English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XVII, No. 11 19 avril 2013

    A la Curie

     

    Les coordinateurs de l'apostolat social des Conférences ont leur réunion annuelle à Rome du 22 au 26 avril. Ils vont examiner le travail en réseau qui se développe à l'intérieur des Conférences, et qui offre des réponses aux défis apostoliques qui dépassent les frontières des Provinces. Cela favorise des collaborations qui font naître des initiatives en matière de recherche ou d'advocacy pour défendre les droits des exclus, tout en maintenant les engagements au niveau local, sources d'énergie et de crédibilité. Le but de la réunion des coordinateurs est de mieux connaître la situation du travail en réseau et de tirer les leçons des expériences précédentes pouvant aider le développement de ce travail à l'avenir.

     

    Communications et relations publiques. Le Service pour les communications et les relations publiques de la Curie générale organise une réunion pour les journées du 22 au 26 avril. Le 22 et le 23 se réunira le Comité d'experts (« Board of advisors »), qui discutera sur les nouvelles technologies de l'information et l'utilisation des réseaux sociaux, ayant en vue en particulier leur usage à la Curie elle-même. On examinera également les tâches actuelles du Service, comme l'Annuaire et le Bulletin numérique de nouvelles, en vue d'en améliorer la qualité. Le 25 et le 26 avril, par contre, se réuniront pour la première fois les responsables de la communication des diverses Conférences de Provinciaux, pour un échange d'idées et pour rendre plus étroite la collaboration entre le Service de Rome et ceux des Conférences. On s'intéressera particulièrement à l'expérience de la Province d'Italie en ce domaine. Quant à la journée du 24 avril, elle sera consacrée à une rencontre du Comité d'experts et des « communicateurs » des Conférences, pour qu'ils fassent mutuellement connaissance et examinent ensemble « le travail en réseau de la Compagnie au niveau international ». La discussion sur ce dernier thème sera dirigée par le Père Dani Villanueva, directeur adjoint de la Fundación Entreculturas de Madrid.

     


    Dans les Provinces

     

    AFRIQUE : Des jésuites contre les armes

    Sensibiliser davantage l'opinion publique internationale à la crise dans l'Est de la RDC (République démocratique du Congo) et surveiller le trafic d'armes qui alimente la guerre dans cette région : telles sont les actions qui vont être menées dans le cadre de la Jesuit Great Lakes Initiative, que promeuvent quelques organisations africaines liées à la Compagnie. Selon un communiqué envoyé à l'agence catholique Fides, ces organisations se sont réunies fin mars pour examiner les initiatives à prendre en vue d'une action commune de sensibilisation sur la crise dans la région des Grands Lacs. « Depuis près de 20 ans, affirme le communiqué, des conflits et des guerres frappent des millions de femmes, d'enfants e d'hommes dans la région des Grands Lacs. Dans l'est de la RDC, deux millions de personnes continuent de souffrir à cause d'importants déplacements de populations et de violations quotidiennes des droits humains, se traduisant par des violences sexuelles et par le recrutement d'enfants soldats »... « Parmi les différentes causes de ce conflit, rappelle le document, se trouvent la prolifération et le trafic d'armes illégales ». Tout en reconnaissant les efforts accomplis par la communauté internationale, les organisations promues par les jésuites font remarquer que « l'on n'a pas fait de démarches significatives pour s'attaquer aux causes qui sont à l'origine du conflit ». C'est pour cela qu'est née la Jesuit Great Lakes Initiative, dont la tâche sera de faire prendre plus grande conscience à toutes les parties en présence dans la région du lien entre le conflit et la prolifération des armes, et de remonter à l'origine des flux d'armes en direction de la région, à travers des recherches approfondies sur le terrain.

     

    AUSTRALIE : Le premier évêque jésuite souhaite la bienvenue au premier Pape jésuite

    Le premier évêque jésuite australien a déclaré que l'intérêt qui s'est manifesté partout pour l'élection du Pape François révèle que l'Eglise intéresse toujours et qu'elle a la capacité d'apporter l'espérance et sa promesse au monde. Gregory O'Kelly, SJ, évêque du diocèse de Port Pirie en Australie méridionale dit qu'il est submergé de coups de téléphones de journalistes voulant connaître sa réaction à l'élection comme pape d'un de ses compagnons jésuites. « A un moment où les abus sexuels dans l'Eglise ont rempli les médias, la place qu'ils ont donnée à Benoît XVI et maintenant à son successeur François montre abondamment que pour beaucoup, même au-delà de la communauté catholique, l'Eglise demeure un signe d'espérance et une promesse », a déclaré Mgr O'Kelly. Il a aussi noté que le choix par le pape du nom de François souligne le désir d'une foi plus humble et d'une Eglise plus étroitement attachée à la nature et aux personnes vulnérables dans le monde. Mais comme archevêque d'une cité moderne et occidentalisée, le Pape François connaît aussi les nombreux défis que l'Eglise du XXIème siècle doit affronter. « Rappelons-nous qu'il a vécu la période d'Eva Perón puis celle de la junte des Colonels, avec leur « guerre sale » d'enlèvements et d'assassinats, et les « mères de la Place de Mai » et leurs fortes marches hebdomadaires de protestation. Comme Provincial des jésuites, il a eu affaire à la disparition et à l'élimination supposée de quelques-uns de ses prêtres connus pour leur opposition au régime. Et en fin de compte, c'est toujours le pauvre et le sans abri qui souffrent le plus : d'où ses efforts pour s'identifier à eux ». Mgr O'Kelly a fait remarquer que le nouveau pape devra affronter le besoin de réforme dans le style et le gouvernement du Vatican. « Que le Pape François puisse avoir la force et la détermination de faire face à tout courant qui chercherait à résister au changement. Qu'il puisse aider à rétablir la collégialité au sein de l'Eglise ».

