English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XVII, No. 5 5 March 2013

    A la Curie

     

    Réunion du JRS sur l' « advocacy » pour le Moyen Orient, l'Afrique du Nord et l'Europe. Les 21 et 22 février, des représentants du JRS de Syrie, de Bruxelles, Berlin et Malte se sont réunis à Rome avec des membres de l'équipe du JRS international, pour discuter des crises en Syrie et au Mali, qui posent de redoutables problèmes à beaucoup de pays européens. Alors que le nombre des réfugiés et personnes déplacées au Moyen Orient a augmenté de façon spectaculaire au cours des années récentes, à cause de violents conflits en Irak et en Syrie, la région du Sahel, qui s'étend du Mali à l'ouest au Tchad et au Soudan à l'est, est devenue une zone tout aussi instable. La pauvreté, l'absence de développement, la désertification, ainsi que l'influence de groupes islamiques radicaux et de rebelles bien armés contribuent toutes à déstabiliser le Sahel. En  outre, le Sahara est devenu une route importante pour le trafic humain entre l'Afrique et l'Europe et celui de la drogue entre l'Amérique du sud et l'Europe.

    Des équipes du JRS travaillent actuellement au Moyen Orient auprès des réfugiés et personnes déplacées en Syrie, Jordanie, Turquie et Liban ; et dans le Sahel, avec des réfugiés du Darfour, au Soudan et au Tchad. Des réfugiés du Mali ont commencé à arriver à Rome, où ils reçoivent une aide au Centre Astalli. Bien qu'on ait prédit depuis longtemps une augmentation de l'arrivée de réfugiés en Europe, les gouvernements européens semblent incapables d'y répondre de façon humaine et n'ont aucune politique cohérente pour offrir protection à ceux qui en ont besoin aux portes de l'Europe.

    En réponse à la crise en Syrie, des équipes du JRS à Alep ont commencé à coordonner l'action de groupes de volontaires, de traditions religieuses et d'opinions politiques diverses, pour porter secours ensemble à des dizaines de milliers de personnes. Le JRS trouve que ce grand nombre de gens dont le cri réclame un changement pacifique sont largement ignorés par la presse internationale et les gouvernements du monde. La réunion de Rome a commencé à définir des objectifs et des stratégies en vue d'une campagne commune dans les capitales européennes, qui donnerait une voix à cet autre « récit » de paix et de réconciliation.

     

    Un Colloque des nouveaux Provinciaux de langue anglaise nommés au cours de l'année écoulée se déroule à la Curie  du 4 au 16 mars. L'objectif de la réunion est de réfléchir ensemble, avec la participation du Père Général, sur des aspects importants du gouvernement des Provinces, tels que le compte de conscience et l'accompagnement personnel, l'animation des communautés, l'insertion dans les Eglises locales, la mission aux frontières et la collaboration interprovinciale et internationale. Le Père Général présentera  quels  défis rencontre  la Compagnie et quelles nouvelles orientations elle adopte,  pendant que dans les groupes de travail sera approfondi le discours du P. Nicolas à Nairobi, l'été dernier, sur le De Statu Societatis. Le Colloque permet aussi aux nouveaux supérieurs majeurs de faire connaissance avec les divers services de la Curie, d'avoir un contact personnel avec les collaborateurs du Père Général dans le gouvernement de la Compagnie universelle (secrétaire de la Compagnie, procureur général, économe général, les divers secrétariats, le JRS), et de connaître les diverses maisons internationales de Rome et leurs problèmes. Ainsi, participent au Colloque en cours 14 supérieurs majeurs venant des 6 Conférences.

     


    Dans les Provinces

     

