English   Español   Français


Pour recevoir ce bulletin avec regularité, merci d’envoyer un e-mail avec le sujet "Subscribe"


Nouvelles - liens


  • Versione Italiana
  • Archive des bulletins prècedents
  • Headlines de l'apostolat social


  • Pages web des Conférences Régionales


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • Nouvelles

     


    Discerning Future apostolic preferences based on founding documents
    (12-Jun-2018)

    Discerning Universal Apostolic Preferences for the next ten years and a review of key Jesuit sources were major themes of a June meeting at the Jesuit General curia. A full day was spent in a spiritual and reflective reading of the Formula of the Institute - the founding document of the Society of Jesus. Father José de Garcia de Castro, a Spanish Jesuit and an expert in Ignatian Spirituality and in the Jesuit Constitutions, guided a series of meditations and reflections. The Consiglio then connected the concepts and experiences of Ignatius in the 16th century to contemporary times. The Formula of the Institute speaks about ministries of reconciliation as being one of the foundational themes; and indeed the word ‘reconciliation' has been a major focus of last number of General Congregations.
    General Congregation 36 has asked for a revision of the Statutes on poverty. In a session entitled "Jesuit poverty yesterday and today", we looked at inspirational input from our sources - the autobiography of St. Ignatius; the Spiritual Exercises; the Constitutions and the Spiritual Diary of St Ignatius. We then moved on to explore a spirituality of poverty in contemporary times.
    Throughout the week, the method of spiritual conversation was used. This involved periods of individual silent prayer after most inputs followed by small group sharing.
    The meeting took place from Monday, 3 June to Friday, 8 June. It included members of the Council of the Superior General along with Presidents of the Conferences of Provincials. Also present were the heads of apostolic sectors for Higher Education, Secondary and Pre-Secondary education, Justice and Ecology and Collaboration.


    Les jésuites dans la nouvelle Province du Canada: des « collaborateurs » engagés
    (28-May-2018)

    À l'église du Gesù, Montréal, le 27 mai 2018

    Le père Arturo Sosa, supérieur général des jésuites, a déjà passé plus d'une semaine au Canada. Après Toronto et Midland, il s'est réuni durant quelques jours avec les supérieurs provinciaux du Canada et des États-Unis, à Montréal. Le vendredi 25 mai, il s'est rendu à Québec, s'arrêtant en chemin à l'infirmerie des jésuites, à Richelieu, dans le cadre enchanteur des bords de la rivière du même nom. Cette infirmerie est sous la responsabilité des Oblats de Marie Immaculée; oblats et jésuites partagent donc les installations mais aussi une partie de leur vie communautaire.
    Samedi le 26 mai, le P. Sosa a visité des œuvres jésuites à Québec et a participé à l'ordination diaconale d'un jeune jésuite haïtien, Johnny Masséba.
    Il est revenu à Montréal pour participer à un moment clé de son séjour au Canada, la célébration eucharistique d'action de grâce pour souligner les quelque 400 ans de présence jésuite en terre canadienne, Cette messe a eu lieu à l'église du Gesù, au centre-ville de Montréal, là même où, en 1842, les jésuites ont repris leur service au Canada, à l'invitation de l'évêque de Montréal, après la restauration de la Compagnie de Jésus.
    L'importance de cette célébration, par contre, n'était pas d'abord à caractère nostalgique. Au contraire, la présence du Père Général a été l'occasion de faire l'annonce publique de la création d'une nouvelle Province jésuite qui réunit ce qui constituait jusqu'ici les deux Provinces du Canada français et du Canada anglais. Le décret du Père général a été lu, dans les deux langues officielles de la nouvelle Province, au cœur de la célébration, après l'homélie du supérieur général. Dans l'homélie, le père Sosa en a profité pour exprimer clairement sa vision et ses espoirs pour la Compagnie de Jésus, dans l'avenir, ici au Canada mais aussi partout dans le monde.
    En faisant le lien avec la fête liturgique qu'on célébrait, celle de la Sainte Trinité, le Père Général a rappelé comment saint Ignace, dans les Exercices spirituels, avait imaginé le dialogue amoureux et fertile entre le Père, le Fils et l'Esprit qui contemplaient le monde avec ses joies et ses peines. Il a souligné que le projet de Dieu qui a suivi s'est réalisé avec Marie dans des conditions d'humilité et de pauvreté. Et le père Sosa d'affirmer qu'on avait la responsabilité de continuer cette mission, celle de Dieu.
    « Qu'allons-nous faire », s'est-il demandé? « Servir la mission de l'Église qui est de servir le Christ comme compagnons dans une mission de réconciliation et de justice. » Au Canada, à son avis, cela implique de s'approcher des jeunes avec la joie de l'évangile, d'accueillir l'étranger, de créer de nouvelles relations avec les peuples autochtones, de prendre soin de ce magnifique pays.
    « Comment allons-nous le faire », a-t-il poursuivi? En participant, comme collaborateurs, à des réseaux et à des partenariats avec beaucoup de gens, des chrétiens et d'autres personnes de bonne volonté. Il faudra le faire à la fois en discernant et en planifiant concrètement nos actions. Il a ajouté : « On ne peut séparer discernement et planification. En planifiant sans discerner, nous ne sommes que des gestionnaires. En discernant sans planifier, nous ne sommes que des rêveurs.
    Le père Sosa a attiré l'attention sur un autre point : les premiers jésuites étaient à la fois instruits et pauvres. Les jésuites du Canada doivent être « instruits » pour servir de manière efficace; en ce sens, tout apostolat jésuite doit avoir une dimension d'apostolat intellectuel. « Mais comme ce serait une bénédiction si nous pouvions honnêtement affirmer que tous nos « savants » ont été formés par les pauvres! »
    Le Père Général a émis un dernier souhait, en terminant son homélie : que la nouvelle Province jésuite du Canada vive sous le signe de l'audace, « de l'audace de ceux qui croient que le Verbe de Dieu est venu dans ce monde, qu'il a pris chair en Marie, qu'il est passé par la mort puis est ressuscité pour nous conduire tous à la plénitude de la vie ».
    Après un moment de fraternité avec ceux et celles qui étaient venus, à l'église du Gesù, pour participer à ce moment festif, le père Arturo Sosa et ses Assistants se sont dirigés vers l'aéroport pour se rendre à Regina, en Saskatchewan.

