English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XVI, No. 4 06 mars 2012

    Le Père Général

     

    La visite du Père Général en Asie du Sud. Le Père Lisbert D'Souza, Assistant du Père Général pour l'Asie du Sud, écrit de l'Inde. « La conférence des provinciaux d'Asie du Sud [JCSA]  et les trois provinces indigènes du Jharkhand (Ranchi, Jamshedpur et Hazaribag) ont eu la joie de recevoir le Père Général Adolfo Nicolas durant les deux semaines que dura sa visite en Asie du Sud. Ce qui suit n'est pas un compte-rendu  de ces belles journées. Je souhaite cependant souligner deux sujets de réflexion proposés plusieurs fois par le Père Général lorsque parmi nous, et qui, je crois, ont une importance particulière pour les jésuites d'Asie du Sud. 

    Peut-être le plus crucial  est l'importance qu'il y a à soutenir nos ministères par l'étude et la recherche.  S'il n'y a pas de recherche approfondie apportant  pénétration et poids tout en ouvrant à la créativité, notre réponse aux défis de la Mission risque d'être superficielle même si nous continuons à 'faire du bien'. A ce sujet le Père Général souligna que nous surchargeons de travail nos hommes les plus compétents. La tendance à l'expansion et à accepter de nouvelles responsabilités, sans parvenir à passer à d'autres certaines œuvres apostoliques existantes, conduit à ce que les plus compétents sont chargés de multiples tâches, aucune alors ne recevant toute l'attention nécessaire. Et si nous manquons de profondeur, on jugera bientôt que nous manquons de crédibilité.

    Une autre idée présentée avec insistance est celle d'une compréhension plus intégrale de ce qu'est notre rôle dans la Mission reçue de Dieu, comme jésuites, dans et par l'Église. Cette remarque est souvent revenue dans sa réflexion sur le sens du 'Magis', cet appel à l'excellence qui traverse tous nos apostolats. L'excellence ne consiste pas à ce que nous soyons reconnus comme les meilleurs (que ce soit un collège, une paroisse, ou une autre œuvre). Nous sommes excellents dans la mesure où, comme le levain, la qualité de notre service fait 'lever' le service que rendent écoles, paroisses ou autres engagements apostoliques.

    Par ailleurs plus que par ces réflexions qu'il partagea volontiers dans ses homélies et discours, ce que beaucoup retiendront c'est le mode simple et direct de la communication du Père Général, et sa manière de parler qui vient tout naturellement du cœur.  Lorsque le Père Général nous invite à aller en profondeur, la source d'où jaillit sa parole est évidente.  

    Quelques mots sur ce qui, je crois, a particulièrement touché le Père Général durant sa brève visite. Il a fait une expérience éminemment personnelle de notre Assistance dans sa très grande diversité. Même si son voyage se limita à trois provinces du Chotanagpur, il a rencontré une étonnante variété de langues et de cultures.  Cependant, au cœur de cette diversité, il a perçu une unité, celle des peuples aborigènes, dont l'expression lui est apparue tout particulièrement dans les danses des jeunes filles qui se tiennent l'une l'autre en formant chaine. Le Père Général a trouvé cette coutume très engageante : elle exprime bien l'union des cœurs qui, espère-t-il, parcourt toutes nos activités. 

    Une seconde impression forte est le très grand nombre de jésuites en formation rencontrés par le Père Général dans ces trois provinces. Son message aux jeunes était: « Soyez toujours bien conscients de la grande et vaste mission que vous êtes appelés à servir. Grande, parce que c'est la mission de Dieu. Préparez-vous en cherchant et cultivant la profondeur (spirituelle, intellectuelle et humaine), en développant la créativité et en vivant la vie de l'Esprit durant votre formation. Soyez ouverts à la collaboration avec tous, car nous sommes la 'petite Compagnie de Jésus' et nous ne sommes pas en mesure de répondre seuls aux besoins d'une mission aussi vaste ». Et il a adressé un message semblable aux jésuites formés : « Sans une mise à jour professionnelle régulière, sans croissance en sagesse et profondeur spirituelle, nous ne serons pas en mesure de contribuer valablement à la Mission de Dieu ».

    Le Père Général est rentré à Rome, mais l'aura de sa présence et ses sages paroles d'encouragement habitent en de nombreux cœurs et esprits, comme une invitation pressante à 'aimer et servir en toutes choses la Divine Majesté ».