    AUSTRALIE : Quarante ans avec les aborigènes

    Le Père Steven Curtin, Provincial d'Australie, a réaffirmé, 40 ans après le rétablissement à Balgo de la mission auprès des indigènes, l'importance de l'engagement des jésuites dans cet apostolat. Pour célébrer l'anniversaire et encourager les jésuites à continuer à approfondir cet engagement, il a envoyé le mois dernier une lettre à toute la Province. Il y écrit notamment : « Il y a 40 ans ces jours-ci, le Provincial de l'époque, le Père Peter Kelly, décidait d'envoyer, pour leur régence, Pat Mullins et Brian McCoy en mission chez les Balgo. C'était une décision neuve et stimulante pour la Province. Lorsqu'en 1899, nous avons quitté la mission de Daly River pour 70 ans ou plus, nous nous sommes éloignés de notre apostolat auprès des aborigènes et des insulaires de Torres Strait. A partir de 1973, quelques jésuites sont retournés vivre et travailler auprès d'eux et à nouer des liens avec d'autres jésuites et des populations indigènes dans l'Assistance de l'Asie-Pacifique, en Amérique du Nord et ailleurs. C'est une chance pour notre Province d'avoir aujourd'hui des aborigènes dans nos divers apostolats et aussi d'avoir lancé quelques initiatives impliquant la création et le développement de relations avec eux et leurs communautés. Mais il est clair en même temps que les jésuites qui ont entrepris tout cela vieillissent et ne sont pas remplacés par des plus jeunes. Ce qui demeure encourageant est qu'un nombre croissant de nos collègues laïcs expriment un intérêt pour cet apostolat et le désir de s'y engager ». Voir le texte complet de la lettre sur le site www.express.org.au  

     

    COLOMBIE : Conservation de l'Amazonie andine

    L'Université Pontificale Javeriana des jésuites de Bogotà va collaborer avec l'Université internationale de la Floride et l'Université de l'Amazonie dans un projet de conservation et de renforcement institutionnel de la zone amazonienne de la Colombie, au pied de la montagne. Le projet, intitulé Strengthening local capacity for prioritizing conservation research and action in the colombian Andean-Amazon : a networked approach (renforcement des capacités locales pour l'étude et la mise en oeuvre de la conservation de l'Amazonie andine colombienne : approche en réseau), a été approuvé par l'Initiative pour la Conservation de l'Amazonie andine (ICAA). Le principal objectif de la proposition de collaboration est de renforcer les programmes d'éducation supérieure, pour consolider les stratégies de conservation de cette importante région de la Colombie. Elle possède une extraordinaire diversité biologique et culturelle, encore peu étudiée et soumise à des forces puissantes de transformation de son environnement. La collaboration entre les divers programmes universitaires qui participent à cette initiative, ainsi qu'avec le secteur public et privé, à travers les diverses actions envisagées pendant deux ans et demi dans le programme de base, enrichira certainement la mission institutionnelle de l'Université Javeriana par une meilleure connaissance de la gestion des ressources naturelles, en même temps qu'elle favorisera et développera la présence de l'Université au niveau local et régional.

     

    COLOMBIE : Soigner les maladies du métabolisme

    Désormais, en Colombie, les personnes souffrant de maladies du métabolisme, qui sont rares, difficiles à diagnostiquer et à soigner, peuvent compter sur le soutien multidisciplinaire des spécialistes de la Clinica de errores innatos del metabolismo, un nouveau service de l'Hôpital universitaire Saint Ignace, récemment inauguré à Bogotà. Avant d'ouvrir cette clinique interdisciplinaire, l'Hôpital Saint Ignace et l'Université Javeriana ont conduit des études et des recherches sur les maladies du métabolisme, à travers l'Instituto de errores innatos del metabolismo et l'Institut de génétique. « En suivant la tendance des pays de médecine avancée, nous croyons que la meilleure manière de garantir un diagnostic précoce et un traitement efficace est de s'attaquer à ces maladies génétiques avec une approche multidisciplinaire », a expliqué Julio Cesar Castellanos, directeur de l'Hôpital Saint Ignace. La nouvelle clinique évitera au malade d'aller pendant des années d'un spécialiste à l'autre, puisqu'il peut compter sur un groupe de professionnels qui se consacrent à l'étude de ce secteur, avec l'aide d'une technologie innovatrice, pour effectuer les examens de laboratoire complexes que requiert le diagnostic de ces maladies, considérées comme rares du fait de leur faible fréquence. Le nom Errores innatos del metabolismo (EIM) désigne un millier de maladies génétiques différentes, dont les symptômes peuvent affecter de nombreux organes et fonctions et qui ont de graves effets sur la qualité de vie du malade et de sa famille.

