The Jesuit Curia in Rome

Welcome

English   Español   Français


Nouvelles - liens


  • Versione Italiana
  • Archive des bulletins prècedents
  • Headlines de l'apostolat social


  • Pages web des Conférences Régionales


  • Jesuits USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • Imprimer ce numéro
    Archive des bulletins aprés mars 2009


    Vol. XVIII, No. 16 18 juillet 2014

    DANS LES PROVINCES

     

    AFRIQUE : Jésuites aux frontières

    Le Bureau pour le développement de la Province d'Afrique orientale (AOR) a publié un petit livre de réflexions intitulé : Jesuits to the Frontiers : Reflection on Vocation and Mission (« Jésuites aux frontières : réflexions sur la vocation et la mission »). Quelques jésuites d'âges divers y partagent leur expérience du ministère et leur chemin spirituel dans la Compagnie. Chaque témoignage révèle l'extraordinaire originalité et la richesse de la vie d'un jésuite. Ces histoires témoignent en même temps de la générosité de Dieu dans la variété des formes d'apostolat, même quand nous regardons, avec espérance et créativité, vers l'avenir incertain. L'ouvrage est bien fait pour la promotion des vocations et notre édification, et pour partager notre mission avec les autres.  Pour le commander : development.aor@gmail.com ou communications.aor@gmail.com

     

    ALLEMAGNE : 350 ans de la mort de Goswin Nickel

    Le 31 juillet 2014 marquera le 350ème anniversaire de la mort du dixième Général de la Compagnie, Goswin Nickel (1584-1664). Il fut le premier jésuite allemand élu Général. La Compagnie n'a eu après lui qu'un autre Supérieur Général allemand, le Père Franz Xaver Wernz, 25ème Général, dont le premier centenaire de la mort surviendra le 19 août 2014. Goswin Nickel était né le 1er mai 1584. Il vécut au temps de la chasse aux sorcières, de l'Inquisition et de la censure par les autorités du clergé et du monde, ainsi que des batailles de la Guerre de Trente Ans.  Il lutta contre l'injustice de cette époque, en particulier contre la chasse aux sorcières. Dans l'un de ses écrits, il mit aussi en garde les jésuites contre les dangers du nationalisme. De 1630 à 1637 et de 1639 à 1643, c'est-à-dire pendant les moments difficiles de la guerre, il fut Provincial de la Province du Bas Rhin. Le 17 mars 1652, la Congrégation Générale l'élut Supérieur Général.  Pendant les douze années de son généralat, Nickel favorisa le développement croissant des collèges et des missions extérieures, en particulier en Asie et en Amérique. Il demandait dans ses lettres aux membres de l'Ordre obéissance, humilité et pauvreté, pour lutter contre les attaques des jansénistes.

     

    CAMBODGE : Un second jésuite

    Le 31 mai, un Cambodgien de 29 ans, Chour Damo, a prononcé ses vœux perpétuels de pauvreté, chasteté et obéissance dans la Compagnie. C'est le second Cambodgien qui entre dans la Compagnie depuis Ham Toeun, qui fait actuellement sa régence à Svay Sisophon, au Cambodge. Les catholiques sont environ 30.000 au Cambodge, représentant 0,15% de la population. Damo vient de la Province de Kampong Cham, au nord-est de Phnom Penh. Déjà quand il était tout petit, à l'âge de 8 ans, il se sentait attiré par la vie de prêtre. Il eut l'occasion de rencontrer beaucoup de prêtres au Cambodge et de remarquer la joie qu'ils trouvent à s'occuper des autres. Son cœur battait à l'unisson avec le leur dans un profond désir d'aider les pauvres. Son intérêt pour la vie religieuse prit forme pendant ses années à l'Université, lorsqu'il vivait avec d'autres étudiants dans le foyer d'étudiants de l'Eglise catholique. Il y a rencontré les Pères jésuites Ashley Evans et Kang Ingun. Répondant à l'appel de Dieu, Damo est entré en 2012 au noviciat des Philippines, où il a passé deux ans avec les novices philippins. Il y a fait une expérience inoubliable, lors d'un expériment dans une maison pour enfants handicapés : pendant six semaines, il a vécu avec des enfants handicapés mentaux ou autres, prenant soin d'eux, les aidant à manger, à faire leur toilette, etc. Expérience difficile au début, qui s'est transformée peu à peu en amour et en respect pour tous les enfants et le personnel.

