English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XVII, No. 20 20 septembre 2013

    Nominations

     

    Le Père Général a nommé :

     

    - le Père Frédéric Fornos, de la Province de France, comme Directeur Général Délégué de l'Apostolat de la Prière et du Mouvement Eucharistique des Jeunes, à la suite du P. Claudio Barriga. Le Père Frédéric est né en 1968, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1994 et a été ordonné prêtre en 2004. Le père Fornos prendra ses fonctions durant l'année 2014.

     


    Dans les Provinces

     

    AFRIQUE : Pour former des leaders

    Le JESAM, la Conférence des supérieurs majeurs de l'Assistance d'Afrique et de Madagascar, vient de conclure un Leadership Development Colloquium, auquel ont pris part 30 jésuites et 12 laïcs de toutes les Provinces et Régions de l'Assistance. Le Colloque avait été conçu et préparé par une équipe de coordinateurs venant d'Afrique, de l'Inde et des USA et dirigés par le Père Fernando Franco, et il consiste en trois semaines de travail intense, séparées par deux périodes successives de six mois. Ces deux périodes seront marquées par un échange de collaborations au pair, et par la mise en œuvre des compétences acquises par les uns et les autres. Les participants au Colloque sont venus de toutes les régions du continent à l'Institut de théologie de la Compagnie de Jésus à Abidjan, où ils ont été accueillis par la communauté. Le Père Ferdinand Muhigirwa a dirigé les séances introductives et l'organisation de la rencontre jusqu'au déroulement des divers séminaires d'étude : à la recherche de leaders en Afrique, animé par le Père Agbonkhianmeghe Orobator ; leadership ignatien, avec Chris Lowney ; conscience de soi, sociale et organisationnelle, avec les Pères Jimmy Dhabi et David McCallum. Le P. Fernando Franco a mis à la disposition de tous son expérience de la planification stratégique. Les participants sont partis, à la fin des six jours de travail, fatigués mais enthousiastes, et impatients de prendre part à la prochaine semaine de rencontres, qui aura lieu à Nairobi en mars 2014 et à la semaine finale, à Manrèse en septembre 2014. Le partenariat entre leaders ignatiens, jésuites et laïcs, continue à se montrer bénéfique pour tous.

     

    AMERIQUE LATINE : Rencontre sur la communication

    Du 26 au 30 août, s'est tenu à Manaus, au Brésil, la VIème rencontre des délégués provinciaux pour la communication, organisée par le Département de la communication de la CPAL. Dix délégués, avec le Président de la CPAL et un représentant de  la section espagnole de Radio Vatican,  ont examiné les perspectives du secteur par rapport à la mission des jésuites en Amérique latine et dans les Caraïbes. Au terme de la rencontre, ont été précisées les principales orientations du travail sous cet angle de la mission. « On souligne en premier lieu la grande importance de l'information et de la communication dans nos sociétés, importance accrue du fait du développement continuel des nouvelles technologies de l'information et de la communication, moyens dont nous ne pouvons pas faire abstraction mais que nous devons apprendre à utiliser, avec des critères de discernement, au service de la mission de la Compagnie universelle. En second lieu, nous nous sommes engagés à renforcer les services de communication des Provinces et Régions (...). A partir de là, il sera possible d'organiser et de coordonner le secteur, ainsi que le flux des communications, à l'intérieur et à l'extérieur des Provinces. En troisième lieu, nous soutenons le travail en réseau. La constitution de réseaux apostoliques et d'un réseau de communication donnera une visibilité à la vie, aux besoins et aux rêves des personnes que nous entendons servir, dans la foi et la justice (...). Notre impact sur les grands problèmes sociaux, politiques, économiques et autres sera plus clair à travers l'action coordonnée en réseau ».