     

    ITALIE : Cent ans de publications

    Cette année 2013 marque cent ans d'activité éditoriale de l'Institut Biblique Pontifical, dont trente avec l'Université Grégorienne. On se rappellera qu'en 2009, l'Institut Biblique a fêté le centenaire de sa fondation, survenue le 7 mai 1909. Au long du siècle écoulé, il a contribué de façon importante à la recherche biblique scientifique, à travers l'enseignement des disciplines bibliques et, comme l'a souligné Benoît XVI, « à travers la publication d'études compétentes et de revues spécialisées » (audience à l'Institut Biblique Pontifical du 26 octobre 2009). La publication des études et des recherches exégétiques, dans les collections et les revues scientifiques, a commencé à constituer une activité éditoriale proprement dite avec le Père Alberto Vaccari, qui en fut le premier responsable de 1913 à 1920. Nous pouvons donc dater de 1913 le début d'une coordination des publications scientifiques des professeurs de l'Institut, avec la création de la collection Scripta Pontificii Instituti Biblici (plus de cent volumes, de 1913 à 1964). Sous le Père José Antonio Esquivel, en fonction de 1981 à 1984, les services de publication et les librairies de l'Institut Biblique et de l'Université Grégorienne furent réunis. En 1983, fut ainsi créée au Biblique la Maison d'éditions PUG-PIB, qui a adopté en 2009 le label GBPress - Gregorian and Biblical Press, comme secteur unique pour les services d'édition et d'imprimerie pour les deux Instituts et pour la gestion de la librairie à la Grégorienne. S'y ajoute une annexe spécialisée dans l'Orient chrétien, à l'Institut Pontifical Oriental. Cette activité éditoriale a à son actif plus de 1600 titres et 7 revues scientifiques de niveau international, 3 annuelles et 4 trimestrielles. Voir www.biblico.it

     

    ITALIE : Matteo Ricci, un pas en avant

    Le 11 mai, Matteo Ricci, le jésuite italien qui eut un rôle fondamental dans l'introduction du christianisme en Chine, fera officiellement un pas de plus vers la « sainteté ». Monseigneur Claudio Giuliodori, évêque de Macerata, a annoncé le 9 février la conclusion du procès diocésain pour la béatification du jésuite. Ce procès s'était ouvert en 1984, quand Ricci fut déclaré « serviteur de Dieu », mais la cause a connu ensuite un temps d'arrêt. Le procès fut rouvert en 2010 par Mgr Giuliodori, pendant les célébrations pour le 400ème anniversaire de la mort de Ricci. Conformément aux normes ecclésiastiques, un tribunal fut formé pour recueillir témoignages et informations en vue de vérifier si Ricci, pendant sa vie et après sa mort, fut regardé comme un saint homme et s'il existe encore une dévotion envers lui. Le postulateur de la cause est le Père jésuite Tony Witwer. Le tribunal sera supprimé officiellement le 11 mai et toute la documentation sera envoyée à Rome, à la Congrégation pour les causes des saints, où elle sera examinée par des historiens, des théologiens et des cardinaux. Né à Macerata en 1552, Ricci est mort à Beijing en 1610.  Il fut, pendant son séjour en Chine, le premier occidental invité dans la Cité interdite, fut conseiller à la cour pour l'Europe et sa culture, et l'Empereur lui accorda protection et appui.

     

    MEXIQUE : Apprendre du peuple Maya

    Le Père jésuite José Javier Avilés Arriola, Vicaire pour la justice et la paix du diocèse de San Cristóbal de las Casas, dans le Chiapas, au Mexique, écrit : « Les dieux des Maya ont créé l'homme et la femme pour qu'ils vivent en harmonie avec la nature et tout ce qui les entoure. Le Popol Vuh (le livre maya de la création) dit 'Tout était en suspens, tout était calme et silencieux, tout était encore immobile et l'espace du ciel était vide... Les créateurs parlèrent entre eux, méditèrent, délibérèrent, décidèrent et confirmèrent.. Ils planifièrent la création : la naissance de la vie et la création de l'homme et de la femme'. Le message est semblable à celui du début des Exercices spirituels de saint Ignace : 'L'homme est créé pour louer, révérer et servir Dieu Notre Seigneur, et par là sauver son âme. Et les autres choses sur la face de la terre sont créées pour l'homme, pour l'aider dans la poursuite de la fin pour laquelle il est créé'. Aujourd'hui, le monde qui refuse l'évangile, prêche des valeurs qui conduisent la majorité des gens à la pauvreté : individualisme, course à la consommation, accumulation de capitaux et de richesses entre les mains d'un petit nombre. Les peuples maya suivent un autre chemin. Marginalisés et discriminés, ils offrent pourtant une richesse de valeurs semblables à celles de l'évangile, à travers lesquelles Dieu se manifeste  (...). Nous jésuites, qui avons travaillé pendant plus de cinquante ans au Nord de l'Etat du Chiapas, sommes témoins chaque jour de la présence de Dieu dans le peuple maya.  Pour les Tzeltales (le groupe ethnique le plus nombreux, descendant des Maya), la Vida Buena (la « vie bonne ») consiste à créer l'harmonie entre individus, dans la famille et la communauté, avec la  nature et avec Dieu.  Créer l'harmonie est une valeur fondamentale. Les valeurs des Tzeltales ne sont pas seulement des principes, mais un style de vie qui conduit aux valeurs évangéliques ».