     

    ESPAGNE : Le Fonds bibliographique Manuel García Doncel

    Dans le cadre des activités commémoratives du dixième anniversaire de l'institution de la chaire de science, technologie et religion, l'Université de Comillas a inauguré le Fonds bibliographique Manuel García Doncel. Science, Philosophie et Théologie, une section spécialisée dans ces disciplines à l'intérieur de la bibliothèque générale, sur le campus de Cantoblanco. La base de cette collection est la bibliothèque privée du jésuite dont hérite l'Université et qui prend son nom. Il était professeur de physique théorique à l'Université autonome de Barcelone et fondateur de son Institut d'histoire de la Science. Sont joints au Fonds également une partie du Fonds Alberto Dou, SJ, qui provient de San Cugat del Vallés, des donations de livres par d'autres professeurs jésuites et d'autres fonds déjà en possession de la Faculté. A l'acte inaugural, présidé par le Recteur, le P. Julio L. Martínez, le Professeur García Doncel était lui-même présent, représentant le Provincial d'Espagne.

     

    EUROPE : Une Semaine Sociale européenne

    Du 24 au 27 juin, l'Apostolat social des jésuites européens a organisé la Semaine Sociale européenne 2014. Le thème étudié lors de cette rencontre, qui s'est déroulée à Naples, était l'importance du volontariat dans l'engagement des citoyens. Les participants, au nombre de 67, provenaient de 16 pays européens : jésuites, collaborateurs d'organisations sociales, JRS, centres pour immigrés ou mineurs en danger, bureaux des missions et ONG, ainsi que des volontaires dans divers projets de la Compagnie. Sous le titre « Volontariat et bien public : l'engagement pour une citoyenneté active », la Semaine Sociale 2014 a donné aux membres et collaborateurs de l'Apostolat social l'occasion d'échanger sur la vision ignatienne et sur le travail accompli dans ce secteur de la Compagnie. Le volontariat a été examiné comme moyen de promouvoir une citoyenneté active, projet à long terme qui fait passer de la sympathie à l'engagement et de la connaissance à l'action. Les motivations des volontaires sont nombreuses et variées, mais ici l'engagement social est guidé par une foi qui promeut la justice. Le programme comprenait des conférences et des débats en petits groupes. Les séminaires se sont centrés sur la prévoyance sociale, l'écologie et les ressources naturelles, l'asile et la migration, et le volontariat international.

     

    ITALIE : Martini, mémoire et prière

    Le Cardinal Martini aimait l'ermitage de Montecastello, maison de spiritualité enchâssée entre ciel et terre, sur un promontoire rocheux à pic au-dessus du lac de Garde, et cela lui plaisait de se retirer en ce lieu pour la prière et la méditation. Il y retournait périodiquement avec les évêques lombards pour y vivre ensemble l'expérience des exercices spirituels. Ils y étaient accueillis par une œuvre du diocèse de Brescia, fondée en 1950 à l'initiative de Pierino Ebranati (1885-1959), un laïc engagé dans la formation des jeunes et des adultes à travers la voie privilégiée des exercices spirituels. Cette maison de prière, rénovée entre 1993 et 1997, s'élève près de l'antique sanctuaire de la Madone de Montecastello, qui remonte au IXème siècle. Le 4 juillet dernier, au dernier jour des exercices spirituels des évêques lombards, l'ermitage a reçu le nom de Carlo Maria Martini. Hommage au cardinal jésuite, bibliste, archevêque de Milan de 1979 à 2002, maître écouté et influent de la Parole de Dieu, avant tout parce que disciple authentique et passionné de la Parole. Le souvenir du Cardinal Martini est vivant et fécond, comme le montrent d'autres démarches et initiatives récentes, comme le concert (le Requiem de Verdi) du 25 juin à la cathédrale de Milan, et la deuxième édition du Martini International Award (cf. Bulletin n° 14 du 23 juin 2014). Mais le signe le plus éloquent reste le flux constant de fidèles et de pèlerins qui se recueillent en prière sur sa tombe dans la cathédrale de Milan.

