English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XVI, N. 14 25 septembre 2012

    Le Père Général

     

    Voyage en Pologne. Du 23 au 30 septembre, le Père Général visite les deux Provinces de Pologne. Cette visite a eu lieu à l'occasion de deux anniversaires : le quatrième centenaire, le 27 septembre, de la mort du Père Piotr Skarga, jésuite très important pour l'histoire de la culture polonaise, et le 12 octobre, le centième anniversaire de la mort du Père Jan Beyzym, grand missionnaire qui a consacré sa vie au soin des lépreux à Madagascar et qui a été béatifié par Jean Paul II en 2002.

    Le Père Général a été du 23 au 26 dans la Province de Pologne « majeure », en commençant par Gdynia, où il a visité l'école et a rencontré les jésuites engagés dans la pastorale directe (une seconde rencontre étant prévue à Varsovie le 26 après-midi), ainsi que les jésuites et leurs collaborateurs des deux Provinces actifs dans le domaine des Exercices spirituels. Puis il s'est transféré à Varsovie, où étaient  prévues de nombreuses rencontres : les scolastiques du théologat Bobolanum de Varsovie et du philosophat Ignatianum de Cracovie ; les collaborateurs laïcs de nos œuvres, mouvements et communautés, parmi lesquels des représentants de la CVX ; les aumôniers universitaires et des représentants des étudiants des deux Provinces.

    Du 27 au 30 ensuite, sera en Pologne méridionale, en particulier à Cracovie, avec un programme chargé. Il a rencontré les jésuites et les laïcs du secteur des moyens de communication des deux Provinces (maisons d'éditions, revues, centre multimédia, portail Deon, etc..), ainsi que ceux du secteur de l'apostolat intellectuel. A Nowy Sacz, il rencontrera les élèves et les enseignants, jésuites et laïcs, des collèges, et les jésuites engagés dans la pastorale directe (une autre rencontre avec eux étant prévue à Gliwice, avec les jeunes et les jésuites des communautés Magis). Le 27 septembre est prévue à la bénédiction d'une inscription commémorative du Père Skarga, avec l'ouverture du procès de sa béatification, tandis que la commémoration officielle du centenaire de la mort du Père Beyzym aura lieu le 30. Dans chaque ville visitée, ont eu lieu des rencontres avec les autorités religieuses et civiles.

     


    Dans les Provinces

     

    AFRIQUE : Les dix ans d'AJAN

    Le réseau des jésuites africains contre le SIDA (AJAN) vient de célébrer son dixième anniversaire. Il a été créé en 2002 par la Conférence des Supérieurs majeurs d'Afrique et de Madagascar (JESAM) pour coordonner et développer la réponse de la Compagnie à la pandémie qui avait frappé le continent. En se basant sur ce qui a été réalisé pour prévoir l'avenir, AJAN a organisé au cours de ces derniers mois deux séminaires. Le premier a lancé un programme spécial pour la prévention du virus HIV, dans la cadre du développement intégral des jeunes. Le second s'est intéressé aux programmes dans le cadre plus large de l'injustice sociale causée par le SIDA, et a privilégié une réponse qui souligne l'autonomie et la dignité des personnes. « Pour AJAN, a dit le Père Michael Lewis, Président du JESAM, cet anniversaire est l'occasion de rendre grâce et d'évaluer ce qui a été fait. Il est évident que le réseau a atteint une série d'objectifs remarquables, largement dus à l'enthousiasme et au courage inlassables des deux coordinateurs Michael Czerny et Paterne Mombé et de leurs collaborateurs. Je ne soulignerai jamais assez combien nous avons été aidés par la générosité de donateurs étrangers et de compagnons jésuites. Nous avons beaucoup de motifs de reconnaissance ». Mais le Père Lewis a ensuite ajouté : « La prochaine décennie pose des défis nouveaux et difficiles. L'opinion commune est que désormais le SIDA est une condition chronique contrôlable et facilement guérissable avec les remèdes modernes antirétroviraux. Si cela peut être vrai dans les pays développés, ce n'est pas le cas en Afrique et à Madagascar, où les jésuites et leurs collaborateurs viennent en aide à des personnes pauvres qui souvent n'ont pas accès aux traitements adéquats ».