     

    ANGLETERRE : Pour connaître les jésuites

    Suite à leur succès de l'an dernier, les jésuites ont programmé pour l'automne trois autres rendez-vous Explore jesuit life. En plus de présenter de façon générale l'histoire de la Compagnie, ces journées visent à encourager les participants à considérer la possibilité d'une vocation à la Compagnie. La première rencontre aura lieu le dernier week-end de septembre, à Loyola Hall de Merseyside. Au cours des trois jours, la vie de Saint Ignace sera présentée, avec une invitation à découvrir les caractéristiques de la façon d'agir des jésuites qui ressortent de sa vie et de son expérience. La possibilité sera aussi offerte de prier à travers la contemplation et l'examen de conscience, avec quelques réflexions sur la mission des jésuites dans l'Eglise. « Le week-end offrira une variété d'informations, et donnera une idée de ce dont les jésuites d'aujourd'hui héritent à travers la vie de Saint Ignace », dit le Père Matthew Power, promoteur des vocations dans la Province britannique, « que tu sois simplement curieux de connaître la vie des jésuites et souhaites en savoir davantage, ou que tu commences à te demander si tu pourrais avoir une vocation à la Compagnie, la rencontre te permettra de découvrir comment on vit à l'intérieur de l'Ordre et de discuter de la façon dont les jésuites cherchent à contribuer à la vie de l'Eglise et du monde ». Les deux autres rencontres seront proposées l'une à Londres le 2 novembre et l'autre à Edimbourg le 23 novembre. Pour en savoir plus, consulter www.jesuit.org.uk/latest/130703a.htm

     

    AUSTRALIE : Une déclaration sur les réfugiés et les demandeurs d'asile

    Le 25 août, le Provincial des jésuites d'Australie a rendu publique une déclaration sur les réfugiés et les demandeurs d'asile. On y lit entre autres : « Il est nécessaire que les Australiens cessent de se montrer indifférents au désespoir de ceux qui sont à la recherche d'un asile, et les regardent comme des êtres humains, semblables à nous, et qui ont besoin de notre aide. Avant d'aller au Brésil pour les JMJ, le Pape François a visité le centre d'accueil de Lampedusa, en Italie, une île où les réfugiés venant d'Afrique du Nord débarquent pour demander asile en Europe. Beaucoup d'entre eux meurent pendant la traversée. Le Pape a dit : « Qui pleure la mort de ces frères et de ces soeurs ? (...) Dans notre monde globalisé, nous sommes tombés dans la mondialisation de l'indifférence ! ». Les paroles du Pape nous visent directement, au moment où nous attendons les élections pour lesquelles les principaux partis politiques sont en compétition dans la recherche d'une politique dure à l'égard des demandeurs d'asile. Nous commettons la même erreur qu'Adam et Eve, qui étaient persuadés d'être comme Dieu, et donc juges du bien et du mal. La majorité des Australiens sont convaincus que nous devons être les maîtres absolus de notre terre et que nous devons payer n'importe quel prix pour mettre fin aux débarquements. On nous dit d'être durs, et pour être durs nous devons devenir plus indifférents. Nous ne sommes pas maîtres de la vie et de la mort, et les autres ont les mêmes droits, que nous ne pouvons pas ignorer. Dieu est le Seigneur de la création et le maître aussi de nos vies. Les gens que nous entassons, comme des demandeurs d'asile inconnus, ont chacun un visage comme le nôtre, une vie comme la nôtre. Ils saignent comme nous, rient comme nous, s'attristent comme nous. Ils nous sont donnés comme des frères et des sœurs ». Pour le texte complet, consulter www.jesuit.org.au 

     