     


    A la Curie

     

    Bureau pour le développement.  Le Bureau de la Curie généralice pour le Développement des ressources annonce que se tiendront pendant le mois de mars les réunions annuelles des Bureaux pour le Développement des Conférences d'Asie-Pacifique (10-14 mars à Manille, aux Philippines) et d'Afrique et Madagascar (13-16 mars à Nairobi au Kenya). Pour ces deux réunions, vingt Provinces et Régions ont annoncé leur participation. Ces rencontres offrent la possibilité d'examiner l'avancement des projets en cours dans les Provinces des Philippines, d'Indonésie et d'Afrique orientale. Le 21 et le 22 mars se tiendra également à Nairobi un séminaire avec les supérieurs et directeurs d'œuvres sur la spiritualité de la collecte de fonds pour le développement. Ce sera la poursuite du séminaire qui s'est tenu en novembre dernier sur la présentation, l'exécution et le compte rendu des projets à financement international. Le séminaire de mars sera dirigé par le Bureau pour le Développement des ressources de la Curie de Rome.

     


    Dans les Provinces

     

    CANADA : Le Messager du Sacré Cœur

    En 1966, le Père jésuite Frédéric Power fut nommé directeur de la plus ancienne revue catholique du Canada. Il avait 42 ans, et il n'imaginait pas que 46 ans plus tard, il serait encore à la tête de cette revue. En février, en effet, le 500ème numéro du Canadian Messenger of the Sacred Heart a été envoyé à l'impression. Le Père Power aura, en mai prochain, 88 ans, mais il déclare qu'il n'envisage pas d'abandonner la revue, qui a été publiée sans interruption depuis 121 ans. Née en 1891, elle n'accepte aucune publicité et n'est subventionnée par personne, pas même la Compagnie. Depuis 1968, elle est le Messager officiel pour le Canada et les Etats-Unis. « Nous existons toujours, en maintenant nos prix bas, grâce aux abonnements et aux donations », dit le P. Power. On peut trouver toutefois une explication plus complète dans une lettre reçue en 1990 à l'occasion du centenaire de la revue. « Le secret de la longévité de la revue, écrivait Mgr Thomas Fulton, ancien évêque de St. Catharines, réside dans sa formule bien rodée. Le Messager parle aux personnes, dans un langage compréhensible, de questions importantes pour leur vie en matière de foi et de dévotion. En termes actuels, c'est un remarquable instrument d'évangélisation et de communication sociale ». L'usage répandu d'Internet est aujourd'hui la grande menace pour la presse imprimée, mais le Père Power salue les nouvelles techniques, -il a fondé un site internet (www.sacredheartcanada.ca)-,  et il encourage la communauté chrétienne et ses communicateurs à les accueillir positivement.

     

    INDE : Des maisons pour les victimes des inondations

    Grâce au travail des jésuites, 127 familles qui avaient perdu leur maison à la fin de 2009 dans les terribles inondations de l'Etat du Karnataka, ont de nouveau un toit. La construction des maisons, dans le district de Raichur, a été possible grâce à la générosité des résidences jésuites de tout le Karnataka, qui ont financé 90% du projet, les 10% restant étant couverts par d'autres donations. Les bénéficiaires sont principalement des familles provenant des classes les plus défavorisées de la société indienne. Chaque maison a coûté 150.000 roupies, équivalent de 2.400 euros, et comprend une cuisine et deux pièces. Au cours de la cérémonie de remise des appartements, Hampayya Nayak, fonctionnaire local qui y représentait le gouvernement, a félicité les jésuites pour leur œuvre au service des personnes dans le besoin : « Je tiens à louer l'engagement des jésuites pour les pauvres. Par ce qu'ils ont fait, ils ont montré aux gens où Dieu se trouve vraiment ».  