     

    AMERIQUE LATINE : Réunion de théologiens

    Du 3 au 7 septembre, la Commission Théologique de la CPAL (Conférence des Provinciaux d'Amérique Latine) s'est réunie dans la ville de San Salvador (République du Salvador). Pour la seconde année la rencontre fut consacrée à approfondir « la réception du Concile Vatican II en Amérique Latine ». Onze Jésuites, membres des diverses provinces d'Amérique Latine, ont participé à la réunion, ainsi que, le premier jour, le Provincial d'Amérique Centrale. Les débats ont abordé divers aspects du Concile Vatican II (structure, christologie, anthropologie, ecclésiologie) et son rapport avec l'Amérique Latine (suite du Christ, option préférentielle pour les pauvres, signes des temps, pneumatologie). L'année prochaine, à partir des conclusions de cette rencontre, la réflexion se poursuivra sur des thèmes tels que l'eschatologie, les études bibliques, l'inculturation et le rapport entre ecclésiologie et christologie. En tant que groupe, les membres de la Commission font preuve d'une maturité croissante et chaque réunion crée un espace d'expérience et de confrontation enrichissant. La rencontre fut aussi l'occasion de fouler la « voie des martyrs » (Monseigneur Romero et les martyrs jésuites). En outre, une conférence fut donnée auprès de la communauté universitaire de l'Université d'Amérique.

     

    BRESIL : Le nouveau site des jésuites

    Les jésuites brésiliens ont ouvert, ces derniers mois, un nouveau portail sur le web, avec un nouveau logo. Le but que la Compagnie poursuit par cette initiative est de donner une plus grande visibilité aux projets sociaux, éducatifs et culturels lancés depuis quelque temps dans le pays. « La Compagnie de Jésus, explique le Père Gerard Lacerdine, coordinateur des communications pour les jésuites du Brésil, est connue pour son passé, pas pour son présent, et c'est pour cette raison que nous voulons faire connaître nos œuvres actuelles et ce que nous projetons de faire dans le proche avenir ». Les jésuites au Brésil sont présentement autour de 650, dont beaucoup sont engagés dans de nombreuses œuvres caritatives. Le réseau éducatif de la Compagnie compte une vingtaine d'établissements au Brésil, collèges et universités, accueillant 150.000 étudiants en moyenne, et plus de 70 projets sociaux et éducatifs. Les collèges, tous de très bon niveau, sont répartis dans 12 villes du pays. « Ce sont des écoles à l'avant-garde, explique le Père Lacerdine, et on y offre à tous la possibilité d'obtenir des bourses d'études couvrant la totalité de la pension ». Le nouveau site, réalisé par une agence spécialisée connue après avoir recueilli l'avis de 70 jésuites, emploie un langage visuel moderne. « Plus qu'une réalisation graphique, a conclu le Père Lacerdine, c'est la présentation, dans toute son ampleur, de l'action des jésuites face aux nouveaux problèmes de la société dans les domaines culturel, éducatif et social ». Cf. www.jesuitasbrasil.com

     

    ETATS-UNIS : Exercices spirituels online en arabe

    Le Père Andrew Alexander, de la Province du Wisconsin, écrit : « Nous voulons partager une grande nouvelle. Il y a quelque temps, nous avons appris, Maureen Waldron et moi, qu'un jésuite de Beyrouth (Liban) demandait la permission de traduire en arabe notre Online Retreat. Nous lui avons dit d'en faire la traduction et de la mettre sur son site. La bonne nouvelle dont nous voulons faire part maintenant est que Tony Homsi, SJ, de la Province de Proche-Orient, a achevé son travail et nous a communiqué le link pour sa traduction en arabe de nos Exercices spirituels. L'étape suivante est de faire de la publicité pour cela, d'aider Tony à faire connaître cette nouvelle. Nous pensons donc important de vous la faire connaître à vous aussi, pour que vous puissiez la transmettre autour de vous à ceux que cela peut intéresser.  La retraite en arabe peut se trouver aussi sur la page d'ouverture de nos Online Ministries et sur celle de notre Online Retreat, avec les traductions en japonais et en suédois (sur leur site), en espagnol, russe, chinois, portugais et swahili (sur notre site). Si vous avez d'autres idées sur la manière de partager les informations sur cette retraite pour le monde de langue arabe, nous recevrons volontiers vos suggestions ». Voir : http://www.jespro-retreats.org. Et aussi : http://onlineministries.creighton.edu/CollaborativeMinistry/online.html

     

