English   Español   Français


If you wish to receive regularly the news from the Jesuit Curia, send an email with the subject "Subscribe"


Newslink


  • Versione Italiana
  • Archive of newsletters before March 2009
  • Headlines from the Social Apostolate


  • Jesuit news online


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XVI, No. 1 17 janvier 2012

    Le Père Général

     

    Visite en Australie. A la fin de janvier, le Père Général va se rendre à Sydney, en Australie, pour une semaine, la semaine du Nouvel An chinois, ouvrant l'année du Dragon. Il assistera à l'assemblée des Supérieurs majeurs de la Conférence Jésuite d'Asie-Pacifique (JCAP), et sera accompagné par l'Assistant régional, le Père Danny Huang, et par le Père Francisco Javier Alvarez, de la Commission pour la Mission. Les Provinciaux étudieront le document récent sur « le renouvellement des structures provinciales » et son application à l'Asie-Pacifique. « Nos Provinciaux ont déjà reconnu que ce document est pertinent et utile pour nous. Ils ont hâte, dit le Père Mark Raper, Président de JCAP, de commencer à employer les critères qu'il propose pour explorer de nouveaux arrangements dans le gouvernement en Asie-Pacifique ». Une question importante pour JCAP est celle d'apporter le soutien approprié à la gouvernance des missions et des régions. JCAP a sept provinces et 6 régions, et son territoire comprend quelque 16 pays, avec un plus grand nombre encore de langues principales, bien que l'anglais soit la langue habituelle de la Conférence. Plusieurs des Provinces ont été créées au cours des années récentes, et plusieurs régions, notamment Myanmar et Timor Est, voient croître le nombre de leurs jeunes membres jésuites et sont engagées actuellement dans un important programme de création d'institutions. Pourtant, le nombre total des jésuites de la Conférence est resté stable pendant environ 25 ans. La formation jésuite est un point important de l'ordre du jour de l'assemblée, ainsi que les deux engagements prioritaires de la Conférence : les migrations et l'environnement. Pendant son séjour à Sydney, le Père Général passera une journée avec des membres de la Province d'Australie, d'abord avec les jésuites, que rejoindront ensuite plusieurs centaines de leurs collaborateurs proches dans la mission. 

     

    Commémoration du 7 août 1814. Par une lettre du 1 janvier aux Supérieurs Majeurs, le Père Générale attire l'attention de toute la Compagnie sur le document du Pape Pie VII Sollicitudo omnium ecclesiarum, du 7 août 1814, par laquelle il venait de "restaurer" la Compagnie de Jésus dans le monde entier.  «J'attire dès maintenant votre attention sur cet événement car je suis convaincu qu'une telle commémoration pourra nous aider à entrer plus profondément dans le chemin de continuel renouvellement que vit chaque génération de la Compagnie». Après avoir parlé du Comité constitué, à son objet et au but qu'il devrait atteindre, le Père Général continue :  «J'ai demandé dans toutes les Assistances, à l'occasion des réunions des Présidents de Conférences et des rencontres de Supérieurs Majeurs, que soient entreprises de nouvelles études, en particulier dans les régions où la Compagnie était active à l'époque de la suppression. Nous avons tous besoin d'en savoir davantage sur les principaux apostolats de la Compagnie dans la deuxième moitié du 18ème siècle, sur l'impact de la suppression sur les jésuites et leurs contemporains qui ont vécu cet événement, sur ses conséquences - entre la fin du 18ème siècle et le début du 19ème - pour les institutions et les ministères que les jésuites ont dû abandonner, sur les manières dont les jésuites sont retournés là où la Compagnie était présente auparavant et sur les moments où ces retours ont eu lieu, et sur les nouvelles initiatives que la Compagnie restaurée a lancées en particulier dans les nombreux endroits où, pour la première fois, elle s'est mise à travailler». Puis la lettre précise le but de tout ceci :  «Une réflexion priante, fondée sur la connaissance historique actuellement accessible ou en passe de le devenir, pourra nous permettre de tirer les leçons de notre passé fait d'ombres et de lumières. Nous pourrons ainsi voir plus clairement et accueillir plus généreusement ce que le Seigneur nous appelle à faire à notre époque».