    BRESIL : Le Pape François, l'environnement et les indigènes

    Lors des récentes JMJ de Rio de Janeiro, au Brésil, le Pape François a envoyé de nombreux messages, et non seulement à la communauté catholique mais aussi à l'humanité toute entière. Parmi ceux-ci, il y en a un qui a une signification toute spéciale. Le Pape a demandé « respect et protection pour la création entière que Dieu a confiée à l'homme, pour qu'elle ne soit pas exploitée sans discrimination mais plutôt transformée en jardin ». Il a aussi attiré l'attention sur le document des évêques d'Amérique latine et des Caraïbes de 2007, qu'il avait lui-même rédigé et qui parle des dangers que courent l'environnement amazonien et sa population indigène. Ce document souligne que « les communautés autochtones ont été pratiquement exclues des décisions sur le patrimoine de la biodiversité et de la nature. La nature a été et continue d'être agressée ». Ces paroles ont été prononcées en présence de nombreux groupes indigènes de la région amazonienne. Ces derniers espèrent que le Pape pourra les aider à protéger ces terres que le gouvernement a déclaré « réserves » pour eux, mais que les paysans et les éleveurs continuent à envahir, coupant des arbres et faisant paître les troupeaux. Selon le Fonds international pour le développement agricole, une agence spécialisée des Nations Unies, on compte autour de 370 millions d'indigènes dans environ 70 pays du monde. Cette population indigène représente 5% de la population mondiale, mais elle constitue 15% des pauvres du monde. Au-delà des paroles et des encouragements du Pape François, nous devons nous rendre compte de ce que les peuples indigènes jouent un rôle clé dans notre survie à tous.

     

    COLOMBIE : De l'eau pour financer des œuvres sociales et éducatives

    Les jésuites colombiens ont lancé récemment une nouvelle initiative : la commercialisation de l'eau Amar y servir, présentée au public par la Fundación Amar y Servir, à la Faculté des Sciences de l'Université pontificale Javeriana. 1500 étudiants, professeurs et collaborateurs de la communauté javérienne étaient présents, et ils ont pu déguster l'eau et prendre connaissance du projet. Le but de l'initiative est de soutenir l'œuvre sociale et éducative de la Compagnie en Colombie à travers la vente de la nouvelle marque d'eau, dont la production, la mise en bouteilles et la distribution seront assurées par une firme connue pour la qualité élevée de ses produits. L'eau sera mise en vente dans des bouteilles en plastique de 600ml et les bénéfices de la vente iront à des projets de soutien aux familles déplacées à cause de la guérilla, à la formation des agriculteurs, et à des programmes d'éducation destinés aux plus pauvres.

     

    ESPAGNE : « Pierres vivantes » à Saint Jacques de Compostelle

    Plus de 300.000 pèlerins arrivent chaque année à la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle, spécialement pendant l'été. Beaucoup parmi eux sont jeunes. A la recherche de Dieu, d'une nouvelle vie. Le chemin de Saint Jacques est devenu dans les dernières décennies l'autoroute spirituelle la plus fréquentée et postmoderne d'Europe. Cette année, les pèlerins qui sont entrés dans la cathédrale entre le 18 juillet et le 18 août y ont trouvé des jeunes volontaires en tee-shirt vert avec un logo suggestif : Pierres vivantes. C'est le nom d'un réseau de groupes de jeunes ignatiens qui, dans plus de douze villes européennes, transforment les visites touristiques en expériences spirituelles. A Compostelle, les Pierres vivantes expliquaient aux visiteurs l'histoire et les symboles du lieu où ils étaient entrés. Les pèlerins  ont pu ainsi « embrasser l'apôtre » et vénérer les reliques en étant plus conscients de ce que sont dans notre foi  la communion des saints et la sacralité du corps. Ils ont pu aussi admirer le célèbre « Portique de la Gloire » en disposant de davantage d'outils pour déchiffrer cette « liturgie faite pierre ». Mais surtout, les Pierres vivantes ont invité les pèlerins à s'arrêter une heure en silence pour « faire mémoire » de leur pèlerinage. Une brève introduction « ignatienne » a permis aux pèlerins de se demander : « Que m'a dit le Seigneur au cours de ce chemin ? ». Après l'heure silencieuse, les pèlerins répartis en groupes linguistiques ont eu un « partage spirituel » de leurs parcours. Pour ceux qui en exprimaient le désir, il a été également possible de rester deux jours de plus en silence dans la résidence universitaire des jésuites à Compostelle (Colegio Mayor San Agustin), que son directeur, le Père Jorge Vazquez, a transformé en « centre de retraites estival ». Les volontaires de Pierres vivantes (jésuites et jeunes laïcs de 7 pays différents) sont une cinquantaine, qui se sont ainsi engagés pendant l'été dans cette initiative de « nouvelle évangélisation ». Cf. http://pietrevive.wordpress.com