    GUATEMALA : Formation agricole et forestière

    La Granja Escuela Popol Ja (Ferme école Popol Ja) fait partie de la paroisse jésuite de La Natividad de la Virgen Maria de Santa Maria Chiquimula, à Totonicapan, au Guatemala. C'est une école d'agriculture située à côté de celle de Fe y Alegria (Centro de educacion integral indigena Popol Ja), un lieu de formation et d'expérimentation pour l'acquisition de connaissances qui peuvent être mises en application dans les jardins familiaux, dans les diverses communautés de la région. Totonicapan est une zone agricole habitée surtout par les K'iché, un des groupes maya. La Compagnie y travaille depuis plus de vingt ans dans les domaines de l'éducation, de la pastorale et des programmes de développement. La Granja Escuela Popol Ja a été ouverte il y a trois ans dans l'intention d'élargir les programmes scolaires de l'école secondaire par une formation dans le secteur agricole et forestier, et celui de l'élevage. L'exploitation agricole a des étables pour la reproduction de porcs, des élevages de poules et de lapins, un dépôt d'engrais organique, des serres, une pépinière, une quinzaine de lopins de terre pour expérimentations agricoles, un jardin botanique permanent où sont cultivées plus d'une cinquantaine de plantes médicinales et un laboratoire pour la production de médecines naturelles. Les médicaments sont produits dans un laboratoire équipé d'instruments de précision. Quatre produits (savon, shampooings, sirops et onguents) sont préparés et vendus dans la ferme elle-même et au dispensaire de la paroisse. Les œufs, la viande, les semences, les légumes, les plants de la pépinière et les médecines naturelles sont mis en vente dans la Granja Escuela. Cette ferme école vise à devenir un centre régional d'éducation agro-forestière, un centre catalyseur pour les pratiques agricoles et forestières, pour faire vivre des communautés locales « durables ». Voi www.ecojesuit.com

     

    HONG KONG : Vers une université jésuite

    Les jésuites de Hong Kong ont présenté officiellement à l'Administration spéciale du territoire la demande de pouvoir fonder une Université. Selon Kong Ko Bao, le bulletin diocésain en chinois cité par l'agence Fides, les jésuites peuvent faire valoir leur expérience séculaire dans le domaine éducatif, très appréciée en Chine, en particulier à Hong Kong, où ils ont deux collèges. En Chine, leur engagement éducatif remonte au Père Ricci (1552-1610). Dans l'histoire plus récente, ils ont fondé à Shanghai l'Institut d'études de la langue chinoise en 1870 et l'Université Aurore en 1903, et à Tian Jin en 1922 l'Institut pour le commerce et l'industrie. A l'arrivée des premiers jésuites irlandais à Hong Kong, en 1926, fut fondé un  foyer pour les étudiants à l'intérieur de l'Université de Hong Kong, Ricci Hall, et deux Wah Yan College. Ce sont justement les anciens élèves de Wah Yan qui ont fait la première proposition de fonder une Université de la Compagnie à Hong Kong, ayant apprécié l'excellente éducation qu'ils avaient reçue des Pères jésuites. Le projet est donc, depuis quelques années, en cours d'élaboration par une Commission spéciale. Le Père Ron Anton, qui a travaillé longtemps à Pékin et contribué à la fondation du Beijing Center for Chinese Studies, dit : « Le travail pour la fondation de l'Université est en cours, et très intense. Nous avons déjà signé un contrat de collaboration avec 21 Universités d'Asie, d'Amérique et d'Europe, et des négociations sont en cours avec 4 ou 5 autres ». A la Foire internationale du livre de Hong Kong, qui s'est tenue en août, les jésuites ont présenté « Les textes de la Compagnie de Jésus sur l'éducation », et « L'éducation des jésuites », comme faisant partie du travail préparatoire à la fondation de la nouvelle Université.  

     

    INDE : Un toit écologique pour la Basilique du Bom Jesus

    La surintendance des biens archéologiques de l'Inde (ASI) prévoit de doter d'un toit écologique le Bom Jesus, la plus vieille basilique de Goa, qui fait partie du Patrimoine de l'humanité, et où sont vénérés les restes de Saint François Xavier. Le toit de l'imposant édifice, qui est en fibrociment, sera remplacé par de la tôle galvanisée « éco-compatible ». La décision a été prise, selon le Père Savio Barreto, recteur de la basilique, pour s'assurer que les touristes ne soient pas exposés à des risques de cancer dus à l'exposition au fibrociment. « Nous avons opté pour la tôle galvanisée, dit-il, parce que tous les autres édifices du patrimoine mondial ont écarté le fibrociment comme matériau de construction. Je crois que ce matériau moderne sera une aide pour nous du fait qu'il est écologique ». Le Père Barreto a souligné aussi que les autorités ecclésiastiques ont été informées du fait que l'amiante peut causer des maladies comme le cancer. Construite en 1604, la basilique accueille chaque année des milliers de touristes et de pèlerins. Les énormes coûts d'entretien de l'édifice avaient contraint les autorités, il y a quelques décennies, à passer des tuiles au fibrociment pour couvrir les 300 mètres carrés du toit.  