     


    A la Curie

     

    « Tempo Forte ».  Au début de la nouvelle année, le Conseil du Père Général s'est réuni à la Curie pendant quatre jours (3-5 et 7 janvier) pour traiter de divers aspects de la mission et du gouvernement de la Compagnie. Deux thèmes principaux ont été au centre des travaux de ces journées : l'évaluation des recommandations de la 35ème CG au Père Général, et la Congrégation des Procureurs de l'été prochain. Quatre ans se sont écoulés depuis le début de la CG 35, et le Conseil est revenu dans sa réflexion sur les préférences apostoliques de la Compagnie, la vie spirituelle et communautaire, et la formation des jésuites. Comme indiqué dans les bulletins précédents, la Congrégation des Procureurs se tiendra à Nairobi, au Kenya, en juillet 2012, et le Conseil a travaillé sur le programme de cette rencontre et sur les thèmes à proposer pour la discussion avec les Procureurs. A la fin du « temps fort », un temps d'échanges personnels a renforcé les liens entre les membres du Conseil. L'Eucharistie et la prière en commun ont aidé à nourrir l'esprit de discernement qui caractérise ce genre de rencontres.

     


    Nominations

     

    Le Pape Benoît XVI a nommé :

     

    -  cardinal le P. Karl Becker, professeur émérite de l'Université Pontifical Grégorienne de Rome et pour beaucoup d'années consulteur de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Le Père Becker est né en Allemagne en 1928, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1948 et a été ordonné prêtre en 1958.

     

    -  le Père Antonio Spadaro consulteur du Conseil Pontifical pour les Communications Sociales. Le Père Spadaro, directeur de La Civiltà Cattolica, est né en 1966, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1986 et a été ordonné prêtre en 1996.

     

    Le Père Général a nommé :

     

    -  Le Père Boniface Tigga nouveau Supérieur Régional de la Région du Nepal. Le Père Boniface, jusqu'ici directeur de la St. Xavier's School de Godavari, est né en 1966, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1980 et a été ordonné prêtre en 1999.

     

    -  Le Père Pierre André Ranaivoarson Princial du Madagascar. Le Père Pierre André, jusqu'ici recteur du Collège Saint François Xavier de Fianarantsoa, est né en 1957, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1982 et a été ordonné prêtre en 1993.

     


    Dans les Provinces

     

    AMERIQUE DU NORD : Kateri Tekakwita, la première sainte amérindienne

    Le 19 décembre 2011, le Saint Père a signé le décret qui autorise la Congrégation pour les Causes des saints à déclarer « Sainte » la Bienheureuse Kateri (Catherine) Tekakwita, qui sera ainsi la première Amérindienne élevée aux honneurs des autels. Né en 1656 à Ossernenon, l'actuelle Auriesville, aux Etats-Unis, Kateri était la fille d'un chef de tribu Mohawk et d'une Algonquine catholique. Alors qu'elle avait quatre ans, ses parents moururent dans une épidémie de variole qui défigura aussi son visage. Elle fut adoptée par un parent d'une tribu voisine. La Mission était alors dirigée par des missionnaires jésuites français, et ce fut l'un d'eux, le Père Cholenec, qui la baptisa à l'âge de 20 ans et la suivit spirituellement. Les membres de sa tribu ne comprirent pas son choix et la rejetèrent. Kateri se soumit à de nombreuses pénitences et mortifications, priant pour la conversion de ses proches et de sa tribu. Pour échapper aux persécutions qui menaçaient sa vie, elle s'enfuit et s'installa dans une communauté de chrétiens autochtones à Kahnawake, au Québec, où elle consacra sa vie à la prière, à la pénitence et au soin de malades et des vieillards.  Elle y mourut en 1680 à l'âge de 24 ans. Selon la tradition, les cicatrices qu'elle portait sur la face disparurent miraculeusement après sa mort, révélant un visage d'une grande beauté.

