English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XVIII, No. 4 20 février 2014

    NOMINATIONS

     

    Le Pape François a nommé:

     

    - Les Pères Massimo Pampaloni (ITA), Philippe Luisier (HEL), Michael Kuchera (MAR), Georges Ruyssen (BSE),  Consulteurs de la Congrégation pour les Églises Orientales.

    Le Père Général a nommé:

     

    - Le Père Gianfranco Matarazzo Provincial de la Province d'Italie (ITA). Le Père Matarazzo, jusqu'ici directeur  du "Centro Studi Sociali Pedro Arrupe" de Palermo, est né en 1963, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1993 et a été ordonné prêtre en 2003. 

     


    DANS LES PROVINCES

     

    ASIE PACIFIQUE : Perspectives sur l'environnement 2013

    Environment Outlook 2013 est un rapport de la Conférence des jésuites d'Asie-Pacifique (JCAP) qui présente un bref aperçu des principales préoccupations environnementales, des démarches d'advocacy, des événements, des politiques et des découvertes dans la région de l'Asie-Pacifique.  Ce rapport se base sur les réponses et initiatives, à divers niveaux, des jésuites et de leurs collaborateurs, pour la réconciliation avec la création, et qui ont été relevées dans les Provinces, institutions et écoles de la Compagnie dans la région et au-delà. La préface souligne que Mark Raper, Président de la Conférence, a poussé les jésuites de la région à relever le défi d'inclure l'écologie et l'immigration, sujets prioritaires de la Conférence, parmi leurs objectifs institutionnels et leurs programmes d'action. Beaucoup ont répondu positivement, Provinces et institutions s'engageant dans le développement et la mise en œuvre de leur programme écologique. Quelques Provinces ont traduit Guérir un monde brisé (document sur l'écologie préparé par le Secrétariat romain pour la Justice sociale et l'Ecologie en 2011), pour mieux informer les jésuites, scolastiques, enseignants et étudiants sur la mission de « prendre soin de l'environnement ». D'autres établissent des systèmes de gestion et de recyclage des déchets, ou revoient leurs programmes d'enseignement pour intégrer l'écologie dans les différentes matières, comme la géologie, la géographie, l'éthique, le commerce et l'économie. De nombreuses initiatives écologiques apparaissent, mais le défi demeure de rassembler toutes ces expériences et connaissances locales pour que d'autres puissent en tirer profit.  C'est le défi de la collaboration que le Père Général Adolfo Nicolás nous exhorte tous à relever dans notre recherche de la réconciliation avec la création. Pour trouver le rapport complet, voir www.sjapc.net, « Ecology ». 

     

    BELGIQUE : Le Réseau Xavier

    La ville de Drongen, en Belgique, a été récemment le témoin de l'incorporation dans le Réseau Xavier des Secrétariats des Missions des Provinces européennes qui ne s'y étaient pas encore joints : Autriche, Belgique, Angleterre et Irlande. En même temps, la mission du Réseau a été réorganisée en quatre terrains d'action : aide humanitaire, volontariat, projets de coopération et advocacy. Le Réseau Xavier, érigé légalement en Fondation en décembre 2004, était jusqu'à maintenant constitué d'Alboan et Entreculturas (Espagne), Fundación Gonçalo da Silveira et Leigos para o Desenvolvimento (Portugal), Jesuitenmission (Allemagne) et Magis (Italie). Ce sont toutes des organisations liées aux jésuites, engagées dans la coopération internationale pour le développement, et qui partagent la même identité et la même façon de comprendre la solidarité. Le Réseau est né avec l'objectif de promouvoir la collaboration entre institutions pour un plus grand impact et une meilleure efficacité dans la promotion de la justice. Après l'incorporation des ONG et des Secrétariats de cinq Provinces (auxquelles s'adjoindra très probablement Malte), le Réseau Xavier va maintenant pouvoir compter sur davantage de ressources et une plus grande capacité de promouvoir un développement intégral, la défense des droits humains pour tous et la justice sociale.