     

    NEPAL : Réfugiés à la recherche d'un avenir meilleur

    En un temps où la population des camps de réfugiés diminue et où se poursuivent les efforts internationaux de réinstallation, le JRS célèbre au Népal une réinstallation massive. 75.000 Bhoutanais quittent ce pays pour commencer une nouvelle vie avec leurs familles. Après vingt ans de conflit culturel et d'oppression de la part du gouvernement au Bhoutan,  les familles de langue népalaise ont commencé à fuir vers le Népal au début des années 90, et c'est seulement maintenant que, pour beaucoup d'entre elles, le rêve d'une nouvelle vie commence à se concrétiser. « C'est le rêve du JRS et de la Caritas qui se réalise, dit le Père P. S. Amal, SJ, directeur du JRS pour le Népal. Nous sommes vraiment heureux de les voir partir et de voir se fermer les camps ». Plus de 63.000 réfugiés se sont installés aux Etats-Unis, et d'autres sont allés en Australie, au Canada, en Nouvelle Zélande et en Europe. « Ma première nuit au Népal, raconte Prahlad Dahal, qui a été aidé par la Caritas et est installé avec sa famille en Australie, j'ai éclaté en larmes. Pensez : nous étions sans lit ni matelas ni couvertures, pas même un coussin, et surtout nous ne sentions pas en sécurité. Nous avons dormi sur des tables de bois. Imaginez-vous : devoir attendre que les autres aient fini de faire la cuisine et de manger pour pouvoir emprunter leurs ustensiles. Nous nous sommes sentis comme des mendiants ». Parce qu'il n'y a pas de programmes pour les réfugiés qui choisissent de rester au Népal, a expliqué le P. P.S. Amal, le JRS et d'autres organismes partenaires cherchent ensemble ce qu'on peut faire pour eux. Par exemple, quelques groupes travaillent avec le Département pour l'Education du Népal pour garantir aux réfugiés l'accès aux écoles et aux universités. L'UNHCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés) a offert de financer un nouveau programme de développement pour proposer une combinaison de formation professionnelle, de bourses d'études et de prêts peu élevés, pour aider les réfugiés à devenir autosuffisants. Mais on attend encore l'accord du gouvernement.

     

    USA : Fermeture du Woodstock Theological Center

    Le  Woodstock Theological Center, sur le campus de Georgetown University à Washington, va fermer à la fin de juin prochain. Les importants changements vécus au cours des quarante dernières années ont transformé le contexte et la conduite de la réflexion théologique, et cela appelle de nouvelles perspectives pour assurer ce service important de l'Eglise. Les jésuites des Provinces américaines se sont engagés récemment dans une révision stratégique de la manière d'affronter les défis et les priorités de la mission de la Compagnie au 21ème siècle. Le Père Reese, « senior fellow » de Woodstock, dit que la décision de fermer le Centre est le résultat d'une « démarche poursuivie pendant des mois ». Mais Woodstock ne va pas disparaître. Sa bibliothèque demeurera ouverte, dans les locaux de Georgetown. « Nous sommes en train de voir, a ajouté le P. Reese, si Georgetown serait disposée à reprendre quelques programmes que nous avons subventionnés. En tout cas, les publications et les documents que Woodstock a produits sont là, à la disposition de tous ». Le site du Centre est consultable : www.woodstockcenter.org

     


    Jesuitica

     

    Le conclave. Les cardinaux jésuites encore en vie sont au nombre de six, mais il n'y a qu'un seul qui participera au conclave. Il s'agit du Cardinal Jorge Mario Bergoglio, archevêque de Buenos Aires (Argentine). Le cardinal Julius Riyadi Darmaatmadja, archevêque emeritus de Jakarta (Indonésie), devrait participer de droit, mais ne le pourra pas pour des raisons de santé. Des Statistiques émises par l'Université Pontificale Grégorienne, il résulte qu'il y a 57 cardinaux anciens étudiants de nos institutions romaines, notamment la Grégorienne et le Biblicum (49,6% des cardinaux electeurs). Deux d'entr'eux ont même été professeurs à la Grégorienne: le Cardinal Timothy Michael Doln et le Cardinal Walter Kasper.