Exercices Spirituels de saint Ignace. Revenu au Portugal en 1754 il fit montre du même zèle apostolique. Il fut accusé d'avoir trempé dans l'attentat du  contre le roi (3 septembre 1758), ce qui ne fut jamais prouvé. En 1759, alors que les autres jésuites étaient expulsés du Portugal, Malagrida fut condamné comme 'faux prophète et hérétique', étranglé et brûlé vif sur la place publique de Lisbonne la nuit du 20 septembre 1761.

    Partout en Europe des protestations contre l'exécution se firent entendre. Voltaire, certainement pas un sympathisant, exprima le sentiment général: «à l'excès d'absurde s'est joint l'excès d'horreur». 

     

     

    CHILI : le père Hurtado, un exemple de sainteté pour les prêtres

     

    L'archevêque de Santiago de Chili, le cardinal Francisco Javier Errazuriz, en adressant la parole aux prêtres de son diocèse, dit : « Dieu nous appelle à être les premiers sur le chemin de la sainteté », attitude éminemment caractéristique du père Alberto Hurtado, jésuite chilien du 20ème siècle et canonisé par Jean Paul II. C'était à l'occasion de l'adoration eucharistique dans la chapelle où se trouve la tombe du saint, organisée à l'occasion de l'Année Sacerdotale'. Le cardinal a invité les prêtres à « une rencontre en profondeur avec le Christ, Lui qui est à la source de notre vocation et du mystère de l'amour de Dieu pour nous ». Il conclut avec les mots: « Faites en sorte que les gens comprennent que celui qui leur prêche est un disciple de Jésus ».

     

     

    COLOMBIE : rencontre des Communicateurs jésuites de l'Amérique Latine

     

    Du 3 au 8 août s'est tenue à Bogota, en Colombie, la quatrième rencontre des Coordinateurs Provinciaux de la Communication dans l'Amérique Latine et les Caraïbes. « Nous étions 33 participants - écrit le père José Martínez de Toda, coordinateur général pour l'Amérique Latine - dont un groupe de laïcs, hommes et femmes, provenant de différentes Provinces. La présence des jeunes jésuites a donné à la rencontre une nouvelle perspective et encouragé le renouvellement ». L'organisation s'est faite à Bogota sous la direction du père Gabriel Jaime Perez, vice-recteur de l'Université Javeriana de Cali. But principal de la réunion : (1) l'évaluation du chemin fait depuis la troisième rencontre (2007) faite à la lumière des textes de la 35ème Congrégation Générale et du document de la Conférence Épiscopale Latino-Américaine [CELAM] réunie à Aparecida en 2007. Ainsi, nous nous sommes penchés sur trois thèmes principaux : 1) la formation à la communication des jésuites et de leurs collaborateurs ; (2) la communication au service de la foi et de la promotion de la justice, comme demandé par les Congrégations Générales, et en particulier la dernière qui « exhorte les institutions jésuites à mettre ces technologies au service de ceux qui sont en marge ». (CG 35, D.3, N°29) ; (3) innover tout en améliorant notre communication interne et externe. La rencontre s'est conclue par un message adressé aux jésuites d'Amérique Latine et des Caraïbes : « Un feu qui en allume d'autres ». Un message spécial de solidarité fut envoyé à Radio Progreso de l'Honduras, qui rencontre de graves difficultés, à la suite de la prise du pouvoir par l'armée. « Tout cela, écrit le père Martínez de Toda, fut possible grâce au soutien économique, académique et logistique de la Province de Colombie, de l'Université Pontificale Javeriana de Bogota et Cali et des religieuses Esclavas de Cristo Rey qui accueillirent les participants dans leur centre de spiritualité « Padre Pedro Legaria ». Les documents sont accessibles sur le site : www.cpalsj.org/comunication.