     

    CHILI : L'élection du Pape jésuite

    Le Père Eugenio Valenzuela, Provincial du Chili, a publié sur El Mercurio, quotidien de Santiago, une réflexion sur l'élection du pape jésuite, et il déclare, entre autres choses : « Jorge Mario Bergoglio, SJ, n'a pas été élu pape parce qu'il était jésuite, mais parce que les autres cardinaux ont vu en lui des qualités spirituelles et humaines qui le rendaient apte à guider l'Eglise par  temps de tempête. On ne nie pas, en disant cela, que ce pasteur a été forgé par la spiritualité ignatienne. Mais son élection est très loin de l'idée que les jésuites arrivent par elle au pouvoir, atteignent le sommet, conquièrent enfin le gouvernail de l'Eglise. Rien n'est plus éloigné de la réalité, et pour cette raison nous trouvons déconcertant de recevoir ces temps-ci des félicitations ou de lire dans la presse des commentaires qui vont dans ce sens. Le ministère pétrinien pour lequel le Père Bergoglio a été choisi est de servir l'unité du peuple de Dieu et non les intérêts d'un groupe particulier, qu'il s'agisse d'un pays ou d'une congrégation ».

     

    INDE : Vidyajyoti Journal, revue de réflexion théologique

    Le Vidyajyoti Journal of theological reflection, revue théologique de premier plan, publiée par le le Vidyajyoti College of Theology de Delhi, vient de célébrer ses 75 ans au service de l'Eglise et du monde. En 1938, Mgr Louis Mathias SDB, alors archevêque Madras-Mylapore, fondait The Clergy Monthly, pour venir en aide aux prêtres dans leurs ministères spirituels et contribuer à la vie pastorale des catholiques en Inde, qui comprenait à l'époque le Pakistan actuel, le Bangladesh et le Sri Lanka. En étant lui-même l'éditeur de la revue, il réussit à s'assurer la  collaboration d'un certain nombre de théologiens, compétents en divers secteurs de la théologie. En 1940, il confia la revue et la responsabilité de sa publication au staff jésuite de St  Mary's College de Kurseong. Ainsi le germe qui avait eu son sol nourricier dans l'Inde du Sud trouvait sur les collines himalayennes un terrain fertile pour poursuivre sa croissance. Les jésuites de  St  Mary's College (qui fut rebaptisé ensuite Vidyajyoti College of Theology de Delhi) ont été fidèles à la mission qui leur a été confiée. Dans les années qui ont précédé le Concile de Vatican II, la revue s'est surtout consacrée à aider les prêtres dans leur ministère pastoral. Une fois le Concile achevé, elle a cherché à faire connaître son message à tout le peuple de Dieu et à devenir un lieu de dialogue avec les personnes d'autres traditions religieuses et laïques. Le changement a affecté aussi le nom de la revue, qui, de Clergy Monthly, est devenue Vidyajyoti Journal of theological reflection. Elle s'est toujours montrée prête à répondre aux demandes de l'époque et à guider ses lecteurs dans l'approfondissement de la foi en restant ouverts aux changements.

     

    INDE :  Goa invitera le Pape

    Les responsables de la Basilique du Bom Jesus de Goa songent à inviter le Pape à l'occasion de l'exposition du corps de Saint François Xavier. Les possibilités que le premier pape jésuite accepte de visiter la région fameuse pour ses plages qui attirent de nombreux touristes sont bonnes, dit le Père Savio Barretto, recteur de la Basilique où reposent les restes mortels du grand saint missionnaire. L'exposition du corps du Saint a lieu tous les dix ans. La dernière était en décembre 2004 ; la prochaine sera donc en novembre 2014. Lors d'une telle occasion, l'urne qui contient le corps de Xavier quitte l'autel où elle se trouve habituellement et est portée dans la cathédrale pour la vénération des fidèles pendant environ un mois. « La possibilité que le Pape François vienne pour l'exposition est bonne, dit le Recteur, et le Pape n'a même pas besoin d'une invitation explicite pour visiter le lieu où repose son compagnon jésuite ». Saint François Xavier, né en Navarre en Espagne, a prêché la foi chrétienne dans de nombreux pays d'Asie après son arrivée à Goa, alors colonie portugaise, en 1542. Après sa mort en 1552 à Shangchuan, en Chine, son corps fut transporté d'abord à Malacca, en Malaisie, puis en 1553 à Goa, où il fut enseveli dans la Basilique du Bom Jesus. Chaque année plus d'un million de fidèles visitent sa tombe.