    COLOMBIE : Les 70 ans de la radio « Ecos de Pasto »

    Le 8 décembre dernier, célébrait ses 70 ans la station de radio Ecos de Pasto, fondée par Gerardo Bueno Delgado le jour de la fête de l'Immaculée Conception, le 8 décembre 1941. Ecos de Pasto fut le second émetteur radio du département, après Radio Narino, qui avait commencé ses émissions quatre ans auparavant. Ecos de Pasto fut ensuite acquise par don Antonio José Meneses, qui après la confia au Père Jaime Alvarez, SJ. Arrivé à Pasto le 3 juin 1947, le Père Alvarez se lança quinze jours plus tard dans son apostolat radiophonique, qui dura jusqu'à la semaine précédant sa mort, survenue le 25 mai 2001. Le 2 juillet 2008, la Conférence épiscopale a conféré à Ecos de Pasto sa récompense la plus prestigieuse, l'Inter Mirifica, pour son engagement au service de la foi chrétienne et de la culture.

     

    EUROPE : L'OCIPE se transforme en JESC

    En vertu d'une décision prise par la Conférence des Provinciaux d'Europe lors de son assemblée plénière d'octobre dernier en Pologne, l'Office européen des jésuites, plus connu sous le nom d'OCIPE, a été restructuré et est devenu le Centre Social Européen des Jésuites (Jesuit European Social Centre - JESC). Jusqu'à maintenant, l'OCIPE était un réseau international ayant des sièges à Bruxelles, Budapest, Strasbourg et Varsovie, tout en étant, juridiquement, une fondation laïque enregistrée à Strasbourg. En conséquence de la restructuration, les bureaux de Budapest et de Varsovie se transformeront en centres sociaux des Provinces concernées. L'OCIPE demeurera une petite fondation à Strasbourg, s'intéressant particulièrement aux travaux du Conseil de l'Europe. Le bureau de Bruxelles sera une entité légale distincte, opérant apostoliquement sous l'égide de la Conférence des Provinciaux d'Europe. Le JESC continuera à réfléchir et à se prononcer sur les problèmes de l'Europe à la lumière de la foi, maintenant nos liens dans les institutions de l'Union Européenne et avec nos autres partenaires à Bruxelles. Ainsi le JESC aura deux rôles principaux : la coordination en réseau de l'apostolat social européen, et la réflexion sur les affaires européennes.  Le nouveau site internet : www.jesc.net.

     

    JAPON : Eduquer la tête, le cœur et les mains

    Le 10 décembre dernier, au cours du 31ème Symposium International de l'Université Sophia de Tokyo sur le thème Une Education à dimension sociale : les défis de la mondialisation, le Père Mark Raper, SJ, Président de la Conférence des jésuites d'Asie-Pacifique, a présenté dans un discours une vision de l'éducation comme « formation pour la décision et l'action : éducation de la tête, du cœur et des mains ». Prônant une pédagogie où la réflexion soit centrale, le Père Raper explique que le rôle de l'éducation est d'amener les étudiants à aimer le monde, à y prendre des responsabilités et à acquérir les outils pour le renouveler. Les universités doivent, pour leur part, aller au-delà de leur objectif de base, celui d'éduquer pour donner une compétence et rendre capable d'une pensée critique. « Trop d'écoles et d'universités sont occupées à remplir leur programme. Mais je me plais à penser qu'ici à Sophia et dans les universités de la Compagnie, on s'engage non seulement à respecter le programme mais à aller plus en profondeur (....). La pensée critique devrait nous conduire à nous interroger : qu'y a-t-il derrière la crise financière ? Pourquoi ces banques s'effondrent-elles ? Quelles sont les causes profondes du gaspillage et de la corruption ? Pourquoi ai-je tant de chance alors que d'autres s'enfoncent ? ». Selon le Père Raper, l'éducation devrait montrer aux étudiants où est leur cœur, pour les aider à « devenir un grand et seul cœur, à parler avec leur cœur en vérité et avec intégrité », et « à découvrir la joie en aidant nos frères et sœurs, spécialement les petits, ceux qui sont loin, ou les derniers ». Voir : www.sjapc.net