     

    INDE : Un prix à Radio Sarang

    Récemment, au cours d'une cérémonie à New Delhi, Radio Sarang a obtenu la deuxième place comme meilleur programme pour la promotion de la culture locale. C'était la première édition du prix national pour les radios communautaires, créé par le Ministère de l'Information du gouvernement indien. C'est la première fois que le Ministère crée un prix pour reconnaître et promouvoir les meilleures activités radiophoniques communautaires du pays. Le concours est subdivisé en cinq catégories : meilleurs programmes pour la promotion de la culture locale, contenus créatifs et innovateurs, durabilité, programmes thématiques, et engagement communautaire. Radio Sarang a reçu le prix dans la catégorie « promotion de la culture locale », pour ses programmes en langue beary. Il s'agit d'un talk show auquel participent les femmes beary de Mangalore, et au cours duquel elles parlent du SIDA et de la séropositivité, de ses causes et du rôle des personnes dans la prévention, etc.  La langue beary est parlée par un groupe restreint de musulmans de Mangalore.  Radio Sarang, née le 23 septembre 2009 et dirigée par les jésuites du St Aloysius College de Mangalore, au Sud de l'Inde, a entrepris d'élargir son public en offrant des programmes pour les communautés parlant des langues locales.

     

    ITALIE : Le chinois à l'école

    Promus par l'Institut Social de Turin (un des sept collèges du réseau des écoles des jésuites italiens) et par la Fondation Italie-Chine, des cours de chinois ont commencé à Turin. L'initiative a été présentée à la ville le 31 janvier, par le Recteur, le Père Vitangelo Denora, le maire de Turin, Piero Fassino, ancien élève de l'Institut Social, le Président de la Fondation Italie-Chine, Cesare Romiti, et le responsable de l'Ecole de Formation permanente de la Fondation Italie-Chine, Francesco Boggio Ferraris. Les cours proposés ont recueilli l'adhésion de presque 70 élèves, qui sont répartis en cinq classes : deux classes Xiauxue (école primaire), une classe Zhongxue (école secondaire du premier degré), une classe Gaozhong (lycée), et une classe Gaozhong pour adultes. Le but est de favoriser les liens entre l'Italie et la Chine par l'apprentissage de la langue qui est aujourd'hui la plus parlée au monde, et d'aider les jeunes, en particulier, à devenir acteurs dans le monde de l'avenir, en relevant le défi de s'ouvrir aux nouveaux horizons que notre époque nous présente. Fidèles à la tradition de Matteo Ricci, l'Institut Social se propose à la ville de Turin comme laboratoire de formation vivant de relations internationales, inséré dans une société de plus en plus multiculturelle. Les cours sont donnés par des enseignants qualifiés, italiens et chinois, de l'Ecole de Formation permanente de la Fondation Italie-Chine. 

     

    MEXIQUE : Incursion de l'armée

    La communauté jésuite de San Judas Tadeo et le Centre des droits humains Juan Gerardi de Torreon ont rapporté avoir vécu une incursion de l'armée dans la paroisse et dans le centre. On  a vu là une tentative de plus pour intimider des gens qui ont émis des critiques sur les excès du gouvernement mexicain  dans son tour de vis contre le crime organisé. Le Père jésuite José Castilla Plasencia, curé de la paroisse San Judas Tadeo et directeur du Centre des droits humains Juan Gerardi, a précisé, en racontant l'incursion du 9 février, qu'elle a eu lieu sans autorisation, se basant sur une source anonyme qui dénonçait la présence de drogue dans les bâtiments. « Ces actes sont une attaque évidente, a commenté le Père Castilla sur le quotidien El Norte de Monterrey, et cherchent à envoyer un message d'intimidation contre les défenseurs des droits humains ». Ceux qui travaillent dans le domaine des droits humains, entre autres les prêtres catholiques qui protègent les migrants sans papiers, ont connu des incursions de la police et de l'armée, en même temps que des attaques de la part de personnes hostiles. Au cours des quatre dernières années, la paroisse et les centres diocésains des droits humains à Ciudad Juarez, Saltillo et Torreon ont fait l'objet d'attaques ou de vols. Les prêtres, notamment le Père Alejandro Solalinde dans l'Etat d'Oaxaca et le Père franciscain Tomas Gonzalez Castillo dans celui de Tabasco, ont été accusés de trafic d'êtres humains pour leur œuvre au service des migrants sans papiers.

     

    USA : Le Prix Martin Luther King Jr.