     

    INDE : Agression contre des missionnaires catholiques

    Agressés, insultés et battus par quelque 150 personnes : c'est ce qui est arrivé à un jésuite et à deux religieuses qui travaillent avec les « tribaux » santal dans la mission catholique de Karon (Jharkhand). L'attaque a eu lieu le 18 août. Ce qui a provoqué la colère du groupe d'agresseurs était la mort d'un enfant de 7 ans, qui logeait dans l'auberge gérée par la mission. Toutefois, les jésuites de la Province de Dumka-Raiganj, qui dirigent la  mission, soupçonnent l'implication de groupes fondamentalistes hindous, qui ont profité de la douleur des parents. Le 2 août dernier, l'enfant avait commencé à éprouver de fortes douleurs à l'estomac. Il a tout de suite été conduit à l'hôpital local mais il y est malheureusement décédé. Des prêtres et des religieuses ont rapporté le corps au village natal du petit, dans le district de Chittaranjan (Bengale occidental). « En colère à cause de ce qui était arrivé, dit le Père Panimegam, directeur de la mission, les habitants ont d'abord retenu les catholiques, puis les ont laissés partir. Mais le 18 août se sont présentés à la mission 150 personnes environ, y compris les parents de l'enfant. Peu après, le père s'est approché de moi et m'a giflé. D'autres ont commencé à casser les vitres des fenêtres, à briser les ustensiles. Les femmes du groupe, une soixantaine, se sont attaquées à Sœur Sahaya, qui est la présidente de l'école de la mission, et l'ont battue, et avec elle une autre sœur ». L'intervention de la police a dispersé les gens. « Je pardonne à mes agresseurs, a dit le Père Panimegam, et avec la grâce de Dieu et de son Esprit je continuerai à servir cette communauté santal à travers la mission éducative des jésuites ».

     

    ITALIE : La Fondation Cardinal Martini

    A l'occasion du premier anniversaire de la mort du Cardinal Carlo Maria Martini, la Province d'Italie de la Compagnie, en collaboration avec l'archidiocèse de Milan, a créé la Fondation Carlo Maria Martini. Le 30 août,  au cours d'une audience privée, cette Fondation a été présentée au Pape François. « Le souvenir des pères est un acte de justice, a dit celui-ci, et Martini a été un père pour toute l'Eglise ». Entre autres choses, le Pape a évoqué sa figure avec grande gratitude et respect, le définissant comme « prophète et homme de discernement et de paix ». La Fondation, comme on peut le lire sur son site, se propose d'entretenir la mémoire du Cardinal Martini, « en promouvant la connaissance et l'étude de sa vie et de ses œuvres », et « de garder vivant l'esprit qui a animé ses engagements, favorisant l'expérience de la Parole de Dieu dans le contexte de la culture contemporaine », portant une attention spéciale « au dialogue œcuménique, interreligieux, avec la société civile et les non croyants, en même temps qu'à l'approfondissement du rapport indissoluble entre foi, justice et culture ». La Fondation veut en outre « promouvoir l'étude de l'Ecriture Sainte, d'une manière qui mette en jeu aussi d'autres disciplines, dont la spiritualité et les sciences sociales ; collaborer à des projets éducatifs et pastoraux qui s'appuient sur la pédagogie ignatienne et qui soient tournés surtout vers les jeunes ; et soutenir l'approfondissement de la signification des Exercices spirituels et la diffusion de leur pratique ». Pour d'autres informations, consulter www.fondazionecarlomariamartini.it

     