    MADAGASCAR : Un nouveau saint pour la Compagnie

    Le 19 décembre 2011, le Saint Père a signé le décret qui autorise la Congrégation pour les Causes des saints à déclarer « Saint » le Bienheureux Jacques Berthieu, jésuite français, missionnaire à Madagascar, où il subit le martyre. Le miracle qui a conduit à cette décision est décrit par le Postulateur de la cause : « Jean François Régis Randriamiadana, âgé de 54 ans, victime d'une intoxication à l'occasion d'un repas de noces en 1990, souffrait de xérostomie (arrêt de la sécrétion salivaire), et d'une grave détérioration de son état général. La maladie se développait rapidement. En l'absence de toute assistance médicale ou de thérapie appropriée, le pronostic était que le malade mourrait à brève échéance. Dans cette situation très grave, ses proches commencèrent à invoquer l'intercession du Bienheureux Jacques Berthieu et à donner en même temps ses « reliques » au malade : l'eau de Jacques Berthieu, tirée du fleuve Mananara, avec des feuilles d'angavodiana, tout cela pris de l'endroit où fut vu pour la dernière fois le corps du missionnaire assassiné, béatifié par Paul VI en 1965. La guérison se produisit de manière radicale et soudaine : le malade en peu de jours put se nourrir régulièrement et reprit ses forces physiques et sa vie ordinaire ». La cérémonie de canonisation aura probablement lieu en octobre prochain.

     

    NEPAL : Noël avec les chrétiens de l'Himalaya

    « Pour le Népal, ce Noël voulait signifier la réconciliation entre les différentes parties de la société, pour apporter paix et prospérité », a déclaré le Père Lawrence Maniyar, supérieur des jésuites du Népal, qui travaille depuis 35 ans avec les petites communautés chrétiennes de l'Himalaya. « La réconciliation, a-t-il ajouté, entre partis politiques, groupes religieux et ethniques, est un devoir pour le pays. C'est pourquoi nous offrons nos prières pour la pacification nationale ». Selon le Père Maniyar, il n'y a qu'un petit nombre de personnes qui représentent une menace pour l'harmonie du pays. Parmi elles, le NDA (Nepal Defense Army), bras armé officieux des groupes hindous extrémistes, qui cherche à effrayer les chrétiens et les autres minorités. « Je n'accuse pas l'hindouisme comme tel, explique le Père Lawrence, seulement ces groupes fondamentalistes présents dans la société. Ils doivent être punis, pour permettre la réconciliation entre hindous et non hindous. Nous devrions agir ensemble, unis pour le développement du pays et la prospérité économique. Nous continuerons à servir la société, sans crainte ». Malgré les menaces de violence du NDA, tout le pays a célébré Noël en paix.

     

    PHILIPPINES : Le typhon Washi

    Le 17 décembre, le typhon Sendong (tempête tropicale Washi selon le code international) s'est abattu avec une violence dévastatrice sur les villes de Cagayan de Oro et Iligan, dans la partie septentrionale de l'île de Mindanao. Se déchaînant pendant la nuit, le typhon a frappé une région généralement non sujette à de tels phénomènes, inondant les maisons jusqu'au toit et emportant la vie de centaines d'habitants, passés directement du sommeil à la mort. La ville la plus frappée a été Cagayan de Oro, dont 23 quartiers ont été complètement inondés. On a dénombré plus de mille victimes, plus des centaines de familles sans abri, qui ont tout perdu dans la tragédie. Xavier University - Ateneo de Cagayan, de la Compagnie de Jésus, à Cagayan de Oro City, s'est immédiatement mobilisée, ouvrant un centre de secours pour recevoir les dons de nourriture, d'eau, de médicaments, de matériel médical, de couvertures, etc., et les distribuer aux nombreuses victimes de la catastrophe. L'Université a aussi installé un centre d'évacuation à l'intérieur du campus, pour offrir un refuge aux personnes dont la maison a été détruite par les inondations. La clinique universitaire s'est également mise à disposition, le personnel et de nombreux étudiants se portant volontaires pour acheter, confectionner, distribuer des denrées de secours, et veiller à ce que les réfugiés soient confortablement accueillis. L'université se lancera aussi dans des opérations de réhabilitation. Pour des renseignements supplémentaires et pour envoyer des dons : http://www.sjapc.net/sites/default/files/xu_sendong_appeal_for_help_intl.pdf