    Le Père jésuite Kevin Wildes, Président de Loyola University de la Nouvelle Orléans, et six membres de la communauté locale, ont été récemment honoré par le Martin Luther King Jr. Jazz Award pour leur engagement dans la diffusion de l'esprit et de la vision de Martin Luther King. Le but du prix est d'honorer ceux qui ont contribué au cours de l'année à enrichir leur communauté, en développant des programmes de sensibilisation culturelle à travers la musique et l'art, et en favorisant les possibilités économiques, dans le respect des principes de la non-violence. En juillet dernier, le Père Wildes a été nommé membre de la Commission pour le service civil de la Nouvelle Orléans, ce qui confirme son long engagement au service de la ville. Après l'ouragan Katrina, il a joué un rôle central dans la création de la commission de révision éthique de la ville et d'un service indépendant de l'inspection générale. Il fait actuellement partie de la commission publique pour le réseau des transports. « Je suis toujours fermement convaincu de l'importance du service public, et les défis de l'après-Katrina le rendent aujourd'hui encore plus actuel », dit le Père Wildes, qui ajoute : « Les citoyens de la Nouvelle Orléans demandant, à bon droit, à vivre dans une ville dont le gouvernement soit transparent, efficace et juste. Je suis honoré de pouvoir contribuer à relever ce défi ».

     

    USA : Rencontre d'éducateurs

    Une centaine d'éducateurs et d'experts jésuites du monde entier sont réunis du 5 au 8 mars à la Regis University de Denver, au Colorado, pour discuter de l'avenir de Jesuit Commons - Higher Education at the Margins : Jc-Hem (Education supérieure sur les marges). Il s'agit d'une initiative nouvelle d'éducation supérieure à distance, à l'intention des réfugiés, lancée il y a deux ans par le JRS en collaboration avec 13 établissements d'éducation de la Compagnie, dont Regis University. Le projet de Jc-Hem s'inspire d'une expérience positive réalisée pour les réfugiés birmans par l'Université catholique d'Australie, et prévoit un enseignement supérieur à distance basé sur l'utilisation des ordinateurs et d'Internet. Les cours offerts jusqu'à maintenant ont été suivis par des réfugiés de trois camps, au Kenya (Kakuma), au Malawi (Dzaleka) et en Syrie (Alep). L'idée est de mettre à la disposition des réfugiés l'immense réseau des services éducatifs et sociaux de la Compagnie, présents dans plus de 100 pays. La rencontre de Denver va servir essentiellement à faire le point sur ce qui a été réalisé et à étudier de nouveaux projets. Au cours des quatre jours de réunion, interviendra Vincent Cochetel, représentant régional du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR). L'écrivain Paul Nakai ser la modérateur.

     


    Jesuitica

     

    Irlande : Jésuites et Juifs.  « Dans notre école, seuls les juifs deviennent jésuites ». C'est ce qu'écrivait en 1590 le directeur d'une école de la Compagnie à Cordoue, en Espagne, qui décrivait les difficultés de la promotion des vocations parmi ses étudiants. « Ceux qui ont la vocation sacerdotale entrent au couvent dominicain de San Pablo, qui est, disent-ils, une communauté de « caballeros », tandis que dans nos écoles seuls les juifs se font jésuites. Le préjugé sur ce point est si fort que chaque fois que quelqu'un a le courage de se joindre à nous, on le regarde comme celui qui a reçu le san benito » (tunique jaune que l'Inquisition imposait aux faux convertis du judaïsme). Cette lettre illustre un chapitre de l'histoire des relations entre jésuites et juifs. Ignace de Loyola a résisté aux pressions des nobles espagnols qui valorisaient la limpieza de sangre (pureté du sang) chez les jésuites et faisaient la grimace devant les prétendus « nouveaux chrétiens », convertis de l'islam ou du judaïsme. Ainsi Ignace écrivait-il au Provincial d'Espagne : « Si par suite de l'attitude de la cour ou du roi vous trouvez impossible d'admettre des convertis en Espagne, envoyez-les ici pourvu qu'ils soient d'un bon caractère : à Rome, nous ne nous posons pas de questions sur les origines d'un homme, seulement sur ses qualités ». Diego Lainez, qui succéda à Ignace comme Général de la Compagnie, était d'origine juive, ainsi que quelques-uns des meilleurs premiers jésuites. Quatre siècles plus tard, juifs (non convertis, cette fois) et jésuites se sont retrouvés ensemble victimes de la persécution nazie. L'historien Lapomarda donne une liste de 152 jésuites victimes des nazis pendant l'Holocauste, morts dans les camps de concentration ou par suite de leur emprisonnement (Irish Jesuit News).

     


    Nouveau sur SJWEB

     

    Deux nouvelles séries de diapositives sur la visite du Père Général en Inde (Jamshedpur, Ranchi et Hazaribagh), du 15 février au 1er mars. Cliquez sur : "sjweb Media".