English   Español   Français  


Pour recevoir ce bulletin avec regularité, merci d’envoyer un e-mail avec le sujet "Subscribe"


Nouvelles - liens


  • Versione Italiana
  • Archive des bulletins prècedents
  • Headlines de l'apostolat social


  • Pages web des Conférences Régionales


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Mirada Global online review

    politics, economy, culture and religion from a Latin American perspective. More »


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XVI, No. 8 4 mai 2012

    A la Curie

     

    La Commission internationale pour l'Education supérieure s'est réunie à Rome du 2 au 4 mai. La réunion annuelle de cette Commission offre aux six représentants régionaux, au Secrétaire pour l'Education supérieure et aux autres conseillers l'occasion d'examiner ensemble les développements survenus pendant l'année écoulée dans le domaine de l'éducation supérieure et de l'apostolat intellectuel. Parmi les thèmes de discussion : le développement de l'éducation supérieure en Afrique, l'éducation au développement durable et à la justice, les collaborations en partenariats pour des programmes business, la préparation de commémorations diverses, dont celle de la restauration de la Compagnie (1814-2014). La Commission internationale a reçu les rapports sur le développement de Jesuit Commons et du projet du JRS pour la diffusion de l'éducation supérieure dans divers camps de réfugiés. Sa rencontre annuelle est également l'occasion  d'évaluer les tendances actuelles et les orientations stratégiques, et d'encourager la collaboration entre Conférences et entre les institutions de la Compagnie.

     

    Un Colloque des nouveaux Provinciaux de langue anglaise nommés au cours de l'année écoulée se déroule à la Curie  du 30 avril au 12 mai. L'objectif de la réunion est de réfléchir ensemble, avec la participation du Père Général, sur des aspects importants du gouvernement des Provinces, tels que le compte de conscience et l'accompagnement personnel, l'animation des communautés, l'insertion dans les Eglises locales, la mission aux frontières et la collaboration interprovinciale et internationale. Le Colloque permet aussi aux nouveaux supérieurs majeurs de faire connaissance avec les divers services de la Curie, d'avoir un contact personnel avec les collaborateurs du Père Général dans le gouvernement de la Compagnie universelle (secrétaire de la Compagnie, procureur général, économe général, les divers secrétariats, le JRS), et de connaître les diverses maisons internationales de Rome et leurs problèmes. Le Colloque a toujours un caractère international. Ainsi, participent au Colloque en cours 18 supérieurs majeurs venant des 6 Conférences. Au terme de leur réunion, les Provinciaux visiteront les « Camerette » de Saint Ignace et y célèbreront l'Eucharistie, en signe concret de fidélité au charisme de la Compagnie et d'engagement dans sa mission.

     


    Dans les Provinces

     

    ANGLETERRE : Le marathon de Jesuit Missions

    Mark, ancien élève de Stonyhurst College, l'école jésuite dans le Lancashire, est en première année d'économie et politique à l'Université de Bath. Il a couru le 22 avril le marathon de Jesuit Missions (le Bureau des jésuites anglais pour les Missions), qui soutient de nombreux projets dans des pays en voie de développement. Les fonds recueillis par Mark sont spécifiquement destinés au projet Limpopo, en Afrique du Sud. « Le projet Limpopo, explique Mark, offre un secours substantiel et une assistance à beaucoup d'immigrants du Zimbabwe qui ont fui les persécutions politiques de leur pays ». L'an dernier, le marathon de Jesuit Missions avait rapporté un peu moins de 61.000 €. Cette année, avec 30 coureurs, l'objectif était de dépasser 90.000 €. Tous les marathoniens ont un lien ou l'autre avec les jésuites et avec Jesuit Missions. « A Georgetown, en Guyana, dit le directeur, le programme des jésuites pour la réhabilitation des drogués constitue une possibilité nouvelle pour ces personnes, leur offrant conseils, nourriture, logement et une aide pour la recherche d'un travail. Jesuit Missions offre aussi des bourses d'études donnant à de garçons pauvres mais intelligents la possibilité de s'inscrire à l'école secondaire St Aloysius à Kibera, au Kenya, et à l'école St Peter's  à Kubatana, au Zimbabwe. Pour plus d'informations, voir www.jesuit.org.uk/latest/120417.htm

     