    ROME : Visite du Pape au Centre Astalli

    Le 10 septembre après-midi, le Pape François a visité le Centre Astalli, siège du JRS - Italie, fondé en 1981 pour l'accueil des réfugiés, en réponse à l'appel du Père Arrupe, alors Supérieur Général de la Compagnie. Pour le Centre Astalli, ce fut un moment de grande joie. Le Pape François est arrivé au moment où chaque jour une file de plus de 400 demandeurs d'asile attendent de pouvoir prendre un repas chaud. La rencontre a été intense et émouvante. Le Saint Père a salué avec simplicité et affectueusement les personnes qui attendaient dans la rue, puis il est entré, a salué les autres réfugiés et s'est entretenu avec eux. Il s'est informé sur leur vie, consacrant un moment à chacun d'eux. Il est arrivé ensuite dans l'église du Gesù, où l'attendaient 350 réfugiés et 300 volontaires des centres d'accueil et des services gérés à Rome par le Centre Astalli. Le Père Giovanni La Manna, président du Centre, lui a adressé un mot de salutation au nom de tous les présents, à la suite de quoi deux réfugiés ont apporté leur témoignage. Carol, de Syrie : « Je suis enseignante, les jeunes et les enfants ont été pendant bien des années ma raison de vivre. J'ai toujours pensé que l'enseignement et l'éducation étaient un chemin vers la paix. Mais aujourd'hui, toutes les routes de paix et de liberté semblent avoir été fermées pour toujours dans mon pays ». Et Adam, Soudanais du Darfour : « Le voyage que nous devons affronter pour venir demander asile en Europe est un crime contre l'humanité. Nous étions 170 sur la barque qui nous a portés de Libye en Italie. Chacun de nous a payé 1200 dollars pour affronter la mer. Beaucoup d'entre nous ont payé le billet pour rencontrer la mort. Sainteté, votre voix est forte. Tous l'écoutent. Aidez-nous. Faites cesser ce massacre. Demander asile ne peut pas être une façon tragique de perdre la vie ». Le Pape a alors prononcé un discours fort et passionné, basé sur trois mots qui sont la synthèse de la mission du JRS : « accompagner, servir, défendre ». Il a prononcé ces trois mots, les a expliqués, les a rendus actuels et vivants de la manière forte et concrète qui le caractérise. Il a conclu avec un avertissement à l'Eglise, à Son Eglise : « Très chers religieux et religieuses, les couvents vides ne servent  pas à  l'Eglise pour être transformés en hôtels et gagner de l'argent. Les couvents vides ne sont pas à nous, ils sont pour la chair du Christ que sont les réfugiés. Le Seigneur appelle à vivre l'accueil dans les couvents vides avec générosité et courage. Certes, ce n'est pas une chose simple, il y faut du discernement et de la responsabilité, mais il faut aussi du courage ».  

     

    ZAMBIE : Un prix à la paroisse de Chikuni

    Un programme de services à domicile a reçu, en Zambie, le premier prix dans un concours annuel d'excellence. C'est un programme de la paroisse jésuite de Chikuni qui a été récompensé, pour le travail réalisé auprès des séropositifs et des malades du SIDA, en vue de les rendre économiquement autosuffisants. Le prix avait été institué au début de cette année par AJAN, le « réseau des jésuites d'Afrique contre le SIDA », et par le JESAM, la « Conférence des jésuites d'Afrique et de Madagascar ». Le but est de repérer, de récompenser et de partager les meilleures initiatives parmi les projets soutenus par les jésuites contre le SIDA. Les résultats du concours ont été annoncés par le Père Michael Lewis, président du JESAM, qui a félicité le Père Kelly Michelo, directeur du programme de Chikuni, pour son travail infatigable. Le programme de la paroisse de Chikuni, en Zambie méridionale, avait été classé dans la catégorie : « assistance aux personnes atteintes du SIDA et à leurs familles ». Et il y avait sept projets candidats au prix de cette année, qui représentaient une large gamme d'initiatives. « Tous  les projets, a dit le Père Lewis, soulignaient l'engagement, la créativité, le professionnalisme et la persévérance ». Il y a longtemps que les jésuites cherchent à répondre aux défis du HIV/SIDA, mais c'est seulement en 2002 que le JESAM en a fait une priorité, créant AJAN (African Jesuit AIDS Network), pour coordonner la lutte contre cette pandémie. Pour plus d'informations, voir www.ajanweb.org