     

     

    ANGLETERRE : les 150 ans du collège de Glasgow

     

    Une messe célébrée par Mgr Peter Moran, archevêque d'Aberdeen et ancien élève du collège, et concélébrée par Michael Holman, Provincial d'Angleterre, a ouvert la commémoration du 150ème anniversaire du collège St. Aloysius de Glasgow. De nombreux élèves, anciens élèves, et familles ont participé à l'eucharistie durant laquelle la chorale a interprété pour la première fois Serenity, un hymne composé spécialement pour cette occasion par James MacMillan, compositeur renommé. Mgr Moran a parcouru l'histoire du collège et cité sa devise « Nous sommes nés pour de grandes causes », montrant comment l'éducation jésuite, aujourd'hui encore, cherche à former des femmes et hommes de foi, « pour ce monde d'aujourd'hui qui soumet les jeunes à des défis et des risques nouveaux ». Le père Holman a attiré l'attention su l'aspect de 'formation pour les autres' qu'est une formation à la foi chrétienne. La publication d'un livre de prières, à utiliser à l'école ou en famille, est prévue pour la fin de l'année. Il contiendra une sélection de textes bibliques, des prières, des réflexions et des poèmes.   

     

     

    MEXIQUE : Congrès sur la Théologie de la Libération

     

    Du 24 au 26 août, s'est tenu à Mexico City, le premier Congrès International sur la Théologie de la Libération, consacré à la pensée du jésuite Ignacio Ellacuria, tué à San Salvador en 1989, il y a exactement 20 ans. Parmi les participants se trouvaient les meilleurs spécialistes latino-américains de ce courant théologique et des thèmes qui en sont proches. Le père Ellacuria entra dans la Compagnie de Jésus en 1947 en Espagne, sa patrie. Il fut envoyé au Salvador en 1948, où il a vécu jusqu'à sa mort, y enseignant à l'Université Centre-américaine de San Salvador. La théologie de la libération focalise sa réflexion sur la libération des opprimés - peuple de Dieu - et agit pour « recouvrer la vraie et pleine humanité ». Les implications politiques de sa pensée susciteront une forte opposition dans des certains milieux religieux du Salvador, et surtout chez des leaders politiques. L'opposition ira jusqu'à provoquer,  en 1989, l'assassinat du père Ellacuria, ainsi que celui de cinq autres jésuites et de deux employés, commandités par des militaires. Ce meurtre fut un tournant dans la guerre civile du pays : d'une part, la communauté internationale fit pression sur le gouvernement pour qu'il signe des accords de paix avec les groupes de guérilleros. D'autre part les idées de Ellacuria - qui jusqu'alors n'étaient connues qu'en Amérique Latine, en Espagne et dans des milieux spécialisés -  se répandirent partout dans le monde.

     

     

    NÉPAL : Hommage à un grand éducateur

     

    « Il fut mon maître et mon idole » témoigne avec émotion Ranjeet Baral, un des premiers étudiants du père James Donnelly, décédé récemment au Népal. Agé de 80 ans, il en avait passé 40 ans aux pieds de l'Himalaya. Un autre étudiant ajoute : « Maintenant qu'il nous a quittés, j'espère être capable de transmettre à mes enfants ce qu'il nous a donné ». Aux funérailles, célébrées le 17 août dans la cathédrale de l'Assomption de Katmandou, étaient présents des anciens élèves, des amis et des confrères jésuites. Le père Augustine Thomas, jésuite et professeur, dit à cette occasion : « J'ai perdu un grand ami. Il était chez lui au Népal, et les népalais étaient son peuple. Il a contribué à l'éducation des jeunes du pays ; ses étudiants se souviennent de lui comme d'un enseignant exceptionnel devenu ensuite un affectueux ami». Les jeunes qui l'ont eu comme professeur en parlent avec un sentiment de profonde gratitude. Le père James, d'origine américaine, est né en 1929 à Cincinnati. Après son ordination sacerdotale il fut envoyé au Népal pour y enseigner dans les collèges jésuites de Godavari et Jawalakhel. Depuis lors il a consacré sa vie à l'enseignement de l'anglais aux jeunes népalais ; il contribua également au National Education System Plan du Népal (1970).