     

    ITALIE : Musique des « Réductions »

    Le 3 juillet à Florence, dans la Basilique de Santa Maria del Fiore, le festival de musique sacrée O flos colende, a proposé pour sa dix-huitième édition une soirée intitulée San Ignacio : une fête dans les missions jésuites du Paraguay. Le programme était bâti sur le modèle des fêtes populaires que les jésuites organisaient dans leurs missions de l'ancienne Province du Paraguay, vaste territoire s'étendant sur la Bolivie, l'Argentine, le Brésil et le Paraguay. L'ouverture était un chant de procession, suivi par deux villancicos (de Juan de Araujo et Roque Ceruti), simples chants polyphoniques en espagnol, qui furent exportés de la péninsule ibérique vers le Nouveau Monde où ils se mêlèrent à des éléments folkloriques locaux. Au centre de la soirée, un drame spirituel pour solistes et orchestre, dédié au saint fondateur de la Compagnie. Ce drame hagiographique San Ignacio a été retrouvé dans les archives des anciennes Réductions des jésuites de Chiquitos et Moxos, en Bolivie orientale. Il s'agit, soulignent les organisateurs, de «l'unique drame musical qui nous soit parvenu du territoire de l'ancienne 'République jésuite du Paraguay' ». C'est une œuvre qui est en grande partie fille de la culture baroque européenne. On reconnaît dans quelques-unes de ses parties la main de deux compositeurs jésuites qui ont œuvré dans les Réductions sud-américaines : l'Italien Domenico Zipoli et le Suisse Martin Schmidt.

     

    KENYA : Travailler pour la paix « dans le chaos »

    Au cours des dix dernières années, les jésuites ont travaillé à construire la paix au Kenya en trouvant « Dieu dans le chaos », selon les mots du Père Peter Knox, d'Hekima College à Nairobi. Les dernières attaques de terroristes au Kenya ont rendu manifestes les dangers que courent les habitants du Kenya aussi bien que leurs visiteurs. Le meurtre, en juin dernier, de 48 personnes dans la ville côtière de Mpeketoni a alourdi le climat de méfiance et de peur dans le pays. Mais pour les jésuites qui travaillent à Nairobi, ces événements soulignent l'importance de leur travail pour la construction de la paix et de la réconciliation. L'Institute of Peace Studies and International Relations (HIPSIR) d'Hekima College aide à analyser les conflits du Kenya et d'autres parties du continent africain. Situé dans la capitale, le Collège est né en 1984 comme Ecole de théologie pour les jeunes jésuites en formation en vue du sacerdoce. En 2004, il a célébré son 20ème anniversaire en inaugurant l'HIPSIR, où chaque étudiant doit faire un travail de recherche portant sur une zone de conflit. Le programme comprend des cours en droits humains, en diplomatie, en économie et en relations internationales. Le conflit est étudié sous différentes perspectives, dont la culture africaine, l'identité et l'éthique de la guerre. Et une insistance particulière est placée sur la résolution des conflits et la construction de la paix.