    BRESIL : Le « Père bicyclette » court encore à 93 ans

    Le Père jésuite Harold Rahm a compris depuis longtemps l'importance d'être proche des gens. A El Paso, sa première destination, au Texas, sa terre natale, il célébrait la messe dans le milieu de travail des gens, récitait le rosaire aux coins des rues et exerçait son ministère auprès des plus pauvres. Et il allait à bicyclette, parlant avec les gens, jouant avec les enfants des rues et luttant pour éliminer les bandes de jeunes délinquants. Pendant les 14 ans passés à El Paso, le Père Rahm était connu comme « le Père bicyclette », et il dit avoir appris à travailler avec les gens et avec les laïcs. El Paso était alors dominé par les gangs de jeunes ;  ainsi ses collaborateurs et lui travaillèrent dans les écoles, fondèrent un club et créèrent un centre pour les jeunes. Au cours des cinquante dernières années, le Père a utilisé les mêmes méthodes pour se rendre proche des abandonnés, des pauvres, des drogués et des désespérés du Brésil, où il vit et travaille actuellement. Le Père Rahm, aujourd'hui âgé de 93 ans, passe ses journées à donner des retraites spirituelles basées sur le « Yoga chrétien », pour aider les gens à méditer et à chercher l'union avec Dieu. « Je cherche à faire ma petite part, dit-il, pour servir les pauvres et ceux qui sont dans le besoin, financièrement et spirituellement ». Cf. www.padreharoldo.org.br

     

    ESPAGNE : Cinquième centenaire de Diego Laínez

    Le 21 avril dernier, a eu lieu à Almazan (Soria), lieu de naissance de Diego Laínez, second Général de la Compagnie, la cérémonie d'ouverture du cinquième centenaire de sa naissance. Le programme des célébrations se déroule entre Almazan, Soria et Madrid, et comprend des conférences, une exposition, une table ronde et des célébrations eucharistiques commémoratives. Laínez fut un des grands jésuites de la première génération, mais il est resté un peu dans l'ombre, entre Saint Ignace et Saint François de Borgia, respectivement premier et troisième Général de la Compagnie. La journée du 21 avril a commencé avec une eucharistie solennelle présidée par l'évêque d'Osma-Soria, Gerardo Melgado Viciosa, dans l'église Saint Pierre d'Almazan. Puis une plaque commémorative a été inaugurée dans l'école publique qui porte le nom de Laínez et se trouve sur le terrain de la maison où il est né. Etaient présents le maire d'Almazan et le Père Joaquin Barrero, Assistant d'Europe méridionale, qui représentait le Père Général. La cérémonie s'est conclue par l'offrande de fleurs et de vin du pays, et une visite guidée de la localité. Une table ronde sur Diego Laínez est prévue le 25 mai dans le grand amphithéâtre Tirso de Molina à Soria. Les célébrations se termineront en octobre. Pour plus d'informations, voir www.jesuitas.es

     

    INDE : Les jésuites pour les pauvres

    Selon les directives de la Cour Suprême de l'Inde depuis 2001, le gouvernement indien a lancé de nombreux projets d'aide alimentaire pour les pauvres, en particulier à travers un système de distribution publique, appelé PDS. Toutefois, avec le critère employé pour classifier les gens selon les catégories « au-dessus du seuil de pauvreté » (APL) et « sous le seuil de pauvreté », la grande majorité des pauvres et des travailleurs dans la misère des plantations de thé du Nord du Bengale occidental sont inclus dans la catégorie APL et donc exclus de la distribution des aides. Ceci, en dépit du salaire de famine de 85-90 roupies (un peu plus d'un euro) par jour, seulement six jours par semaine. D'où découlent la malnutrition, les problèmes de santé, le chômage, les émeutes, la migration forcée et la traite humaine en augmentation. Pour mieux faire connaître les plaintes des travailleurs du thé et des paysans du Bengale occidental, une manifestation a été organisée à Siliguri, sous le patronage de l'organisation « Campagne pour le droit à la nourriture dans le Bengale occidental ». Plus de 2500 personnes y ont participé, qui venaient de Darjeeling, Jalpaiguri et d'autres districts de la région. Les Pères jésuites Shiju Matthew, Pascal Xalxo et Joe Victor ont beaucoup travaillé au succès de cette campagne, assumant respectivement les rôles d'économe, d'animateur et de secrétaire. Cela a été très intéressant pour eux de travailler en réseau avec beaucoup d'ONG laïques, des syndicalistes et aussi quelques religieux plus sensibles au problème, pour réclamer le droit à la nourriture -avec la participation également de Madame Anuradha Talwar, conseillère de la Cour Suprême pour le PDS.