     

    IRLANDE : Un jésuite irlandais honoré par la France

    Conor Harper, jésuite irlandais, a reçu une distinction prestigieuse du gouvernement français : il a été nommé Chevalier de l'Ordre des arts et des lettres, un des quatre Ordres de la République française. Cette dignité honore des personnes qui se sont distinguées par leur œuvre artistique ou littéraire ou par leur contribution à la diffusion de la culture française en France et dans le monde. Pendant plus de quarante ans, Conor a promu la culture française en Irlande et à l'étranger, enseignant le français aux jeunes Irlandais. Depuis 1976, il est aumônier de la communauté française à Dublin, une charge qui dépend de l'ambassade de France et de l'archevêque de Paris. Il est aussi vice-président de l'Alliance française, organisation dont le but est de promouvoir la culture française et de servir d'intermédiaire pour les échanges entre la culture irlandaise et celle du monde francophone. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision françaises pour des interviews à propos de réalités irlandaises intéressantes. Le Père Conor, actuellement vicaire dans la paroisse de Donnybrook à Dublin, dit que sa décoration est en réalité un hommage à la Province irlandaise de la Compagnie, qui l'a encouragé dans ses études et ses activités. Les insignes de l'Ordre lui seront conférés par l'ambassadeur français au cours d'une cérémonie officielle qui se tiendra à l'automne à Dublin.

     

    MACAO : Les services sociaux de la Casa Ricci

    Casa Ricci Social Services, une organisation jésuite de services sociaux située à Macao, aide depuis dix ans les malades atteints de la lèpre ou du sida en Chine continentale, travaillant, pour des personnes ou pour des communautés, à découvrir et à soigner les blessures que la discrimination et la marginalisation leur causent dans leur vie personnelle et sociale. Le Père Fernando Azpiroz, SJ, directeur de Casa Ricci Social Services, a succédé au fondateur, le Père Luis Ruiz, décédé en juillet dernier. Il écrit : « Pendant nos dix années de travail auprès de ces communautés, nous avons appris que le résultat de la discrimination est l'isolement, qui ne concerne pas seulement les corps (handicaps physiques) mais déforme aussi la manière d'entrer en relations avec soi-même et avec les autres, en plus de ses rapports avec le milieu naturel ». La réconciliation pour rétablir la communion dans ces communautés est devenu un apprentissage visant à la redécouverte des besoins et des valeurs.  En apprenant à prendre soin de ses propres blessures physiques pour retrouver la santé, on redécouvre lentement la valeur de l'individu ; en travaillant ensemble pour promouvoir le développement économique, on redécouvre le besoin des autres et la valeur de la vie communautaire. Enfin, en apprenant à prendre soin de son environnement naturel, ils redécouvrent leur besoin d'eau, de terre et de forêts, et réalisent que ces ressources sont des dons d'un environnement naturel qui est partagé avec d'autres communautés. Pour en savoir davantage, cf. www.casaricci.org

     

    TIMOR EST : Un rêve se réalise

    Le 14 juillet a été une date importante pour les jésuites de Timor Est et l'Institut d'éducation qu'ils construisent à Kasait, à 18 km à l'ouest de Dili. Commençait la première tranche de la construction de l'Institut, comprenant les parties nécessaires à l'école secondaire, de façon à pouvoir ouvrir en janvier 2013, date du début de l'année scolaire : la route, l'entrée, quelques salles, et d'autres structures pour l'enseignement et l'administration. Après dix ans de discernement, ce moment a représenté pour les jésuites de Timor un grand pas en avant vers la réalisation d'un rêve, celui d'avoir un apostolat éducatif de qualité. Les habitants de la zone sont enthousiastes, voyant dans ce projet une chance d'amélioration de leur existence. Kasait est une région rurale où beaucoup de maisons ont les murs faits de troncs de palmier, un toit en tôle ondulée et le sol en terre battue ou en ciment. Beaucoup de familles n'ont pas d'eau potable et vont s'approvisionner en utilisant une fontaine publique, le fleuve, le lac ou le ruisseau. Il n'y a pas d'école secondaire dans à proximité : c'est l'Instituto de Educação Jesuita qui va offrir aux jeunes l'accès à l'éducation secondaire. La population attend aussi des changements positifs au niveau de la communauté, vu la réputations des jésuites comme formateurs de bons leaders. L'espérance des jésuites est que l'Institut soit un modèle pour d'autres établissements d'éducation à Timor. En plus de l'école secondaire, l'Instituto de Educação Jesuita aura une école pour la formation d'enseignants, qui aidera le pays à accroître le nombre d'enseignants bien formés.