     

    MEXIQUE : Le Congrès bisannuel de liturgie

    Du 23 au 28 juin, l'Association internationale Jungmann pour les jésuites et la liturgie a tenu son congrès bisannuel, qui a pris place dans le programme des célébrations pour le dixième anniversaire de sa fondation et pour le bicentenaire du rétablissement de la Compagnie.  Il y avait 59 participants, provenant du monde entier : 54 membres de l'Association et 5 invités. Le congrès a pris comme thème d'étude l'importance fondamentale de La liturgie dans la vie du jésuite, dans trois domaines principaux : la relation entre liturgie et spiritualité ignatienne, le rôle de la liturgie et de la vie communautaire, le lien indissoluble entre la liturgie et notre mission apostolique. Le congrès a marqué aussi le passage des consignes entre le Président sortant de l'Association Jungmann, le Père Cristóbal M. Orellana (MEX), et son successeur, le Père Andrew Cameron-Mowat (BRI).

     

    MICRONESIE : Les premiers diplômés

    Le 31 mai dernier, la Yap Catholic High School (YCHS), située sur une petite île de la Micronésie dans le Pacifique occidental, a fêté son premier groupe de diplômés. A la fin du XVIIème siècle, les jésuites ont fondé une mission en Micronésie. A la fin de la deuxième guerre mondiale, cette mission fut confiée aux jésuites américains. Aujourd'hui, les jésuites se consacrent à diverses formes d'apostolat, sur les îles de Pohnpei, Chuuk, Guam, Yap et Palau. La YCHS est le dernier projet lancé par les jésuites. En 2011, la mission de fonder une école dans l'île de Yap avait été confiée aux Pères Michael Corcoran et John Mulreany. Dans l'espace de cinq semaines, avec l'aide de deux enseignants volontaires, les deux jésuites ouvrirent les premières classes, avec 35 élèves, de première ou de seconde année. Cette année, tous les élèves de 2014 ont été acceptés au collège aux Etats-Unis, beaucoup d'entre eux bénéficiant aussi du soutien généreux d'une bourse d'études. Dans l'île de Chuuk, prêtres et scolastiques jésuites, habitants de l'île et volontaires s'occupent de la YCHS et de Xavier High School. Les deux institutions offrent aux élèves un enrichissement éducatif et spirituel, ainsi que des ressources pratiques, telles qu'un centre d'étudiants et la connexion à Internet. « Les gens de Micronésie, en particulier les étudiants, sont merveilleusement riches de foi et capables de grands résultats », déclare le Père Ciancimino, Provincial de la Province de New York, dont dépend la Micronésie.

     

    PHILIPPINES : Un documentaire primé

    Un documentaire réalisé par la Jesuit Communications Foundation (JesCom) aux Philippines était l'unique finaliste asiatique parmi les 74 candidats pour le meilleur film documentaire au XXIX Niepokalanow International Catholic Film and Multimedia Festival, qui se déroulait à Teresin, en Pologne. Bagong Buhay : Mga Kuwento ng Pagbabalik-loob avait été produit en 2013, faisant partie de la présentation annuelle du JesCom pour le carême, et avait été diffusé la première fois sur ABS CBN, le plus important réseau de télévision des Philippines. Le documentaire présente les aspects sombres des histoires personnelles de trois personnes : - un alcoolique, un homme à femmes et un mari violent -, puis la manière dont la foi les a amenés à se convertir et les a fait naître à une nouvelle vie. Il présente aussi des réflexions de l'archevêque de Manille, le cardinal Luis Antonio Tagle, et du Père jésuite Ramon Bautista. Le Niepokalanow Festival est organisé chaque année par la Catholic Film Association en l'honneur de Saint Maximilien Kolbe, et le monastère de Niepokalanow des Pères Franciscains. Il présente un panorama des films à caractère évangélique produits en Pologne ou ailleurs dans le monde. Deux autres films de Jescom ont été projetés durant le Festival, The Word Exposed, avec des réflexions de l'Archevêque Tagle, et Ang Kuwento ng mga Peregrino. Pour avoir d'autres informations sur Bagong Buhay, voir www.jescom.ph  

     