     

    ITALIE : Rencontre mondiale des familles

    « Benoît, nous t'attendons à Milan ». C'est ainsi que six mille jeunes du diocèse milanais ont salué le Pape le 11 avril dernier, avant l'audience générale du mercredi, lorsque le Saint Père a béni et remis à Monseigneur Erminio De Scalzi, président de la Fondation « Milan Familles 2012 », l'icône symbole de la septième Rencontre mondiale des familles. Cette icône est une  mosaïque réalisée par le jésuite Marko Rupnik, artiste et théologien. D'origine slovène, le Père Marko est directeur de l'Atelier du Centre Aletti de Rome. Lieu d'études et de recherches, « chantier communautaire » de l'Institut Pontifical Oriental, cet Atelier travaille en essayant de tenir ensemble liturgie, art et vie spirituelle, pour privilégier le dialogue interculturel entre Orient et Occident.  Rendu célèbre par Jean-Paul II, qui lui confia la réalisation de la chapelle Redemptoris Mater au Vatican, le Père Rupnik a choisi comme symbole de la rencontre qui se tiendra à Milan du 30 mai au 3 juin la Sainte Famille, modèle des familles chrétiennes d'aujourd'hui qui vivent la sainteté du mariage et le don d'être parents. Récemment, le Père Rupnik avec son équipe a aussi rénové la chapelle de la curie généralice de Rome avec une mosaïque représentant l'Annonciation.

     

    ITALIE : Pèlerinage ignatien des jeunes

    La Pastorale de la jeunesse des jésuites italiens a organisé un pèlerinage ignatien des jeunes, à pied, vers Rome. Intitulé « Je vous serai propice à Rome », ce pèlerinage voulait aider les jeunes à connaître l'histoire de Saint Ignace de Loyola. Il s'est déroulé du vendredi 27 avril au mardi 1er mai. Etaient invités les jeunes intéressés, à partir de la 4ème année d'école secondaire jusqu'à l'âge de 30 ans. En suivant deux routes anciennes de pèlerinage, une à partir de Viterbe (le long de la voie « Francigena », venant du Nord), l'autre à partir de Formia (le long de la Via Appia, venant du Sud), et reprenant les voies empruntées aussi par Ignace, ils sont arrivés le 1er mai à l'église du Gesù de Rome. Pendant la matinée, le groupe Pierres Vives (groupe de jeunes désireux d'annoncer l'évangile à travers l'art) a aidé les pèlerins à redécouvrir les trésors spirituels de l'église-mère de la Compagnie de Jésus, et un groupe de jeunes jésuites les a accompagnés dans la visite des chambres d'Ignace. En conclusion de la visite, une célébration eucharistique présidée par le Père Général à l'occasion des derniers vœux de deux jésuites de la Province d'Italie.

     

    NEPAL : Jubilé de la Compagnie

    Les 60 ans de présence jésuite au Népal seront commémorés le 6 mai par une grande célébration à la St Xavier's School de Jawalakhel, à Katmandou, au terme de trois jours de rassemblement des jésuites de la Région. L'invitation que le Père Marshall D. Moran reçut en 1950 du gouvernement du Népal d'ouvrir une école fut pour les jésuites et l'Eglise catholique le premier pas pour entrer dans ce « royaume hindou interdit ». Le 6 juin 1951 fut le jour d'arrivée des trois premiers jésuites de la Province de Patna (Inde), envoyés dans la nouvelle Mission : les Pères Ed Saxton, Frank Murphy et Moran. Les Provinces de Patna et de Chicago ont été depuis lors les principaux soutiens, en ressources économiques et en personnel, de la Compagnie au Népal, d'autres jésuites d'Inde, du Japon et de l'Amérique du Nord venant s'adjoindre au cours des années suivantes pour travailler dans ce pays. Même si l'éducation est l'engagement principal de la Compagnie au Népal, les jésuites ont été actifs aussi dans les secteurs social et pastoral. Les études des Pères John Locke, Lud Stiller et Cap Miller sur la religion, l'histoire et l'anthropologie népalaises constituent encore aujourd'hui une documentation de référence très valable pour les universitaires et les chercheurs. Constatant que plus de 70% des 26,6 millions de Népalais ne recevaient pas une éducation valable, les jésuites ont étendu leur action à l'Est, à l'Ouest et aux communautés himalayennes du Nord Ouest de Katmandou. Le JRS, avec la Caritas Nepal, prend en charge l'éducation de milliers de réfugiés bhoutanais qui se trouvent dans le pays. L'Eglise catholique au Népal, avec quelque 7000 fidèles, a été érigée en Vicariat apostolique avec à sa tête le Père jésuite Antony Sharma. Le nombre des jésuites au Népal est de 70, dont 30 en formation et 5 qui travaillent en dehors de la Région.