     

     

    PARAGUAY : une Mission des anciennes « Réductions » revit

     

    Grâce à l'architecte génois Ettore Piras, la Mission de Trinidad a retrouvé sa splendeur. Construite par les jésuites de l'époque des Réductions elle était devenue célèbre grâce au film Mission de Roland Joffé. L'inauguration eut lieu le 20 août en présence du président et du gouvernement paraguayen, des représentants des gouvernements d'autres pays latino-américains, des jésuites et de Piras lui-même qui décrit son œuvre ainsi : « Ce que nous avons réalisé dans la Mission de Trinidad del Parana, est une restauration architectonique vraiment spéciale, un énorme travail qui a duré environ trois ans. Nous voulions faire renaître un lieu riche d'histoire et de religiosité, symbole de la longue lutte pour l'émancipation de l'Amérique du Sud. Cette mission était abandonnée depuis des années et n'en restaient que des ruines couvertes de végétation. Nous voulions faire renaître l'esprit des pères jésuites sans aucune intervention intrusive. Nous avons créé quelque chose qui, je crois, est une réussite ». « Sans ciment, sans que soient élevées des cloisons ou élaborés des 'faux historiques', écrit Il Secolo XIX de Gêne, cette Mission, brûlée par les espagnols il y a trois siècles, est devenue aujourd'hui un monument unique. Au delà du Paraguay elle enrichit le patrimoine de l'humanité ». Le projet s'appelle 'Sons et lumière', car ce sont les deux éléments essentiels de la nouvelle Mission de Trinidad : « Ce qui a été inauguré le 20 août - dit encore Ettore Piras - est un parcours culturel qui veut raconter la vie des Guaranìs - les amérindiens de la région -, et des jésuites qui ont travaillé en ces lieux, et ainsi de la rencontre de deux civilisations qui véhiculent toutes deux de grandes vérités. À travers une visite guidée multi-médiale il sera possible de découvrir la Mission. Ce n'est pas un spectacle, mais plutôt une appui culturel pour mieux comprendre l'époque des Guaranis et percevoir l'énergie mystérieuse émergeant des missions ».

     

     

    TANZANIE : Expérience avec des enfants handicapés

     

    Un groupe de 13 étudiants du St. Ignatius College de Enfield, en Angleterre, s'est rendu en Afrique l'été dernier pour visiter quelques institutions soutenues par le collège, dont la St. Ignatius Prep and Primary School et la Cheshire Home de Dodoma, en Tanzanie, un internat pour enfants handicapés. La visite, d'après le compte rendu d'un étudiant de Enfield, fut l'occasion de se rendre personnellement compte dans quelle mesure l'aide envoyée par le St. Ignatius College de Enfield est significative pour les élèves de Dodoma. La visite aux enfants handicapés a permis aux élèves anglais de voir de leurs propres yeux les difficultés qu'affrontent quotidiennement ces institutions simplement pour survivre. Ils en furent très émus. Le manque d'argent et la pénurie de personnel qualifié y sont des obstacles majeurs. Les étudiants ont perçu les différences qui existent entre l'Angleterre et la Tanzanie dans la manière de gérer une institution pour handicapés. Tandis qu'en Angleterre le personnel qualifié est nombreux et davantage de personnes s'occupent de groupes restreints d'enfants, en Tanzanie, ce travail est mal payé et peu encouragé, ce qui fait que de larges groupes d'enfants sont suivis par un nombre insuffisant de personnes spécialisées. Cependant, remarque l'étudiant de Enfield, la Cheshire Home est un bel endroit, avec des terrains de sport, du personnel très serviable et dirigé par un groupe de religieuses qui prennent à cœur le bien-être de ces enfants défavorisés. Bref une expérience qui restera présente dans les esprits et les cœurs, et pour de nombreuses années.