    ROME : Le Père Cappello, le « confesseur de Rome »

    Le 24 juin s'est achevée au Vicariat de Rome la phase diocésaine du procès de béatification du Père Felice Cappello (1879-1962), ouvert en 1986. La documentation va maintenant passer à la Congrégation pour les Causes des Saints, qui évaluera et vérifiera les témoignages recueillis pour établir l'héroïcité des vertus du jésuite. Le Père Cappello, canoniste de renommée internationale mais encore plus connu comme « le confesseur de Rome », a sa sépulture dans l'église Saint Ignace, près du confessionnal où il a accompli son ministère pendant quatre décennies. A la session de clôture étaient présentes des délégations de la Province d'Italie, de l'Université Grégorienne, où le Père Cappello a enseigné pendant de nombreuses années, et surtout de Caviola, pays natal du Serviteur de Dieu, et du diocèse de Belluno-Feltre. L'évêque, Mgr Andrich, a rappelé à la fin de la cérémonie tout ce qu'a représenté pour l'Eglise le Père Cappello. Et le cardinal Piacenza, qui n'a pu être présent, avait écrit que « le vénéré Père a entre autres exercé de manière exemplaire le précieux service de confesseur ». Le jour suivant, mercredi 25 juin, une grande banderole sur la place Saint Pierre pendant l'audience générale, a rappelé le P. Cappello à côté du nom de son pays natal et de celui des Dolomites. Les pèlerins de Belluno arboraient la banderole et avaient aussi affiché l'inscription « Merci Pape François ». On sait que le Pape a, le soir de son élection, loué le Père Cappello comme « un grand confesseur ».

    1814-2014 LE RÉTABLISSEMENT DE LA COMPAGNIE

     

    Zimbabwe. Quatre ans après la mort de Saint Ignace, eut lieu la première tentative de la Compagnie pour pénétrer à l'intérieur de l'Afrique australe. Le jésuite portugais Gonzalo de Silveira parvint en 1560 à la cour du souverain le plus puissant au nord de ce qui est maintenant le Zimbabwe. Après quelques mois il baptisa le roi, mais peu après des intrigues conduisirent à la mort de Silveira et à l'arrêt de la mission. C'est  la Compagnie restaurée qui releva à nouveau le défi au XIXème siècle, et en 1879 onze jésuites, six prêtres et cinq frères, venant de cinq pays différents, voyagèrent par char-à-bœufs, à la vitesse de 17 milles par jour, de Grahamstown sur la côte sud du continent jusqu'à notre pays. Notre Province marque le Rétablissement de la Compagnie en rappelant ces onze compagnons, qui firent face à d'énormes obstacles. Leur mission aussi a échoué, mais elle a posé les fondations pour la troisième tentative qui, en 1890, fut une réussite. Ces compagnons étaient : P. Henry Depelchin, supérieur (Belgique), P. Charles Croonenberghs (Belgique), F. Francis de Sadeleer (Belgique), F. Louis de Vylder (Belgique), P. Salvatore Blanca (Italie), F. Peter Paravicini (Italie), P. Charles Fuchs (Allemagne), P. Anthony Teroerde (Allemagne), F. Joseph Hedley (Angleterre), P. Augustus Law (Angleterre) et F. Theodore Nigg (Lichtenstein). Ils sont les fondateurs de la Province moderne du Zimbabwe, qui a maintenant 118 membres, dont 77 sont « fils du pays ». 

     

    NOUVEAU SUR SJWEB

     

    Une nouvelle vidéo. Tony da Silva, S.J., parle de son expérience et vision en tant que premier secrétaire du Secrétariat pour la Collaboration.  Cliquez ici pour aller à la section vidéo : http://www.sjweb.info/video/ ou aller à la section multimédia sur nôtre homepage : http://www.sjweb.info/

     

    COMMUNICATION

    Le prochain numéro du SERVICE DIGITAL sortira au mois de septembre.