       

    PHILIPPINES : La haute couture de la décharge

    Un défilé de mode a obtenu récemment un grand succès dans le quartier des affaires de Manille, avec la présentation de sacs à mains aux couleurs vives et de styles divers appartenant à la dernière collection du célèbre styliste Rajo Laurel. Les sacs à main de haute couture avaient parcouru un long chemin depuis leurs humbles origines. Il s'agit en fait d'objets provenant de vieux chiffons jetés dans une des plus grandes décharges des Philippines. La transformation des déchets en objets de luxe a commencé il y a cinq ans grâce à l'idée d'un jeune jésuite, le Père Xavier Alpasa, qui avait été envoyé dans la paroisse proche de la décharge de Payatas, dans la partie nord-orientale de Manille. Environ 60.000 personnes vivent en bordure de cette décharge. Le Père Xavier dit qu'en exerçant son ministère dans ce quartier pauvre, il avait observé tout le trafic qui prospérait autour de la décharge : les femmes achetaient à ceux qui fouillaient les détritus des morceaux de tissu et en faisaient des petits tapis qu'elles vendaient pour quelques sous. « Les intermédiaires, dit le Père Alpasa, achetaient ces objets neuf pesos (deux centimes d'euro) et les revendaient dans les supermarchés aux environs d'un euro. Je me suis alors demandé pourquoi tout le gain allait aux intermédiaires, alors que presque rien ne revenait aux femmes ». Ainsi le Père Alpasa s'est fait intermédiaire, organisant au début une vente de charité. Voyant que les produits se vendaient comme des petits pains, il a réussi à convaincre Rajo Laurel de les rendre plus attirants sur le marché. 

     

    TIMOR ORIENTAL : Nouveau président, anciens défis

    La République de Timor Est, la plus jeune nation de l'Asie, a élu son nouveau président : Taur Matan Ruak. « Les élections ont été caractérisées par la transparence et le calme, sans tensions ni violence. La situation dans le pays est stable et ceci est un bon signe pour l'avenir », a déclaré à l'Agence Fides le jésuite Bernard Hyacinth Arputhasamy, directeur du JRS Asie-Pacifique, qui travaille depuis plusieurs années à Timor Est.  Il rappelle que « le président n'a aucun pouvoir exécutif, et que, donc, les prochaines élections législatives, prévues entre juillet et septembre, seront plus importantes pour les politiques à mettre en œuvre pour l'avenir de la nation ». A propos des défis que devra affronter le pays, le Père Bernard note : « Nous espérons qu'un bon gouvernement aidera à développer des secteurs comme l'instruction, la sécurité alimentaire, les infrastructures, le bien-être. Le niveau de pauvreté et de chômage est très élevé : il faut d'urgence un plan à court terme et un autre à long terme pour améliorer la vie de la population ». Timor Est célèbre cette année ses dix ans d'indépendance (obtenue de l'Indonésie en 2002) et se prépare à une année de transition, car les forces de paix de l'ONU ont prévu de quitter le pays après six ans de présence. L'Eglise a toujours affirmé qu'elle veut contribuer à la croissance et au développement de la nation. Les jésuites travaillent à Timor Est dans les domaines de l'éducation, de l'animation pastorale, de l'assistance aux réfugiés. Ils dirigent aussi un centre de production audiovisuelle  (Cf. Bulletin n° 2,  février 2012).

     


    Nouveau sur SJWEB

     

    Un podcast avec le P. Eugène Didier Goussikindey S.J., Provincial d la province de l'Afrique de l'Ouest. Cliquer sur « Voix Jésuites ».