     

    ESPAGNE : L'ETEA fête son 50ème anniversaire

    L'ETEA, Escuela Superior de Técnica Empresarial Agrícola (Ecole technique supérieure de l'entreprenariat agricole), a été fondée par la Compagnie de Jésus à Cordoue il y a un demi-siècle. Son premier siège fut le patio de la résidence de Saint Hippolyte, avec à peine une vingtaine d'élèves. C'était en 1963. Un an plus tard, l'ETEA était fondée comme centre universitaire privé, reconnu comme tel par le Ministère de l'Education nationale le 1er décembre 1964. Aujourd'hui, 50 ans après, l'ETEA est devenue l'Universidad Loyola, première institution universitaire privée d'Andalousie, avec deux campus, un à Séville et l'autre à Cordoue, et plus de 1500 étudiants. La présente année universitaire est aussi la première année de l'Universidad Loyola Andalucía. Depuis que Jaime Loring a eu l'idée de fonder un centre universitaire à Cordoue, l'inaugurant le 2 octobre 1963, sont sortis de l'ETEA plus de 11.000 diplômés qui sont devenus managers, experts financiers, en marketing ou en gestion dans de nombreuses entreprises. A l'occasion de son 50ème anniversaire, le 30 janvier, autorités, étudiants, enseignants et chercheurs se sont réunis au Conseil Provincial de Cordoue. Le Provincial des jésuites de l'Andalousie et des Iles Canaries, le Père Guillermo Rodríguez-Izquierdo Gavala, a rappelé que l'institution « a apporté une grande contribution à l'étude des réalités économiques et sociales de l'Andalousie, en particulier dans le domaine agricole », à quoi il faut ajouter « un grand engagement dans la coopération internationale au Salvador, au Nicaragua... et dans beaucoup de pays où elle a formé des gens dans le secteur du développement agricole ».

     

    ITALIE : Attribution du Prix International Martini

    Le 15 février, à la Curie épiscopale de Milan, a été attribué le Prix International Martini, créé par ce diocèse le 15 février 2013 (cf. notre Bulletin du 19 février 2013), en l'honneur du cardinal Carlo Maria Martini, et dans le but de « conserver l'héritage de foi de celui qui a été archevêque de notre ville et qui a toujours cherché à embrasser tout l'homme et tous les hommes ». Le Prix prévoyait deux sections : une réservée aux travaux sur la personne et la pensée du cardinal, l'autre aux œuvres sur le rapport entre la Bible et la culture dans ses divers domaines, de la musique au cinéma. La remise des travaux s'est terminée le 31 août 2013, 140 travaux étant parvenus au secrétariat, présentés par un groupe international de 152 concurrents. Parmi les vainqueurs se trouvent trois jeunes chercheurs vietnamiens dont l'œuvre, The Bible and the Asian Culture, ouvre le vaste champ du rapport entre la Sainte Ecriture et la culture asiatique. A partir de sa prochaine édition, le Prix sera organisé par la Fondation Carlo Maria Martini, instituée par la Compagnie de Jésus, et par le diocèse de Milan, avec la présence de la famille du Cardinal disparu.  L'objectif de la Fondation est de promouvoir la connaissance et l'étude de la vie et des œuvres du Cardinal Martini et de maintenir vivant l'esprit qui a animé son engagement pastoral et intellectuel.

     

    RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE : Le travail continue malgré le chaos