     

    RUSSIE : Les vingt ans de l'Institut Saint Thomas

    Le 3 décembre dernier, jour de la fête de Saint François Xavier, l'Institut Saint Thomas de Philosophie, Théologie et Histoire, à Moscou, a fêté ses 20 ans d'existence. Le même jour, cet Institut qui est né comme centre catéchétique, puis s'est transformé en collège et est devenu finalement en 2002 Institut Saint Thomas, a présenté quatre publications. Dirigé par la Compagnie, l'Institut est l'unique centre d'enseignement supérieur catholique de toute la Fédération Russe, et offre aux laïcs une formation dans les sciences religieuses.  Bien des choses ont changé depuis le temps de sa fondation en 1991. Quand les jésuites prirent en mains l'administration du collège de théologie catholique Saint Thomas d'Aquin, en 1997, il n'avait ni bâtiment propre ni bibliothèque. L'Institut a aujourd'hui un immeuble équipé d'une riche bibliothèque, spécialisée en disciplines religieuses, avec de nombreux ouvrages tant en russe que dans les principales langues européennes. Grâce aux jésuites et à leurs amis, il a reçu des exemplaires des principales revues théologiques et philosophiques. Il a reçu également des livres nombreux des jésuites d'Europe et de leurs institutions, grâce à l'appui du frère jésuite octogénaire Emilio Benedetti, de la Province de Tarragone. Récemment, c'est la Province des Pays-Bas qui lui a envoyé une précieuse collection, don du Berchmanianum, centre d'études de Nimègue. Pour plus de renseignements : http://www.ifti-thomas.ru/

     

    USA : Un nouveau site sur l'inculturation

    L'Université de Georgetown a ouvert un nouveau site internet sur le thème de l'inculturation (cf. le lien indiqué plus bas). «Le premier sujet est une vidéo que nous avons réalisée en collaboration avec le Xavier House Spiritual Formation Centre de Hong Kong », écrit le professeur Anthony Moore, Assistant du Président de Georgetown à Washington. « La vidéo est basée sur un séminaire qui s'est tenu en décembre dernier à Hong Kong pour commémorer le 400ème anniversaire de la mort du Père Matteo Ricci. Le séminaire, intitulé L'héritage de Ricci : trouver Dieu dans les cultures, a réuni des jésuites célèbres et des collègues laïcs du monde entier, parmi lesquels les Pères Michael Amaladoss, Robert Ng, Benoît Vermander, Stephen Tong, Peter McIsaac, Mark Raper et Howard Gray ». Le Président de Georgetown a décidé d'apporter son appui au projet, parce qu'il présente la possibilité de promouvoir des priorités adoptées par les dernières Congrégations Générales : l'inculturation, les Exercices spirituels, et l'engagement pour la Chine. Le projet offre un bon exemple de collaboration internationale entre institutions de la Compagnie : une université américaine et un centre spirituel en Chine. Voir http://www.georgetown.edu/inculturation.html

     


    Nouveau sur SJWEB

     

    Un podcast avec le P. Xavier Jeyaraj, S.J., né en Inde du sud mais appartenant à la Province de Calcutta, qui vient juste d'arriver à Rome comme  nouvel Assistant au Secrétariat pour la Justice Sociale et l'Écologie (SJES). Cliquer sur : "Jesuit Voices".