     

    ITALIE : Nouvelle version de La Civiltà Cattolica

    Le 5 avril dernier, dans la salle de presse du Vatican, le premier numéro de la nouvelle version de La Civiltà Cattolica, la revue bien connue de la Compagnie, a été présenté à la presse. Le jour anniversaire de la sortie du premier fascicule de la revue, le 6 avril 1850, elle se présente le 6 avril 2013 largement rénovée. Pour ce qui regarde la mise en page, la couverture change, s'inspirant de celle en usage à la fin de 1970, ainsi que les caractères d'imprimerie. La structure de la revue change aussi : les « chroniques » disparaissent, laissant place aux « focus », offrant des analyses critiques approfondies sur l'actualité politique, économique, internationale, juridique et sociale. La réflexion sur l'Eglise occupe une place fixe au centre de la revue. Et de nouvelles rubriques mobiles apparaissent, comme « Profil » et « Interview ». Les signatures internationales de pères jésuites seront plus fréquentes, et la diversité des thèmes traités augmentera aussi. L'objectif poursuivi demeure celui qu'a synthétisé le Pape François : « recueillir et exprimer les attentes et les exigences de notre temps », et « offrir les éléments pour une lecture de la réalité » avec « une attention particulière à la vérité, à la bonté et à la beauté ». La revue devient disponible aussi en format numérique sur toutes les « tablettes » avec applications sur iPad, iPhone, Android, Kindle Fire et Windows 8. Tous les lecteurs pourront, avec un seul abonnement, la lire en version imprimée ou en format numérique. Un compte Twitter (@civcatt) et une page Facebook (http://www.facebook.com/civiltacattolica) sont déjà ouverts. En outre, grâce à la collaboration de Google, est engagée la réalisation d'un projet qui rendra accessibles sur la toile tous les numéros de la revue depuis 1850. On prévoit aussi des formes numériques instant book qui rassemblent des articles publiés au cours des années sur des thèmes importants, pour offrir aux lecteurs un panorama exhaustif de la manière dont ils ont été traités. Les jésuites qui forment aujourd'hui l'équipe de rédaction sont convaincus que, comme le leur disait Benoît XVI en 2006, « La Civiltà Cattolica ne manquera pas, pour être fidèle à sa nature et à sa mission, de se renouveler continuellement ». Cf. www.laciviltacattolica.it 

     

    ROME: Le Pape visite les lieux ignatiens

    Le dimanche 14 avril, à la fin de la célébration solennelle de la prise de possession de la Basilique Saint Paul hors-les-murs en fin d'après-midi, le Pape François s'est rendu à la chapelle du Crucifix de la même Basilique, où est conservée l'icône de Marie Theotokos Hodigitria du XIIIème siècle, devant laquelle Ignace et le groupe des premiers compagnons encore présents à Rome (en tout sept personnes car trois - Xavier, Rodriguez, Favre - étaient déjà partis en mission) prononcèrent leur profession solennelle dans la Compagnie de Jésus, le 22 avril 1541. Rappelons que la Formule de la Compagnie de Jésus avait été approuvée quelques mois auparavant par le Pape, et que, peu de jours avant, Ignace avait accepté son élection comme Préposé Général de la Compagnie. Ainsi, le nouvel Ordre était vraiment constitué. Le Pape, accompagné de ses concélébrants - le card. Harvey, archiprêtre de la Basilique, les cardinaux Monterisi et Cordero Lanza di Montezemolo, tous deux archiprêtres émérites, et l'Abbé bénédictin de Saint Paul - a encensé l'icône avant de se recueillir un moment pour prier. C'est le deuxième lieu ignatien que le Pape visite à Rome, car au lendemain de son élection, le Pape François avait effectué une visite privée à la Basilique Sainte Marie Majeure dans la matinée. Il s'était recueilli à la chapelle Sixtine. La crypte de cette chapelle contient l'autel sur lequel Ignace avait célébré sa première messe.

     

    ROMA: Un Prix au Père Federico Lombardi

    La Compagnie d'Assurances Allianz, présente dans plus de 70 pays, et avec 80 millions de clients à travers le monde, a décerné au directeur de la Salle de Presse du Saint Siège, le Père Federico Lombardi, S.J., le prix du meilleur communicateur de l'année. Cette reconnaissance lui a été rendue ce 18 avril au cours de la rencontre internationale des directeurs de la Communication de la Compagnie d'assurances qui, provenant du monde entier, se réunissent une fois l'an dans une capitale européenne, pour approfondir des thèmes d'étude et des stratégies liées au monde de la communication, avec la participation d'experts de renommée internationale. Parmi les critères d'octroi de ce prix, la Compagnie Allianz signale que le Père Lombardi, « doté d'une vaste culture et d'une grande expérience, est la clef d'accès à la compréhension et à l'interprétation de l'agir du Saint Siège, sans se mettre pour autant lui-même au premier plan » ; et ajoute que le directeur de la Salle de Presse a toujours été « au service de l'information, tant de la part de celui qui la détient, que de la part de celui qui demande ».