    Une équipe de jeunes gens de l'Université de Bangui, guidée par des jésuites et qui normalement se centre sur la prévention du SIDA/VIH, garde les portes ouvertes malgré l'extrême violence et le cataclysme politique qui ébranlent la République Centrafricaine (RCA) depuis le début de l'année dernière. Ces derniers mois, la loi du talion s'est appliquée entre les rebelles Seleka, essentiellement musulmans, et les milices chrétiennes. La violence grimpant en flèche a déraciné plus de 935 000 personnes à travers le pays, avec presque un demi million de déplacés internes dans la capitale.  Les derniers jours ont été témoins de tueries, de mosquées et d'églises brûlées et de corps sans vie jalonnant les rues. La situation sécuritaire se dégradant rapidement, il n'y a plus d'étudiants sur le campus de l'Université de Bangui, et le Centre d'Information, d'Education et d'Ecoute (CIEE), qui est géré par les jésuites dans le cadre du Centre Catholique Universitaire, est incapable d'organiser ses activités. Mais l'équipe reste prête : « Nous recommençons déjà, notamment l'équipe de gestion, toujours présente au centre. Donc on fonctionne, mais pas comme au temps ordinaire, » explique le coordinateur du CIEE, Pierre Yéra Boubane SJ. Pendant l'année 2013, le CIEE a continué à offrir au moins un service minimum, assurant encore des séminaires pour les étudiants. Même maintenant, entouré par le chaos, le CIEE s'apprête à lancer une campagne de masse de conseil et de dépistage volontaire (CDV) dès que la situation se sera améliorée.

     

    RUSSIE : Aumôniers à Sotchi

    A Moscou en août dernier, les jésuites ont reçu la demande de l'archevêque d'être volontaires pour un service aux Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi. Deux ont répondu à l'appel : les Pères Janez Sever et Olvin Veigas. « Pour moi, écrit le Père Janez, c'est ce dont je rêvais depuis de nombreuses années : aller aux Olympiades ! Je n'y suis pas comme athlète, mais comme aumônier catholique des athlètes, des membres de leurs équipes de soutien et des autres volontaires, dans le cadre de l'Inter-Faith Centre, dans un des trois villages olympiques. L'Inter-Faith Centre a été ouvert à la demande du Comité International Olympique, comme lieu où les athlètes aient la possibilité de professer leur foi. Je partage une chapelle dans ce Centre avec le prêtre orthodoxe russe, et le rabbin, l'imam musulman, le pasteur protestant et le moine bouddhiste ont leur propre espace pour accueillir leurs fidèles. Quand je priais pour me préparer à cette mission, deux mots m'ont inspiré et ils me guident dans ce que je fais au village olympique : « servir » et « ambassadeur du Christ ».  Comme ambassadeurs du Christ dans le monde de cette intense culture sportive, Olvin et moi apprenons à servir dans un esprit œcuménique, en particulier avec les orthodoxes et les protestants, et dans un esprit de dialogue interreligieux et d'inculturation. Nous espérons qu'à Sotchi 2014, pour tous les participants, diminueront stéréotypes et préjugés ».

     

    RWANDA : Engagement des jésuites dans l'aide sanitaire

    Presque vingt ans après le génocide qui a fauché des centaines de milliers de vies humaines au Rwanda, le Père jésuite Jean-Baptiste Mazarati, actuellement vice-directeur du Laboratoire National de Référence (NRL) du Centre biomédical du Rwanda, fait partie de ceux qui travaillent à garantir aux résidents la meilleure assistance sanitaire possible. « Avec le génocide de 1994 contre les Tutsi, le Rwanda a touché le fond, et il ré-émerge maintenant de son cauchemar, lentement mais irrésistiblement », dit le Père Mazarati, qui pendant les 100 jours de tyrannie commencés en avril 1994, a perdu tous les membres de sa famille. Le Père a terminé en 2012 ses études de biologie de la tumeur, au Lombardi Comprehensive Cancer Center de Georgetown University, et il dirige présentement les services biomédicaux du NRL. « Comme beaucoup de pays en voie de développement, le Rwanda cherche encore à éliminer les maladies infectieuses comme le SIDA, la tuberculose, etc. Nous mettons en œuvre des programmes pour éliminer la malaria, et nous nous engageons dans la tâche ardue du combat contre les maladies non transmissibles comme le cancer, les maladies cardiovasculaires et le diabète ». Selon l'OMS, au Rwanda, qui compte 11 millions d'habitants avec une espérance de vie d'environ 52 ans, les maladies non transmissibles représentent 20% des causes de décès.