     


    Québec-Haïti : une connexion jésuite (Une visite sous le signe de l'enracinement et de l'ouverture)
    (28-May-2018)

    C'est à Québec, qu'au 17e siècle, les jésuites français avaient établi leur base pour la mission d'évangélisation de l'Amérique du Nord. C'est dans les traces de ces pionniers que le père Arturo Sosa, supérieur général des jésuites, a vécu une journée très remplie, dans cette même ville de Québec, le samedi, 26 mai.
    L'occasion principale de sa venue dans la ville historique était l'ordination au diaconat d'un jésuite : Johnny Masséba. Johnny est haïtien; il fait ses études de théologie à l'Université Laval, à Québec. Son ordination a été présidée par Monsieur le Cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec. Celui-ci est donc le successeur de saint François de Laval, premier évêque de la Nouvelle-France. Tout comme son vénéré prédécesseur, le cardinal Lacroix est proche des jésuites et manifeste beaucoup d'intérêt à leur présence dans son diocèse.
    Durant son homélie, à l'occasion de la Fête de la Sainte Trinité, le Cardinal Lacroix a insisté sur le fait que la Trinité est « ouverte », accueillante, et qu'elle nous invite à nous ouvrir. En s'adressant à Johnny, avec qui il avait eu une rencontre préparatoire très riche, il l'a encouragé à être un missionnaire de l'espérance, à toujours se laisser conduire par l'Esprit Saint et, en citant le pape François, à choisir Dieu sans relâche, sans jamais se décourager car la force de l'Esprit Saint sera toujours là pour l'appuyer.
    Au début de la célébration, le Père Général a pris la parole. Il a affirmé que la force des racines spirituelles des fondateurs de l'Église canadienne continuait d'animer les élans apostoliques d'aujourd'hui, dans un monde en changement. Il a souligné que les jésuites voulaient participer, partout dans le monde, à une évangélisation adaptée et acculturée à notre époque. En lien plus étroit avec la célébration de l'ordination diaconale, le père Sosa a fait ressortir que le témoignage de Johnny Masséba en était un d'engagement par le service. Ce témoignage d'engagement peut aider des jeunes et des moins jeunes à trouver un sens à leur vie, une piste de développement intégral, dans un monde qui cherche des orientations et des références solides. Le Père Général a affirmé que le chemin du diaconat pour un jeune jésuite le fait participer au fabuleux projet de la spiritualité ignatienne qui invite à toujours aimer et servir. Enfin, le père Sosa a fait remarquer combien l'ordination d'un jésuite haïtien, à Québec, était significative. Il s'agit d'un exemple, parmi tant d'autres, du caractère universel de la Compagnie de Jésus de notre époque qui cherche, partout où elle est appelée, à se mettre au service de la foi appuyée sur la promotion de la justice.
    Notons que Johnny Masséba, comme tous les jésuites haïtiens, fait partie de la Province jésuite du Canada français. Des raisons historiques expliquent cela : ce sont des jésuites canadiens qui, au siècle dernier et jusqu'à leur expulsion par le dictateur François Duvalier, ont aidé l'Église haïtienne à former un clergé local. Après leur retour en Haïti à partir de 1986, bon nombre de vocations jésuites ont surgi. Aujourd'hui, il y a une cinquantaine de jésuites haïtiens et ceux-ci ont de plus en plus d'autonomie dans leurs engagements apostoliques.
    Ajoutons que la journée de Père Général à Québec comportait d'autres activités, à commencer par un déjeuner, tôt le matin, avec le Cardinal Lacroix. Il a ensuite passé un bon moment au Centre de spiritualité Manrèse, une œuvre jésuite centrale au Canada français, une école de formation de guides spirituels ignatiens. Il a répondu à plusieurs questions des membres de l'équipe qui portaient aussi bien sur ses expériences personnelles que sur la place de la spiritualité ignatienne pour la Compagnie de Jésus aujourd'hui.
    Il s'est ensuite arrêté, à l'heure du midi, à la Maison Dauphine pour les jeunes, une œuvre associée à la Compagnie de Jésus fondée le P. Michel Boisvert, décédé prématurément. L'organisme offre des services aux jeunes en difficulté, y compris une École de la rue qui présente un parcours scolaire adapté à des jeunes qui n'ont pu suivre un curriculum scolaire habituel. Une manière, pour la Compagnie du Québec, d'intervenir « aux frontières », au cœur du monde, auprès de blessés de la vie.


    Brief News Archives