     

    TAIWAN : Castiglione et le nouvel an chinois

    A l'occasion du Nouvel An chinois, ouvrant l'année du Cheval, on a célébré une relation spéciale entre la Chine, Milan et tout l'Occident, due à un artiste qui a vécu à la cour impériale chinoise pendant 51 ans. Il était spécialiste des portraits des empereurs et de leurs concubines, mais il peignait aussi les chevaux de l'empereur. L'artiste en question est Giuseppe Castiglione (Lan Shining), un jésuite qui a vécu de 1688 à 1766. Né à Milan, il est mort à Beijing, et le grand empereur Qianlong l'a honoré de funérailles nationales. Les chefs d'œuvre de Castiglione sont conservés dans les musées impériaux de Taipei et de Beijing. A l'occasion de l'année du Cheval, le musée de Taipei a préparé une « gigantographie » numérique animée de ses « Cent chevaux », le plus grand chef d'œuvre de Castiglione, peint sur un seul long rouleau de 7,7 mètres.  Mais cela n'a pas été la seule célébration en son honneur. Un documentaire sur lui a été produit par le Kuangchi Program Service de Taipei, en collaboration avec la Jiangsu TV de Nanjing, en Chine. Le tournage de la dernière partie du documentaire a eu lieu dans les studios de Hengdian, où sont tournés les films chinois les plus importants, qui sont reproduits ensuite en format numérique. Cela a été rendu possible par la collaboration avec la Jiangsu Broadcasting Corporation, la plus grande compagnie chinoise de télévision par ses investissements en ce domaine, et la troisième en importance des chaînes chinoises de télévision. Gao Wei, directeur de la Jiangsu TV, qui a supervisé tout le documentaire, a déclaré : « Commémorer Castiglione, artiste à la fois humble et d'une grande profondeur, est une expérience humaine et spirituelle extraordinaire ». La version finale du documentaire sera en chinois, pour être louée aux télévisions nationales, mais également en anglais et en italien.


    1814-2014 LE RÉTABLISSEMENT DE LA COMPAGNIE


     

    De nouveaux documents historiques sont disponibles sur le site web ARSI (Rome) :

    - sur l'expulsion des jésuites du Brésil (1760) ;

    - la déclaration du Général Lorenzo Ricci (1775) ;

    - vidéos sur le Gesù de Rome, où fut proclamée la Bulle de rétablissement de la Compagnie, et sur les bâtiments de la Compagnie à Mumbai, en Inde (1549 - 1760).  Consulter http://www.sjweb.info/arsi/ARSI-1814/1814.cfm

     

    Philippines. Les jésuites des Philippines ont répondu à l'appel adressé par le Père Adolfo Nicolás à toutes les communautés de la Compagnie de commémorer le 200ème anniversaire du Rétablissement de la Compagnie (1814-2014) « avec une humble et sincère reconnaissance envers le Seigneur, avec le désir d'apprendre de notre histoire et de saisir cette occasion d'un renouvellement spirituel et apostolique ». L'organisation des célébrations a été confiée à un comité dirigé par le Père Aristotle Dy, directeur de la Xavier School. Le programme des célébrations se déroulera tout au long de l'année et il comprend des retraites, des conférences et des séminaires sur la suppression et le rétablissement sous la direction des historiens jésuites Tony de Castro et René Javellana, des expositions artistiques, des pièces de théâtre et un concert. Cette année d'activités a été lancée par une brève vidéo sur le bi-centenaire produite par Jescom Philippines, où le Père Moreno déclare que les célébrations ne devront pas être « triomphalistes ». Il recommande ensuite trois sujets de réflexion et de prière : 1) Reconnaissance pour les nombreuses bénédictions que Dieu a accordées à la Compagnie, dont les fruits de ses ministères depuis le temps du Rétablissement ; 2) Renouvellement de notre vie à partir des enseignements que cette époque de l'histoire offre à chaque jésuite ; 3) Mission qui découle du renouvellement spirituel et qui pourrait conduire à des voies nouvelles et à de nouvelles frontières pour les jésuites des Philippines.